AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Élisabeth de Beaufort

avatar

Féminin Messages : 9
Expérience : 15

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]   Ven 19 Sep 2014 - 14:58

    Je n'ai pas compris ce que voulait Emerion ce matin, mais voilà, ce crétin d'elfe m'a réveiller pour que j'aille faire un tour et que je sorte. C'est vrai qu'on va dire que depuis quelques jours, je n'ai pas mis le nez dehors. Entre les traités de commerce, les comptes, les inventaires et puis les préparations pour le retour a Beaufort dans 3 semaines... Ce n'était pas une semaine très ... Comment dit-on ? Ah oui ! Calme. Mais tout ça pour dire que mon elfe coincé de l'arrière-train m'a arraché à ma paperasse pour aller faire un tour dans la cité. Bon. Je ne sais pas du tout pourquoi il s'obstine a vouloir me faire sortir de mon château. Pour une fois dans ma vie où je m'intéresse réellement à la paperasse ! Bon... J'avoue, c'est pour pas penser à ce que me réserve mon retour a Beaufort. Quoi ? Je n'ai pas envie de pleurer sur mon sort, mais être une femme, noble, à la tête d'un domaine aussi bien placé que Beaufort... C'est pas de tout repos et surtout c'est pas bien vu. C'est à ce moment-là que j'entends des sabots marteler le sol pavé de la cour de la demeure où nous logeons le temps que nos affaires s'arrangent, j'arque un sourcil. Tiens ? J'ouvre la fenêtre et qui vois-je en bas ? Je souris, je passe une cape autour de mes épaules, enfile rapidement mes bottes et je descends en courant, faisant râler la vieille femme de chambre. Elle aurait râlé de toute façon quoi que j'aie pu faire ! Une fois arrivée en bas des marches, je souris encore plus et me jette dans les bras de cet elfe ronchon.

    « Merci Eme' ! » Dis-je en lui claquant un gros bisou sur la joue.

    Emerion me lance un regard noir et se recule pour me refiler les rênes de Drake. Je sais qu'il déteste les contacts spontanés... Mais j'aime tellement l'embêter. Et puis il en redemande ! Je me demande s'il n'est pas un peu maso de rester avec moi, ici, ou même a Beaufort. M'enfin, Emerion m'abandonne à mon cheval et je sais d'expérience que le prochain qui lui adressera la parole aura besoin de beaucoup de courage. Ah Emerion ou l'elfe grincheux. Je souris encore puis je tourne mon attention vers mon Drake. Il gratte doucement son nez le long de mon bras et j'accède à sa requête de le gratter le chanfrein. J'écarte les pans de ma robe, je prends les rênes dans une main et glisse mon pied dans l'étrier avant de me hisser sur la selle en attrapant le dos de cette dernière. Je m'installe convenablement dans ma selle et je drape ma robe et ma cape sur les fesses de Drake, puis je prends mes rênes et souris.

    « Dites à Emerion que je ne rentrerais pas ce soir » dis-je a un de mes serviteurs.
    « Oui Madame » me répond-il.

    Et je sais que ce pauvre homme risque de me maudire pendant un bon moment. Emerion n'aime pas que je passe la nuit hors des murs de la demeure. Une autre servante me tend mon épée et une bourse d'or ainsi qu'une sacoche de provisions. C'est sûr que ça peut toujours servir. Une fois le tout attacher à ma selle, je demande doucement à Drake de s'avancer sous le portail et de prendre le chemin vers la ville. D'abord, notre balade commence doucement, au pas, prenant le temps de visiter Geldorim. Non ça ne prend pas une heure pour aller au centre de la ville. J'ai juste fait un énorme détour, j'avais envie de voir ou en sont les ventes de vin ces jours-ci. C'est les affaires ça, et une de mes grandes passions, je ne le cache pas. Je longe les maisons au trot, Drake commence à chauffer, je le sens, il va me faire une connerie cet abruti d'étalon ! J'entre dans le centre et je salue tout le monde que je connais. On vient me taper la causette au sujet de la future livraison de vin pour le palais... Et je commence à avoir beaucoup de mal à retenir ce crétin d'étalon. Ça commence a devenir vraiment très chaud...

    Pas de chance pour moi, un forgeron qui ne fait que son métier commence à marteler le fer de l'épée qu'il forge et Drake... Drake sursaute, se cabre avant de partir comme un dératé. Je crie aux villageois de se tirer du chemin, mais que tout va bien ! Bon euh tout va bien... Je sais qu'Emerion va râler, je sais que Drake finira par s'arrêter quand il serra fatiguer... Tout comme je sais que je vais plus avoir de bras pendant un moment. J'essaie de comprendre où il m'emmène, on part vers la route de Picvaux , ça, j'ai compris, les maisons commencent à faire place aux champs et à la vallée... Et enfin après je pense plus d'une heure de galop sans s'arrêter, Drakendor décide de ralentir et de me laisser reprendre contact sur mes rênes. Et là grand blanc... Bon dieu, mais on est où. Je caresse l'encolure de mon cheval avant de regarder partout. Je ne sais pas où nous sommes... Par contre, il se peut que nous aillions dépasser le croisement qui mène à Picvaux... Je fais pivoter Drake sur ses postérieurs en soupirant longuement.

    « Seigneur... Où est-ce qu'on est ? » Je me pencha en fixant mon cheval« Des fois, je pense très fort à te faire castrer !! » Sifflais-je « Si on tombe sur quelconque bête féroce, je te fais définitivement castrer Drake !! »

    Mon regard cherche désespérément un panneau ou quelque chose... Je finis par mettre pieds a terre, j'enlève ma selle et m'assieds sur le côté de route, laissant se reposer un peu ce grand con d'étalon qui me sert de cheval. Il broute paisiblement et j'en profite pour regarder le ciel... D'ici quelques heures le soleil se couchera... J'ignore combien de kilomètres on a pu parcourir. En tout cas, on est bien loin de Geldorim parce que je ne connais pas cette route.

    « Je finirais bien par trouver un panneau... Dis t'aurais pas tourner vers Picvaux ? Là, je connais mon chemin et je peux y faire des affaires... » Soupirant, je regarde mon cheval manger l'herbe « Emerion va me tuer. »

    Les yeux clos, j'attends un miracle... Qui ne viendra pas. Après une demi-heure de bouffe intense pour mon cheval, je le selle et me remets sur son dos. Même si Drake veut absolument continuer tout droit, je lui 'arrache trois dents' pour qu'il consente à faire demi-tour. Une main fixée a mes rênes, l'autre crispée sur mon épée... Venir à Geldorim pour les affaires, c'est bien... Mais je n'ai pas envie de crever là. Emerion me tuerait si je venais à mourir sans laisser d'héritier à Beaufort. Surtout que mon mariage est prévu... Je ne sais juste pas encore avec qui. C'est génial non ? C'est la joie d'être noble sans mari à la tête d'un domaine en Archiadia. S'il devait y avoir un hymne pour mes conseillers se serrait : « TU DOIS TE MARIER !!! » Ils sont chiants à la longue. Nous marchons lentement priant pour croiser une âme charitable qui m'indiquera le chemin. Rentrer à Geldorim ça devrait aller... Si on fait juste demi-tour ? Hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu

avatar

Masculin Messages : 25
Expérience : 80

MessageSujet: Re: J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]   Lun 22 Sep 2014 - 14:15

Comment décrire nos deux compères ? Des chevaliers de fortune ? Des amateurs de la libre entreprise ? Des adeptes de la négociation musclée ? Hmm… non, cela ne sonne pas très bien, aussi parlerons-nous tout simplement de « vulgaires brigands » par la suite, pour ne pas dérouter nos lecteurs et clarifier immédiatement à qui nous avons affaire. Cette précision ayant été apportée, passons à leur présentation plus détaillée.

L’un se nommait Tom, et l’autre Erald, tout du moins est-ce ainsi qu’ils se faisaient appeler lorsque les affaires les attiraient en ville. Cela arrivait toutefois assez rarement, et ils passaient le plus clair de leur temps dans les bois de la région de Geldorim. Ni l’un ni l’autre ne s’étendaient sur leur passé, mais parfois au coin du feu, Tom se laissait aller à des récits d’une fille dans un village près de Picvaux qui n’auraient pas été suffisamment réceptive à ses avances et qui aurait de ce fait fini au fond de la rivière. Une bien triste histoire pour laquelle le bailli du coin aurait souhaité le voir gigoter dans les airs au bout d’un nœud coulant. Quant à Erald, il avait du fuir Merodoc après une affaire de fausse monnaie. Surprenant comme les seigneurs du coin prenaient mal l’apparition de pièces sur le marché qu’ils n’avaient pas eux-mêmes fait frapper.

Bref, vous l’aurez compris, nos deux pendards ne sont pas des plus recommandables !

La plupart du temps, Tom et Erald vivaient dans les bois, braconnant pour survivre et pillant de temps en temps un colporteur de passage ou volant quelques moutons dans les fermes des environs. Rien de bien grave, certes, ce qui expliquait que les autorités de Geldorim ne faisaient pas l’effort d’une battue en règle pour les capturer. Toutes les provinces de ce monde connaissent leur lot de banditisme, mais tant que cela ne dépasse pas les limites de l’acceptable… bah, les gardes ont autre chose à faire, vous me comprenez.

Ce jour là, nos larrons plus méchants que réellement futés faisaient le guet sur l’une des routes secondaires de la région, désireux de soulager un voyageur isolé de sa bourse, de ses vêtements, et peut être de sa vie. Quelle ne fut donc pas leur surprise de voir arriver sur un étalon fougueux une fort jolie femme, sans escorte ni rien. Bénissant les dieux de ce cadeau, Tom dégaina son gourdin et sortit des arbres pour se planter sur le chemin à une dizaine de mètre devant la cavalière.


Holà, donzelle, pas un pas de plus et descends de ton canasson ! Et fais pas la mariolle, mon pote est un fin tireur.

Ladite donzelle (oui, je parle d’Elizabeth, vous voyez d’autres donzelles dans le coin, vous ?), pu constater qu’en plus du maraud qui lui barrait la route, se trouvait un autre brigand un peu sur sa droite qui la tenait en joue avec un arc de chasse plus tout neuf mais encore redoutable.
Revenir en haut Aller en bas
Élisabeth de Beaufort

avatar

Féminin Messages : 9
Expérience : 15

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]   Lun 22 Sep 2014 - 15:59

    ALORS LA C'EST LE BOUQUET !!!! Des brigands ! Maudit cheval ! Très maudit et satané étalon. Je resserre ma prise sur mes rênes et regarde les deux gugusses avant de lâcher un grand soupir, voilà donc pourquoi Emerion ne veut pas me laisser balader seule dans des villes qui ne sont pas Beaufort. Je vais castrer ce cheval mais pour l'instant j'ai besoin de lui pour me tirer de là et vite fait. Défaisant légèrement le nœud de ma cape. Jaugeant leurs armes je me garde de leurs rire au nez. Entre le gourdin et l'arc. J'oblige Drake a reculer. C'est bien le moment ou il décide d'obéir celui-là.

    « Messieurs, vos mères ne vous ont jamais apprise a saluez une Dame quand vous en voyez une ? Ah l'éducation de nos jours » dis-je en soupirant.

    Je demande a mon cheval de faire une petit volte entre les deux zbires avant de jouer un peu sur mes rênes. Il est amusant mon cheval quand il s’énerve. Mais voilà entre les deux là il me faudra un Drake remonter a 2000% parce que sinon ça va pas aller. Relâchant les rênes, je commence a le sentir s'énerver. Dans un sens c'est bien d'avoir un animal complètement cinglée. Je passe une main dans mes boucles rousses et me penche un peu en avant pour regarder les deux hommes.

    « J'aimerais rentrer a Geldorim, sauriez vous m'indiquer le chemin ? Sans que je n'ai a poser pieds a terre ? Mon époux Emerion de Beaufort n'aime pas que je traîne trop longtemps pour rentrer chez moi » dis-je avec une voix douce 

    Si si ça m'arrive d'être douce. Et oui je mens ! Ou pas... Emerion c'est ma bouée de secours au cas ou l'époux qu'on me propose ne me conviens pas je le traîne avec moi et il m'épousera ! Oui bon je peux toujours rêver que cet elfe grognon accepte de m'épouser et je soupir intérieurement. Je sors ma bourse de sous ma cape.

    « Et si vous m'indiquer le chemin je pourrais dire a mon mari de la courtoisie dont vous aurez fait preuve et il pourra vous récompenser très très très grassement. » dis-je d'une voix chantante et roucoulante.

    En espérant que ses abrutis tombent dans le panneaux. Vraiment ! Je n'ai pas le courage de me battre aujourd'hui surtout pas après notre galopade de la toute à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu

avatar

Masculin Messages : 25
Expérience : 80

MessageSujet: Re: J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]   Mer 24 Sep 2014 - 15:27

Les deux brigands restèrent d’abord un peu pantois devant l’audace de la châtelaine. Apparemment, le nom de son soi-disant époux n’éveillait rien chez eux, ou alors ils s’en fichaient totalement. Cette dernière hypothèse pouvait passer pour la bonne, après tout ni Tom ni Erald n’étaient des invités habituels au château de Geldorim. Quoiqu’il en soit, ils éclatèrent de rire lorsqu’Elizabeth parla de récompense… car pour eux, c’était justement elle, leur récompense. Une récompense en nature, pour dire les choses élégamment, et bien plus appétissante qu’une bourse emplie d’or.

J’ai une autre idée, ma belle. Tu vas descendre de cheval sans plus tarder et on va s’amuser, tous les trois.

Ça se gâte, et à moins que notre charmante héroïne n’arrive à passer en force façon char d’assaut sur les corps des deux tire-laines, il va nous falloir le chevalier sans peur ni reproche, vous ne croyez pas ? Soyez patient, je vais voir ce que je peux vous trouver en stock.

HRP : si tu tentes de fuir, notes qu’Erald te tireras dessus (sans garantie de succès, ce n’est pas un maître-archer). Il y aura un jet de dé pour déterminer le résultat de son tir.
Revenir en haut Aller en bas
Élisabeth de Beaufort

avatar

Féminin Messages : 9
Expérience : 15

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]   Mer 24 Sep 2014 - 19:29

    Alors c'est ça. Là, maintenant il est hors de question que je pose un pieds a terre. Des frissons d'horreur me parcours le dos mais je ne dois rien montrer. Être une bonne comédienne m'a valut dans le passé beaucoup d'estime de mes clients. Car envoyer chier un abruti de chevalier avec le plus beau des sourire c'est toujours mieux que de lui hurler dessus comme une furie. Je prends mon temps pour remettre ma bourse en place, gardant un petit sourire coller sur mes lèvres en voyant les brigands. Oh elle est belle la fine équipe là. Mais passer 15 ans a être entraîner a se battre comme un homme, a jouter avec Emerion... de la jeune et belle demoiselle de la cour que rêve les nobles d'Archiadia je n'en suis rien, et ma maîtrise de mon canasson, quand ce con m'obéit, est digne des chevalier. Je ne suis PAS une demoiselle en détresse !!

    « Ouais … ou pas » dis-je

    Et maintenant je prie pour que ce con de Drake obéisse. Un coup de talons et il charge en avant bousculant l'homme au gourdin, avant de le pousser sur l'homme a l'arc. Et en une jolie pirouette pressé par mes talons je m'en vais au grand galop. Qu'ils essaient donc de rattraper Drakendor et on va rire. Mon père n'avait pas dépenser une somme astronomique pour ce cheval pour rien. Non Drake outre son caractère d'illustre con, a une puissance et une vitesse digne des meilleurs chevaux de joute de tout le royaume d'Archiadia.

    Je jette un regard en arrière et regarde ces deux brigands, avant de mettre mes mains en avant et de galoper ventre a terre vers Geldorim. C'est décider dés mon retour a Beaufort, j'engage des gardes ! Les frissons d'horreur me parcours encore et les larmes me montent aux yeux, mais je vois le panneau qui nous indique Geldorim et j'arrache une dent a mon cheval l'obligeant a tourner vers la ville... Je veux rentrer, je veux m'éloigner de ces brigands … et les signaler aux gardes, ces incapables ! Une larme s'échappe de mes yeux, mais c'est sûrement le vent !

    Je ne suis pas une demoiselle en détresse... mais je ne suis pas un homme non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu

avatar

Masculin Messages : 25
Expérience : 80

MessageSujet: Re: J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]   Sam 27 Sep 2014 - 18:23

La fuite d’Elizabeth prouva une nouvelle fois les piètres qualités militaires d’un arc de chasse, idéal pour toucher une biche dans les sous-bois mais inapte à suivre le galop d’un cavalier. De fait, la flèche loupa sa cible de près d’un mètre, et les deux mécréants en furent réduits à regarder leur proie s’enfuir à l’horizon. Dame-Chance, qui jusque là les favorisait, semblait avoir finalement décidé d’ôter sa main protectrice de leurs têtes.

Fais chier, résuma fort élégamment Tom.

Conscients que la noble dame qui venait de s’échapper risquait fort de rameuter contre eux tout ce que le voisinage comptait de miliciens, les deux compères décidèrent d’un commun accord d’aller faire bénéficier d’autres provinces de leur encombrante présence. Ainsi donc, avant que la nuit ne tombe, ils quittèrent la région de Geldorim et prirent la direction de l’Ouest, persuadés que les Terres Neutres pourraient constituer un nouveau terrain de chasse à leur mesure.

Quelques minutes après la fuite d’Elizabeth et le départ des bandits, un autre cavalier arriva sur les lieux. La moustache fine, l’œil de braise, une musculature nerveuse jouant sous son pourpoint, la main vaquant négligemment à proximité de sa lame, le gaillard avait tout du héros dont rêvent les damoiselles en détresse. Manque de bol, aucune damoiselle ne requérait ses faveurs dans l’immédiat, aussi le héros profita-t-il de ce coin calme pour mettre pied à terre et aller déféquer dans les buissons avant de poursuivre son chemin.

Pas très épique comme fin, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'irais ou tu iras.... car je n'ai pas le choix [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'irais jusque là !!
» Tu iras dans les villes de papiers et n'en reviendras jamais - Azraël
» L'amour et le sang tachèrent le pays des licornes [PV:Alvaro & Laara]
» Non, je n'obéirais pas !
» Anne- Je te suivrai là ou tu iras j'irai ♥♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: Royaume d'Archiadia :: Les Plaines Occidannes :: Marquisat de Geldorim-
Sauter vers: