AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Mänchë [Nomades des Steppes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esprit Errant

avatar

Masculin Messages : 24
Expérience : 3

MessageSujet: Les Mänchë [Nomades des Steppes]   Lun 8 Juin 2015 - 11:45

Le peuple Mãnchë मान्छे


Environnement :
Le peuple Mãnchë vit au-delà des Eolanes et à l'est des monts d'Alran, dans les steppes d'Akulaha. Peuple semi-nomade, ils se déplacent au gré des saisons et des déplacements des troupeaux sauvages, s'installant pendant un temps dans une plaines pour reprendre la route après quelques semaines. Soumis à un environnement dur et froid, les mãnchës ont appris à supporter les basses températures hivernales des steppes - qui parfois atteignent -30°c – et à vivre dans un milieu ou la faune est peu présente.

Démographie et économie :
Peuple mineur des steppes, le peuple Mãnchë ne compte à ce jour que trois clans connus, dont chacun n'atteint guère plus d'une soixantaine de membres. Vivant principalement de la chasse et de la cueillette, ce peuple technologiquement peut développer n'a que peu de relations avec les autres peuples. Ces relations pour la plupart neutres ne tiennent que du troc de marchandises artisanales et de plantes, les mãnchë n'ayant aucune économie propre.
Si leur artisanat est particulièrement appréciée des humains et des elfes qui s'aventurent parfois sur les steppes d'Akulaha, c'est surtout à Prodora que l'on peut trouver des manteaux, bottes et bijoux de confection Mãnchë, si rares qu'ils sont presque vendus à prix d'or. Car en effet les mãnchës restent bien trop loin des cités et des montagnes du Sud des steppes pour qu'un véritable commerce puisse être entrepris. Ils restent avant tout le peuple libre d'Akulaha, presque toujours en mouvement, si bien qu'il n'est pas aisé de les retrouvé d'une année à l'autre.
Seuls deux peuples sont régulièrement en contact avec les Mãnchë : Les nains de Maarund, devenus nomades, qui les croisent de temps à autres aux gré de leurs déplacements. Et Les aërthës des fjords, qui entreprennent parfois des raids à leur encontre lorsque les mãnchës se rapprochent trop des côtes du Nord-Est.

Coutumes :
Chez les Mãnchës, le passage du statut d'enfant à celui d'adulte se fait par le biais d'un rite initiatique effectué en plusieurs étapes :
Lorsque l'enfant atteint l'âge de 14 ans, il passe une initiation pour entrer dans le monde des adultes. Au cours de cette initiation plusieurs épreuves leurs sont imposées, trois en tout. Si chaque année ces étapes sont différentes, chacune a sa propre fonction. L'une consiste à dépasser ses peurs, prendre confiance en soi et le courage en est le symbole. La seconde a pour objectif de prendre en compte ce qui l'entoure : la nature, les personnes et les esprits. L'écoute et l'attention en sont les emblèmes. Quant à la dernière, elle a pour but d'enseigner au futur adulte le respect.
Si l'enfant échoue, il recommencera l'année suivante, et ainsi de suite jusqu'à qu'il ne passe les tests avec succès. Il n'est donc pas impossible que certains ne soient jamais considérés comme adultes, plusieurs d'ailleurs ont abandonnés et ont quitté le clan, la honte sur eux.
Si l'enfant réussit, les chamans du clan l'invitent à les rejoindre lors d'une réunion entre les hommes et la nature par le biais des esprits. Ils chantent alors des cantiques et fument du tabac, ce qui crée une scène brumeuse et étrange. Ils y passent ainsi plusieurs heures jusqu'à l'apparition d'un signe : il s'agit généralement du reflet d'un animal, qui devient dès lors le totem de l'enfant devenu adulte.

Croyances :
Les Mānchēs n'ont pas de théologie à proprement parler, ils célèbrent les esprits de la nature et portent un profond respect pour tout ce qui les entoure. Ils remercient les esprits quand la récolte ou la chasse ont été bonnes, et les craignent lorsqu'une catastrophe s’abat sur leur clan. Les mãnchës considèrent les orages comme des signes de la colère des esprits, la pluie comme de la tristesse, et le temps ensoleillé comme de la plénitude. Peuple semi-nomade, ils ont une grande connaissance du ciel et des étoiles. Ils y ont recours non seulement pour se repérer la nuit, mais aussi selon eux pour prédire l'avenir de manière assez énigmatique et floutée.

Hiérarchie :
Bien qu'il existe plusieurs rangs au sein même d'un clan mãnchë, ces rangs ne sont différenciés ni par les richesses, ni par le sang. Ce sont bien les compétences qui les définissent. On y trouve :
  • Le grand chef टाउको (Ṭã'ukõ) : Statut héréditaire, le titre de Tã'ukõ est donné sans préférence à l'ainé du précédent chef, qu'il s'agisse d'un fille ou d'un garçon. Il représente le clan et porte sur lui la responsabilité de sa sécurité et sa pérennité.
  • Les chamans जादूगर (Jãdügara) : Au nombre de trois, généralement d'un âge avancé, les chamanes sont la sagesse d'un clan. Ils pratiquent une magie simple et naturelle, ils écoutent et interprètent les signes offerts par la nature et les retransmettent sous forme d'énigmes, de mystères dont la réponse doit être trouvée que par celui qui leur a demandé leur aide. Ils sont aussi les guérisseurs du clan, usant des plantes pour la confection d'onguents et potions.
  • Les guerriers योद्धा (Yõd'dhã) : Ce sont des hommes entraînés à se battre pour protéger leurs familles et leurs amis, leur clan. Ils utilisent des armes primaires tels que des lances, arcs, flèches et haches courtes artisanales appelées tomahawk. Redoutables surtout en duel, ils sont rapides, résistants et sans peur. Quand le clan est en paix, ils l'aident à prospérer en chassant et effectuant les travaux les plus ardus, tels que la construction des huttes.
  • Les femmes महिला (Mahilã) : Elles sont tel de petites fourmis ouvrières dans cette fourmilière. Elles gardent le village, nourrissent le clan et élèvent les enfants. Si certaines deviennent parfois soldates ou chamanes, beaucoup d'épreuves leur sont imposées pour prouver leur valeur dans ces tâches et la plupart préfèrent garder la place qui leur est traditionnellement allouée.


bg rédigé par : Althaia Nepheris & Masque.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Mänchë [Nomades des Steppes]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La bataille des steppes
» La Hache des Steppes (1974)
» Je me comporte comme un loup des Steppes, je m’en-cloisonne pour apprivoiser mon âme, parce qu'à l'extérieur tout m'effraie.
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Le Khalassar en marche.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: jjjj :: L'encyclopédie et Annonces :: L'encyclopédie :: L'univers :: Les peuples :: Les Humains-
Sauter vers: