AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oberyn Sand, second fils du gouverneur de Valiendia, humain [Haldren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oberyn Sand

avatar

Masculin Messages : 2
Expérience : 0

Feuille de personnage
Personnage:
Âge:
Inventaire:

MessageSujet: Oberyn Sand, second fils du gouverneur de Valiendia, humain [Haldren]   Mar 24 Juin 2014 - 21:39

Fiche de Oberyn Sand


Nom/Prénom: Oberyn Sand
Âge: 24 ans
Sexe: Homme
Race:Humain

Ecole magique: La magie est faites pour les faibles qui ont peur d'affronter leurs opposants.
Métier: Noble et protecteur des Sand, fils du gouverneur de Valiendia

Traits distinctifs: Porte toujours sur lui le symbole de sa famille, un soleil rouge au contour doré. Ce symbole est souvent intégré au tissu de ses vêtements.

Possessions: Une lance dont la longueur du début de la hampe jusqu'au bout du fer mesure un mètre 90, soit 10 centimètres de plus que sa taille. Son fer fut forgé par les nains et la base du fer de lance est ornée de vipères. Une pièce bien étrange venant d'Elreldor. Une petite bourse d'or pour ses dépenses journalières. Une ou plusieurs petites fioles étranges qui contiennent un poison de sa création, bien que personne ne sache ce qu'elles contiennent vraiment. Il porte aussi deux couteaux, l'un ressemble à s'y méprendre à la pointe de sa lance, peut-être peut-il l'utiliser comme remplacement en cas de problème... et l'autre est plus fin, porté le long de sa cuisse, utilisable avec plus de rapidité pour les moments... tendus?

Spoiler:
 

Description physique: Oberyn est un homme à l'allure fière et digne. Le prince de Valiendia est une personne des plus charismatiques. Malgré cette aura de charisme qui l'entoure, il n'est pas de ces gros et grands hommes du nord qui intimident au premier regard. Au contraire, il attire l'intérêt des gens qui le croisent, ils veulent en savoir plus sur lui, le connaître juste au premier regard. Mesurant dans les uns mètre quatre-vingts, porte habituellement un air amusé au visage. Au premier regard il est aisé de comprendre que cet homme aime profiter de la vie via son expression faciale habituelle. Ce sourire amusé le quitte très rarement, il siège même lors de la majorité de ses combats en temps de guerre ou en duel. Dans ses yeux d'un brun profond, un de ces regards qui vous donne l'impression qu'on lit dans vos pensées, se trouve une lueur à la fois de fierté, de grandeur, de malice et d'amusement. Son nez est fin et son visage est, à la fois par chance et du fait de ses compétences martiales, dénudé de cicatrices. Cet homme porte la barbe, aimant la tailler en bouc et porte les cheveux longs jusqu'à la nuque. Ses cheveux d'ébène sont légèrement ondulé et assez fin pour suivre le vent lorsqu'il est présent.

Du côté de la musculature, Oberyn fut entraîne pour se battre, il est donc plus qu'évident qu'il est bien musclé. Cependant, cet homme des sables est loin d'être une montagne de muscle. Affichant une belle proportion, il pèse dans les 81 kilogrammes. Sans vêtement, l'on pourrait croire qu'il fut sculpté par le ciseau d'un maître sculpteur. Il semblerait qu'être issu d'une famille ayant de l'argent et du pouvoir donne l'occasion à certain de prendre soin de leur corps et développer son potentiel.

Style vestimentaire, les vêtements rouge sang ou de couleur or semble très prisé par le guerrier, ces couleurs étant celle des armoiries de la famille Sand. Il est plus que rare de le voir porter une armure qui n'est pas légère, appréciant particulièrement sa vitesse reconnue dans tout le royaume et son agilité digne d'un elfe selon les dires. Oberyn ne parle jamais de sa vitesse et son agilité, les dires sur ses capacités dignes des elfes viennent de rumeurs et nul ne sait si ces rumeurs sont fondées ou non. Ce qui est certain, c'est que l'entrainement que l'homme a reçu depuis qu'il sait marcher l'ont doté d'une agilité, de réflexes et d'une vitesse d'exécution impressionnante.

Description psychologique :
Fierté: Oberyn est un homme fier. Fier de sa famille et de son histoire. Fier de ce qu'il est capable d'accomplir. Fier de faire briller le nom de sa maison autant dans sa contrée qu'à l'étranger lors de ses voyages. Fier de son frère et de ses sœurs, prenant sur lui le rôle de les protéger contre ceux qui voudraient salir le nom des Sand.

Ruse: Ce n'est pas le plus fort qui gagne, c'est le plus intelligent. L'homme des sables est rusé, certains oseraient même parler de malice. Il a rapidement compris qu'une victoire n'était pas décidée au dernier coup, mais bien au tout premier.

Vif d'esprit: Une capacité de réaction mentale des plus respectables, aiguisé par des années d'études de la logique, de la rhétorique et des mathématiques. Il fut entraîné pour comprendre et adapter ses réactions selon les réactions de ses opposants.

Vivant: Oberyn aime la vie et aime surtout profiter des cadeaux qu'elle lui offre. Il sait que l'homme marche côte à côte avec la mort qui n'attend que sa chute pour l'emporter avec lui. Il vit à fond, aimant les fêtes, les duels, les femmes, le vin et toutes les bonnes choses de la vie. Sa mentalité se rapproche de celle des épicuriens sans allez dans les excès qui porteraient ombrage à sa famille.

Loyal: Il est loyal à son sang, à sa famille. Les Sand sont une famille avec une histoire riche et plusieurs hauts faits d'armes. Oberyn est de ceux qui travaillent à allonger le récit de leur famille et la défend lorsque certains veulent les défaire. Bien qu'il soit souvent en désaccord avec son père Sur plusieurs décisions visant l'Avenir de leur famille, il préfère s'illustrer et éclipser l'image de cet homme qui, selon lui, leur porte ombrage que de l'affronter publiquement.

Ouvert d'esprit: Ses voyages ont façonné sa vision du monde et des autres races. Conscient que tous ont des forces et des faiblesses, il a rapidement appris à accepter les autres et tirer le meilleur d'eux. Ce trait d'esprit présent depuis un peu plus de cinq ans lui a permis de développer ses talents de meneur d'hommes et diplomatiques.

Humble: bien que ce trait soit des moins apparents pour ceux qui ne le connaissent pas intimement, cet homme est humble. Ayant accepté depuis longtemps qu'il n'était pas nécessairement le meilleur et qu'il ne devait sous-estimer personne, il devint plus apte à reconnaître les forces des autres. Ce qui l'a aidé à devenir un bon stratège.

La magie: Elle est l'ennemie jurée d'Oberyn. Il la déteste au plus haut point et ne la voit comme l'outil des faibles. S'il en avait les moyens le protecteur des Sand la ferait disparaître de ce monde sans une seconde d'hésitation. Sa soif de connaissances de la magie n'est en rien de l'amour, il désire comprendre cette atrocité pour mieux la combattre. Si cet homme a un but personnel plus profond que protéger sa famille, c'est bien de trouver un moyen de combattre les mages d'égal à égal sans recourir à ces pouvoirs qui l'insultent. Cependant, le jeune homme comprit au cours de ses voyages qu'il ne devait pas montrer cette aversion aux autres, elle lui causerait grand tord si les mages l'apprenaient.

Histoire:

Oberyn Sand est née quatorze années avant l'assassinat du précédent empereur, Varaleth VI. Étant le second fils d'Éric Sand, le gouverneur de Valiendia, sa destinée était déjà toute tracée. Les règles familiales lui donnaient dès la naissance le titre de protecteur des Sand, un titre prestigieux, mais qui porte une lourde responsabilité. Ses sœurs étaient quant à elles hissées au sénat pour protéger l'intérêt de leur famille alors que son frère aîné se retrouvait à prendre la place d'héritier du poste de gouverneur.

Sa vie était donc modelée par les traditions familiales, la sueur et le sang. Car peu de gens pourraient s'imaginer l'enfance d'un protecteur Sand, trop s'imaginent qu'ils se prélassent dans le luxe et l'abondance. Au contraire, c'est une vie dure et aguerrissant. Le jeune enfant débuta son entrainement à un an et demi, âge où il fit ses premiers pas. Selon la tradition Sand, le futur protecteur est pris en charge par le protecteur en poste, son parrain. Celui-ci se doit de lui montrer la voie et le monde, le gardant loin de sa famille tant qu'il n'est pas prêt à prendre la relève.
L'enfant apprend rapidement, dès la petite enfance, à utiliser la lance et le couteau. Le maniement de ces armes ancestrales est des plus importants pour les protecteurs, ce sont leurs armes de prédilection. Cependant, cette formation spartiate menée dans les steppes arides du désert d'Insom, qui causa la mort de plusieurs enfants Sand au cours de l'histoire de la famille, n'est pas faite pour créer un soldat. Elle crée un tueur, prêt à tout pour protéger l'avenir des siens et prévenir que le nom des Sand soit sali. Dès l'enfance, le corps et l'esprit sont aiguisés à leur maximum dans un seul but, défendre la famille. Ce sens de la famille est très présent chez le jeune homme, la formation s'est assurée de lui faire un lavage de cerveau et lui implanter cette valeur si importante chez les protecteurs. L'enfant doit aussi apprendre l'art de la diplomatie, les mathématiques, les lettres, la rhétorique, il doit être intelligent. En tant que protecteur, Oberyn a le devoir d'être alerte, d'être capable de comprendre les subtilités de ce monde et de la politique. Il doit être apte à reconnaître un traître parmi les siens et trouver un moyen de changer la situation sans créer de scandale. Il doit être capable d'user de diplomatie lorsque l'un des membres de sa famille crée un conflit, c'est sa responsabilité de s'assurer que la famille gardera son statut. Ce travail exigeant explique l'entrainement intense que le jeune Sand a dû subir à la place de vivre une enfance et une adolescence dite normale. Jouer au chevalier et à la princesse, à cache-cache, jouer dans les champs jusqu'à la tombée de la nuit, jamais il n'a connu ce genre de choses. À la place, il apprit à combattre, devint fort et habile pour tuer, il apprit à lire, à écrire et à convaincre son auditoire. Dès l'âge de neuf ans son parrain voulu lui apprendre à utiliser la magie. Chose étrange, car la magie n'avait jamais été appréciée par la famille Sand, ceux-ci étant persuadé que la magie est une chose venue des anciens et qui causerait la perte des peuples les succédant. Cette utilisation était apparue du temps de son père, son grand-père et les générations antérieures détestaient les mages.

Heureusement pour le jeune Sand qui devint rapidement très attaché aux traditions familiales, l'enfant se trouvait à être incapable d'utiliser l'énergie magique. Les mages qui tentèrent de lui apprendre à utiliser son potentiel découvrirent que son corps et son esprit ne pouvaient faire de connexions avec la magie externe et la catalyser. De plus, l'enfant n'avait aucune magie interne, ce qui semblait étrange. Ils en conclurent que l'enfant était malade, une maladie magique incurable. Alors que le parrain d'Oberyn était terriblement inquiet de la santé de son neveu, le jeune enfant était plutôt satisfait du verdict, le voyant comme un présage et une bénédiction de ses ancêtres.

Alors que son oncle ne pensait qu'à la magie et ses pouvoirs des plus étranges, le jeune homme savait déjà quel serait son orientation pour pallier ce problème. Sachant déjà lire depuis bon nombre d'années, Oberyn tomba un jour sur un livre expliquant le pouvoir des plantes et des substances étranges appelés poisons. À l'origine, l'enfant avait rapidement passé à un autre manuel, trouvant les plantes ennuyantes et ne comprenant pas l'utilité du poison. Mais au fil du temps, alors qu'il comprenait mieux à quel point le premier coup était le plus important d'un combat, l'idée d'associer le combat avec les choses étranges qui étaient proposées par ce vieux livre tout poussiéreux fut tentante. C'est ainsi que débuta son étude des poisons, à l'insu de son mentor et de quiconque l'entourant. Bien qu'il voulût tout d'abord en parler à son oncle pour recevoir un meilleur enseignement, il comprit rapidement que le poison était très mal vu. En effet, le début de cet apprentissage personnel concordait avec une série de meurtres au poison, ce qui aurait pu le faire accuser s'il avait parlé.

L'entraînement fit de l'enfant un adolescent, puis un homme. À l'âge de seize ans, le jeune homme fut laissé seul dans le désert avec les yeux bandés, dans une partie de la mer de sable qui lui était totalement inconnu. C'était là le début de son épreuve final, survivre jusqu'à Valiendia. Armée de sa lance et ses deux couteaux, n'ayant que des vêtements ornés du sceau familial, le jeune combattant s'aventura dans l'immense étendue parsemée de dunes. Au fil des années, il avait appris à survivre dans tous les types de climat du royaume, sachant où trouver sa nourriture, où trouver des abris, quoi faire en cas de tempêtes, survivre quoi. Bien que ce fût une épreuve finale, soi-disant le plus grand défi qu'il devait affronter, il était bien formé. Son oncle avait fait un travail remarquable dans sa formation et la soif d'apprentissage de l'enfant lui avait permis de bien assimiler les enseignements. Avec le temps, l'oncle s'aperçut que ses lacunes en capacité magique étaient comblés par une facilité d'apprentissage des plus appréciables. Son corps avait appris et s'était adapté à la suite de cet enseignement.

Son voyage à travers le désert dura plusieurs mois, si bien que son parrain avait cessé de l'espérer et le croyait mort. Pourtant, il n'eut aucune difficulté réelle à faire son chemin. Non, il profita de ce premier moment de vraie solitude pour se retrouver avec lui-même. Il fit le point sur toutes ces années d'entrainement et de préparation. Ce voyage lui permit d'apprendre la méditation, à faire un avec lui-même. C'est lors de ce voyage que ses cheveux poussèrent ainsi que sa barbe. Pourtant, il ne s'était pas aperçu de ce nouveau style avant d'arriver à la dernière oasis avant Valiendia, n'ayant pas vu de point d'eau depuis très longtemps et vivant de l'eau retenue dans les cactus.

Son arrivée à la cité fut des plus étonnantes. En effet, personne ne s'attend d'arriver chez lui pour trouver sa stèle funéraire. Il découvrit que ses funérailles avaient été faites un mois au paravant lorsqu'on lui dit qu'il était un imposteur et qu'il était mort. Dans cette situation, il ne trouva rien d'autre à faire que visiter sa tombe, trouvant la situation des plus amusantes et ironiques. Devant cette scène des plus absurdes, une idée dessina un doux sourire amusé sur ses lèvres. Il partit pour la bibliothèque et trouva de quoi écrire une lettre à son oncle. Cette lettre stipulant qu'il aimait bien sa plaisanterie et qu'il en profitait pour voyager à travers le monde pour devenir plus fort.

Il n'attendit pas de connaître la réaction de son oncle avant de quitter la ville. De toute façon il se doutait bien que celui-ci ne l'aurait pas laissé passer l'enceinte de Valiendia. Sa première destination fut la capitale, profitant de ce voyage pour y rencontrer sa sœur aînée. Étant son aînée de deux ans, elle avait maintenant dix-huit ans. Il fallut un long moment et beaucoup d'explication pour qu'elle comprenne ce qui se passait. Étant donné qu'elle le croyait mort, selon les missives qu'elle avait reçues de Valiendia, elle prit beaucoup de temps à le croire et l'accepter. Il prit donc quelques mois de repos dans la capitale, habitant chez sa sœur qui l'aida à comprendre l'état de la politique et du sénat depuis la mort de l'empereur. Tout semblait assez chaotique alors que l'impératrice était des plus louches aux yeux du jeune homme. Ce retournement de situation soudain et cette trahison d'alliés juste avant la signature d'un traité de paix, quelque chose clochait dans cette histoire. Pourtant, il semblait que son père était très proche d'elle, la courtisant presque. Était-ce pour le pouvoir? Ces mois en compagnie de sa soeur furent courts, mais des plus agréables. Tous deux apprirent à s'apprécier et décidèrent de rester en contact pendant tout son voyage. Avant de quitter la capitale il demanda à sa soeur de surveiller la reine et ses agissements envers leur famille pour lui, de lui donner des nouvelles régulièrement et de faire attention. La femme qu'il avait découvert en cette dirigeante ne lui plaisait pas, de plus elle était magicienne, ce qui la rendait encore plus louche. Avec le temps il avait appris à détester la magie, comprenant tout ce qu'elle pouvait faire et tout le danger qu'elle représentait. Tout comme ses ancêtres il était persuadé que la magie serait à la source de l'extinction des habitants de ce monde. Il ne suffisait qu'un mage un peu trop ambitieux s'amuse à se prendre pour un dieu.

Après cette visite à sa soeur, ses plans changèrent. Ce voyage qui ne devait être qu'un tour de l'empire pour mieux le connaître devint un tour du continent. Il devait se faire sa propre idée sur la trahison des autres races. Pourtant, il était très dur de comprendre les motifs de ces étrangers s'il ne les connaissait pas. Utilisant les cartes du monde, l'itinéraire choisit fut le plus simple. Il partit vers le nord, visiter les hommes qui y vivent. Ensuite, ce fut le tour de faire une petite visite aux nains. S'ensuivirent les elfes, puis les humains d'Archadia. Finalement, il termina au pays des sombres.

Lors de ce voyage, il apprit beaucoup sur les autres races, mais surtout à les accepter et à reconnaître qu'ils étaient tout aussi valeureux que les humains. Sa visite chez les nordiens lui apprit de nouvelles méthodes de combat. Chez les nains il apprit à marchander et à reconnaître la qualité des créations. Les elfes lui apprirent à aiguiser son esprit à un autre niveau, lui permettant d'ajouter des subtilités à ses compétences diplomatiques et à cacher des traits de lui-même qui pourrait éveiller les soupçons de ses interlocuteurs, notamment sur son aversion pour la magie. Chez les humains du sud, il apprit l'histoire de la ligue sélénissime du point de vue des Archadiens, donnant une vision autre de l'empire au jeune homme. Oberyn comprenait bien mieux pourquoi les humains étaient en conflit entre eux et la nature de plusieurs dirigeants qui avaient existé, la vérité se trouvant souvent entre les versions des deux côtés de la médaille comme le lui avait apprit les elfes. Chez les sombres, ses compétences sur les poisons prirent leur envol, apprenant les vertus d'un grand nombre de plantes et comment prélever le poison venant des glandes animales.

Aujourd'hui, il quitte les sombres pour revenir chez lui, un voyage qui sera long, mais rempli d'aventure.


Hors-Jeu

Like a Star @ heaven Comment trouvez-vous le forum?Très bien, il me semble très complet. Est-ce possible que le nom soit tiré de l'ile de Numénor de J.R.R. Tolkien?
Like a Star @ heaven Comment trouvez-vous le design?Beau! L'écrite est un peu petite à mon gout mais ce n'est pas un point majeur.
Like a Star @ heaven Comment avez-vous connu le forum?Top-Site.
Like a Star @ heaven Crédit de l'avatar et de la signature? Google image, Oberyn Martell dessiné selon les livres de Game of Throne.( https://www.google.ca/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&docid=3KtZWMDP6nauSM&tbnid=Ax9yvZw2Uuy-eM:&ved=0CAUQjRw&url=http%3A%2F%2Fwww.comicvine.com%2Fforums%2Fbattles-7%2Fbronn-vs-oberyn-martell-1542002%2F&ei=P2qmU_adCMrNsQTZ7oC4DA&bvm=bv.69411363,d.aWw&psig=AFQjCNG5p09EMCszXE3rkkkioqsMn5bljw&ust=1403501298061973 )


Dernière édition par Oberyn Sand le Sam 28 Juin 2014 - 5:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oberyn Sand, second fils du gouverneur de Valiendia, humain [Haldren]   Jeu 26 Juin 2014 - 19:58

J'essaye de m'occuper de ta fiche ce week-end, Oberyn.

(vérifie déjà l'orthographe, il y a pas mal de fautes Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Oberyn Sand

avatar

Masculin Messages : 2
Expérience : 0

Feuille de personnage
Personnage:
Âge:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Oberyn Sand, second fils du gouverneur de Valiendia, humain [Haldren]   Sam 28 Juin 2014 - 5:28

J'ai passer le texte sur bon patron et reverso, les fautes devraient avoir diminuées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oberyn Sand, second fils du gouverneur de Valiendia, humain [Haldren]   Sam 28 Juin 2014 - 17:28

Chose promise, chose due, voilà la correction. J'ai essayé d'être exhaustif et précis, aussi ne t'affole pas de la longueur de mon post.

Un simple détail de forme pour commencer : l’image de ta lance est trop large, elle déforme la page quand on ouvre le spoiler. Réduis là un peu, 800 pixels de large suffira amplement.

Ta lance en elle-même m’a d’ailleurs surpris. Qu’elle soit forgée par les nains, soit, ce sont d’habiles forgerons, mais pourquoi alors dire que la lance vient d’Elreldor alors ? (Elreldor, c’est chez les Elfes). Présente là juste comme une arme de facture naine, c’est une garantie de qualité amplement suffisante.

« Le prince de Valiendia est une personne des plus charismatiques[…]Sans vêtement, l'on pourrait croire qu'il fut sculpté par le ciseau d'un maître sculpteur[…]sa vitesse reconnue dans tout le royaume et son agilité digne d'un elfe selon les dires[…] L'homme des sables est rusé »
Mollo sur la perfection, Oberyn Wink. J’ai cherché en vain un point négatif sur ton personnage, une faille dans la cuirasse. Que dalle… tu le présentes même comme quelqu’un de humble, ce qui tranche un peu avec le portrait totalement idéalisé que tu en donnes. Je ne te refuserai pas ta validation pour cela, mais en te parlant d’expérience je te conseille fortement d’atténuer un peu cette perfection, ce sera plus un frein qu’autre chose irp.
Si j’ai un conseil à te donner, donne-lui une fierté exacerbée comme faiblesse. Beau, de noble lignée, intelligent, admiré, ton personnage a tout pour se croire supérieur aux autres, et cela lui donnera une complexité morale des plus intéressantes.

Ton personnage est indiqué comme ouvert d’esprit mais il abomine la magie. Il y a là une incohérence qui n’est pas expliquée dans ta fiche. D’où vient cette haine aussi puissante ? Seul un violent traumatisme a pu la créer aussi puissante, on aimerait savoir lequel.

« Le jeune enfant débuta son entrainement à un an et demi, âge où il fit ses premiers pas. ». Non, pas si tôt. Six ans est l’âge minimal pour commencer à entrainer un enfant, avant l’esprit n’a pas encore assez mûri pour ne serait-ce que comprendre pourquoi il lui faut suivre cet entrainement.

« De plus, l'enfant n'avait aucune magie interne, ce qui semblait étrange. Ils en conclurent que l'enfant était malade, une maladie magique incurable ».
Non, la source de la magie interne n’est rien d’autre que ton souffle vital. Tu en as, mais tu ne peux l’utiliser selon l’art des mages. Ce n’est d’ailleurs pas une maladie de ne pas pouvoir utiliser la magie interne ou externe, c’est même le cas de la plupart des gens sur Nûmendor. Cette inaptitude peut en effet avoir déçu son parrain qui devait espérer que tu serais apte à devenir un mage comme lui, mais enlève l’aspect maladie.

« Ce retournement de situation soudain et cette trahison d'alliés juste avant la signature d'un traité de paix, quelque chose clochait dans cette histoire. Pourtant, il semblait que son père était très proche d'elle, la courtisant presque. »
Ce n’est pas clair. Quel traité de paix ? Quelle trahison ? De qui son père est-il proche ?

« Il partit vers le nord, visiter les hommes qui y vivent. Ensuite, ce fut le tour de faire une petite visite aux nains. S'ensuivirent les elfes, puis les humains d'Archadia. Finalement, il termina au pays des sombres. »
Mollo à nouveau, c’est une vie entière de voyage que tu mets là. Les Aërthes n’accueillent pas les inconnus à bras ouverts, les elfes et les archidiens sont plutôt hostiles aux impériaux. Les nains ont eux pu te laisser vivre un temps chez eux moyennant finances, et à cette occasion tu peux leur avoir fait forger ta lance (mais ta sœur t’avait-elle donné de l’argent ? Il faudrait le préciser, et il t’en faut beaucoup pour une errance aussi longue sans travailler). Les Sombres t’auront laissé accéder à Ithilian du fait de ton rang dans l’Empire, qui est leur allié. Mais oublie le reste, c’est excessif. Par contre, tu as omis de parler des Terres Neutres, où vivent un peu tous les peuples, c’est pourtant une étape qui aurait été logique dans ton voyage.

En résumé, ta fiche est un peu excessive. Ton personnage sait tout faire, à toutes les qualités, à tout vu et ne fait jamais d’erreurs. On devine assez aisément que tu as voulu faire un Oberyn Martell idéalisé, attention à ne pas tomber dans l'exagération héroïque.

Modère les éléments selon ce que je t’indique ci-dessus et ça ira. Si tu as besoin d’aide, n’hésite pas à me solliciter, je suis aussi là pour ça.

(N’oublie pas aussi de me transmettre ton BG sur Valiendia et les Sand dès qu’il sera prêt)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oberyn Sand, second fils du gouverneur de Valiendia, humain [Haldren]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oberyn Sand, second fils du gouverneur de Valiendia, humain [Haldren]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le fils de Michel François a été assasiné
» Lettre de George Sand à Musset.
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Un balais pour mon fils ! [matin] [Pv Martin]
» Chez Maître Vachon, tailleur de pères en fils.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: jjjj :: Répertoire des habitants-
Sauter vers: