AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aradenn Sûl

avatar

Masculin Messages : 36
Expérience : 5
Age : 21

Feuille de personnage
Personnage:
Âge:
Inventaire:

MessageSujet: Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)   Dim 2 Fév 2014 - 17:04

Fiche de (Aradenn Sûl)


Nom/Prénom: Sûl Aradenn
Âge: 22 ans
Sexe: Masculin
Race: Mi Humain-elfe

Métier: Mercenaire/chasseur de prime

Possessions:

Il possède une maison, dans laquelle il s’y rend que rarement au vu de ses occupations. Il s’agit ni plus ni moins de la maison dans laquelle il a grandi se trouvant à la périphérie d'Eroda. Autrement il possède sur lui la panoplie d’un voyageur errant (voir lien) ainsi que ses armes, c'est-à-dire une assez grande lame courbée et un arc ainsi que deux poignards cachés, dans ses bottes et enfin un étalon noir.

http://image.noelshack.com/fichiers/2014/05/1391100901-hommes-guerrier-19624483fe-img.jpg

Description physique:

Il a le corps bien sculpté, ses muscles sont bien dessinés et assez développés et très équilibrés. Ses cheveux de jais aux des reflets argentés, le plus souvent attachés en queue de cheval ou bien en cascade sur ses épaules. Souvent le visage grave, marqué par son regard perçant et glacial au couleur pers et légèrement enfoncé sous ses arcades couvertes par de fins sourcils droits. Il possède un nez grec qui est, comme la continuité de son front, plat. Ses joues sont partiellement creuses et un menton ni large ni fin. Bien que enfant il pouvait aisément se faire passer pour un elfe, l’âge le fit ressembler plus à un humain.

[center]Description psychologique :


Il a toujours été peu bavard et souvent en réflexion, il n’entendait pas, mais écoutait, il ne regardait pas, mais observait et il ne parlait pas, mais questionnait. Il aimait le silence de la forêt, des plaines et des collines. Le calme de la nuit et la lumière du claire de lune De plus, Il a un goût accru pour la découverte et le voyage ce qu’il tient de ses deux parents. Un caractère peu commun pour les elfes en effet, il s’imagine toujours s’aventurant aussi loin que sont regard le porte traversant mille sentiers et cols, gravissant les hautes montagnes et s’enfonçant jusqu’au cœur de la forêt. En effet, bien que sympathique et social au départ, il préférait bien plus marcher seul plutôt qu’en groupe. De ce fait la présence d’une personne autre que sa famille lui est inhabituelle et presque dérangeante, ce point est marqué d’un autre côté par son appartenance raciale. L’orgueil des elfes réside tout de même en lui, quoi que très atténué vu qu’il a côtoyé les autre races bien plus que celle de sa mère. Il ne se considère lui-même elfe que par ascendance.
Cependant suite à un drame tout ce qui faisait de lui un enfant joyeux laissera place à une froideur d’âme qui fut trop profondément marquée par le chagrin, la haine et le désespoir. Son être ne sera animé que par le désir de justice. Il ne veut pas apprendre à retirer la vie mais à savoir quand la laisser. Il aspirera donc à la paix la plus durable et à une égalité entre races.

Histoire:

Un jeune homme pas comme les autres :


Ce qui fait de Aradenn un être à part c’est tout d’abord le contexte dans lequel il a grandi. C’est dans une maison située à un kilomètre de Eroda en territoire neutre que naquit Aradenn Sûl, fils de l’union de Victarion Lacnoir un homme d’Eroda et Miriel Sûl une elfe de Demith, s’étant établie en cette contrée pour une raison encore inconnue jusqu’à ce jour. L’un était maître d’arme et l’autre botaniste à Eroda qui est, de part sa situation géographique, le carrefour des trois peuples que sont les hommes les nains et les elfes. Durant ses quinze premières années, le jeune Aradenn resté en ville le plus clair de son temps, il côtoya de ce fait les autres races et jouait secrètement avec les jeunes humains. Mais avec l’âge à cause de son appartenance, le jeune Aradenn fut comme refoulé par ses anciens amis. Après cela au lieu de suivre ses parents en ville il préféra lui tourner le dos et se diriger vers le sud et les Eloanes ainsi que les forêts.
Il reçut tout de même l’éducation des elfes, on lui fit l’apprentissage de la langue de l’histoire et des coutumes du royaume de la forêt de même pour ce qui est des humains. Cependant il n’arrivait pas à s’identifier dans ces récits, l’atmosphère dans laquelle il vivait était loin de ressembler à celle de Inhilia ou bien de Viminas, la seule chose qui le captivait le plus était la description de la forêt et des grands bois de l’ouest faite par sa mère. Il aimait la suivre dans ses sorties, lorsqu’elle allait cueillir les herbes et fleurs pour sa boutique. De ce fait il apprit un grand nombre de choses sur la flore l’entourant, notamment à reconnaitre les plantes vertueuses ou au contraire venimeuses.
L’été de ses dix-huitièmes années, son père décida de l’emmener en ville comme il faisait auparavant, mais cette fois ci ce fut pour lui enseigner le maniement des armes. Ce projet n’enthousiasma pas Aradenn au départ et même pas du tout, jusqu’à ce que son père lui en explique la raison :

« Ecoute mon fils, j’espère de tout mon être que tu ne sois jamais contraint à utiliser les armes contre qui que ce soit, et encore moins à faire couler le sang. Sache que la vrai force réside dans le pouvoir de faire la différence entre le bien et le mal, et de ne savoir non pas quand prendre une vie mais quand la laisser. Savoir qui se retourne contre qui n'a pas d'importance : quand une querelle éclate, les deux opposants sont fautifs. Je sens un danger qui guette notre famille depuis peu, c’est pour cela que je ne peux plus laisser ta mère venir en ville, de peur des représailles des hommes. Si le pire devait advenir je voudrais que tu sois apte à te protéger toi et ceux qui comptent à tes yeux. Je pense que sans eux la vie ne vaut pas la peine d’être vécue

A ces mots, Aradenn ne se contenta pas juste de suivre les leçons de son père mais il y mit cœurs et âme. Premièrement il apprit l’escrime puis l’archerie et enfin l’équitation. A chaque fois qu’il faisait ses preuves dans chacune de ces disciplines son père lui faisait cadeau de l’objet en question. Tout d’abord une épée ensuite un arc et enfin un étalon noir qu’il baptisa Nero. Tout ceci durant trois ans, son évolution était bien visible il progressait de jour en jour. Cependant il n’était pas le seul à évoluer, le regard des autres apprentis à son égard se faisait plus réprobateur, même ceux des passants. La tension était palpable et le mi humain-elfe ne manqua pas de s’en apercevoir.


Du rêve au cauchemar :


Sombre furent ses rêves ces derniers temps, il fit plusieurs fois le même cauchemar se voyant courir sur un sentier poursuivi par la peur ! Un soir en rentrant chez lui avec son père, Aradenn sentit qu’ils étaient suivis. Il ne saurait dire qui mais une chose est sûr c’est que c’était sur une longue distance. Cette sensation il l’eut tous les soirs depuis. Il en parla à son père, ce dernier lui dit que lui aussi l’avait remarqué mais qu’il ne voulait pas lui en parler de peur de le déstabiliser.
Le jour de ses vingt deux ans, Victarion chargea son fils d’emmener une lettre à son père à Merodoc. Il pourra par la même occasion rencontrer son grand-père et découvrir un des bois du sud. Aradenn en fut grandement réjoui, et ne tarda pas monter sur le dos de son cheval et à galoper vers le sud. Il traversa une première fois le bois à l’est de Merodoc pour découvrir celle-ci. Il fut saisi d’admiration et de peur face à cette ville qui est bien plus grande que Eroda. Il se senti submerger par cette foule et cette ambiance. Il se perdit plusieurs foi avant de trouver le manoir de son grand-père, lorsqu’il le trouva les domestiques le prirent pour un simple messager et ne lui accordèrent pas l’entrevue avec son grand-père. Il insista longuement en leurs disant qu’il devait absolument lui remettre en main propre, lorsqu’ils voulurent bien le laisser entrer, ils l’accompagnèrent jusqu’à une grande salle parfaitement décorée avec des tapisseries, des trophées de chasse et tableaux peints. Et au milieu de tout ceci se dressait un haut et large fauteuil de cuir et de velours et dessus était assis un vieil homme au visage grave aux joues creuses. Ses Cheveux blancs renforcaient son teint pâle et son aspect faiblard. Aradenn sans un mot se dirigea vers lui et tendis la lettre. Il la saisi d’une main osseuse et tremblotante, le jeune regarda le vieillard lire d’un trait le texte face à lui. Lorsqu’il releva les yeux ce fut pour foudroyer d’un regard noir et plein de colère Aradenn. Il se redressa sur ses jambes arquées avec peine puis il déclara :


« Pour qui il me prend ce mioche, s’il pense que après le déshonneur qu’il à fait subir à notre famille, je l’accueillerai sous mon toit ? Il ne fallait pas en partir, alors retourne voir ton père gamin et dis lui d’aller demander de l’aide à ces satanés elfes qu’il aime tant et pour qui il a quitté sa famille. Dis lui bien que je ne lui ai jamais pardonné ses actes, maintenant sort de chez moi tu pollues mon atmosphère elfe ! »

Un lourd silence plana dans la grande salle, Aradenn ne savait que dire. Ce silence fut interrompu par le domestique qui lui demanda de bien vouloir le suivre, ce qu’il fit jusqu’au sortir du manoir. Sur ce le jeune homme alla acheter quelques vivres et entama le chemin du retour le moral au plus bas, mais lorsqu’il se souvint qu’il passera de nouveau par la forêt il gagna en vigueur et en bonne humeur.
Il arriva le matin suivant à l’entré de la forêt et s’y engouffra, il avait la poitrine fraichement gonflée d’assurance. Rien ne semblait perturber la matinée, par aucun chant d’oiseau le silence se fut brisé, l’idée de voyager s’accapare de son attention il rêva de parcourir le continent du nord au sud de l’est à l’ouest. Soudain une impression de déjà vu il retint son souffle. Soudain l’étalon fut prit de panique lorsque une flèche vint se planter à deux doigts de ses sabots il se cabra et son cavalier tomba, Aradenn se tourna dans tout les sens pour trouver l’archer. Quand un objet lourd lui écrasa l’épaule mais d’une force insuffisante pour l’envoyer au sol, il vit alors deux individus vêtus de noir se précipitant sur lui. Dieu merci, le jeune homme se dégagea de leur merci mais couru vers un filet qui orienta sa poursuit, un premier coup de fouet lui arracha une manche, et un deuxième lui meurtri la peau du dos jusqu’à la hanche. Il dépêcha au passage une pierre qu’il décocha à toute force sur le visage le plus proche, sans attendre de résultat, il détala dans une direction inconnue. Aradenn avait le cœur affolé tout en slalomant entre les arbres il se précipitait, vers ce qui semblait être une clairière, il entendant les voies lointaines de ses poursuivants. Par chance, il trouva Nero près d’un arbre broutant de l’herbe, il grimpa sur son dos et donna un gros coup de talon et ils détalèrent en flèche sans se retourner. Ce n’est que le lendemain que le mi elfe-humain commença à se poser des questions sur ce qui s’était produit : qui étaient-ils ? Que voulaient-ils ? Il ne put trouver de réponse dans ses longues réflexions.
Un soir, arrivé à une cinquantaine de mètre de chez lui, il sentit un calme pesant, de plus, en s’approchant il ne put apercevoir la fumée émanant de la cheminée et enfin il vit qu’il n’y avait aucune chandelle allumée. Son cœur fut transpercé de panique il galopa furieusement jusqu’au portail, puis sauta à terre et couru vers la porte d’entrée, quand soudain il trébucha sur quelque chose et s’étala au sol. Il se redressa tout en se retournant pour voir sur quoi il avait trébuché, et ce fut l’horreur quand il vit que c’était le corps de son père criblé de flèches. A partir de ce moment tout ne fut que peine et douleur pour Aradenn face à ce spectacle. Il entra en courant dans la maison à la recherche de sa mère, c’est alors qu’il vit sur le mur de son salon un morceau de tissu épinglé avec un coteau sur lequel était représenté deux dagues rouges croisées. Il ne trouva Miriel nulle part même en l’appelant. A l’intérieur tout était renversé, cassé et brisé le sol salit par des traces de boue. Soudain il se rappela, il accéléra jusqu’à la cuisine et ouvrit le placard à balais, en effet deux ans auparavant, ils avaient, lui et son père, construit une cachette au cas où « le pire devait arriver » ainsi l’expliquait Victarion. Aradenn dévala les marches deux par deux jusqu'à poser les pieds sur la terre, il vit alors au fond de la pièce sa mère inerte assise contre un mur les mains posées sur son ventre. Lorsqu’il arriva près d’elle son fils vit qu’une flèche dont elle avait cassé la moitié était plantée au niveau de son foie, sa robe était gorgée de sang encore frais. Pris de panique Aradenn ne sut quoi faire et se sentit faible face à cet enfer qu’il vivait, c’est alors qu’il sentit la main de sa mère lui serrer la sienne. Elle avait un sourire aux lèvres, son fils voulut se lever pour aller lui chercher un gobelet d’eau mais elle le retint faiblement et lui dit :
« Aradenn…mon fils, sèche ces larmes qui mouillent ton si beau visage. Je suis…si heureuse de pouvoir le contempler une dernière fois… »

Aradenn s’affola et il articula difficilement :

« Non ne dit pas ça maman, je vais te sauver ! Mais dit moi qui vous a fait ceci ? »

Elle lui répondit sur le même ton laissant paraître une joie et un apaisement :

« Ne soit… pas si triste nous t’avons sauvé toi. Ceci est l’œuvre…de bandits, sûrement engagés par quelqu’un. Mais Aradenn ne soit pas…aveuglé par la colère, ne cherche pas…à te venger car la vengeance est un cycle sans fin. Rappelle toi…ce que ton père te disait à propos de la vraie force. Alors vie…vie pour nous, va chez les hauts-elfes ou bien…à Archadia et vis sans t’accabler du passé. »

Elle posa une main sur la joue de son fils et la caressa faiblement, ce dernier retint sa main avec les siennes. Elle murmura alors dans son dernier souffle :

« Je t’aime mon fils… »

Il resta là avec sa mère dans les bras regardant son beau visage plein de sérénité, il ne laissa échapper aucune larme et garda depuis cet instant une colère inexprimée au plus profonde de son âme.

Post-RP :


Après ce cauchemar, Aradenn fit les sépultures des ses parents seul. Il remit de l’ordre dans sa maison, mais laissa la bannière sanglante au mur pour se souvenir. Cependant en rangeant la chambre de ses parents, il trouva dans les affaires de son père son journal intime. C’était un carnet assez volumineux, relié en cuir, il s’assit sur le lit de ses géniteurs et entreprit de lire le contenu. Troublante en furent les révélations et profonde en furent les marques, que lui laissa le récit de son père.
En effet, il y découvrit ce que fut son père par le passé, ce même passé qui le rattrapa par la suite. Victarion était le principal membre d’une guilde de voleurs nommée Daguécarlate, la même qui l’a assassiné. Le chef de cette guilde n’était d’autre que Lunarion Lacnoir, le grand-père d’Aradenn qu’il avait rencontré à Merodoc ce qui expliquait en quelque sorte sa demeure et son aisance. Dans ses écrits Victarion parlait de cette guilde comme de sa famille. Les membres cette dernière s’intéressait à toutes sortes de chose ayant une quelconque valeur et possible d’être substituées. Ils agissaient exclusivement dans les terres neutres.
Le tournant de sa vie fut le vol d’une caravane d’esclavagistes possédants cinq individus, deux femmes, un homme, un enfant et une elfe. Son cœur fut épris d’elle, et Aradenn compris directement qu’il s’agissait de sa mère, Miriel. Ils vendirent les autres prisonniers, mais Victarion se refusa de la vendre elle. Jusqu’à que son père intervienne en personne pour cette affaire, et ni l’un ni l’autre ne céda. La longue discussion se finalisa par la perte de patience de Lunarion exprimée physiquement, avec une droite qu’il décocha en plein dans la face de son fils et lieutenant. Il fut décidé que l’elfe serait vendu au premier acheteur. Les projets que Victarion envisagés n’en furent pas moins abandonnés, en effet il suivit le groupe de son père qui allait vendre Miriel. Lorsque la transaction avec le premier acheteur se fit, le jeune homme prit tout le monde de vitesse avec son coursier brun. Il décocha une flèche qui alla se planter devant le nouveau propriétaire de l’elfe pour stopper son avancée. Plus important, enroulé autour de ce projectile, se trouvait un morceau de tissu, sur lequel était dessiné avec du sang la bannière de la guilde, deux dagues écarlates croisées .Il s’agissait là du signe d’appartenance à cette guilde, et un tel geste signifiait qu’il la quittait. Ensuite il se pencha sur le côté et au passage il attrapa Miriel fermement et la déposa sur le dos de son cheval. Il détala ensuite sans se retourné tout en réalisant la gravité de son acte et tout en sachant que tôt ou tard que cela lui retomberait dessus. Il n’est pas difficile d’intégré une telle organisation, mais la quitter était synonyme d’une mort certaine. Par la suite ils durent se cacher pendant près de un an et demi pour se faire oublier.
Durant ce temps passé ensemble, Miriel éprouva à son tour des sentiments pour son sauveur, ce qui aboutit à leur union. Ils vécurent tous deux comme une nouvelle vie, loin du passé et ils n’eurent aucun signe de Daguécarlate pendant vingt et un an. En effet, un jour il aperçut dans un bar à Eroda un des membres de la guilde et son apparition concorda avec le début du sentiment d’espionnage. Il comprit ce que cela signifiait, il ne décida pas de fuir à nouveau car il savait que cela ne les mènerai à rien. C’est à ce moment qu’il décida d’enseigner le maniement des armes à son fils. Voyant les choses empirés avec l’apparition d’autre membre, il décida d’écrire à son père, il pourrait de ce fait éloigner un moment Aradenn de Eroda. La dernière phrase de ce livre fut : « À son retour je lui ferai savoir, il doit savoir et il est de mon devoir de le faire. ». Après cet épisode Aradenn rumina cette histoire dans ça tête et médita sur ce qu’il devait faire. Résolution faite il décida qu’il anéantira cette guilde et toutes autres organisation similaire, non pas par vengeance mais pour faire sorte qu’aucune autre personne puisse vivre son calvaire et pour l'espoir d'une paix future. Pour ce faire il devra être quelqu’un d’autre, quelque chose d’autre ! Il voulait être au service de la justice mais garder une certaine liberté, il se rappela alors un homme que son père lui avait présenté. Il se nommait Dùnca et il était mercenaire, cette activité avait grandement inspiré le jeune Aradenn à cette époque. Mais ce que le demi-elfe voulait être n’est pas une personne accomplissant des missions pour l’argent. Lui il voulait le faire avec conviction, de plus il serait au plus proche de la population, de ce fait il pourra plus facilement retrouver les membres de Daguécarlate.
C’était décidé, il rassembla le strict minium dont ses armes, des vivres et de l’argent. Avant de s'en aller il se rendit sur le lieu où il avait enterré ses défunt parents, et il y creusa un troisième tombe qu'il ensevelit directement. Le demi-elfe voulait par là faire croire à sa mort, et de ce fait il aurais comme un longueur d'avance sur la guilde de voleur. Il prit la route de Demith et du royaume des elfes, là où il est sûr de ne pas se faire d’ennemi, c'est à ce moment que débuta le combat de Aradenn Sûl contre les guilde hostiles.



Hors-Jeu

Like a Star @ heaven Comment trouvez-vous le forum? Très joviale et chaleureux
Like a Star @ heaven Comment trouvez-vous le design? J’aime beaucoup.
Like a Star @ heaven Comment avez-vous connu le forum? Par hasard.
Like a Star @ heaven Crédit de l'avatar et de la signature?


Dernière édition par Aradenn Sûl le Jeu 27 Fév 2014 - 16:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)   Mar 4 Fév 2014 - 14:27

Aller je vais m'occuper de ta fiche, j'ai pas mal trainé et je m'en excuse mais je suis pas au meilleur de ma forme^^ Bref

Alors première remarque, il va falloir corriger les fautes! Il y en a beaucoup, notamment des fautes d'accord. Je te conseille de passer ton texte dans un correcteur. Et attention à la ponctuation, des virgules pourraient rendre la lecture plus agréable par moment.

Ensuite, concernant les noms elfiques de sa mère et de son cheval, je n'ai rien contre mais ils sont clairement reprit du seigneur des anneaux, et ca me fait un peu tiquer. Une femme nommée Arwen et un cheval Asufell... Bref, si tu a besoin de noms, tu peux utiliser ce générateur eu besoin
http://www.gunof.net/

Pour l'équipement et l'apparence, il est "vêtu comme un voyageur". C'est un peu vague, tu pourrais détailler? Manteau épais? cape? quelles couleurs? Ah et si tu pouvais détailler si se sont les traits elfes ou humains qui ressortent le plus?

Concernant son métier, pourquoi mercenaire? Un petit bout de texte pour le justifier serait le bienvenu Smile

Dans l'histoire, il entre dans la forêt haut-elfe, voit les haut-elfes et repart. Premièrement c'est peu probable, la frontière elfe est extrêmement surveillée, qu'il ait pu voyager sans être au moins une fois arrêté semble surréaliste. Ensuite, il "voit les hauts-elfes". C'est a dire? Il voit des gens marcher dans la forêt? C'est très vague... Et je doute qu'il ait pu entrer dans une cité aussi facilement.

Je pense que ce sera a peu prêt tout, si tu as des questions hésite pas Smile
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)   Ven 14 Fév 2014 - 11:33

Bien je reprends donc la correction. Déjà, les fautes sont beaucoup plus rares, ca rend le texte beaucoup plus agréable Smile

"
Il a le corps bien sculpté, ses muscles sont bien dessinés et assez développés et très équilibrés. Il a les cheveux de jais avec des reflets argentés, le plus souvent attachés en queue de cheval ou bien en cascade sur ses épaules. Il a souvent le visage grave, marqué par son regard perçant et glacial au couleur pers et légèrement enfoncé sous ses arcades couvertes par de fins sourcils droits. Il a un nez grec qui est, comme la continuité de son front, plat. Ses joue sont partiellement creuses et un menton ni large ni fin. "<= je vais t'embêter un peu mais ca fait très répétitif. "il a... il a.... il a....". Si tu pouvais varier légèrement la tournure, par exemple "il possède" ou tout simplement "ses yeux/ses cheveux sont..."

"Bien que enfant il pouvait aisément se faire passer pour un elfe, avec l’âge il ressembler plus à un homme. "<= je t'invite à revoir la formulation de ta phrase, j'en ai compris le sens mais elle est incorrecte grammaticalement. Je peux te proposer cette correction au besoin:
"Bien qu'enfant il pouvait aisément se faire passer pour un elfe, l'âge le fit davantage ressembler à un humain."


dans la description psychologique:
"L’orgueil des elfes réside tout de même en lui, quoi que très atténué vu qu’il a côtoyé les autre races bien plus que les elfes. Il ne se considère lui-même elfe que par apparence. " <= le mot elfe apparait trois fois en très peu de phrases, ca fait un peu répétitif. S'il était possible de corriger ca

Histoire:
"Il aimait la suivre dans ses sortis"<= il manque un "e", "sorties"

"A ces mots, Aradenn ne se contenta pas juste de suivre les leçons de son père mais il y mit cœurs et âme."<= il faut enlever le "s" de coeur, a moins qu'il n'en ait plusieurs?^^

"Sombre furent ses rêves ces dernier temps, il fit plusieurs fois le même cauchemar sa voyant courir sur un sentier poursuivi par la peur !"<= "se voyant" et non "sa voyant" (faute de frappe je pense)

Tu n'as pas changé le nom du destrier (asufell). Un oubli peut être?

"Un soir, arrivé à une cinquantaine de mètre de chez lui, il sentit un calme pesant, de plus, en s’approchant il ne put apercevoir la fumée émanant de la cheminer et enfin il vit qu’il n’y avait aucune chandelle allumée"<= cheminée au lieu de cheminer

"Par la suite ils durent se caché pendant près de un an et demi pour se faire oublier. "<= se cacher

"Résolution faite il décida qu’il anéantira cette guilde et toutes celle similaire, non pas par vengeance mais pour en faire sorte qu’aucune autre personne puisse vivre ce qu’il a vécu et pour un espoir de paix"
<= qu'il anéantirait; "toutes autre organisation similaire" (c'est plus correct); "mais pour en faire en sorte qu'aucune autre personne ne puisse vivre son calvaire (ca évite la répétition du verbe "vivre"), et pour l'espoir d'une paix future."

Dans l'ensemble, il reste quand même quelques fautes (de frappe, d'accord, et de ponctuation). J'en ai cité quelques unes, il faudrait corriger celles qui reste si tu peux Smile


Sur la fin il prend donc la direction de la forêt elfique, y est-il arrivé, ou ton premier rp sera-t-il l'arrivée dans ladite forêt? Simple question, parce que s'il y est déjà, il faudrait le décrire, autrement rien a dire là dessus
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne Nobledragon

avatar

Féminin Messages : 297
Expérience : 0

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)   Dim 16 Fév 2014 - 14:33

Bonjour,

La taille maximale pour l'avatar est de 180*400.

Merci de rectifier. Smile

_________________
Le temps, loin d’enrichir l'être, accumule les déceptions et les échecs.
Revenir en haut Aller en bas
Aradenn Sûl

avatar

Masculin Messages : 36
Expérience : 5
Age : 21

Feuille de personnage
Personnage:
Âge:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)   Mer 19 Fév 2014 - 10:32

Bonjour  Smile 

Voilà j'ai rectifier mon avatar, et pour la fiche j'ai rectifier les fautes et précisé pour la fin du "post-RP".
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)   Dim 23 Fév 2014 - 20:47

Bon encore désolé de l'attente. la période est assez... chargée et surtout avec d'assez mauvaises surprises pour moi donc je prends pas mal de retard.

Il y a encore deux trois fautes qui trainent mais je ne vais pas t'embêter avec. En revanche, dans tes futurs rps fait attention à tes fautes et tes tournures de phrases. Tu peux bien sûr utiliser des correcteurs (pour les fautes) quant aux tournures n'hésite pas à demander de l'aide au besoin Wink

Ah oui dernier détail, qui ne sera pas une correction mais bien une mise au point: il a appris les langues humaines et elfes, leurs histoires, leurs cultures, l'archerie, les combats de mêlée et l'équitation. Cela ne me pose guère de soucis mais vu son jeune âge il faudra comprendre qu'il n'aura pas une maitrise "poussée" de tout cela: il ne rivalisera pas au combat avec un elfe de son âge apparent (qui en réalité aura plus soixante dix années), ne pourra pas guider son cheval comme un chevalier humain qui y passe sa vie^^ Cette avertissement peut certes paraitre idiot et superflu mais j'aime bien penser qu'il vaut mieux prévenir pour rien.

Aller, je vais pas t'embêter plus. Juste faire attention à t'appliquer dans tes rps!


N'oublie pas...

De créer ton inventaire ici
De créer ton journal ici

Voici quelques liens qui te seront utiles :

Demande de RP's
Questions et Suggestions

Je te souhaites donc une excellente aventure sur Nûmendor!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aradenn Sûl, mercenaire [Demi-elfe] - Fineldor (Validé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Drryz, demi elfe mercenaire
» Elenya Leralonde [Demi elfe][finis]
» Dillys Almè, demi-elfe
» Cyldarine [Demi-Elfe / Druide]
» Léona N'Illië [Aventurière & Mercenaire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: jjjj :: Répertoire des habitants :: Registre des Personnages :: Les Sang-Mêlé / Hybrides-
Sauter vers: