AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Dim 3 Aoû 2014 - 22:16

Les journées du mois d’Aman se réchauffaient lentement. Le vent s’était tût depuis quelques jours, rendant l’atmosphère un peu plus pesant. Heureusement, les nuits étaient encore douces et permettaient de se reposer encore allègrement avant les premiers rayons du soleil.

Macabre avait pris un certain rythme de vie proche de celui des autres membres de la maisonnée, quoi qu'un peu plus matinal comparé à la plupart d'entre eux. Elle poursuivait ses observations des agissements de chacun mais avec plus de distance et de discrétion... car elle avait remarqué que sa présence faisait souvent partir l'objet de son étude. A quelques reprises, la petite protégée de l'aspirant-prince avait froncé les sourcils alors qu'elle regardait quelqu'un travailler, étudier, parler... Quelque chose la dérangeait dans ce qu'elle voyait mais elle ne parvenait pas à savoir quoi. Une impression de déjà vu, peut-être. Seulement c'était impossible.
Impossible.

Cette nuit-là, comme toutes les nuits depuis plusieurs semaines, Macabre était dans sa chambre, allongée non pas sur son matelas douillet mais, une fois de plus, sur le sol. Elle portait une sorte de grande chemise qui lui servait de pyjama. Munie d’un oreiller, elle s’était installée sur un drap qu’elle avait emprunté à sa parure de lit. Elle dormait, mais pas du sommeil du juste. Habituellement, les nuits de la petite elfe étaient sans rêves, ou tout du moins n’en avait-elle aucun souvenir au réveil. Elle sombrait dans les méandres de l'inconscient pour ne rouvrir les yeux qu’au petit jour.
Mais cette nuit-là, les choses ne semblaient pas se dérouler comme à l’accoutumée. Le corps de Macabre était recouvert d’une fine couche de sueur, conséquence qui n’était pas due à la chaleur qui étaient bien plus faible et supportable que celles du Darshim. Elle remuait d’un côté ou de l’autre, semblant ne pas parvenir à se mettre à son aise. Sa respiration était rapide et forte, signe d’un mal-être évident. Parfois, un petit gémissement lui échappait, comme si quelque chose lui était insupportable. L’angoisse avait envahi la pièce tandis que Macabre se démenait contre ses démons oniriques. Chacun de ses muscles était crispé comme s’ils avaient été en plein effort. Un mot ou deux lui échappait de plus en plus fréquemment. La tension montait encore tandis qu’elle ne parvenait plus à tenir bon. Elle se mit à secouer la tête dans tous les sens.

No… Non.

Les mots devenaient de plus en plus clairs et distincts et forts mais le rêve était si prenant que la frontière avec la réalité était bien trop lointaine pour que ses propres sons ne la réveille.
Et puis, un vent de panique ! Un évènement qui venait de faire basculer ce rêve insupportable en véritable cauchemar. Et sa victime se mit à crier.

Non ! NON !!!

A présent, Macabre était assise sur l’emplacement qui lui servait de couche. Sa respiration était haletante et elle parcourrait la pièce des yeux comme si elle la découvrait pour la première fois. Dehors, l’agitation se faisait déjà entendre mais elle l’ignora dans un premier temps. Elle se leva rapidement et aperçut les bougies. Elle en alluma le plus possible et observa la pièce, pivotant sur elle-même par à-coup. Elle connaissait cet endroit mais il lui fallut un moment pour se souvenir.

La forêt des elfes.

Karrëlien.

Fineldor.

Oui, c'était ça. Elle n’était plus au Darshim. Elle ne vivait plus dans sa cellule sombre et humide. Elle n’avait plus mal.

Alors, comme si le vent de panique s’était brutalement essoufflé, Macabre prit de plus grandes inspirations entrechoquées par des sanglots débutants. Puis elle se laissa lentement tomber au sol, le dos contre le pied du lit. Les jambes maintenues fermement contre sa poitrine à l’aide de ses bras, elle plongea la tête dans ses genoux et laissa aller ses larmes. D’aussi loin qu’elle se souvenait, elle n’avait jamais fait beaucoup de rêves mais celui-ci avait l’air si réel qu’il semblait se confondre avec la réalité et les souvenirs. Situation très perturbante pour une enfant dont l’esprit devenait un peu plus instable depuis quelques temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Jeu 9 Oct 2014 - 19:01

Les jours succédaient aux nuits depuis l'étrange événement. Celle qui avait alors été la captive du maitre des lieux, avant de devenir sa protégée, s'accommodait lentement de la vie au sein de la grande cité elfe. Celui qui avait ainsi décidé de la prendre sous son aile voyait ses progrès d'un bon œil. Certains sujets étaient fastidieux et pénibles, mais dans l'ensemble, la petite elfe qui avait jadis tant souffert, mettait de la bonne volonté dans tout ce qu'elle faisait. Même dans les cours qui lui paraissaient aussi inutiles que compliqués, elle cherchait à s'appliquer, ou du moins à en donner l'illusion. Fineldor Elwëndrion, ancien militaire, puissant mage, conseiller auprès de l'ancien prince, et désormais candidat à peine voilé pour la succession, avait décidé, par un étrange hasard, de garder la petite voleuse auprès de lui et de lui réapprendre à vivre. Décision bien étrange d'un être comme lui. Non qu'il fut démuni de cœur ou de compassion. Mais s'il avait dû recueillir toutes celles et ceux qui avaient ainsi soufferts, sa maison seraient désormais une véritable demeure d'accueil. Pourquoi elle? Il ne le savait pas, et n'avait pas à se justifier. Auprès de personne.

Il avait tenté d'apprendre à cette ancienne sauvageonne les manières, les coutumes et la façon d'être parmi son peuple. Elle ne retenait pas tout, loin de là, et en appliquait encore moins. Pas tellement par défi, mais davantage par incompréhension. Il ne l'en blâmait pas. Cela viendrait avec le temps. Et à en juger par l'aspect physique de la petite Macabre, elle allait bien mieux désormais. Cela était d'autant plus vrai qu'elle s'exprimait de plus en plus. Elle qui au début avait tout juste prononcé trois mots, daignait désormais faire des phrases entières lorsqu'elle s'adressait à lui. Bien sûr, ce n'était le cas que pour un cercle très restreint de personnes, la très grande majorité ayant de la chance lorsqu'ils obtenaient un seul mot. Cette nuit-là, le seigneur elfe s'était couché plus tôt qu'à l'accoutumé. Simple envie, car le lendemain n'était pas chargé outre mesure. Il y avait bien la consultation des registres et des comptes de l'entretien des troupes de la cité. Mais cela ne lui prendrait certainement pas toute la journée.

Au beau milieu de la nuit, il sentit comme quelque chose qui n'allait pas. Un son, un sentiment, quelque chose... sans pouvoir le définir. Cherchant tout d'abord à le combattre pour se rendormir, il comprit après un moment ainsi qu'il n'y parviendrait pas, aussi finit-il par se réveiller. Même si Aman venait de commencer, les nuits restaient suffisamment fraiches pour être agréables. Saisissant une petite lanterne, qu'il alluma magiquement d'un simple geste, l'aspirant princier resta un moment assis, cherchant à retrouver le sommeil. Il perçu alors un faible cri, qu'il attribua d'abord à son esprit... puis il réalisa que celui-ci était bien réel. Provenant d'une chambre située à l'extrémité du couloir. La voix, doublée de l'emplacement de la chambre, ne laissait guère de doute quant à la personne qui l'avait ainsi poussé.

Saisissant la lanterne, il se leva avec hâte. Vêtu d'une robe de nuit d'un gris clair, les cheveux quelque peu ébouriffés, il hâta le pas, sans pour autant courir, car il ne pouvait guère dans son accoutrement. Parvenu devant la porte, il prit soin d'écouter quelques instants. Les cris avaient cessés. Aucun bruit ne parvenait, si ce n'était des sanglots à peine étouffés. Déposant la lanterne au sol pour ne pas effrayer la résidente de la chambre, il entreprit de tourner la poignée, et ouvrit délicatement la porte.

La petite elfe était prostrée contre l'un des pieds de son lit. Les jambes repliées contre elle, les bras autour, elle sanglotait, et semblait comme se balancer légèrement. Fineldor fut pris d'un élan de pitié et de compassion. Comme celle... d'un père. Même si ne l'avait jamais été, il comprenait à cet instant l'effet que cela pouvait faire. S'approchant doucement, il s'arrêta à quelques pas de la jeune enfant, et s'accroupi, attendant qu'elle réalise sa présence, et l'accepte. Il ne tenait pas à la brusquer, elle qui était déjà si fragile. Si jeune, et pourtant déjà tellement brisée...
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Jeu 9 Oct 2014 - 21:30

L'esprit de Macabre était tourmenté comme il ne l'avait jamais été auparavant. Ou en tout cas, pas dans la partie de sa mémoire qui était resté intacte. Les sensations avaient été si réelles que s'en était troublant. Elle avait sincèrement eu la sensation d'avoir mal, comme si la plupart de ses os avaient été brisés. Ses pieds lui brûlaient avec une intensité qu'elle n'avait jamais connu. Ses poignets étaient échauffés d'une façon qui lui était familière, ayant été ligotée à plusieurs reprises. Et ses côtes... Comme si la peau en avait été arrachée sur toute la surface séparant sa poitrine de son ventre.
La voix qu'elle avait entendu dans son rêve était celle de son maître. Elle raisonnait dans l'écho de sa cellule d'Ithilian. Elle était sonnante et dure mais emprunte d'une certaine satisfaction, comme s'il avait obtenu ce qu'il voulait, et plus encore. Mais que disait cette voix exactement ? La petite elfe avait été si perturbée par tout le reste qu'elle n'avait écouté que d'une oreille. Quelques fragments de monologue lui revenaient en mémoire. Ce n'était que des bribes décousues mais elle avait l'impression d'en percevoir le sens. Pourtant, la raison lui aurait démontré qu'il n'y en avait aucun à première vue...

Soudain, Macabre perçut une présence à ses côtés et sursauta en retenant un petit cri de surprise. Il ne lui fallut qu'une seconde pour reconnaître l'individu et la peur née de la surprise passa aussi vite qu'elle était venue. Fineldor ne lui avait encore jamais fait de mal. Au contraire, il prenait soin d'elle et y mettait les moyens. De plus, il semblait ne rien attendre d'elle en retour, ce qui lui était tout à fait étranger. Il passait tout le temps qu'il avait de disponible à l'instruire. Elle écoutait, bien qu'elle ne comprenne pas le sens de la moitié de ses explications. Elle enregistrait les informations mais la logique la dépassait la plupart du temps.
Au début, la petite sauvageonne était resté très méfiante au sujet du Seigneur, reniflant chaque plat qui lui était donné, remettant en question chaque parole afin d'en éprouver la véracité, observant ses conseillers et serviteurs à leur insu afin d'être sûre que rien ne se manigance dans son dos. Puis, constatant que tout ce qui lui était promis n'était que vérité, elle avait fini par développer un certain respect pour le Haut-elfe, un respect qui n'avait rien à voir avec son rang car celui-ci ne lui évoquait absolument rien. D'aucun aurait pu penser que c'était tout ce qu'elle avait à offrir en reconnaissance de ce que Fineldor faisait pour elle mais il n'en était rien. C'était un respect sincère pour une personne désintéressée qui ne cherchait pas à la contraindre à quoi que ce soit. Puis, la confiance était naturellement venue. Elle n'était certes pas aveugle mais elle était là. Elle se manifestait au travers de gestes anodins pour d'autres mais exceptionnels pour elle comme se laisser prendre la main pour l'aider à écrire, s'approcher tout près pour observer ce qu'il faisait, et puis parler plus que sa raison ne lui aurait permis auparavant.

Macabre avait dont sursauté mais cela n'avait rien à voir avec Fineldor. Elle ne l'avait tout simplement pas entendu arriver. En d'autres circonstances, elle aurait anticipé son arrivée depuis la seconde où il avait quitté ses appartements. Elle aurait perçu ses pas silencieux de le couloir. Elle aurait même reconnu la personne qui venait rien que par sa foulée ! Mais là, rien. Elle avait été si perturbée par son rêve qu'elle avait l'impression qui l'habitait encore, repoussant la réalité au-delà de sa perception.
Sa stupeur n'avait duré qu'une seconde avant qu'elle ne cherche à nouveau à se replier physiquement sur elle-même, entourant à nouveau ses jambes de ses bras.

-Je vous ai pas entendu.

La voix de Macabre était enraillée par les larmes qu'elle avait versé. Elle avait oublié le "Désolé" ou le "Pardonnez-moi" qui se serait naturellement placé dans le discours de tout un chacun dans une telle situation. Mais la jeune fille se contentait de donner son explication sans plus de cérémonie.
Ceux qui pensaient que la protégée de l'aspirant-prince était dépourvue d'émotions avaient tord. Un simple rêve avait pu la tirer de son sommeil en grand fracas. Enfin... Simple...

Revenant lentement à la réalité, Macabre fronça légèrement les sourcils pour manifester son incompréhension. Se repassant les dernières secondes dans sa tête, elle s'aperçut que quelque chose ne collait pas dans la scène. Qu'est-ce que Fineldor faisait là ?

-J'ai pas utilisé de magie pourtant.

Elle avait la vague impression d'avoir crié dans son sommeil. Mais quand bien même cela aurait été le cas, elle n'aurait pas pu réveiller Fineldor qui était beaucoup plus loin dans le couloir. La seule explication aurait été que l'usage de sa magie attire ses sens mais elle ne pouvait les manipuler durant son sommeil et elle avait préférer allumer les bougies plutôt que d'essayer de percevoir des mouvements dans le noir grâce à l'adélomancie... Posant une joue sur ses genoux, elle attendit la réponse de son protecteur telle une enfant venant de poser une question cruciale et qui était toute attentive à la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Jeu 16 Oct 2014 - 15:21

La petite elfe était perturbée. Plus qu’il n’avait pu le voir jusqu’ici. De nature réservée, pour ne pas dire froide, Macabre n’était pas du genre causante. Ni de ceux qui se laissaient perturber ou traumatiser pour un rien. Elle avait vécu en esclave, entrainée aux pires tâches. On ne l’autorisait presque pas à parler. Tout cela l’avait marquée. La voir ainsi tremblotante et apeurée était quelque chose d’inhabituel, et à dire vrai c’était la première fois que Fineldor la voyait ainsi. C’était une raison de plus pour lui de s’inquiéter. Si elle était dans un tel état, c’est que la raison de son mal être devait être extrêmement importante pour elle. Ce sentiment s’accrut lorsqu’elle sursauta en apercevant son approche. Jusqu’alors, elle avait démontré que sa période d’esclavage avait grandement affuté ses sens. Capable de voir de nombreux détails, ou de reconnaitre une personne à l’autre bout de la maison au simple son de ses pas, c’était là des « exploits » somme toute très banale et tout à fait à portée de la petite Macabre, car elle était continuellement à l’affut, les sens en éveil, même durant son sommeil, dont elle pouvait se tirer au moindre bruit suspect. Or elle venait seulement de réaliser la présence du maitre des lieux, après que celui-ci ait quitté sa chambre, traversé le couloir et se soit approché aussi prêt d’elle. Ce qui l’avait ainsi fait crier allait jusqu’à perturber ses sens. Quelque chose de très grave…
Attendant que sa jeune protégée reprenne ses esprits, se repliant de nouveau sur elle-même, il l’observa un moment. Les cheveux en bataille et les yeux rougis témoignaient d’une sorte de bataille avec elle-même, ou plus probablement un souvenir douloureux. Son souffle, même si calme pour un individu normal, était légèrement plus rapide qu’à l’habitude. Quant à sa voix…

-Je vous ai pas entendu.

Une voix complètement enraillée, discordante. Elle qui avait, ces derniers temps, reprit quelques couleurs, avait par la même occasion retrouvé peu à peu une voix qui, à défaut d’être totalement celle d’une jeune enfant elfe, était déjà plus agréable. L’entendre ainsi déréglée par la douleur et les sanglots était comme une fine aguille plantée dans le cœur du haut-elfe, une douleur qu’à défaut de partager, il ressentait quelque peu.
Fronçant des sourcils, elle se tourna vers Fineldor, l’observant un court moment, avant d’évoquer le fait qu’elle n’avait pas fait usage de la magie. Ce n’était pas une tentative d’excuse, juste un fait, exposé simplement. Pourtant, le sous-entendu était clair : si elle n’avait pas usé de magie, comment son protecteur avait-il pu savoir ce qu’elle avait vécu, et arriver à ce moment-là ?  Il n’avait ni les moyens, ni l’envie d’observer les pensées des gens. Adressant un sourire compatissant, il l’observa poser une joue sur ses genoux, comme une jeune enfant perdue à la recherche d’une lumière pour l’éclairer. Face à une enfant normale de son peuple, il se serait permit de la prendre en partie dans ses bras ou de lui caresser les cheveux. Mais connaissant la réticence de la petite Macabre à ce genre d’affection, il préférait s’en abstenir pour le moment.

«Tu n’as fait usage d’aucune magie en effet, et ce n’est pas cela qui m’a tiré de mon sommeil. Je t’ai entendu crier, à plusieurs reprises. Aussi me suis-je inquiété de la raison de ces cris. Je pense que tu as dû faire un mauvais rêve…»
 
Il laissa la phrase en suspens, comme pour chercher une confirmation de ses dires. S’asseyant le plus proche possible de Macabre sans la toucher, il lui adressa un regard bienveillant, presque… paternel.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Ven 17 Oct 2014 - 23:22

Le regard de Macabre se perdit dans le vide tendit qu'elle comprenait le sens de la réponse de Fineldor et ses sourcils se frondèrent de nouveaux. "A plusieurs reprises" ? Elle n'avait en mémoire que le cri qui l'avait faite de redresser brusquement. Elle n'avait pas l'impression d'avoir émis le moindre son auparavant. A moins que...
La petite elfe était perturbée de voir à quel point un rêve avait pu affecter ainsi la réalité. Mais force était de constatée que seul le mage avait été réveillé. A moins que les autres n'ait pas osé venir ? Elle n'avait que peu de contact en dehors de ses précepteurs. Son apparence et son attitude rebutaient toujours et elle n'était pas la meilleure élève qu'Enoriel aurait pu avoir.

Macabre fut tirée de ses tourments par un mouvement devant ses yeux. C'était Fineldor qui s'installait plus confortablement, ayant visiblement dans l'idée de rester un moment. Elle se souvint alors de sa question, concernant un éventuel mauvais rêve.
Elle enfonça alors son menton derrière ses bras et ses lèvres disparurent, rendant le son de sa voix plus sourd, comme si elle ne voulait pas vraiment être entendue.

Je sais pas... C'était pas un cauchemar comme les autres. D'habitude, j'me rends compte que je rêve et je change ce qui se passe.

Macabre remua légèrement comme pour chasser la sensation de douleur qui avait tendance à vouloir l'étreindre à nouveau tandis qu'elle se remémorait les évènements de son cauchemar. La terreur n'ayant laissé qu'une empreinte de peur, il lui semblait que les souvenirs se faisaient plus clairs et plus ordonnés. Elle était bien dans sa cellule et la silhouette à l'entrée ne pouvait qu'elle celle de son maître, tout comme la voix qu'elle avait entendue.

Là c'était trop réel. Je pouvais pas.

Macabre était certes limitée du fait de son manque d'expérience de la vie "normale" mais elle était loin d'être bête. Pourtant, elle ne pouvait concevoir que ce rêve n'en était peut-être pas un. Même si elle avait quitté le service de son maître depuis de nombreuses semaines, elle ne pouvait remettre en doute par elle-même ce qu'il avait enraciné en elle. Elle pensait toujours avoir 25 ans et être née dans la maison de Don'dar. Alors ce rêve, bien qu'extrêmement troublant, ne pouvait être issu de la réalité. Les deux idées s'entrechoquaient dans son esprit, provoquant cet état de fragilité que Fineldor avait déjà vu si sa mémoire était bonne... Rincée de fatigue, il l'avait poussée à bout pour lui faire assimiler l'idée impensable qu'elle pourrait un jour être libre et elle avait finie par craquée. Certes, le choc avait été autrement plus violent que ce cauchemar et sa première réaction fut d'exploser de colère mais il avait laissé derrière lui une petite elfe encore méfiante mais si fragile que le Seigneur elfe aurait pu la toucher.
Cette nuit-là était simplement différente. On ne lui proposait plus de la libérer de ses chaînes mais on lui rappelait la douleur et la cruauté de son passé. En rêve, on venait de s'en prendre à elle, on venait de lui faire mal. Mais si ce n'était pas le passé...

Vous croyez qu'on peut voir le futur en rêve ?
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Sam 18 Oct 2014 - 21:10

Lorsque Fineldor évoqua le fait que la petite elfe ait criée à plusieurs reprises, celle-ci fronça les sourcils. Elle était manifestement perturbée à cette idée, elle qui était habituée à être des plus silencieuses, et à contrôler au mieux ses gestes et ses émotions. Le rêve qu’elle avait probablement fait avait dû être très fort, pour qu’il en soit ainsi.

Lorsqu’il vint s’asseoir aux côté de la jeune Macabre, elle se pelotonna davantage, faisant disparaitre ses lèvres derrières ses bras qui entouraient toujours ses jambes. Elle donnait presque l’impression de voir se faire encore plus petite. Sa voix, rendue presque sourde par cette cavité résonnante qu’elle avait formée, s’éleva doucement, exprimant en quelque sorte son désarroi devant ce cauchemar inhabituel, d’après ses mots. Pour elle, elle était capable de contrôler ce dont elle rêvait habituellement. Or cette fois ci, il semblait en avoir été autrement. Elle remua légèrement, manifestement très mal à l’aise. Fineldor ne savait trop comment réagir encore une fois, peu habitué à ce genre de situations, d’autant moins lorsqu’il s’agissait de la petite elfe si peu réceptive aux marques d’affection. Aussi se contenta-t-il d’écouter pour le moment, tout en l’observant.

Vous croyez qu'on peut voir le futur en rêve ?

Etrange question. A dire vrai, le haut-elfe n’était pas sûr d’en avoir la réponse. Pouvait-on simplement voir l’avenir ? Il considérait que non. Si la magie permettait d’altérer bien des choses, et s’il existait des forces bien plus puissantes, le cours du temps semblait inaltérable. Pouvoir voir l’avenir reviendrait à pouvoir prévoir ce qui se passerait et ainsi influer sur le cours de ce temps. Si un tel pouvoir existait, il rendrait son possesseur presque intouchable, car celui-ci prédirait tout ce qui pourrait lui nuire. Pourtant personne jusqu’alors ne s’était élevé ainsi. De plus, l’idée de pouvoir prévoir le futur signifierait que celui-ci serait déjà écrit, chose que Fineldor ne pouvait accepter. En tous les cas, sa réponse semblait évidente, ne serait-ce que pour rassurer la jeune elfe.

«Je ne crois pas que cela soit possible non. Si tel était le cas, nous le saurions. Le futur appartient à chacun de nous, nous l’écrivons en chaque instant. Le tien n’était pas écrit par avance. C’est toi, et ton environnement qui décident ce qui va se passer dans une heure, un jour ou une année.»

Il posa sa main sur le sol, paume ouverte, et fit comme s’il traçait une ligne.

«Si on pouvait voir le futur, alors ça voudrait dire qu’il est écrit, et que quoi qu’on fasse, il se produira. Cette idée ne me plait pas, et me semble de toute façon fausse. Il semblait impossible de prévoir que je viendrais te trouver dans la bibliothèque, puis que je te libèrerai de ton ancien maitre, et c’est pourtant ce qui s’est passé. C’est nous qui décidons de notre avenir. J’ai décidé que le tien serait au moins en partie à mes côtés, que le destin, les oracles ou tes rêves soient d’accord ou non.»

Il lui adressa un sourire réconfortant et chercha à la couvrir d’un pan de drap. A défaut de pouvoir la toucher, ce geste aurait, à ses yeux, une portée de protection.

«Tu as simplement fait un mauvais rêve, comme cela arrive à chacun d’entre nous. Ce rêve était probablement plus fort que les autres, car il devait te rappeler des choses très douloureuses. Je comprendrais que tu ne veuille pas l’évoquer, mais si cela peut t’aider d’en parler, je suis prêt à t’écouter.»

Une invitation simple, mais qui, il l’espérait, aiderait la petite elfe à l’aspect si fragile, à se libérer.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Dim 19 Oct 2014 - 12:29

Macabre resta le regard fixé sur la ligne imaginaire que Fineldor avait tracé au sol. Quelque part, sa réponse la soulageait. Cela signifiait que ce rêve n'était pas son avenir. Donc qu'elle n'allait pas retomber entre les griffes de son maître. Mais alors qu'était-ce ? Elle avait une mémoire si vive qu'elle était capable de reconnaître chacune des victimes de son maître, y compris la première à laquelle elle avait dû s'en prendre il y avait une bonne vingtaine d'année... Il était impossible que son rêve soit un évènement passé. Pourtant c'est ce que son protecteur sous-entendit.

Tu as simplement fait un mauvais rêve, comme cela arrive à chacun d’entre nous. Ce rêve était probablement plus fort que les autres, car il devait te rappeler des choses très douloureuses.

Très douloureuses ? Cela lui semblait pire encore que tout ce qu'elle avait connu. Elle ne se souvenait pas avoir déjà eu si mal, ignorant que la douleur elle-même pouvait se faire oublier par son intensité, choquant à ce point le corps et l'esprit qu'il en effaçait tout souvenir.

Je comprendrais que tu ne veuille pas l’évoquer, mais si cela peut t’aider d’en parler, je suis prêt à t’écouter.

Le regard de Macabre était perdu dans le vide, plongée qu'elle était dans ses pensées. Les mots de Fineldor mirent plusieurs secondes à parvenir à son oreille puis à être traduit à son esprit. En parler ? La première réaction de la jeune elfe aurait été de se retrancher sur elle-même mais elle avait conscience qu'elle n'arriverait pas à démêler tout ça et elle concevait son protecteur comme quelqu'un de savant et sage. Il avait toujours fait en sorte de l'aider jusque là... Peut-être le pourrait-il encore, au risque que ses conclusions ne lui plaisent pas.
Elle entama alors son récit, le regard toujours dans le vague.

J'étais dans ma cellule à Ithilian. Mon maître était à la porte. Il me parlait. Il me disait que j'étais à lui et qu'à présent je lui obéirais.

Ces derniers mots ne semblaient pas être les siens car ils appartenaient à un niveau de langage qu'elle n'utilisait pas. Elle répétait ce que la voix de Don'dar lui avait dit comme s'ils raisonnaient encore dans sa tête.

Il a dit un mot que j'ai pas compris...

Macabre sentait que ce mot était important mais il lui était impossible de le discerner avec clarté, comme s'il se refusait à elle.

Et puis j'avais mal. Mal partout. J'avais l'impression que plein de mes os étaient cassés. Mes pieds me brûlaient. Mes côtes me tiraient comme si elles saignaient. Et puis ça me piquait là.

La petite elfe s'arrêta en regardant l'endroit où elle avait posé sa main. Elle écarta lentement les doigts pour faire apparaître le soleil qui avait remplacé sa marque d'esclave. Sa respiration se serra. Il y avait désormais un lien plus tangible entre son rêve et la réalité. Dans son esprit, elle était née avec ce symbole sombre tout en sachant ce qu'il représentait. Il était illogique qu'elle l'ait eut à la naissance... Mais cela ne l'avait jamais choquée jusque là.
Tenant toujours son poignet, elle le ramena contre elle et laissa un de ses genoux partir sur le côté, allant jusqu'au sol. Alors que ses yeux fixaient le mur devant elle, elle ne fit même pas attention à ce qu'elle venait de révéler. Son pied, la plante à présent face à Fineldor, ne ressemblait pas au joli pied menu d'une jeune elfe. Il n'avait aucune empreinte et était déformé, ayant été boursouflé par de nombreuses brûlures...
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Mar 4 Nov 2014 - 19:16

Lorsqu’il décrivit la ligne de sa main, Macabre la suivit du regard. Regard qui sembla s’apaiser un peu, comme si la réponse de son protecteur, à défaut de totalement la convaincre, la rassurait au moins. C’était ce qu’il recherchait. Convaincre cette petite elfe était quelque chose de difficile, car elle avait du mal à comprendre que sa réalité puisse être fausse. La rassurer était chose déjà plus abordable, et avait davantage d’effet sur elle. Le regard de sa protégée se perdit alors complétement, comme si autre chose l’accaparait, et la déconnectait totalement de la réalité actuelle. Il poursuivit de la rassurer par ses paroles, sans être sûr qu’elle le perçoive. Au moins, lorsqu’il l’invita à parler de son rêve, elle ne se replia pas sur elle-même. Quelques secondes s’écoulèrent. Puis, chose étonnante et vraiment inhabituelle, elle se mit à parler et à décrire.

Elle parlait de son maitre. Son ancien maitre, le dénommé Don’dar. Celui que Fineldor avait aperçu chez Haldren, le sombre avec qui il avait négocié la libération de Macabre. Son ancien maitre, disait-elle, lui parlait, et lui disait que désormais elle lui appartenait, qu’elle serait sienne. Si le visage du haut-elfe se voulu impassible, il grimaça intérieurement. Elle revivait probablement les débuts de son emprisonnement. Quelle terrible épreuve cela avait dû être. Elle évoqua un mot, dont elle ne pouvait se souvenir, mais qui avait d’après elle grande importance. Un mot d’une grande importance… qu’est-ce que cela pouvait-être ? Peut-être n’était ce que l’imagination de la petite elfe. Ou peut-être un véritable renseignement. Puis elle évoqua la douleur, une douleur cuisante voire insupportable, qui parcourait tout son corps, et la torturait. Fineldor aurait voulu pouvoir la serrer contre lui pour la rassurer, mais il savait que ce n’était pas le bon moment. Lorsqu’elle en vint à évoquer une piqure, elle révéla le symbole de son ancien maitre, le symbole de son esclavage. Apparemment, elle revivait son marquage. Peut-être… peut être cela lui ferait-il comprendre qu’il y avait pu y avoir autre chose, avant ? C’était trop tôt pour le dire.

«Ce mot ne te viendras peut être jamais. Mais ce n’est guère important. Ton rêve semble être en rapport avec ton passé, plus que ton avenir. C’est probablement quelque réminiscence des premiers temps avec celui qui se disait ton maitre.»

Ou plutôt son tortionnaire, tel que le voyait le haut-elfe. Visiblement lasse et perdue, le regard fixée sur le mur d’en face, elle serra son poignet tout contre elle, tout en laissant retomber l’une de ses jambes sur le sol. La plante du pied se révéla à son protecteur, qui ne put retenir un petit signe de dégoût. Les hauts-elfes étaient connu pour leur corps élancé et plein de majesté, d’une beauté presque sans pareil. La peau du pied de la petite elfe avait perdu de cette délicatesse. Elle était enflée, boursouflée probablement suite à de très nombreuses séances de tortures. Vision d’horreur pour l’un de ceux qui défendait son peuple contre les maltraitances. Comment avait-on pu en arriver là ? Les sombres n’avaient-ils donc aucune limite ?

Hésitant un instant, Fineldor resta fixé là, sans bouger, observant cette vision ô combien difficile. Sans doute son cœur parla-t-il plutôt que sa raison en cet instant, car il ne put se retenir davantage. S’approchant de la petite Macabre, il fit mine de l’entourer d’un de ses bras, comme pour l’attirer contre elle, et la réchauffer … comme un père envers son enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   Dim 16 Nov 2014 - 17:21

Encore une fois, les mots de Fineldor perturbèrent la petite elfe dont le regard se plongea à nouveau dans le vide. Ce fut à peine si elle réalisa que le Seigneur se rapprochait d'elle pour la prendre dans ses bras. Lorsqu'elle s'en rendit compte, elle regarda la main posée sur son épaule puis le corps serrer contre elle de l'autre côté. Elle ne connaissait pas cette action mais elle ne ressentit aucune menace. Elle ne rechercha donc pas à s'en libérer et retourna à ses pensées.

"C’est probablement quelque réminiscence des premiers temps avec celui qui se disait ton maître."

Les premiers temps avec son maître ? Son passé ?

Non... Non, c'est pas possible. Je me souviens de tout. J'pourrais tout dire de mes 25 ans ! Et ça, je m'en souviens pas ! Ça a l'air vrai mais je m'en souviens pas. Ça peut pas être ça.

Malgré plus d'une saison de liberté, l'esprit de Macabre était toujours sous l'emprise de son maître. Fineldor n'était pas encore parvenu à ébranler tout ce que l'ignoble Don'dar y avait ancrer. Certes, il avait réussi à lui faire comprendre ce qu'était qu'être libre, à le désirer et à l'intégrer. Mais il n'avait pas pu déceler et éradiquer tous les dégâts qu'il avait engendrer.

Macabre était née dans une geôle d'Ithilian. Elle avait toujours appartenu à un sombre dénommé Don'dar Hladdahel et l'avait servie pendant 25 ans, avant que Fineldor ne la délivre. Voilà à quoi se résumait sa vie. Voilà ce à quoi elle croyait dur comme fer et, jusqu'à il y a peu, ces croyances étaient inébranlables...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maître, tu m'as mentie. [Fineldor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles après de longues années (Fineldor)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: L'Ouest :: Principauté de Fildor :: Karreliën-
Sauter vers: