AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elena Alfgard

avatar

Féminin Messages : 94
Expérience : 60

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 18 ans
Inventaire:

MessageSujet: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Ven 14 Fév 2014 - 18:53


Première semaine de Mereth...


Les Steppes d'Akulaha. Ces innombrables plaines désertées par les Hommes, où il ne fait pas bon vivre en cette période. Certes, la douce saison de Mereth vient de commencer, mais la neige et le froid dominent les terres encore gelées du nord. On peut parfois y voir de petites tempêtes en cette saison à vous glacer le sang. Mais ce n'est pas ce qui arrêtera notre héroïne...

Voilà maintenant des semaines qu'Elena est sur la route. Cette jeune prêtresse, sans foyer désormais, parcourt les sentiers de la planète, et à présent, la voilà en terres neutres, dans les Steppes d'Akulaha. Elle n'avait pas imaginé qu'il serait si difficile, non pas d'y accéder, mais d'y survivre.

Elle quitta l'Empire par le nord en suivant ses indices. Après avoir fait le tour de la région d'Elenor, son enquête la mena en ce lieu à la Nature hostile. Il paraît que les seuls êtres y vivant sont un peuple de Nomades. Selon ses recherches, ils pourraient être les assassins qu'elle traque : des gens sans attaches, qui se meuvent incessamment, peut-être pour ne pas être retrouvés si facilement ? Mais cela paraissait quand bien même douteux pour la jeune fille. Dans les livres qu'elle avait étudiés lors de sa vie religieuse, il était écrit que ces autochtones n'étaient pas particulièrement développés, ne vivant que de chasse et cueillette, de quelques trocs de marchandises, et qu'ils n'avaient que peu de relations avec les autres peuples. Mais alors, d'où pourraient provenir véritablement les assassins ?

Demeurant éternellement dans l'ignorance, elle n'avait d'autres pistes que celle-ci, et avait alors décidé de la suivre malgré les incohérences. Peut-être trouvera-t-elle de nouvelles réponses à ses questions auprès des Nomades ?

Ainsi, alors qu'Elena s'avançait toujours plus loin sur cette nouvelle terre, le temps ne devenait que plus agressif. Les températures hivernales ne s'amenuisaient que peu pour un début printemps, la neige était toujours présente, et l'air était toujours aussi glacial, faisant frissonner la petite. Malgré son mantel, le froid pénétrait ses vêtements, elle grelottait en se tenant les bras. Elle ne pensait pas que le climat pouvait changer si radicalement.

Marquant une petite pause, elle regardait tout autour d'elle, cherchant des yeux un lieu où elle pourrait s'abriter, car maintenant cela faisait quelques petites heures qu'elle marchait difficilement, limite titubant de par sa frêle corpulence. Mais il n'y avait que des pins ou des arbres morts, dont les nouvelles pousses semblaient vouloir faire attendre Mereth et son beau temps ! Alors elle se rapprocha d'un arbre plutôt gros et épais qui ferait un bon coupe-froid au vent qui, à intervalle irrégulier, se levait et se calmait. Elle se posa sur un tronc tombé, et se délesta de sa sacoche. Après avoir fouillé dedans, elle ne trouva qu'un morceau de viande séché. Soupir.

« Mince, il ne me reste plus que ce maigre morceau... Il va être difficile de continuer encore longtemps dans ces conditions... »

En tant que religieuse, elle a appris à vivre avec peu. Cela l'avait changé de sa riche vie dans son manoir familiale. Mais à ce stade, cela frisait l’impossible.

Elle prit le temps de bien mâcher chaque petite bouchée. Il ne manquait qu'un feu et la situation aurait été plus facile à surmonter. Après une petite heure de pause, elle voulut repartir, mais ses jambes fatiguées faillirent, au point de la faire tomber à terre. Quelle peine ! Elle aurait peut-être dû garder son destrier. Recroquevillée sur elle-même, la voilà qui commençait à désespérer, elle qui est pourtant si optimiste.

« Je ne vais pas m'en sortir... » murmurait-elle.

Et c'est bien connu, le froid endort les plus affaiblis. Tout doucement, ses yeux se fermaient, elle ne luttait pas particulièrement, elle repensait à sa famille. A sa pauvre défunte mère, à son père disparu, à son frère parti... seule, elle était seule, et maintenant, c'était dans le froid et la neige... Par terre, finalement adossée au tronc, ses genoux – qu'elle enlaçait fort – contre son torse, elle s'endormit. Elle avait failli.


Revenir en haut Aller en bas
Althaia Nepheris

avatar

Féminin Messages : 84
Expérience : 20
Age : 29
Localisation : 21

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 26 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Dim 16 Fév 2014 - 17:52

    Le froid régnait en maître sur les steppes d'Akulaha malgré l'arrivée de la nouvelle saison, Mereth, une saison plus chaude qui fait fondre la neige, laissant place aux rayons chaud du soleil et à des journées de pluie pour alterner. C'est une saison particulière car on assiste au réveil de la nature qui s'ouvre au monde comme après une longue nuit de repos. Milles couleurs colorent la terre et les nuages offrent un spectacle imaginaire illuminant les levées et les couchers de soleil.
    Mais cette année, la saison froide fut tellement rude et longue que la nouvelle saison n'arrivait pas à faire fondre la neige toujours présente sur le sol. Quelques pousses tentèrent de percer la neige, rares réussissent, les plus résistants ce qui veut dire surtout les mauvaises herbes. Les arbres paraissaient déprimés, ils étaient sombres, nus et secs, une autre facette de la nature.
    Althaia était habituée à cette atmosphère froide et dure, elle était née ici et a grandit en apprenant à survivre. Elle se contentait de peu, savait faire du feu et chasser mais aussi pouvait s'abriter à tout moment. Les pouvoirs qu'elle a acquit, la communion avec la nature est un bonus et savait qu'il ne faut pas en abuser sous peine de se vider de son énergie vitale.
    Surplombant les steppes à dos de son cheval, elle était emmitouflée dans des peaux d'animaux, de foulards cachant son visage, on ne pouvait que distinguer ses yeux bleu azur qui observait les collines. Les nuages étaient bas, couvrant le ciel et cachant la lumière du soleil, rendant le paysage gris et triste. Les couleurs avaient disparus de la surface de la terre et on pouvait difficilement distinguer les détails intéressants aux silhouettes inertes. Katso volait au-dessus d'elle, faisant un tour de reconnaissance des lieux. Cela faisait déjà trois jours qu'elle avait quitté sa famille, son clan, sa patrie pour plonger dans l'inconnu du monde. Le vent soufflait fort, mais par chance, pas de blizzard en vue.


    "के ! (Kē !)"

    Ordonnant à son cheval de marcher, son destrier était habitué à marcher sur des chemins escarpés, il avait une épaisse fourrure qui grâce à cela, évitait de mourir de froid lorsque la température baissait dans le négatif. Il trottait dans la neige, laissant des empreintes très visibles derrière eux.
    Elle entendit le hululement de son harfang des neiges lui prévenir de quelque chose, son cheval s'arrêta brusquement, comme si il avait compris de rester calme et silencieux pour pouvoir déterminer la cause de ce trouble. Faisant appel à la magie, elle se concentra pour utiliser la vision animale, se concentrant sur son compagnon à plumes qui avait trouvé quelque chose. Lorsqu'elle pratiquait cette invocation, elle devenait vulnérable au monde extérieur et comptait sur son destrier pour ne pas la laisser en danger.
    Elle voyait une femme allongée à terre, ne bougeant presque plus. Il ne fallait pas davantage à la jeune femme pour reprendre sa vision et d'ordonner à son cheval de galoper dans la direction de la chouette. Un nuage de poudreuse se dispersaient derrière les sabots du cheval et arriva enfin.
    Althaia sauta du cheval, les bottes dans la neige, marchant prudemment en observant la femme allongée à terre. Une longe cape anciennement blanche tirant vers le gris par la présence de tâches de neige et de boue. Elle a du marcher longtemps pour arriver ici, seule et sans monture. Quelle idée saugrenue lui est venue à la tête pour venir ici, loin de tout? Peut-être que la même qu'elle finalement. Elle s'agenouilla pour voir dans quel état elle se trouvait, sa peau était glacée, ses lèvres devenaient bleues et son pouls était faible. Althaia la tira pour l'allonger sur le dos, à moitié assise, le dos contre un arbre, lui retira la cape pour lui faire une couverture. D'un sifflement, elle demanda au cheval de s'allonger près de la femme, sa chaleur l'aiderait à garder une température constante. Ensuite, elle creusa la neige jusqu'à arriver à la terre, laissant à l'air libre en attendant de trouver du bois morts aux pieds des arbres. Katso resta sur une branche au-dessus du camp, surveillant les environs.
    Après de longues minutes, elle revint avec des branches sous les bras et commença à préparer du feu, frottant des pierres de silex qu'elle garde dans sa sacoche pour provoquer des étincelles. Une petite flamme timide prit possession des brindilles et Althaia souffla pour le garder en vie. De temps à autre, elle surveillait l'état de la femme et lorsque le feu devint plus imposant, elle se leva pour attraper sa gourde d'eau potable pour essayer de faire boire la jeune femme, ses lèvres sèches montraient une déshydratation importante.
Revenir en haut Aller en bas
http://liliebia.deviantart.com/
Elena Alfgard

avatar

Féminin Messages : 94
Expérience : 60

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 18 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Lun 17 Fév 2014 - 17:48



« Je vois une forme... dans un halo de lumière... une personne familière... mère ? Est-ce vous ?... Elle ne dit rien... Pourquoi ne me répondez-vous pas... et quel est cet endroit... Tout est blanc. Tout est froid... Ah ? Je sens votre chaleur, elle me paraît si faible... Oh non ! Mère s'en va ? Ne partez pas... mère, j'ai besoin de vous... »

~ Alors que j'avançais dans une direction inconnue, cette forme qui me rappelait tant mère préférait disparaître. Mais où suis-je ? Tout ce dont je me souviens ce sont ces plaines de neiges infinies, jonchées de pins et d'arbres morts. J'avais froid... Et curieusement, je me sens bien à présent. Mais cette silhouette n'y est pour rien, car plus elle s'éloigne et s'enfonce dans cette lumière aveuglante, plus je me réchauffe...

Tiens, de l'eau ? Non... Il n'y a pas d'eau par ici... Mais... ...~


°°°

Doucement, les yeux de la prêtresse se rouvraient, mi-clos. Face à elle, encore une silhouette. Mais inconnue cette fois. Celle-ci lui tenait gentiment la tête d'une main, de façon à l'abreuver avec sa gourde de l'autre main. Difficilement, Elena déglutit quelques gorgées, avant de toussoter. D'un petit hochement de tête, elle indiqua qu'elle avait assez bu.

Relevant la tête, la jeune femme pouvait voir une autre femme face à elle. Elle était d'une beauté peu ordinaire pour une humaine, du moins, pour ce qu'Elena avait rencontré auparavant. Une chevelure blanche et argentée, un visage également pale, et des yeux qui rappelaient l'hiver gris. A première vue, elle semblait aussi froide que la glace, pas un sourire, mais juste un regard qui démontrait une certaine inquiétude pour l'Impériale. Celle-ci ne souvenait que partiellement de ce qui lui était arrivée, ainsi que de son rêve - si l'on peut appeler ça un rêve, ou une hallucination plutôt - à propos de sa défunte mère... Était-elle venue la chercher ? Finalement, sans l'inconnue, la fille Alfgard ne serait certainement plus de ce monde. Juste à côté, un feu qui s'embrasait sur des bûchettes, certainement là le fait de la sauveuse étrangère.

Après un certain instant, ses forces semblaient revenir doucement, même s'il lui arrivait de grelotter encore. Elle put ainsi prendre appui sur ses mains pour se redresser un peu. A ce propos, elle sentit quelque chose à ses côté, une imposante présence même. Elena dirigea son regard vers la bête près d'elle : une magnifique monture à la fourrure épaisse et chaude se tenait contre elle. Elle eu un petit sursaut de surprise, mais elle comprit rapidement que la bête n'était pas dangereuse et qu'elle appartenait à l'inconnue.

Quelque peu gênée de la situation, Elena soupira en baissant la tête. En effet, elle n'avait pas pour habitude de dépendre des autres, au contraire, c'était elle qui venait en aide habituellement !

« Je crois que je vous dois la vie, mademoiselle... »

En effet, sans l'étrangère, elle ne serait probablement plus des nôtres. Un hululement attira son attention vers une branche qui surplombait le campement des jeunes femmes. Une chouette était là. Appartenant probablement à la femme des neiges également. La prêtresse posa sa main sur le dos du cheval, il était chaud. Il ne cilla pas. Elle le caressa, du peu de force qu'elle avait recouvré, comme pour le remercier. D'un coup, elle se demanda si elle avait affaire à une Nomade ? Enfin, quoiqu'il en soit, elle n'était pas en état pour la questionner. D'ailleurs, était-elle capable de la comprendre ? Peut-être ne parlait-elle pas sa langue...Quoiqu'il en soit, elle se présenta sans crainte, une main sur le coeur en signe de confiance, et pour s'indiquer, espérant ouvrir le dialogue.

« Au fait, je m'appelle Elena... » lui lança-t-elle avec un faible sourire.


Dernière édition par Elena Alfgard le Jeu 20 Fév 2014 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Althaia Nepheris

avatar

Féminin Messages : 84
Expérience : 20
Age : 29
Localisation : 21

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 26 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Mar 18 Fév 2014 - 16:22

Alors qu'elle lui donnait de l'eau pour la remettre d'aplomb, elle sentit sous ses mains qu'elle se réveillait et acceptait l'eau avant de tousser à s'étrangler. Est-ce son visage qui l'avait effrayée pour s'étouffer en buvant de l'eau ? Elle restait calme malgré cela, ne criait pas ni s'enfuyait. Refermant la gourde avant de la ranger, elle se rassit devant le feu munie d'un bâton, elle arrangeait les braises et les brindilles pour maintenir le feu en vie.

Elle regardait d'un œil curieux la femme qui se levait progressivement, observant ce qui l'entourait. On aurait dit un petit animal apeuré, méfiant avant de s'approcher. C'est alors qu'elle commença à parler, Althaia avait appris la langue des autres peuples et comprenait à peu près ce qu'ils disaient. Fronçant des sourcils, essayant de traduire ce qu'elle venait dire, ce doit être un style de remerciement. Elle lui répondit sur un ton calme et posé :

" यो सामान्य छ (Yō sāmān'ya cha) " reposant son attention sur le feu, elle avait complètement oublié que l'autre femme ne connaissait sûrement pas sa langue à elle,
se retournant à nouveau, elle réfléchit et reprit :

"C'est normāl" avec un accent des plus médiocre, se sentant gênée de se montrer si nulle en communication. Se grattant derrière la tête, signe de gêne, elle regarda son harfang qui observait la scène de plus haut. Elle aurait parié qu'il se moquait d'elle, sur sa façon de parler.

L'autre femme se présenta, parlait avec ses mains pour mieux se comprendre et Althaia se releva, pour se trouver à sa hauteur, la regardait faire et comprit :

"Elenā .. Althāiā" La mimant dans ses gestes, posant sa main sur son coeur et répéta à nouveau pour être sûre en posant sa main sur celle d'Elena :
"Elenā" lâchant sa main pour poser sur sa poitrine :
"Althāiā" inclinant sa tête pour montrer son respect, enchantée de faire sa connaissance.

Elle remarqua en touchant la main d'Elena qu'elle était glacée et s'approcha de sa monture pour déplier une couverture en peau de bêtes pour la poser sur les épaules d'Elena sans dire un mot, n'aimant pas son accent. Althaia s'arrêta net, fixant la forêt d'un air méfiant, elle siffla et sa chouette prit son envol pour jouer à l'éclaireur au milieu des ténèbres de la nature. Le vent s'était calmé mais des bruits de craquement résonnèrent plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
http://liliebia.deviantart.com/
Elena Alfgard

avatar

Féminin Messages : 94
Expérience : 60

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 18 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Mer 19 Fév 2014 - 19:34


« Althaia... ? » répétait-elle, en la regardant droit dans les yeux.

L’étrangère avait apparemment compris Elena, et se présenta à son tour. Althaia était son prénom. Prénom d’une drôle de sonorité. Mais ce qui amusait Elena, était la manière de communiquer de la jeune femme. Comme venant de deux mondes différents, alors qu’il semblait que la fille des neiges pouvait comprendre la langue de la prêtresse, elle préférait user du langage gestuel. Elena ignorait que c'était aussi à cause de son accent qu'Althaia préférait ne pas se prononcer.

Les gestes semblaient donc être le meilleur moyen pour ‘’discuter’’, omettant toute frontière personnelle. Cela ne dérangeait nullement Elena, de nature très humble malgré ses origines. Elle n’avait jamais regardé quiconque de haut, ou avec un quelconque air hautain, bien au contraire. La proximité était signe de confiance entre ces deux-là, surtout qu'Elena avait à présent une dette envers la jeune femme. Et comme si cela ne suffisait pas, toujours inquiète, Althaia prit une autre couverture et la lui déposa sur les épaules. Quelle était gentille ! 

Gênée une fois de plus, la fille Alfgard lui fit comprendre d'un large sourire que ça irait. Ramenant ses mains près de sa bouche, elle souffla un peu dedans pour les réchauffer, avant de finalement retourner s'asseoir près du feu qui crépitait. Ses mains juste au-dessus, la chaleur finit par pénétrer son corps. Mais au même moment, Althaia s'était figée, comme absorbée par quelque chose. Elena l'examina. C'était un air méfiant qui dominait sur son visage. Avait-elle entendu quelque chose ? Cela ne l'étonnait pas. Après tout, il semblait qu'elle connaissait ces terres, du moins, mieux qu'elle-même.

« Qu'y a-t-il, Althaia ? lui demandait-elle, certaine qu'elle la comprendrait. Sommes-nous en danger ? »

Le Harfang qui les surveillait était parti guetter. Mais il revint rapidement. La jeune femme et la chouette semblaient être en symbiose. Elles se comprenaient mieux, elles ''discutaient'' mieux même que les deux humaines entre elles. A ce moment, un grondement se fit entendre non loin. Elena se redressa net pour se positionner aux côtés de sa nouvelle amie, laissant tomber la couverture qui était sur ses épaules. Elle récupéra rapidement sa cape et la rattacha. Au cri, il s'agissait très probablement d'un ours. Le cheval s'était lui aussi relevé. Les sourcils froncés, la prêtresse appréhendait l'arrivée de la bête. Elle n'avait jamais eu affaire à des animaux sauvages ou à des monstres. Alors, elle croisa ses mains devant elle et ferma les yeux, comme pour prier. L'on pourrait se demander si c'était bien le moment de faire une telle chose !

Mais il n'en était rien. Elena se concentrait. Un peu effrayée il faut l'avouer, mais elle prenait sur elle, pour être opérationnelle. Toujours les yeux clos, elle s'exprima dans un murmure : « Ne t'inquiète pas Althaia, je nous protégerai... enfin, j'espère... »

Sans grande conviction ceci-dit ! Le danger, elle n'a jamais eu à y faire face. Quand elle usait de ses pouvoirs, c'était surtout la Iatromancie dans le but de soigner les maladies ou les blessures des pauvres gens qui n'avaient pas les moyens de s'offrir l'art de la médecine. Il était rare qu'elle ait à utiliser l'Hoplitomancie. Néanmoins, dans cette situation, elle espérait seulement que sa magie puisse les aider, mais encore mieux, elle espérait surtout que la bête ne vienne pas vers elles...


Revenir en haut Aller en bas
Althaia Nepheris

avatar

Féminin Messages : 84
Expérience : 20
Age : 29
Localisation : 21

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 26 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Dim 23 Fév 2014 - 17:29



A plusieurs kilomètres du feu de camp des deux femmes, dans les profondeurs de la forêt, un grand malheur s'abattit. Il y a quelques heures de cela, un chasseurs posait ses pièges dans les recoins qu'il connaissait, des passages réguliers de gibiers. Il entreposait ses pièges avant de les dissimuler par des branches mortes et un peu de neige. Fier de lui, il ramassa ses outils et se préparait à rentrer mais un bruit suspect lui sortit de ses pensées. Un grondement sourd résonnait non loin de lui, on pouvait distinguer un écho et il reconnut le grognement. Sa curiosité était plus fort que lui, il voulait voir de ses propres yeux la bête auquel il imaginait. Un ours, ŭrsus en latin, grand mammifère très dangereux et sauvage. L'homme s'approcha d'une grotte quelconque, on pouvait sentir l'air devenir plus chaud à l'intérieur, ça empestait le fauve. Il entra en faisant attention où il posait ses pieds, évitant les rochers pointus ou les branchages qui risqueraient de craquer sous son poids. Au fond de la grotte, une grande et épaisse masse brune respirait calmement, si apaisé qu'on le croirait mort. Malgré qu'il la vu, il voulait s'en approcher, plus près pour se vanter dans son village d'avoir croisé un ours et d'en revenir vivant, sans égratignure. Ses pas devinrent plus tremblants, il prenait son temps pour s'approcher, la peur commença à envahir son corps et son esprit. L'adrénaline brouilla ses sens, il fixait l'animal et ne voyait que lui. Sauf que l'ours n'était pas seul, un ourson l'avait senti et commença à gronder de sa petite voix fluette. Surpris par cela, il tomba par terre, s'éraflant la jambe contre une pierre pointue et commença à saigner. L'épaisse masse poilue commença à bouger et une tête ornée de petites oreilles rondes se leva, se tourna vers l'intrus et des yeux rouges le fixa méchamment. Un hurlement se fit entendre dans la grotte, l'homme se faisait courser par l'ourse bien réveillée. Il criait, appelait de l'aide même si c'était vainement car il y avait peu de gens dans la forêt par ce temps, à part des traqueurs comme lui ou des voyageurs. Il boitait en courant mais finit par oublier sa douleur, sa soif de survie lui donnait des ailes pour fuir le monstre.

Les deux femmes se tenaient debout près du feu, fixant le bruit étrange et la chouette revint, affolée, Althaia comprit qu'un danger arriva à tout rompt vers elles et qu'il ne fallait en aucun cas traîner plus longtemps. D'un coup de pied dans la neige en direction du feu pour éteindre les flammes, on entendit les derniers souffles du feu siffler dans l'air sous la couche de neige froide et humide. Elle attrapa les rennes de son cheval, attacha ses affaires et monta dessus d'un saut, écartant les jambes pour être bien assise dessus. Elle tendit la main vers la jeune femme pour l'aider à monter aussi, elle n'allait pas la laisser ici. Elena pensait pouvoir les protéger mais Althaia en douta fortement et préféra fuir. Mais elle n'eurent le temps de prendre la fuite que l'ourse en colère était devant elles, grognant à baver sa salive dégoûtante. Sa respiration chaude se transforma en fumée devant elle, ses grosses griffes les menacèrent. Le cheval prit peur et se cambra en reculant, faisant tomber les cavalières et partit plus loin en hennissant, affolé. Althaia était couchée à terre, regarda son cheval avec regret, espérant le retrouver mais en se tournant vers la bête en furie, espéra cette fois survivre. Elle ne pouvait pas se laisser mourir ainsi, elle tenta le tout pour le tout et se concentra malgré la peur au ventre. Utilisant le pouvoir d'invocation animale, elle ne pouvait invoquer celui de l'ours, sa colère ferma son esprit à tout contact. Elle réussit à demander de l'aide auprès d'oiseaux passant du merle au buse qui n'attendit pas longtemps avant de plonger vers le gros mammifère. Ils visèrent les yeux et la truffe pour le déboussoler ainsi, les deux femmes pouvaient se relever et prendre la fuite.

Revenir en haut Aller en bas
http://liliebia.deviantart.com/
Elena Alfgard

avatar

Féminin Messages : 94
Expérience : 60

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 18 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Ven 28 Fév 2014 - 18:35


Althaia ne perdit pas une seconde pour réagir. Elle éteint le feu, récupéra ses affaires pour les mettre sur son cheval et grimpa dessus. Quant à Elena, elle la regardait faire, ne sachant pas réellement comment réagir à son tour. La fille des neiges lui fit comprendre qu'il valait mieux s'en aller, et lui avait tendu la main pour qu'elle monte derrière elle, ce qu'elle fit. En amazone, elle s'accrocha à la taille d'Althaia. Mais elles n'eurent hélas pas le temps de s'échapper. L'Ours était là, et le cheval se cambra de peur et détala. A peine montée, Elena retomba aussitôt à terre, ainsi qu'Althaia, et la pauvre femme semblait attristée de voir sa monture s'en aller au loin. L'Ours s'approchait dangereusement des deux comparses. Au même moment, la femme des neiges s'était figée pour ''demander'' de l'aide auprès ...d'oiseaux ? Était-ce là le pouvoir de Zoomancie ? Elle avait lu beaucoup d'écrits à ce propos, mais comme toute chose, elle n'avait jamais vu quelqu'un la pratiquer. Alors, d'un geste de la main, la prêtresse fit apparaître un bouclier de lumière autour de sa partenaire. Car à cet instant, la jeune femme était on ne peut plus vulnérable, face à la bête.

Différentes espèces d'oiseaux arrivèrent en piqué sur l'Ours. Attaqué de toute part - mais principalement au visage et sur la truffe - il grognait, se débattait, vainement. Cette attaque allait permettre aux deux femmes de pouvoir enfin prendre la fuite. Promptement, Elena se redressa et aida Althaia à se relever à son tour. Le fameux bouclier s'était dissipé.

D'un simple regard, elles s'étaient comprises, et ainsi, elle se mirent à courir dans la direction opposée d'où venait l'Ours. De grandes enjambées. Infinies. A travers la plaine et les fourrés. Une vive allure pour les deux demoiselles. La neige volait à chacun de leurs pas... A ce propos, étaient dissimulés un certain nombre de pièges dans la neige, posés par des traqueurs, sûrement les mêmes que ceux qui avaient réveillé la bête. Et il ne fallut que quelques mètres parcourus pour que l'un d'entre eux n'attrape le pied d'Elena. Elle laissa s'échapper un cri de forte douleur, l'arrêtant net dans sa course. Le piège s'était refermé sur son mollet, traversant le pantalon de la jeune fille, transperçant sa chair et faisant perler le sang. Rapidement, elle déposa un genou à terre, et essaya avec sa maigre force de libérer sa jambe, en vain. Son visage exprimait à la fois douleur et énervement car à cause d'elle, il y avait de fortes chances que l'Ours les rattrape, une fois qu'il en aurait fini avec les oiseaux – sans se leurrer, les volatiles ne pouvaient pas le retenir indéfiniment – et elle ne voulait pas qu'Althaia soit en danger par sa faute. Elle lui en devait déjà une belle.

Mais la jeune femme n'abandonna pas Elena, et grâce à un coutelas qu'elle sortit de sa ceinture, elle trifouilla et débloqua l'attrape gibier en peu de temps. On aurait dit qu'elle avait fait ça toute sa vie. Du moins, elle était plus débrouillarde que la prêtresse. Celle-ci examina ensuite sa jambe en soupirant. La blessure en soi n'était pas très grave, mais courir semblait impossible désormais, au mieux elle boiterait... Il aurait été facile de se soigner, mais cela demandait un certain temps pour refermer l'ensemble de la plaie, et le temps, elles ne l'avaient pas !

On entendait au loin la bête grommeler. Mais pour combien de temps allait-elle encore les poursuivre ? Elena ne comprenait pas la colère de l'Ours, sûrement un chasseur l'avait-il déranger. Elle se demandait si Althaia ne pouvait pas faire quelque chose. Après tout, elle pratiquait l'art de la Zoomancie... Peut-être n'était-ce pas si facile à entrer en contact avec une bête énervée. Quoiqu'il en soit, il fallait continuer à avancer. Mais pour aller où ? Elle l'ignorait. Seule la femme des neiges connaissait les lieux, et elle comptait sur elle pour la guider. Déchirant un bout de son chemisier en soie, elle banda la blessure sans trop de délicatesse, créant un garrot. Se relevant difficilement, elle ne pouvait tenir en appui que sur sa jambe droite. La tête baissée, d'un air déçu, elle s'exprima :

« Je suis désolée..., soupirait-elle, je suis véritablement un fardeau... »

Revenir en haut Aller en bas
Althaia Nepheris

avatar

Féminin Messages : 84
Expérience : 20
Age : 29
Localisation : 21

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 26 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Mar 8 Avr 2014 - 21:42



Des dizaines, presque même des vingtaines d'oiseaux piquèrent sur la tête de l'ours qui grognait de mécontentement. Althaia n'attendit pas plus longtemps pour courir en attrapant le bras de son amie pour l'emmener loin de là. Elles coururent à vive allure dans les steppes, n'osant pas se retourner pour voir où en était la bête. Un cri frappa le calme des plaines, la jeune Mãnchë s'arrêta net pour comprendre ce qu'il se passe et remarqua que son amie n'était plus dans son champs de vision. Les hautes herbes la cachait, on pouvait discerner le haut de sa tête blonde. Elle vient à sa rencontre pour voir ce qu'il se passait et fut surprise en voyant sa jambe en sang coincée dans un piège. On entendait un grondement plus loin, l'ours crachait sa rage après s'être débarrassé des oiseaux. Althaia se dépêcha de l'aider, elle sortit son couteau pour désamorcer le mécanisme de pression contre sa jambe. Il lui a fallut plusieurs essais pour réussir. La jeune femme s'arrêta net, elle sentit des vibrations à ses pieds et lorsqu'elle leva la tête pour voir de quoi il s'agissait, l'ours galopait vers elle, la colère noire dans le regard, bouchée grande ouverte montrant ses crocs prêtes à déchiqueter ce qu'il trouvait sous ses pattes énormes. Elle sentit son coeur battre à tout rompt, prête à exploser, elle priait ses ancêtres en levant son visage vers les cieux et ses bras devant son visage pour se protéger :

"Pelasta meidät, kiitos"

Alors qu'elle était persuadée que c'était la fin, ne voyant aucune issue à ce danger, une plainte sonore éclatait devant elle. Ouvrant les yeux à nouveau pour voir ce qu'il se passait, l'ours s'arrêta, se changea, sa colère avait disparu tout d'un coup, on voyait plutôt la peur. Quand elle remarqua qu'il tangua et allait tomber sur elle, Althaia attrapa le bras d'Elena pour la déplacer de plusieurs pas en arrière. La bête tomba à terre devant elle sous un fracas terrifiant, on pouvait sentir son poids sous les pieds. Quelque chose apparut sur son dos, des flèches lui transperçaient les épaules et côtes, elles ont sûrement touché un ou des organes vitaux ce qui a causé la chute de ce malheureux.


Hannibal Zargon, 41 ans, chasseur expérimenté, ancien membre de la garde royale du royaume d'Archiadia. Il est venu s'installer à Prodora avec sa famille pour écouler une retraite méritée. Ils vivent de leur culture et de la chasse, son fils les a quitté pour devenir écuyer d'un chevalier, alors ils vivent qu'à deux. Ils ont construit leur maison près de la forêt et d'un puits.
Althaia chercha l'origine de ses flèches tueuses et vit au loin un homme, se tenant debout avec un arc à bout de bras, les pointant. Elle n'osait bouger, le chasseur les fixait longuement avant de venir à elles. Il savait marcher en faisant attention où poser les pieds tout en braquant son arme sur elles. Plus il s'approchait, plus elle pouvait le distinguer, un vieil homme fatigué, armé jusqu'aux dents mais portant des vêtements légers. Un chasseur ou un brigand? Elle ravala sa salive, prête à attaquer pour se défendre, crispant des mains et des bras. Il toussa, on pouvait sentir dans sa voix qu'il n'était plus tout jeune et leur annonça :

"Que faites vous ici? Vous n'êtes pas les bienvenues chez moi .. Vous devez être des idiotes à croire pouvoir vous sauver des griffes d'un ours !"

Son regard était aussi dur que de la pierre et froid qui plus est. Althaia n'osait répondre par son manque d'expérience dans leur langue et se tourna vers Elena, espérant qu'elle puisse discuter avec cet homme.


Revenir en haut Aller en bas
http://liliebia.deviantart.com/
Elena Alfgard

avatar

Féminin Messages : 94
Expérience : 60

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 18 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   Mer 28 Mai 2014 - 23:56



L'ours les avait rattrapées. Les deux jeunes filles pensèrent que c'était la fin. Elena regardait Althaia qui semblait prier les cieux. Elle, elle ne priait pas. Elle avait peur. Voir cette bête foncer droit sur elles... Quand soudain, l'Ours s'arrêta brusquement et perdit l'équilibre, il tomba net à leurs pieds, mort. Comment était-ce possible ? On pouvait percevoir, une fois la bête à terre, une armée de flèches qui transperçaient son dos, et un humain, non loin, brandissant son arc vers elles. C'était très certainement lui qui les avait sauver. N'ayant pas eu le temps de dire « ouf », l'homme, d'un certain âge, s'adressa à elle.

« Que faites vous ici? Vous n'êtes pas les bienvenues chez moi .. Vous devez être des idiotes à croire pouvoir vous sauver des griffes d'un ours ! »

Il n'avait pas tort, même si, à peu de détails près, elles auraient pu s'en sortir seules, en un seul morceau ! La jeune Mänche semblait un peu perdue, elle délégua la prise de parole à la jeune impériale. Elena posa sa main sur l'épaule de sa nouvelle amie, et s'avança d'un pas boiteux. L'homme, quelque peu sur ses gardes, banda la corde, sous-entendu : il ne fallait pas faire un pas de plus ou une flèche risquerait de les atteindre. Le bras levé vers lui, elle s'exclama :

« Je vous en prie, veuillez baisser cet arc, comme vous avez pu le voir, nous sommes... inoffensives. » dit-elle, quelque peu déçue de cette vérité. Mais elle reprit :

« Nous... sommes perdues. Nous ignorons que ces terres étaient les vôtres... »

En effet, Elena n'était là que parce qu'elle suivit des indices qui ne semblaient pas être bons visiblement. Depuis qu'elle est dans les steppes, elle n'a croisé aucune personne malveillante, seulement des nomades. En ce qui concernait son amie, elle ignorait encore tout d'elle, sauf son nom. D'ailleurs, elle en profita pour se présenter au chasseur.

« Je me nomme Elena, et voici Althaia. »

Toujours méfiant, l'homme baissa son arme et rangea ses flèches. Il pouvait lire dans les yeux des deux petites qu'elle disait vrai. Mais ce n'était pas pour autant qu'il se présenta. Toujours avec cette froideur, il se rapprocha lentement de la bête pour retirer les flèches qui l'avaient transpercée. Puis, il lança un regard à la jambe de la blondinette impériale.

« Mes pièges semblent fonctionner... » dit-il fièrement sans trahir son semblant d'indifférence.

Elena rougit à cette remarque, tout comme sa blessure qui continuait de saigner à travers le bandage fait maison.

Soupirant, le chasseur s'approcha de la prêtresse et posa un genou à terre. Il rapprocha son visage de sa jambe pour examiner la plaie. Gênée, mais la jambe tremblotante, l'impériale se posa à son tour à terre. Il connaissait les dégâts que pouvait causer ses attrape-bêtes. Il réfléchit un instant. Il hésitait à leur proposer son aide.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage dans une contrée désolée... [Althaia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyage dans la jungle [CLos]
» Il était une fois, dans une contrée lointaine... [Endolion]
» Voyage dans l'immensité russe
» Voyage dans le foin...
» Voyage dans les arcanes - Par Laurelyn Silimaurë

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: Le Centre :: Steppes d'Akulaha-
Sauter vers: