AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la recherche du maître perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: A la recherche du maître perdu   Ven 7 Mar 2014 - 12:20

Méridian. Cela faisait un moment que Macabre n’y avait pas mis les pieds. En tant qu’esclave et en tant qu’elfe, cette ville était sans doute la pire qui soit pour elle. Elle avait le droit d’y entrer après avoir montré son tatouage mais elle n’y était que tolérée de par son lien avec un sombre. Si au Darshim elle était, au mieux, ignorée et, au pire, un peu bousculée, ici elle était tout bonnement haïe. Les regards et les mots qui lui étaient adressés étaient plus vindicatifs encore que ceux qui lui criaient après alors qu’elle s’enfuyait avec du sang sur les mains et quelque objet précieux dans les poches.

Mais, étrangement, tout ça semblait bien plus supportable ce jour-là car il était particulier pour a petite elfe. Certes, elle retournait à la demeure de son maître et risquait de s’en prendre une ou deux pour son retard, mais elle n’aurait pas à rester bien longtemps. Fineldor avait fait la plus curieuse et imprévues des demandes : il voulait rencontrer Don’dar pour obtenir sa liberté. Bien sûr, Macabre avait encore des doutes sur les intentions de l’elfe mais son petit séjour à Karrëlien lui laissait à penser que ce serait toujours moins pire de servir un Haut-elfe qu’un Elfe de la nuit. Elle avait été soignée, on lui avait permis de se reposer et on la nourrissait si bien qu’elle avait déjà repris plusieurs kilos. Elle ne comprenait pas encore vraiment les raisons de Fineldor mais après 25 ans de servage dans la fange, ça ne pouvait pas être pire.

Don’dar n’allait certainement pas lui réserver le meilleur accueil. Son retard était une chose mais la nouvelle apparence de la petite elfe aurait de quoi l’énerver encore davantage. Afin d’être un chouilla plus discrète, Macabre s’était procuré des vêtements humains pourvus d’une capuche. La voir sans ses guenilles sombre allait déjà fortement déplaire au sombre mais son bon état de santé aurait de quoi le faire mettre hors de lui. Elle était propre, elle remplissait un peu plus ses vêtements, son teint avait repris couleur elfique et ses yeux étaient ceux d’une jeune fille reposée. Ce serait trop pour Don’dar qui y verrait une insubordination, comme si son esclave lui échappait. Lui qui aimait tout contrôler ne manquerait pas d’y voir tout rouge. Macabre se consolait en se disant que ce serait sans doute la dernière fois qu’il la frappait.

Elle rejoignit la demeure de son maître sans le moindre mal. Comme à son habitude, elle entra, non pas par la grande porte ou par l’entrée de service, mais depuis l’arrière de la maison par un fenestrou qui donnait sur une cave aussi sombre et humide que sa cellule d’Ithilian. Une digne entrée pour une esclave aussi misérable.
Une fois entrée, elle se dirigea vers le couloir qui menait aux étages supérieurs. Pour y accéder, il fallait passer par plusieurs pièces de services dont le cellier. Elle y trouva une servante humaine, esclave elle aussi, en train de traficoter dans un vaisselier. Macabre approcha sans un bruit (non pas qu’elle le faisait exprès mais c’était ainsi qu’on lui avait appris à se déplacer) et resta plantée derrière elle, attendant qu’elle se retourne. La pauvre fut prise de peur lorsque, reprenant le chemin de la cuisine, elle découvrit la sombre tueuse de Don’dar dans son dos. Elle ne retint pas son cri et manqua de faire tomber la soupière qu’elle avait dans les mains. Impassible, Macabre l’interrogea.

Où est le Maître ?

La servante essaya de bredouiller une réponse, encore sous le choc.

Euh… Je… Je n’sais pas.

Comment ça ?

Le ton neutre et implacable de la petite elfe associé à son regard inexpressif et son visage marqué depuis longtemps par la souffrance ne la rendait pas très rassurante. La servante avait grand peine à se reprendre pour essayer de formuler une phrase. Fort heureusement pour elle, son cri avait attiré l’attention du cuisinier qui était venu de voir de quoi il en retournait et qui avait entendu la question de Macabre.

Il est parti y a quelques temps…

La jeune esclave se tourna vers le cuisinier, un grand bonhomme à la silhouette carrée et forte. Elle l’observa une seconde avant de poursuivre.

Où ça ?

Il était extrêmement rare que la morbide elfe s’adresse à quelqu’un dans la maison de Don’dar. Cela avait quelque chose d’exceptionnel tout autant qu’étrange. Le cuisinier prit un air d’indécision, visiblement perturbé par l’insistance de la pauvresse. Il n’était pas sans savoir ce que leur maître avait pu faire à cette enfant depuis des années et il lui semblait bien curieux qu’elle soit tant en demande après lui… Pour une fois qu’ils avaient un peu la paix.

Cricen est à l'étage, tu devrais t'adresser à lui.

Sans demander son reste, la petite elfe avança vers la porte où se tenaient le cuisinier et le serviteur qui la laissèrent passer. Avant qu’elle ne s’en aille, le colosse lui cria :

Evite de nous le ramener !

C’est pas mon intention…

Macabre prit le chemin de l'escalier. Elle n'avait pas le droit d'aller à l'étage sans y être invitée et pourtant elle évoluait dans les couloirs d'un pas sûr. Elle savait qui elle cherchait et où elle pouvait le trouver. Le salon, la cour intérieure, sa chambre... Les endroits n'étaient pas si nombreux et puis la maison n'était pas gigantesque. Loin de la demeure de Fineldor. La petite elfe procéda par élimination, visitant chaque lieu alors qu'elle passait à proximité.
Lorsqu'elle entra dans le salon, elle parcourut la pièce du regard, cherchant le vieux Circen, mais elle fut arrêtée par une voix plus grave et rauque que celle de l'humain.

Tiens, tiens, tiens... Mais ne serait-ce pas la fameuse Macabre ? Je t'imaginais en plus piteux état.

L'esclave tourna rapidement son regard vers le son de la voix. Elle y découvrit un homme assise dans un fauteuil, les pieds posés sur une petite table, parcourant quelques pages. La petite elfe fronça les sourcils. Elle n'avait encore jamais vu ce type. Elle ne comprenait pas ce qu'il faisait là et où pouvait être Circen...

Vous êtes qui ?

On m'appelle Thybalt. Mais qui t'as donné le droit de monter ?

Je cherche le Maître. J'ai un message pour lui.

Le fameux "Thybalt" fit une grimace. l'insolence de l'esclave ne semblait pas vraiment lui plaire et il n'en fallait pas plus à la petite Macabre pour comprendre que ce n'était pas Circen qui tenait les rennes de la maison en l'absence de Don'dar. Il n'y avait pas d'autre explication possible pour qu'il connaisse son nom et se comporte comme son maître.

Ca risque d'être dur. Tu es en retard. Il a dû partir précipitamment. Je te passe les détails mais il est aller rejoindre le client que tu étais censé fournir à Marfort. Mais je peux peut-ê...

Lorsque Thybalt releva les yeux vers la porte pour regarder Macabre, elle avait disparu. Stupéfait, il se redressa rapidement et alla jusqu'au couloir pour essayer de la trouver mais il était trop tard. Le fantôme de Don'dar avait déjà pris le large.



HRP : Attention, post modifié pour des raisons de cohérence avec d'autres joueurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: A la recherche du maître perdu   Dim 9 Mar 2014 - 23:29

Macabre s'était dépêchée de repartir pour l'auberge bordant la frontière méridienne où elle avait laissé Fineldor. Portant un tatouage d'esclavage sombre, elle ne risquait rien à s'aventurer sur les terres impériales, mais lui, étant donné sa race et son statut, ne pouvait la suivre. Elle avait dû continuer seule pour aller porter la demande de rencontre du futur prince jusqu'à son maître, mais non sans avoir pris quelques précautions. L'elfe lui avait donné un billet de sorti par l'intermédiaire du livre qu'elle était venu voler. Elle ne savait pas vraiment ce que le mage avait fait mais elle savait que si Don'dar l'avait retenu captive et qu'elle n'était pas rentrée auprès de Fineldor comme prévu, il serait arrivé malheur à son maître. Une menace qui devait suffire à assurer son retour.
Mais Macabre n'avait pas eu à user de cette menace. En l'absence de son maître, elle était parvenue à quitter sa demeure et la capitale sans le moindre mal. Avec un cheval à sa disposition, elle avait un laps de temps de 3 jours pour faire l'aller-retour. C'était suffisant mais bien peu. Cela ressemblait fort aux conditions que lui imposait son maître, mais cette fois la raison de ce délai aussi court était très différent. Fineldor ne faisait pas cela pour la presser. Il s'agissait simplement d'une garantie supplémentaire. Don'dar n'aurait que peu de temps pour réfléchir et ainsi trouver une parade à l'ultimatum qui lui était donné.

Macabre ne s’était pas attardée pour demander des détails sur le départ de son maître et avait saisie la première occasion pour s’enfuir. Certes elle manquait d’un grand nombre d’éléments pour comprendre ce qui avait poussé son maître à partir sans l’attendre, elle mais surtout le livre qu’il l’avait envoyé voler, mais elle avait déjà de quoi comprendre la situation. Elle avait cru comprendre que ses dernières courses avaient été commandées par le même homme, un homme extérieur au cercle auquel appartenait son maître. Et, sur toutes ses missions, certaines n’avaient pas connues un franc succès. Don’dar ne pouvait pas toujours livrer ce qui était convenu et pas forcément dans les temps. Il était de plus en plus tendu et -par conséquent- violent. Cette fois, elle avait un retard de plus de 15 jours, sans doute cela n’avait-il pas été pour le rassurer. Il avait probablement voulu se rendre auprès de son commanditaire qui, normalement, aurait dû se trouver à Méridian. Si Don’dar s’était rendu à Marfort, c’est qu’il devait y avoir une bonne raison. Peut-être que le client s’y trouvait également.

Ce fut sans heurt que Macabre rejoignit l'auberge archadienne dans le délai prévu. Dès son arrivée, elle fut accueillie par ce fameux garde qui s'attachait lentement à la petite elfe, passant outre sa froideur et son impassibilité apparente. Il lui sourit et lui demanda si tout s'était bien passé. Il ne dit rien devant le silence de la jeune esclave et ne s'en offusqua pas. Il avait compris qu'elle ne connaissait pas leurs moeurs et les politesses et on ne pouvait se fâcher face à l'ignorance.

Je dois voir Elwëndrion.

Seigneur Elwëndrion. Fut-elle reprise gentiment par le garde. Et tu le verras mais tu vas surtout aller te passer un coup sur la figure, mettre des vêtements propres et manger un morceau pendant que j’irais le prévenir de ton arrivée.

Le cheval fut laissé aux bons soins de l'écuyer de l'auberge tandis que le garde entraînait bien malgré elle la petite elfe dans une chambre libre de l’auberge. Une petite malle contenant les vêtements que Fineldor lui avait procurée était posée au pied du lit. Sur la table de chevet se trouvait une bassine, un linge propre, du savon et une cruche pleine d’eau.

Depuis combien de temps tu n’as pas mangé ? Fais ce que tu as à faire. Je vais en cuisine te demander un repas chaud.

Le garde ferma la porte derrière lui, sans attendre de réponse de la part de la jeune esclave. Macabre n’avait décidément pas l’habitude que l’on prenne soin d’elle et elle trouvait cette attitude toujours aussi étrange. Ceux qui faisaient prendre de bienveillance envers elle ne récoltaient pour seul remerciement qu’un regard distant et méfiant qui les dévisageait.
La petite elfe parcourut rapidement la petite chambre des yeux avant de finalement entreprendre de se déshabiller. Une fois nue, elle se lava à l’aide de l’eau et du savon sur la table de chevet. Elle se sécha brièvement avec une serviette avant d’ouvrir la malle pour enfiler une chemise et un pantalon pris au hasard. En seulement un dizaine de minutes, la chambre avait pris une toute autre allure. Les vêtements sales étaient négligemment posés sur le lit, tombant à moitié par terre. La table de chevet était couverte de goutte d’eau et de traces de savon, le linge encore mouillé pendant depuis la bassine et gouttant sur le meuble et le sol. La serviette quant à elle trônait sur le plancher, à l’endroit même où elle s’était séchée.

Alors que Macabre ajustait sa chemise, on vint frapper à sa porte. Elle guettait les bruits de pas depuis l’autre bout du couloir et les avait entendus s’arrêter devant sa chambre. Elle s’approcha avec sa furtivité naturelle et saisit délicatement la poignée avant d’en actionner le mécanisme et d’ouvrir lentement le pan de bois pour découvrir qui se tenait sur le seuil.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: A la recherche du maître perdu   Lun 10 Mar 2014 - 11:55

Les temps étaient décidément bien étranges. Jusqu'il y a quelques semaines, Fineldor Elwëndrion, seigneur haut-elfe siégeant au conseil princier de la principauté de Fildor, n'avait d'autre objectif que de tenter de prendre la place de l'ancien prince disparu. Mais depuis, tout avait été bouleversé. Il avait suffit d'un simple petit événement, à la fois anodin et pourtant tellement spécial. Une petite elfe vêtue comme une mendiante avait cherchée à lui voler un ouvrage dans sa propre demeure. Lorsqu'il l'avait vue pour la première fois, il l'avait prise pour une voleuse quelconque et l'avait enfermée. Mais il avait réalisé au fil du temps qu'elle était plus que cela: esclave au service d'un sombre, elle accomplissait ses basses besognes, prenant tous les risques et ne recevant en retour que des coups et des injures. Le haut-elfe s'était un peu... attaché à cette petite esclave, qui avait probablement tout perdu dès son plus jeune âge pour assouvir les besoins d'un elfe de la nuit désireux d'accomplir ses méfaits. Son simple nom en disait long: Macabre. Probablement le surnom qui lui avait été attribué, son vrai nom ayant été oublié depuis longtemps.

Il l'avait depuis prise sous son aile, cherchant à lui montrer qu'avec lui elle n'avait plus rien d'une esclave, qu'elle était désormais libre de vivre. Vivre... comment réapprendre tous les aspects de la vie à quelqu'un qui ne les connaissaient plus depuis tant d'années. Manger tous les jours un repas complet, avoir des vêtements propres, prendre soin de soi, autant de choses qui paraissaient étrangère à cette jeune elfe. Et lui réapprendre à parler, voir à sourire, s'avérerait certainement plus dur.

Seulement, avant tout ca, il y avait un obstacle de taille. Elle lui avait certifié que son ancien maitre ne la laisserait pas tomber si facilement. Qu'il enverrait du monde la chercher, la capturer, voir la tuer si besoin est. Fineldor avait tenté de la rassurer en lui certifiant qu'elle ne risquait rien. Si les frontières du territoire elfe avaient quelques difficultés à empêcher les intrus d'entrer, Karreliën était à l'abri. La cité, fortement gardée, bénéficiait d'une garde d'élite, de plusieurs mages, en somme de quoi la préserver d'un simple petit raid. Seule une armée pouvait en venir à bout!

Mais il avait compris que la meilleure solution était encore de négocier la libération de sa protégée. Alors, il avait entreprit le voyage nécessaire à cela. Leur chemin les avaient conduit jusque sur les terres de Geldorim, juste à la frontière avec l'Empire, où il avait loué plusieurs chambres dans une belle auberge, puis avait envoyé la petite Macabre rejoindre son ancien maitre, non sans avoir prit quelques protections amplement suffisantes. Si ce sombre préférait s'emparer de la jeune elfe et s'enfuir, il aurait de belles surprises... et risquait de provoquer des ennuis qui pourraient lui valoir la foudre de ses propres maitres.

Il lui avait donné trois jours pour aller et revenir. Et il attendait, patiemment. Du moins était ce ce qu'il voulait faire croire. Extérieurement, il semblait se maitriser au plus haut point. Debout devant l'une des fenêtres de la vaste chambre, il contemplait le ciel sans un mot. Intérieurement, en revanche, il était inquiet et agité. Ses précautions suffirait-elle? Et si la jeune elfe retombait dans sa vie d'esclave?

« Elle reviendra, Fineldor. Soyez en sûr. »

Le seigneur haut-elfe se tourna vers celui qui venait de s'adresser à lui. Assis sur une chaise, il était vêtu d'une tunique blanche et d'un pantalon de même couleur. Ses cheveux d'un blond d'or retombaient mollement sur ses épaules, et ses yeux gris très clairs observaient son interlocuteur d'un regard qui se voulait rassurant.

« Mon bon Nandelion, je crains que ta confiance ne soit cette fois ci trop aléatoire. Toi comme moi ignorons trop de cette petite elfe. Et dois je te rappeler de m'appeler seigneur Fineldor. Ce n'est guère parce que nous nous connaissons depuis fort longtemps que tu peux te permettre de passer outre cela.»

Nandelion Senwendraë était de noble lignée, quoique moins élevée que celle d'Elwëndrion. Les deux jeunes gens avaient mené toutes leurs études ensembles, au point de se lier d'amitié. Fineldor n'avait d'ailleurs pas hésité à l'associer comme proche conseiller, une sorte de second capable de gérer la plupart de ses affaires en cas d'absence. Pourtant, cette fois ci, il avait préféré l'emmener avec lui. Nandelion hocha la tête avant d'adresser un nouveau sourire.

«Vous m'en demandez décidément beaucoup. Le vouvoiement est déjà dur à assimiler... Mais soit, seigneur Fineldor. Quant à ma confiance... j'ai parlé à plusieurs gardes qui m'ont certifié que malgré son absence de sourire, elle était un peu reconnaissante de ce que vous faisiez pour elle. C'est loin d'être significatif bien sûr, il faut lui laisser le temps. Mais elle revendra.»

Fineldor se tourna à nouveau vers la fenêtre, poussant un soupir. Sans doute avait-il raison. Ce fut alors qu'une série de coup fut frappée à la porte. Le haut-elfe autorisa le visiteur à entrer, et un de ces gardes, après s'être incliné, l'informa que la petite Macabre était de retour. Lorsqu'il se retourna, toute inquiétude disparu, il croisa le regard de Nandelion, dont le sous entendu "je vous l'avais bien dit" était aussi évident que clair. L'ignorant, Fineldor sortit de sa chambre et se dirigea vers celle de l'ancienne esclave. Frappant de rapides coups, il patienta quelques instants, avant de voir la porte s'ouvrir d'elle même. Décidément, elle restait bien méfiante... soupirant, le haut-elfe voulu la rassurer.

« Allons, ne t'inquiète pas, ce n'est que moi, Fineldor Elwëndrion. Aurais-tu peur de ton nouveau protecteur comme tu craignais ton ancien maitre?»

La phrase était clairement provocatrice, sans être agressive. Restant sur le seuil, le seigneur patienta un court instant avant d'ajouter.

« Puis je entrer, ou ma protégée laissera-t-elle l'un des plus hauts seigneurs de son peuple sur le seuil de sa porte?»
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: A la recherche du maître perdu   Lun 10 Mar 2014 - 18:48

Le regard de la petite Macabre dévisagea le visiteur de la tête au pied comme si elle le découvrait pour la première fois. Mauvais réflexe qui consistait à détecter les éventuelles menaces, telles que des armes. Elle savait pourtant qu'il n'en avait aucune et qu'il n'en avait pas besoin contre elle mais cette habitude lui avait tant de fois sauvé la vie...
Après une seconde, elle finit par s'écarter, entraînant la porte avec elle pour laisser Fineldor entrer. Pour toutes réponses à ses provocations verbales, elle n'eut qu'une phrase.

Ça a pas de sens.
Et je connais votre nom.


Protecteur ou Maître, ces termes n'avaient pas vraiment de significations et elle ne les distinguait pas encore bien. Pour l'instant, Fineldor ne lui avait plus fait de mal depuis qu'il l'avait sortie de l'eau mais elle ne savait pas si ça durerait et ce n'était pas une simple appellation qui allait modifier son comportement à son égard. Il lui faudrait bien plus que ça.
Le mage avait pu constater depuis un moment maintenant que sa protégée n'était jamais tranquille en présence d'autres individus. Après tout, elle passait son temps à guetter le moindre son, le moindre geste, le moindre pli de tissu... Plus il y avait d'agitation autour d'elle et plus son attention était stimulée. Elle avait beau faire ça depuis toujours, jusque là, elle n'avait guère eu le loisir de sortir souvent de sa cave et elle ne s'était jamais mélangé aux autres si elle pouvait l'éviter. Aussi, la moindre petite course en ville était épuisante pour la jeune esclave. Ne pas avoir confiance était une chose mais il fallait y ajouter sa méconnaissance de ce qui était normal ou ne l'était pas. A chaque sortie, elle passait son temps à regarder de tous côtés, à l'affût d'une éventuelle menace. Pour se reposer et relâcher la pression, Macabre devait s'isoler. La présence d'une ou deux personnes ne la dérangeait pas outre mesure mais, bien que cela se passe un peu mieux avec ceux qu'elle "connaissait", elle préférait rester un peu en retrait.

Une fois entré, Fineldor put découvrir l'état dans lequel elle avait déjà pu mettre sa chambre. La petite elfe ne s'afféra même pas à ranger le bazar. N'ayant pas intégré les règles de tenue d'un espace privé mais aussi de pudeur, il n'y avait là rien de choquant à ses yeux. Si tant est qu'elle puisse être choquée...
De la même manière, elle n'invita pas non plus le mage à s'asseoir, il devrait en prendre le droit lui-même s'il ne voulait pas rester debout. Elle ne le salua pas, ne s'inclina pas et ne lui sortit aucune politesse. Elle se contenta de refermer la porte derrière lui après avoir jeter un oeil dans le couloir. Puis elle désigna de la tête une petite table pourvue d'une chaise dans un coin de la pièce. Le livre qu'elle avait volé s'y trouvait, simplement posé là.

J'en ai pas eu besoin. Il était pas là.

C'était sa manière à elle de lui dire qu'il pouvait le récupérer. Après tout, il l'encombrait plus qu'autre chose puisqu'elle ne savait pas lire.
Macabre acheva de fermer les deux boutons qu'il manquait pour masquer son décolleté (ou plutôt le sternum osseux qui le remplaçait). Puis elle travailla à faire rentrer sans chemise dans son pantalon, comme on le lui avait expliqué plusieurs fois. Savoir s'habiller correctement, ça commençait à rentrer... Mais il ne fallait pas encore lui demander de choisir ses vêtements sans supervision. Pour l'heure, le chemisier qu'elle portait était blanc alors peu importait la couleur du pantalon.
Tout en achevant de s'habiller, elle tenta d'expliquer à sa manière ce qu'elle avait appris.

Il est à Marfort. Celui pour qui je devais voler le livre y est sûrement. C'est pas sur sa route pour retourner au Darshim.
Il a de l'avance sur nous. Je sais pas quand il est parti et si on peut le rattraper. Mais nous on peut traverser Archadia.

Discours un peu décousu et dépourvu d'explications. Exprimer tout haut ce qui trottait dans sa tête n'était décidément pas son fort.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: A la recherche du maître perdu   Mar 11 Mar 2014 - 21:47

Comme à l'accoutumée, la petite elfe dévisagea son visiteur. Une habitude qui pouvait sembler curieuse pour qui ne la connaissait pas. Mais lui savait désormais ce par quoi elle était passée. Il savait quels méfaits elle avait subit, et dans quelle société elle avait vécu. Un endroit où elle avait appris à se méfier de chaque recoin, de chaque personne, de chaque chose, pour rester en vie. Il lui faudrait bien du temps pour réapprendre à vivre "normalement". Si tant est que ce mot ait un sens.

Elle lui répondit par deux phrases courtes, sur un ton sec. Le seigneur haut-elfe n'en tint guère compte. Une habitude, là encore. L'humour n'était décidément toujours pas de mise, mais ce n'était guère étonnant. Aussi préféra-t-il se montrer ignorant de ces deux remarques. Lorsqu'il entra, il constata que la chambre était dans un triste état. Les frusques qui lui avait servi de vêtements pour sa mission chez son ancien maitre étaient imbibées d'eau et étalées sur le lit, le sol et dan la bassine. De l'eau et du savon recouvrait le mobilier. Quant à la jeune elfe elle même, vêtue dans un ensemble plutôt riche, elle semblait mal s'y accommoder, la partie haute encore à moitié déboutonnée, tendant à faire atteinte à la pudeur, et le bas froissé et hors du pantalon. Il n'en tint pas compte pour le moment. Qu'importait, cela viendrait avec le temps. Il serait patient, très patient, mais y parviendrait. Elle s'était déjà libérée de certaines chaines. Les autres suivront.

Bien sûr, elle n'invita pas le seigneur à s'asseoir, ne le reconnaissant pas pour son titre, quel qu'il soit à ses yeux. Aussi se permit-il de s'asseoir lui même sur la seule chaise, proche d'une petite table. Le livre, l'objet que son ancien maitre l'avait envoyée voler, était posé là. Elle disait ne pas en avoir eu besoin. Et qu'il n'avait pas été là. Soupirant, il s'adossa légèrement à la chaise.

« S'il n'était pas là, cela signifie qu'il avait une affaire urgente. Il peut être à peu prêt n'importe où. Aurais tu réussi à trouver une piste?»

Il attendit que sa protégée se rhabille convenablement, et en profita pour tirer l'ouvrage jusqu'à lui, puis de poser une main dessus. Cet ouvrage, qui finalement aurait dû lui être dérobé... Et pourtant avait amené à lui une curieuse petite elfe, qui avait bouleversée une partie de son existence. Il comptait bien mettre cet ouvrage à l'abri de tous.

Il est à Marfort. Celui pour qui je devais voler le livre y est sûrement. C'est pas sur sa route pour retourner au Darshim.
Il a de l'avance sur nous. Je sais pas quand il est parti et si on peut le rattraper. Mais nous on peut traverser Archadia.

Elle savait donc. Information précieuse. Marfort n'était pas si loin. Malheureusement, le seigneur Fineldor n'y avait aucune connaissance. Chose facheuse, sans quoi il aurait pu y prévenir certains des siens. Mais il fallait faire avec ce qu'il avait. Soit.

« Bien, c'est amplement suffisant. Nous repartirons bientôt. Je tiens à pourvoir rencontrer ce sombre, et son commanditaire. J'entends négocier avec eux ce qu'il faudra pour te libérer. Car tu es, à mes yeux, plus précieuse que bien des choses que je possède. Bien plus précieuses que des dizaines d'ouvrages, y compris celui-ci...»

Il tapota d'un doigt sur le livre posé sur la table. Celui ci lui servirait encore. Et bientôt, elle serait libre. Il l'entendait ainsi. Se levant, il prit l'ouvrage sous le bras, et salua la petite elfe.

« Je te laisse. Je posterai un garde devant ta porte, bien sûr. Nous dormirons ici cette nuit, et nous repartirons demain aux premières lueurs. Je te souhaite une bonne nuit.»

Sur ce, il quitta la chambre et se dirigea vers la chambre où l'attendait Nandelion.

«Alors, qu'est ce que votre petite protégée à découvert, Fi... seigneur Fineldor.»

Le seigneur haut-elfe posa l'ouvrage dans un sac, puis s'assit doucement sur un des somptueux fauteuils de la chambre.

« Assez pour savoir ce que nous devons faire. Nous repartons demain aux premières lueurs. Direction Marfort. Fait en informer les gardes.»

Le conseiller acquiesça et se leva. Fineldor Elwëndrion était enfin seul. Il réfléchit un instant. La soirée se passa sans encombres, et il fini par aller se coucher, dans l'attente du lendemain.
Lorsque le soleil darda ses premiers rayons sur les terres de Geldorim, la petite troupe d'elfes était déjà levée. Fineldor, vêtu d'une tenue de voyage qui restait de grande qualité, s'affairait à diriger les préparatifs. Dans quelques jours, ils seraient à Marfort. Et il savait qu'à se jouerait une négociation des plus délicates. Une négociation dont dépendait l'avenir d'une petite elfe...
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: A la recherche du maître perdu   Sam 22 Mar 2014 - 21:16

Macabre inclina légèrement la tête sur le côté tandis que l'elfe lui disait qu'elle était bien plus précieuse à ses yeux que tout ce qu'il possédait. Bien qu'elle conserve des doutes quant à sa liberté réelle après cette négociation, ses propos lui étaient incompréhensibles. Elle ne pouvait entendre son point de vue, pourtant dépourvu de toute mauvaise intention à son égard. Le point de vue de quelqu'un de bienveillant en somme.
Elle n'eut pas le temps de réagir lorsque Fineldor parla du garde car il sortit presque aussitôt. Macabre resta un moment à regarder la porte close sans comprendre pourquoi on la surveillait encore. Elle n'allait pas chercher à rejoindre son maître, elle avait largement démontré qu'elle préférait rester auprès de l'aspirant prince, ne serait-ce que par son retour à ses côtés.

Décidément, la petite elfe semblait bien loin de tout comprendre encore.

Un peu plus tard dans la soirée, alors que Macabre mangeait ce qu'on lui avait apporté, assise par terre, elle entendit des pas s'approcher de sa chambre et s'arrêter devant sans entrer. Elle attendit un petit moment et, puisque personne ne venait, elle se leva et se dirigea vers la porte. Comme elle l'avait fait un peu plus tôt, elle actionna délicatement le mécanisme de la poignée et entrouvrit le pan de bois. Se tenait à un pas d'elle le garde qui l'avait accueillie à son arrivée. Elle fronça les sourcils. C'était donc lui qu'on avait désigné pour la veiller.

Je croyais que j'étais plus prisonnière.

Le garde tourna subitement la tête, ne l'ayant visiblement pas entendue ouvrir. Il fut un peu surpris par la remarque et conserva le silence un seconde, le temps pour lui d'essayer de décrypter ce qu'il pouvait se passer dans la tête de la petite elfe.

Je n'ai pas pour ordre de m'assurer que tu restes dans ta chambre mais que personne n'y entre.

Pourquoi quelqu'un y entrerait ? Y'a que vous qui savez que je suis là.

Le "vous" désignait apparemment le groupe avec lequel elle voyageait. Macabre restait définitivement méfiante, ne comprenant toujours pas ce que signifiait "vouloir prendre soin de quelqu'un".

Eh bien... Je crois que tu n'aimes pas trop la compagnie. Alors je vais faire en sorte que tu n'en reçoives pas, et ainsi te permettre de dormir les yeux fermés.

Ça m'aide pas de savoir que quelqu'un fait le pied de grue devant ma porte.

Préférerais-tu que je sois à l'intérieur avec toi ?

Devant le silence et le visage mécontent de Macabre, le garde compris qu'il avait fait mouche.

Aller, rentre et repose-toi. On te réveillera au petit matin.
Et ne prends pas garde aux changements de ronde durant la nuit.


La petite elfe resta un instant encore à le regarder puis elle ferma la porte, à clef.
La nuit se passa sans événement majeur. L'oreille toujours attentive à tout ce qui l'entourait, Macabre se réveilla à chaque fois qu'un garde venait en relayer un autre pour se rendormir une fois le silence revenu. Aux premières lueurs du jour, elle se leva et se prépara pour le départ. Elle fit une brève toilette (histoire de), elle s'habilla puis "rangea" ses affaires dans la malle et attendit qu'on lui apporte à manger. Ses cheveux étaient un peu en bataille mais elle ne se préoccupait pas encore de son apparence. Elle savait se vêtir avec décence, on ne pouvait guère lui en demander beaucoup plus après seulement quelques semaines.
Plus tard, elle rejoignit le groupe dans la cours. Elle se mit en selle et attendit le départ. Elle observa tout le monde qui s'afférait et se préparait. Ils avaient l'air si déterminés... Mais quelle était leur motivation au juste ? Ils faisaient vraiment tout ça pour sauver une misérable elfe ? C'était si difficilement intelligible pour Macabre... Elle les regardait avec plus d'incompréhension encore qu'elle n'avait pu le faire jusque là. Ce qu'elle ressentait était étrange. S'ils faisaient vraiment tout ça pour la libérer, bien qu'elle soit à mille lieu de les comprendre, elle était... troublée. Quelques regards se portèrent sur elle de temps à autre et renforçait l'émotion qui l'assaillait. Et ce qui était le plus surprenant, c'est que ce sentiment ne la rendait pas plus mal. Au contraire...
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche du maître perdu   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche du maître perdu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» recherche de maitres ayant perdu leur petit chien (59 saisie
» A la recherche de l'arc perdu [ Quête cachée ]
» A la recherche de l'E2PZ perdu
» Recherche un petit rp perdu, tout mignon...
» À la recherche d'un But....[Finish !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: L'Empire de Méridian :: Cité de Méridian-
Sauter vers: