AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enoriel Therendrion

avatar

Féminin Messages : 28
Expérience : 85

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 187
Inventaire:

MessageSujet: Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)   Ven 17 Oct 2014 - 21:20

Je me massai latête depuis un moment déjà, repoussant mon énervement face à tous ces imbéciles qui étaient incapables de se mettre d'accord sur la façon de diriger le peuple. Ce n'était pas la première fois que cela arrivait mais le temps passant, l'énervement arrivait bien plus facilement qu'à l'ordinaire et la surcharge de travail bien plus pesante, la majorité des hauts-elfes présents dans la grande salle du Conseil Princier étant incapables de véritablement travailler ensemble. C'en était navrant... navrant, décevant, énervant, chiant, éreintant ! Mais ne pouvaient-ils pas garder leur calme et arrêter de me casser les oreilles à essayer de parler plus fort que le conseiller d'en face ?! J'en avais marre... marre oui, RAS LE BOL ! Alors pour la première fois depuis que j'étais la régente de Fildor, en plus de frapper un grand coup sur la table d'honneur - enfin là où s'installaient toujours les principaux guides de la principauté - tout en me levant subitement, j'utilisai l'audiomancie pour porter au plus fort ma voix dans toute la salle afin de les faire taire.

"ASSEZ !

Comme cela faisait déjà quelques minutes que je gardai le silence, trop épuisée pour débattre une nouvelle fois sur la disposition que devait avoir l'armée sur le territoire, si on devait se refermer un temps sur nous-mêmes ou bien au contraire faciliter les échanges avec les autres principautés économiquement parlant, je décidai sur un coup de tête de lever la séance tout en sermonnant comme il se devait ces gens qui se disaient être prêts à monter sur le trône princier. D'ailleurs, je n'avais toujours pas découvert qui était le meurtrier de mon cousin, ce qui n'arrangeait pas mon état d'esprit. Et puis tenir ces deux rôles qu'étaient la régence et Gardienne était de trop pour moi lorsqu'on ne me laissait pas le temps de me reposer un minimum, ce qui était le cas depuis déjà quelques semaines... pour tout dire, je ne pouvais même plus m'occuper de magie, de poésie ou encore de la pauvre Macabre qui avait tant encore à apprendre ! Enfin, revenons-en à ma maudite prise de parole...

-N'avez-vous donc pas honte ? Je ne vois là que des adultes qui ne savent qu'essayer d'imiter les marchands de poisson pour vendre leurs idées ! Depuis quand sommes-nous sur ce même problème et depuis quand êtes-vous incapables de travailler ensemble ? Et vous vous dites prêts à assurer la régence de cette principauté ?! Aucun d'entre vous ne s'en montre digne !

Ouhla... je m'emportai un peu trop là et pour une fois mes véritables pensées s'échappaient de mes lèvres pour tous les frapper, comme une lance s'enfoncerait dans le membre d'un soldat. J'étais sur les nerfs, je n'en pouvais plus. Et j'étais injuste certainement, tous ne se montrant pas indignes de monter sur le trône à mon avis ; mais rares étaient ceux que j'avais remarqué pour être vraiment capables d'assumer cette fonction. Me reprenant, j'enlevai le sort pour que ma voix reprenne une intensité normale sans pour autant perdre de sa fermeté. Un silence pesant s'était instauré dans la grande salle richement décorée, signant à la fois un échec pour nombre de conseillers et une erreur de m'être emportée. Je sentais déjà que je dégusterai plus tard et il était déjà trop tard pour faire marche arrière. Peut-être que cette maladresse de ma part me servirait, en un sens. Quoi qu'il en soit, il fallait que je "conclue" la séance en demandant à tous de rentrer chez eux. Et qu'ils ne viennent pas me chercher...

-La séance est close, vous êtes libres jusqu'à demain aux premières heures. Prenez ce temps pour réfléchir, vous en avez tous besoin. Ne venez pas me trouver avant ces mêmes heures.

Je senti que l'un d'eux allait prendre la parole, aussitôt je fermai ma main droite avec fermeté et autorité, faisant taire les mots naissants dans la bouche ouverte de l'idiot qui voulait me mettre à bout.

-La séance est close. Alors sortez, maintenant !"

Ils auraient pu tous faire en sorte de rester afin de me mettre à bout mais grâce à Lyrr, ils eurent la bonne idée d'obéir ! A croire que je m'étais assez fait comprendre. Aussi les voyant se tourner vers la sortie, je me rassis sur mon siège tout en essayant de respirer calmement. Crevée, complètement crevée... la seule dont j'avais envie était de m'asseoir tranquillement chez moi au bord d'une fenêtre, à regarder les oiseaux passer, s'envoler loin de ce monde grotesque de politique. Ah, qu'aurais-je aimé pouvoir m'envoler auprès d'eux ! Mais bon, je n'étais qu'une elfe... une elfe quand même, mais une elfe. Après m'être passée la main au front je fermai le dossier qui traînait devant moi sur la table et me levai, prenant au passage mon cher bâton magique, aide lors de temps durs. Je n'imaginai pas encore la suite de cette fabuleuse journée...
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)   Ven 17 Oct 2014 - 22:08

La séance du conseil princier du jour avait été houleuse, c'était le moins que l'on pouvait dire. Une énième séance sur un sujet qui concernait directement le jeune Fineldor. Jeune, comparativement à la majorité des autres conseillères et conseillers présent. Jeune, mais bien plus expérimenté qu'eux sur le sujet en question. Il s'agissait de choisir si la principauté garderait ses frontières fermées ou s'ouvrirait aux échanges avec les autres principautés. Sur ce point-là, le haut-elfe restait relativement en retrait. En revanche, la répartition de l'armée sur le territoire de Fildor, qui était traitée en parallèle, le concernait bien davantage. Lui qui avait servi dans l'armée pendant plusieurs décennies, au plus proche des batailles, savait de quoi il parlait, et connaissait le quotidien des soldats. Il ne s'était hissé qu'à un petit grade, bien loin des généraux observant les batailles de l'arrière. Lui avait toujours été sur le terrain. Toutefois, et contrairement à la plupart des autres personnes présentes autour de la table, il ne faisait pas étalage de cette connaissance, n'en profitait pas pour imposer sa voix et son discours. La plupart du temps il écoutait, et rétorquait par de cinglantes remarques bien placées, avant d'exposer son avis, appuyant sur les détails évidents pour quelqu'un ayant connu le front, mais tellement méconnus de ces nobles politiciens.

Ce conseil avait été éreintant sur bien des aspects. Même s'il gardait son calme habituel, sujet et source de l'énervement de nombreux conseillers, qui voyait là une forme de défi, de mépris pour eux, Fineldor n'en était pas moins fatigué de tout cela. Le débat virait à un exposé d'idées où celui qui se montrerait le plus malin, (ou le plus retord, selon lui), était censé gagner. Il avait poussé plus d'un soupir devant tant de futilité. De bêtise même, d'inepties selon lui. Pendant que les discussions se perdaient sur des détails n'ayant d'autre intérêt que le pouvoir politique égoïste, la principauté restait livrée à elle même.

Apparemment, cet état d'énervement, il n'était pas le seul à le ressentir.

ASSEZ !

La voix résonna fortement dans la salle du conseil. Nul doute que la régente avait fait appel à la magie caractéristique de sa famille pour amplifier sa voix. A moins qu'elle n'ai musclé ses cordes vocales à un degré surprenant. En tous les cas, si ce cri eut pour premier effet de résonner dans l'esprit déjà douloureux du haut-elfe, sa seconde réaction fut un sourire et une décontraction évidente. La régente se lança dans un petit discours, clairement dicté par la colère, dans lequel elle exprimait son mépris pour chacun d'eux, les jugeant indigne de gérer la principauté. Elle avait raison sur le fait que chaque conseillère et conseillers présentait ses défauts, la plupart ayant l'orgueil et l'égoïsme entre autre chose, et lui-même savait avoir les siens, même s'il ce n'était pas ceux de la majorité. Toutefois, il ne put s'empêcher de penser qu'elle aussi avait des reproches à se faire.

Le silence qui s'ensuivit, lourd de sous-entendu, plut presque à Fineldor. En un sens, il mettait tout le monde mal à l'aise, et en replaçait certains. Lui aussi, bien sûr, mais il savait ne pas être en première ligne. Ce silence ne fut perturbé que par la voix de la gardienne, qui conclue la séance de manière autoritaire. Certains voulurent poursuivre, mais elle les arrêta net en demandant à tout le monde de sortir. Après quelques secondes d'hésitation, tout le monde se leva, et les premiers commencèrent à quitter la salle. Manifestement extenuée, la gardienne se saisit de ses parchemins de notes, et de son bâton, tout en observant d'un œil lointain les conseillers quitter la salle.

Le mage haut-elfe préféra plutôt rester en arrière, observant un sourire au coin des lèvres ses "confrères" et "consœurs" quitter la salle. Il souhaitait s'entretenir directement avec la gardienne. Aussi patienta-t-il debout, prêt de sa place, jusqu'à ce qu'elle s'approche de lui, sans vraiment le remarquer apparemment.

«Jolie démonstration.»

Les deux hauts-elfes étaient désormais seuls dans la salle, et les mots, quoique prononcée d'un ton normal et posé, résonnèrent presque.

«J'ai apprécié votre intervention de fin de séance. Il faut dire qu'une partie de ces imbéciles n'a décidément pas compris la situation dans laquelle nous nous trouvons. Sans compter le fait, comme vous l'avez dit, qu'ils ne pensent qu'à leur pomme.»

S'il ne se considérait pas de cela, il émettait des doutes quant au fait qu'elle ne le voit pas dans le tas.

«Cependant, je pense que cette séance aura du bon au final. Peut-être que le petit problème qui vient de survenir vous fera comprendre combien il est nécessaire d'être autoritaire avec le conseil, et de savoir faire preuve de poigne. Regarder et laisser discuter, c'est bien, mais si vous ne menez et n'orchestrez pas les débats, cette situation risque de se reproduire plus d'une fois. Mais vous devez déjà vous en douter. Si nous avons tous nos défauts pour mener la principauté, je pense que celui-ci fait partie des vôtres, sans vouloir vous offenser...»

Adressant un sourire à la régente, il commença à lentement se diriger vers la sortie.

«Vous avez beaucoup de talents, dame Enoriel. Mais je crains que pour le moment, il ne vous manque encore la poigne et l'autorité que possédaient votre oncle et votre cousin.»
Revenir en haut Aller en bas
Enoriel Therendrion

avatar

Féminin Messages : 28
Expérience : 85

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 187
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)   Ven 17 Oct 2014 - 23:33

"Jolie démonstration.
Par la déesse ne pouvais-je donc pas être tranquille, comme je l'avais demandé ?!
-Je vous demanderai de bien vouloir vous passer de vos commentaire, Elwëndrion.

Et il continua... Par la déesse, qu'ais-je donc fait aujourd'hui pour mériter ça ? Tenant fermement mon bâton dans ma main, je m'empêchai de soupirer ou de lui lancer un œil noir ou encore de lui crier dessus comme au conseil. Mais qu'est-ce que j'en avais envie ! Ah la politique, pourquoi fallait-il se retenir d'exploser même lorsque l'on est trop fatigué pour supporter toutes ces bêtises ? Patati, patata, blablabla... Oui je sais que certains ne comprennent pas de quoi ils parlent et que pourtant ils affirment haut et fort détenir la vérité, oui je sais que ces mêmes personnes ne pensent qu'à eux, je les ai étudiés quand même, tous, même cet énervant de Fineldor pour tout dire ! Alors qu'il ne vienne pas me dire ce que je sais déjà !

-Cependant, je pense que cette séance aura du bon au final. Peut-être que le petit problème qui vient de survenir vous fera comprendre combien il est nécessaire d'être autoritaire avec le conseil, et de savoir faire preuve de poigne. Regarder et laisser discuter, c'est bien, mais si vous ne menez et n'orchestrez pas les débats, cette situation risque de se reproduire plus d'une fois. Mais vous devez déjà vous en douter. Si nous avons tous nos défauts pour mener la principauté, je pense que celui-ci fait partie des vôtres, sans vouloir vous offenser... Vous avez beaucoup de talents, dame Enoriel. Mais je crains que pour le moment, il ne vous manque encore la poigne et l'autorité que possédaient votre oncle et votre cousin.

Je m'arrêtai, net. Lui, un sourire au coin des lèvres, s'avança vers la sortie. Comment pouvait-il... comment... oser me comparer à lui ? Et comme si... que je n'ai pas de poigne ? J'en ai toujours eu, mon vrai problème ayant toujours été d'avoir un conseil uni (en même temps vu les circonstances je ne pouvais pas en avoir un) ! J'ai su arrêter les débats, j'ai fait attention à donner la parole à chacun, comme le faisait mon cousin... Enenvar... Et il partait, se moquait, comme ça ?!

Sur un coup de tête, je claquai mon bâton sur le sol, concentrant ma magie à l'intérieur. Mon air s'assombrit, autant à cause de la douleur de la pique que par cet échec qu'on me mettait devant le nez, et ma fine main se tendit lentement mais avec précision vers l'entrée de la salle. L'énergie se concentra autour de moi, en moi même ; le vent ne tarda pas à s'élever et à se faire de plus en plus fort. J'avais beau être fatiguée, la douleur qui était en moi était trop forte pour que je ne sois pas extrêmement précise dans ce que je faisais. Peut-être même était-ce cette même fatigue qui me causait autant de peine... En quelques secondes le vent se faufila vers l'entrée, dépassant avec grande vitesse Fineldor qui n'eut pas le temps d'arriver aux grandes portes qu'elles se refermaient devant son nez, au grand étonnement des gardes postés à l'extérieur et lui laissant comprendre que sa langue de vipère avait été pour le coup trop fourchue. Ce sort pour empêcher Elwëndrion de quitter cette pièce à si bon compte n'avait pas été des plus faciles, la puissance pour refermer des portes tout de même assez lourdes ayant été élevée. Heureusement que je pouvais m'aider de mon bâton pour effectuer une telle chose. A cet instant, je détestai mon collègue.

-Vous n'en savez rien... et vous osez me comparer à eux ?!

Il savait qu'une telle pique me ferait mal, il savait très bien que je tenais particulièrement à mon cousin décédé et que m'affirmer que je faisais mal ce que lui réussissait était une insulte que ne pouvais me permettre de laisser passer, que ce soit parce que ce sujet me tenait à cœur et par honneur. Et les règles hautes-elfiques concernant l'honneur étaient très claires : même si cela n'engendrait la mort d'aucun des deux belligérants, devait s'engager un duel. Duel de deux mages de niveaux semblables, duel pour une critique bien sertie, trop douloureuse.

-Vous ne pensiez tout de même pas partir ainsi suite à vos dires, Fineldor Elwëndrion. Je sais tout aussi bien que vous que j'ai des points forts comme des points faibles et vous entendre vous appuyer sur une faiblesse liée à votre ancien prince est plus qu'une injure à mes yeux, et vous le savez. Je vous provoque donc en duel, moi Enoriel Goveindel Therendrion, de la lignée princière des Therendrion, vous Fineldor Elwëndrion !

Voilà qui était dit, en bonne et due forme. Mon premier duel. Ayant énoncé les noms des deux mages, je repris la parole avant de lancer mon premier assaut dans le but de ne pas lui laisser le choix. Manquerait plus qu'il arrive à se tirer d'affaire !

-C'est un duel magique, à armes égales. Lyrr décidera de ce qu'il en adviendra."

Je n'avais pas l'intention de le tuer. Je n'avais juste pas envie de déclarer que c'était un duel "amical". Advienne que pourra ! Tout ce que je fis pour appuyer mes paroles fut de poser mon bâton allongé sur une table à côté de moi et de le faire glisser d'un coup à l'autre bout de la pièce, afin que nous soyons à armes égales. Ainsi nous verrons qui de nous deux est plus puissant et ainsi savoir si l'affront serait sanctionné. Mon dossier sur la séance d'aujourd'hui s'était envolé avec le vent, les feuilles s'éparpillant partout, ce qi me laissait désormais mes deux bras de libres. Une sphère d'air apparut aussitôt dans ma main gauche, plus dangereuse qu'elle n'y paraissait, prête à être lancée sur mon adversaire... quels que soient les dégâts occasionnés.
Hrp :
 
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)   Sam 18 Oct 2014 - 22:02

Apparemment, l’intervention de Fineldor n’avait pas vraiment plu à la protectrice de Fildor, laquelle jugea déplacés ses commentaires. Mais au fond, n’était-ce pas un peu le but ? Il valait mieux secouer un peu violemment l’arbre pour en récolter les fruits. Il espérait qu’en lui montrant, de manière un peu provocante, l’évidence, elle comprendrait ses erreurs. Ce n’était pas qu’il voulait lui faire mal, aucunement. Mais s’il fallait en passer par là… Après avoir évoqué le manque de poigne, et avoir comparé celle qui lui faisait face à son cousin, il tourna les talons, décidant de la laisser à ses réflexions. Il semblait avoir fait mouche, à en juger par l’immobilité presque parfaite de la protectrice. Sans doute remuait-elle les pensées et les dires dans sa tête, pour mieux peser le pour et le contre. Elle était intelligente, c’est indéniable. Un peu trop laxiste parfois, manquant de fermeté face aux conseillers. Mais intelligente, ça ne faisait aucun doute. Il jugea donc son rôle terminé.

Le claquement de bâton sur le sol l’arrêta net. A vrai dire, le haut-elfe n’avait guère le choix, une bourrasque de vent ayant balayé la salle, avant de refermer brusquement les portes devant lui, sous l’air stupéfait des gardes, mais également de Fineldor lui-même. Se retournant avec malgré tout calme et assurance vers la protectrice, il croisa son regard. Un regard empli de haine, de douleur et de provocation. Peut-être avait-il quelque peu exagéré ses dires. Il n’avait en aucun cas espérer la blesser plus que nécessaire. Bien sûr, il avait usé de mots provocants volontairement. Il ne pouvait pas nier l’évidence. Mais le résultat ne semblait pas vraiment celui escompté.

-Vous n'en savez rien... et vous osez me comparer à eux ?!

Ah, voilà l’une des sources du problème. Prenant un air posé, il soupira un court instant avant de lui répondre, ou du moins de tenter.

« J’ai connu votre cousin en tant que prince, je vous rappelle. Je sais donc, et je peu...»

Elle ne le laissa pas finir, enchainant sur un ton empli de colère, déversant sa rage. Il avait, manifestement et clairement, poussé la provocation beaucoup trop loin. Il était peut-être temps de jouer l’apaisement, de ne pas chercher à s’opposer à elle. Quoique fier, Fineldor était intelligent et rusé, il savait quand il valait mieux courber l’échine, plutôt que de résister au point de rompre. Secouant la tête, il préparait déjà sa justification.

Je vous provoque donc en duel, moi Enoriel Goveindel Therendrion, de la lignée princière des Therendrion, vous Fineldor Elwëndrion !

Cette phrase le coupa net dans son élan. Un duel ? Ici, maintenant ? Et pour ça ? Elle devait probablement plaisanter. Ou avoir trop abusé de vin avant la séance. L’attrait de la gardienne pour les meilleurs vins de la principauté n’était certes pas un secret, mais tout de même, elle avait toujours été raisonnable lorsqu’il s’agissait de s’occuper de ladite principauté. Ce ne pouvait donc pas être ça. Avait-elle perdu la raison, tout simplement ? Esquissant un sourire à demi inquiet, le haut-elfe leva les bras à mi-hauteur.

«Enfin, dame Enoriel. Un duel, vous n’y pensez pas. Pas pour si peu tout de même. Nous pourrio…»

-C'est un duel magique, à armes égales. Lyrr décidera de ce qu'il en adviendra."

Posant son bâton sur une table voisine, la gardienne de Fildor, Enoriel Therendrion commença à énoncer son premier sort, entamant la formation d’une sphère d’air. La magie d’air avait toujours été le point fort de sa famille. Le haut elfe était utilisateur de magie depuis de nombreuses décennies, et se documentait très régulièrement sur le sujet, si bien qu’il connaissait toutes les attributions des grandes familles de la principauté, leurs talents et écoles spécifiques, leurs points fort et leurs faiblesses. Les Therendrion étaient sans aucun doute les plus puissants utilisateurs de la magie aérienne, du moins dans la principauté, si ce n’était dans le royaume entier. Et Enoriel était une digne représentante de la lignée, à dire vrai. Sa puissance, il ne l’avait jamais réellement observée en pleine action, mais avait entendu suffisamment de récits à ce sujet. Même si les lois au sein du peuple haut-elfe étaient assez claires en matière de duel, il n’aimait pas trop cette idée. Aussi croisa-t-il les bras dans son dos, et alors qu’il parlait, il commença l’incantation d’un sort défensif, profitant des pauses dans son discours pour en murmurer les mots tout en agitant ses mains dans son dos. Il connaissait relativement bien ce sort, mais effectuer l’incantation dans ce genre de situation était beaucoup plus compliqué, aussi allait-il mettre beaucoup plus de temps. Temps qu’il devait essayer de gagner.

« Voyons, ce duel est ridicule. Non qu’il ne soit légitime, c’est bien là votre droit, mais ne pensez-vous pas que ce soit un peu extrême comme choix ? »

Le haut elfe eut pour toute réponse l’envoi de la sphère d’air dans sa direction. Si le sort était certes très rapide, l’achèvement de l’incantation du mage permit d’augmenter sa propre vitesse, facilitant grandement l’esquive de ce projectile dangereux. Malgré tout, la masse d’air passa très très prêt de lui, ne manquant pas d’emporter un pan de sa robe, en arrachant une petite portion. Se relevant doucement, il ne put que constater les dégâts d’une moue contrarier.

« Il serait plus raisonnable d’en rester là ? Ou voudriez-vous donner un encore plus mauvais exemple de nous deux ? »

En prévision, le haut-elfe commença l’incantation d’un nouveau sort à but défensif. Le précédent avait en effet déjà expiré, son temps d’effet étant relatif au temps utilisé pour son incantation.
Revenir en haut Aller en bas
Enoriel Therendrion

avatar

Féminin Messages : 28
Expérience : 85

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 187
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)   Sam 18 Oct 2014 - 23:03

Extrême ? Non je ne pensais pas. Et puis de toute façon je m'en fichais, pour tout dire. Ma colère était trop forte, ma fatigue aussi au point que j'avais du mal - ou plutôt que je n'arrivais pas - à prendre du recul sur la pique qu'il m'avait lancée concernant ma façon de faire et le lien avec mes proches. Ils m'avaient été si chers, tous les deux... Enerion pour m'avoir accueillie et élevée comme si j'avais été sa fille, Enenvar parce que nous avions été aussi proche que pouvaient l'être un frère et une sœur. La notion de famille était importante pour moi et toucher à mon cousin m'avait fait une grande peine, peut-être encore plus grande que de me rappeler que je n'avais jamais vraiment pu connaître mes parents biologiques. Et me comparer à lui dans le but de me blesser... non, quelle qu'en soit la raison, cela ne passait pas. Alors Fineldor avait beau dire tout ce qu'il voulait afin de ne pas se retrouver dans un duel - ce qui de mon point de vue était relativement lâche, et c'en était décevant... - je ne lui laissai aucun choix : il était trop facile de jouer avec les mots pour convaincre une personne de rebrousser chemin et de prendre une autre décision. Je ne désirai aucunement une autre solution que le duel, les paroles serties du sourire mauvais d'Elwëndrion me hantant, me convainquant d'autant plus de sa volonté à toucher à ce qui pourrait s'apparenter à mon honneur. C'est pour cela que ma sphère d'air partit à vive allure, coupant court à la discussion et n'étant pas loin de blesser le haut-elfe. A la place ce fut la porte qu'elle esquinta, tout en prenant un pan des habits du mage.

"Il serait plus raisonnable d’en rester là ? Ou voudriez-vous donner un encore plus mauvais exemple de nous deux ?"

Pourquoi ? Avais-je déjà donné un mauvais exemple de moi-même aux autres ? Pas à ce que je sache. Pas encore parfaite (surtout concernant le bon vin), je m'étais toujours montrée être un modèle pour ceux qui me croisaient : je passais le plus clair temps de mon existence pour Fildor, prenant soin d'obtempérer pour les meilleures décisions, faisant attention à ceux qui m'étaient confiés, enquêtant même sur la mort de l'ancien prince et, par-dessus tout, osant même faire patienter le roi lui-même vis-à-vis de l'élection du futur prince ! Parce que oui, plus d'une fois le suzerain de tous les hauts-elfes avait pressé à ce que les élections princières aient lieu tôt, pour une raison de stabilité du royaume. Mais je ne pouvais pas... il allait de la sécurité de tout Fildor que je mette un temps cette principauté en "danger", même si cela me coûtait bien plus que je ne l'aurais escompté. Et quelle reconnaissance de cela ? De me susurrer au creux de l'oreille que je ne faisais pas bien mon travail ? Non !

Sans répondre à sa question, mes lèvres recommencèrent à bouger, pour incanter en réalité. Je connaissais Fineldor, je savais quelles étaient ses principales caractéristiques magiques. M'est avis qu'il se concentrerait soit sur la protection, soit sur la capacité à se mouvoir plus rapidement comme démontré juste là. J'avais donc pour seule idée de le fatiguer. J'avais envie qu'il comprenne, qu'il arrête de parler, que... Enfin bref ! Ma voix s'échappait doucement de ma bouche en un faible murmure, suffisant pour pouvoir lancer le sort et résonnant assez fort dans ma tête pour qu'il ait une force en moi. Mes mains commencèrent à s'agiter avec lenteur comme pour former un disque, ou plutôt pour faire tourner l'air devant moi. Ce qui était bien avec ce sort, c'est qu'il n'était pas bien long à incanter et qu'on ne pouvait vraiment diriger le vent créé qu'à la toute fin - ce qui n'empêchait pas l'ennemi de l'esquiver, ce qui était tout de même pas très aisé. Il ne fallait donc pas que je me rate. J'avais envie de le plaquer contre le mur ou la porte, pouvoir le tenir emprisonné par le vent pendant que je relâcherais enfin tout ce qui me tenait sur le cœur et que j'enfermais au plus profond de moi depuis trop longtemps, juste parce que je suis dans les hautes sphères et que je ne dois montrer aucune faiblesse. Mais comme il était rapide, trop peut-être, au moins devrais réussir à le déséquilibrer... et donc parvenir à le fatiguer. Ces deux options en tête, mes mains se dirigèrent vers la zone où Fineldor se trouvait et le vent se dirigea vers lui, ne lui laissant que bien peu de répit.
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)   Mer 19 Nov 2014 - 11:52

La réponse ne vint pas sous la forme de parole. Enfin pas vraiment. Lorsqu’il réalisa que la gardienne s’était de nouveau mise à incanter, le visage déformé par la colère, la fatigue et probablement un mélange d’autres émotions, il pensa davantage à sa sécurité qu’à discourir davantage. Malheureusement, le sort prit effet avant qu’il n’ait pu s’abriter, et l’étrange rafale de vent, bien que ne le percutant pas de plein fouet, le déséquilibra et l’envoya rouler derrière les sièges sur sa droite. Sa tête manqua de peu de heurter les murs, et sa tiare roula jusque contre le meuble au coin de la pièce. Manifestement, non seulement elle n’entendait pas arrêter ce duel, mais en plus elle n’avait aucune retenue, et semblait ne pas mesurer le danger de ce qu’elle faisait. Si le conseiller princier pouvait avoir du répondant, il avait néanmoins deux désavantages. Le premier était que si sa magie était suffisamment puissante pour retenir celle de la protectrice de Fildor, il devait en revanche incanter plus longtemps qu’elle, du fait de la complexité desdits sorts. Sa magie la plus basique ne lui servirait à rien en une telle situation. Ensuite, il était face à une personne qui avait étudié l’arcane du vent pendant de très nombreuses décennies et faisait preuve d’un talent qui pouvait surprendre, d’autant plus qu’elle était sous l’emprise de la colère. La magie brute ne suffirait pas, il allait falloir ruser.

Se relevant péniblement, il senti que sa chute avait dû être plus rude qu’il ne le pensait. Sa hanche droite lui faisait mal, et sa jambe droite avait une contusion bien visible non loin de la cheville. Ecartant les cheveux de son visage, il se redressa à demi, en prenant soin de garder un siège entre elle et lui. Il ne semblait plus être question de faire appel au bon sens de celle qui lui faisait face. Alors peut être qu’en utilisant les émotions…


« Manifestement vous ne plaisantez pas. Vous souhaitez être prise au sérieux ? Bien… je regrette qu’on en arrive là pour cela, mais c’est votre choix. Sachez seulement que je répugne à vous faire du mal, contrairement à vous apparemment.»

Utilisant un de ses sorts les plus basiques, il incanta très rapidement, puis projeta un rayon de lumière, depuis sa main, vers la gardienne. Peu importe qu’elle l’évite ou non, la zone qui fut frappée fut baignée de lumière garantissant un bel éblouissement, et laissant la vision perturbée pour une bonne trentaine de secondes. Suffisamment pour qu’il puisse se déplacer dans la pièce jusqu’à un endroit qu’il jugea plus protégé, à savoir entre l’une des armoires et l’un des statues présentes dans la salle. Elle devrait se déplacer pour pouvoir l’atteindre, lui laissant le temps de réagir. Mais il ne l’attendit pas pour cela.

« Je ne tenais pas à vous blesser par mes paroles. Je ne faisais qu’un constat visant à vous améliorer. Mais j’ignore ce qui a pu vous mettre dans un tel état, en tout cas vous semblez tout prendre de manière extrême. De plus, provoquer un duel ici, maintenant, et prendre le risque d’abîmer ainsi ce lieu important ne va que dans mon sens. J’ajouterai que vous savez très bien qu’il n’y aura pas de vainqueur à ce duel. Votre mentor ne vous a donc pas appris qu’un duel devait être utilisé pour un contexte véritablement important ?»

Probablement pas, ou alors elle avait perdu cela de vue. Ces paroles n’avaient pour but que de la raisonner. Attendant qu’elle y réfléchisse, il prit soin de retenir lentement les paroles de son sort, pour l’invoquer le moment venu. Le seul défaut de la magie d’Enoriel Therendrion contre lui, il le connaissait. Et il entendait bien jouer dessus…
Revenir en haut Aller en bas
Enoriel Therendrion

avatar

Féminin Messages : 28
Expérience : 85

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 187
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)   Mar 16 Déc 2014 - 17:31

Je bouillais. Encore, c'était plus fort que moi, c'était comme si cela me dévorait de l'intérieur tout en me donnant la force de continuer ce combat. Malgré cette lumière aveuglante que venait de protéger cet énervant d'Elwëndrion, que j'avais pu éviter sans trop grande difficulté. Mes yeux ne pouvaient plus voir, plissés qu'ils étaient, aussi mes autres sens passaient automatiquement en premier plan : sur ma gauche en passant ma main je ressentais quelque chose de dur, certainement du bois ; je me souvenais alors que les tables et chaises se situaient au début du duel derrière moi, ce devait donc être ça. J'entendais des bruits de pas, légers... Fineldor se déplaçait, par contre j'étais incapable de dire vers où exactement. Tout ce que je savais était qu'il ne se rapprochait pas de moi, à moins qu'il ne sache suffisamment maîtriser son corps pour faire croire qu'il restait à distance raisonnable. Sans me poser plus de questions que nécessaire j'incantais au plus rapidement le sort de bouclier d'air afin de me protéger en cas d'attaque. J'avais déjà idée du prochain sort que je pourrais lancer mais je m'empêchais de le lancer : d'une part je remarquais que la lumière commençait à faiblir, ce qui me permettrait bientôt de pouvoir aller au loin d'autre part le sort qui me venait à l'esprit était bien plus dangereux qu'une simple boule d'air... et ensuite la nouvelle prise de parole de l'elfe me permit de mieux cerner où il était, c'est-à-dire relativement loin de moi.

"Je ne tenais pas à vous blesser par mes paroles. Je ne faisais qu’un constat visant à vous améliorer. Mais j’ignore ce qui a pu vous mettre dans un tel état, en tout cas vous semblez tout prendre de manière extrême. De plus, provoquer un duel ici, maintenant, et prendre le risque d’abîmer ainsi ce lieu important ne va que dans mon sens. J’ajouterai que vous savez très bien qu’il n’y aura pas de vainqueur à ce duel. Votre mentor ne vous a donc pas appris qu’un duel devait être utilisé pour un contexte véritablement important ?"

Une lueur de raisonnement jaillit dans mon esprit : avait-il un cœur de pierre pour ne pas comprendre que ses paroles étaient plus que blessantes ou... n'avait-il tout simplement saisi ? La lumière s'affaiblissait encore, je pu donc abandonner mon bouclier pour en prendre un autre plus conséquent et matériel : une étagère. Le problème des étagères était qu'elles pouvaient se renverser, comme les statues. Je pouvais... je devais... je devais quoi ? Sans comprendre pourquoi, sans arriver à me contrôler, d'un coup je revis ma dernière entrevue avec mon cousin, la découverte macabre de sa mort, la réunion du conseil princier qui s'ensuivit... et la réunion que nous venions tout juste de terminer, les dires acerbes du mage. Tout cela me coupait les mots de la bouche, ma rage commença alors à faiblir même si au fond de moi je détestais celui qui se trouvait face à moi. Regardant en sa direction je me remis à incanter, ne prenant même pas la peine de répondre à sa diatribe. Le contexte véritablement important était là, la salle elle-même le représentait : l'ancien prince, mon cousin que j'aimais comme un frère des plus proches. Il valait le coup que je me batte pour lui, même de nombreuses semaines après sa mort, par ce qu'il avait été. Je me devais de ne pas le laisser être oublié jusqu'à ce qu'une nouvelle personne prenne la main de la Principauté.

Furtive, fuyante, elle perla sur ma joue sans que je ne m'y attende. La larme humidifia cette partie de mon visage visible depuis l'emplacement de Fineldor et, mon état commençant à être oscillant, je pris aucunement la peine d'essayer de l'essuyer. Le plus important était ce qui était dans mon cœur, pas dans cette larme que mon adversaire pouvait comprendre comme étant une faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il fallait bien que cela arrive un jour ! (PV Fin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fallait bien que ça arrive un jour...^^
» Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman
» Il fallait bien que ça arrive un jour [CLOS]
» Je l'espere pas mais si cela arrivé
» Il fallait bien la revoir un jour... [PV Beauty]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: L'Ouest :: Principauté de Fildor :: Karreliën-
Sauter vers: