AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mar 25 Fév 2014 - 18:26

Il y avait bien peu de chances que Fineldor parvienne à comprendre le point de vue de la petite elfe. Il aurait pu la laisser une semaine entière dans l'eau qu'elle n'en aurait pas dit davantage. Habituée aux mauvais traitements et à l'immoralité, comment aurait-il pu en être autrement ? Personne n'avait eu de geste de compassion envers elle. Crainte et haine, voilà tout ce qu'elle pouvait inspirer, de part son allure mais aussi de part son activité peu recommandable. Si Macabre différenciait le bien du mal, elle n'avait connu que le mal et ne l'accomplissait que parce que son maître le lui imposait. Tout ce qu'elle savait faire de bien c'était ne rien faire. Personne ne lui avait montré comment être gentil, attentionné et aimable, comment pouvait-elle en faire preuve elle-même ? Elle n'aimait pas remplir ses missions, certes, mais la prévenance et les bonnes manières n'étaient pas innées.

L'elfe lui fit une nouvelle leçon. Il semblait tout savoir sur tout mais que savait-il de sa vie à elle ? Ce qu'elle avait vécu avait donné naissance à son point de vue. Il n'était sans doute pas parfait, incomplet, mais c'était le seul qu'on lui avait donné à voir et Elwëndrion ne pourrait rien dire qui lui fasse changer d'avis. Sombre, humain, elfe, sang-mêlés... Tous s'en étaient pris à elle sans distinction. Ils avaient utilisés l'épée, la dague, la hache, l'arc, l'arbalète, le fouet, le feu... et maintenant l'eau. Tous la détestait alors qu'elle ne faisait que ce qu'on lui demandait, bien malgré elle, et elle leur rendait leurs mauvais sentiments. Elle ne faisait confiance à personne et dédaignait à leur adresse la parole. Cela ne venait pas forcément que d'elle, Don'dar ayant contribué pour beaucoup à son absence de relation aux autres. Il le lui avait tout bonnement interdit et personne en sa maison n'avait le droit de lui parler.

Comment vous pouvez dire non quand vous savez pas ? C'est pas parce que vous avez une salle pleine de bouquins que vous savez tout.
Vous pouvez pas comprendre.


Macabre était loin d'être bête mais beaucoup de choses lui échappait. Elle n'était pas capable d'exprimer ses idées de manières concises et (surtout) claires. Dire simplement qu'elle ne pouvait pas répondre à ses questions ne lui avait inspiré que l'image d'un chien muselé alors expliquer que son point de vue était nourrit de son expérience et qu'il ne pouvait pas avoir le même point de vue qu'elle sur un même sujet... Impossible.

S'en suivit un nouveau discours de l'elfe dont la jeune esclave ne comprit ni le sens ni la pertinence dans le cas présent. Que lui importait de savoir qu'il laissait sa porte ouverte pour les raisons qu'il lui citait ? Ca lui faisait une belle jambe... Puis il déclama qu'elle était esclave de sombre comme si c'était une découverte. A dire vrai, cela semblait tellement évident pour elle... Elle portait d'ailleurs des vêtements de sombre, reliques des propriétés de son maître. Macabre acheva de boire sa soupe et posa négligemment le bol à l'écart. Il semblait que ce que lui disait l'elfe ne la perturbait pas du tout.

C'est pas un secret.
C'est pas ça qui vous aidera à savoir qui est mon maître.


Non, elle n'avait pas fauté. Savoir la race de son propriétaire ne le mènerait pas à Don'dar. Il y avait des dizaines de milliers de sombres et plus d'un avait des elfes en esclavage. De plus, très peu nombreux étaient ceux qui connaissait l'existence de Macabre alors d'ici qu'on fasse le lien entre eux... Non, elle était tranquille de ce côté-là.
Dans son nouveau discours, Elwëndrion avait une attitude tout à fait différente. Une attitude qu'elle n'avait que très peu rencontrée durant ses 25 ans d'esclavage. Il lui promettait des soins, de quoi manger, du repos... La petite elfe fronça les sourcils. Pour elle, ça ne pouvait être qu'un piège. Il promettait, c'était bien beau, mais c'était sans doute pour arriver à ses fins. Comment ? Elle n'en savait rien mais cela ne pouvait être que ça.

J'marche pas dans vot'jeu. C'est qu'une autre façon d'avoir c'que vous voulez mais j'vous dirai rien. Vous pouvez me refoutre à l'eau ou même me tuer, ça changera rien.

Têtue ? C'est un qualificatif que l'on pouvait lui attribuer mais cela reflétait-il vraiment la réalité ?...
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mer 26 Fév 2014 - 18:42

Le petit discours sur les peuples et leur méfait semblait la faire réagir. Le ton de la petite esclave était toujours froid et neutre, mais on pouvait y percevoir qu'elle souhaitait exprimer ce qu'elle pensait, et n'acceptait pas qu'on lui impose une autre vision qui ne lui correspondait pas. Preuve que malgré son statut d'esclave elle était encore une jeune elfe capable de penser, de ressentir, et de juger. D'après elle, il ne pouvait pas comprendre. Ses ouvrages, qu'elle considérait comme son unique source de savoir, ne pouvait pas lui donner toute la connaissance du monde. D'après elle, il ne pouvait dire non. Et elle avait raison.

«Mais ai-je seulement dis non?»

La question était rhétorique. Bien sûr que non, il ne l'avait pas dit.

«Je ne prétends pas te contredire, du moins pas totalement. Je dis juste qu'il est injuste de ramener le comportement d'un peuple à quelques individus. Que tous les peuples ne maltraitaient pas tous les peuples. Mais nul n'est innocent, et nul n'est coupable. Chacun agit à sa manière, suivant les peuples et les individus. Dans un même peuple, l'un peut aimer une autre race, l'autre peut la détester. Tu as dû le constater, je déteste particulièrement les barbares humains, pour ce qu'ils ont fait par le passé. Mais tous les miens ne les détestent pas. Alors, doit-on dire de mon peuple qu'il maltraite les humains par ma simple faute?»

Il marqua une pause. Son raisonnement, au fond, ne convaincrait probablement pas la jeune elfe. Mais si au moins il pouvait l'amener à réfléchir. Le savoir était une chose relativement élémentaire. N'importe qui pouvait y accéder, pour peu qu'il y consacre le temps nécessaire. La sagesse en revanche était toute autre chose. Aucun être sur cette terre n'était doté d'une sagesse absolue. Tous commettaient des erreurs, lui aussi. Mais le fait de réfléchir à ce qu'apporte le savoir, de l'analyser, de le soupeser et d'évaluer sa véracité face aux autres connaissances, de remettre en question, était déjà un simple signe de sagesse. Il ne considérait pas que sa petite prisonnière ait tort ou raison. Il exprimait son point de vue, différent, et cherchait à lui faire comprendre que l'un comme l'autre pouvait être valable.

«Et contrairement à ce que tu peux croire, cela je ne l'ai pas appris dans mes... bouquins, comme tu le dis. Je l'ai vécu, et le vis encore aujourd'hui. Un livre apporte souvent un savoir terne et factuel. Parfois, nous n'avons pas le choix car c'est la seule trace qu'il reste de ce savoir. Mais aucun livre ne vaut l'expérience.»

Cela, il l'avait vécu. Sur plusieurs domaines, il avait expérimenté des faits qui lui avait apprit. Ce n'avait pas été toujours agréable, hélas. Mais au fond, il fallait parfois en passer par là pour saisir la totalité de certains savoirs. Nulle ne pouvait espérer comprendre la vie et la mort sans avoir assister à la naissance d'un être... et à la fin d'un autre.

La "révélation" de son statut d'esclave sombre ne la perturba pas. Ca aurait dû? Il fallait dire que jusqu'alors, la moindre évocation de son maitre ou de tout ce qui y attenait l'avait rendu muette et méfiante. Là, elle se contenta de finir son repas, et de déposer négligemment l'écuelle, avant de déclamer que cela ne lui servirait à rien, qu'il ne trouverait pas son maitre. Non? Pourtant, la marque qu'elle portait semblait si caractéristique. Sans compter qu'il pouvait déduire bien des choses par certains détails. Ce qu'elle était venu voler l'aurait mis sur la piste par exemple. Mais s'il cherchait à le savoir directement, il y a fort à parier qu'elle serait à nouveau frappée de mutisme. Ce serait pour plus tard.

Lorsqu'il lui proposa qu'on s'occupe d'elle, elle ne l'accueillit pas de bonne grâce. Fronçant les sourcils, manifestement contrariée, elle déclama bien directement que son "petit jeu" ne marcherait pas, qu'il ne s'agissait là que d'une autre ruse visant à la faire parler. Et qu'elle préférait retourner mourir dans l'eau plutôt que de lui répondre. Encore une erreur de sa prisonnière, qui décidemment ignorait bien des choses. Toujours debout, les mains dans le dos, il se présentait davantage comme le protecteur que le geolier. Il s'avança jusqu'à quelques pas de la grille de la cellule.


«Tu m'imagine que je suis aussi retord et fourbe que ton maitre et ses semblables? J'ai eu vent de leur goût pour les intrigues de tous genres. Chez eux, rien n'est inutile, et tout est fait par intérêt, ou presque. C'est bien là la preuve que tu n'as pas du beaucoup connaitre le peuple qui est le tient et qui t'a vu naitre. Ici, nous pouvons agir autrement que par simple intérêt égoïste. Nous accordons une grande valeur aux nôtres. Et parfois à certains êtres d'autres races. Il m'arrive d'agir pour protéger un ou plusieurs elfes, sans que j'en retire d'autre intérêt que la satisfaction de les savoir sauf. C'est je pense un peu ce qui m'a poussé à te retenir. Si je t'avais dénoncé au conseil, tu aurais pu être jugée, et certains ne sont pas aussi cléments que moi à l'encontre des voleurs. Moi, je pense qu'il valait la peine de chercher à te connaitre avant de te juger. Parce que tu es du même sang, de la même race que moi, j'ai voulu prendre soin de toi. Rien de plus.»

Un aveu comme il n'avait pas l'habitude d'en faire, surtout pas devant ses interlocuteurs habituels, habiles politiciens et conseillers maniant l'art du langage. Mais il s'agissait là d'une petite elfe, esclave d'un sombre qu'il l'avait maltraitée et battue au point qu'elle en oublie presque tout de son propre peuple. Une petite elfe qu'il voulait protéger pour le moment... Et peut être davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 2 Mar 2014 - 12:05

Elle qui pensait clore le débat sur ce qu'ils pensaient respectivement des autres races, voilà qui la détrompait. L'elfe persistait encore, non pas à lui démontrer que son point de vue était le bon, mais que son jugement était faussé. Pouvait-on lui reprocher de s'être fait un avis d'après son expérience ? Mais il était vrai qu'elle n'avait vu qu'une partie de chaque peuple, et sans doute pas la meilleure, se posant comme une criminelle avant d'être une esclave, ou même une elfe (quoi que sur certaines terres, il valait mieux être esclave avant que d'être elfe...). Une nouvelle quinte de toux secoua le frêle corps de la petite prisonnière alors qu'elle s'apprêtait à répliquer. Sa gorge lui faisait mal et rendait sa voix encore un peu plus rauque, si tant est que ce soit encore possible. Lorsqu'elle put récupérer sa capacité à parler, elle entreprit de refaire une tentative.

Je crois que ce que je vois. Et j'ai rien vu qui pourrait me faire penser autrement.

Cela en disait bien long sur sa vie mais il y avait fort à parier que l'elfe avait compris depuis longtemps... Et puis la vie d'une esclave n'avait rien de très réjouissant de toute manière, même si la petite Macabre ignorait à quel point la sienne était catastrophique.
Sans le savoir, elle montrait déjà qu'elle était capable de changer de point de vue mais 25 ans de servage seraient difficiles à faire oublier, ne serait-ce qu'avec toutes les marques qu'elle en portait. Lui redonner la santé serait une chose mais elle conserverait à jamais ses cicatrices.

A présent qu'elle n'avait plus besoin de ses mains, la jeune elfe avait rentré ses bras et s'était mise en boule sous la couverture. La soupe lui avait fait beaucoup de bien mais il lui faudrait du temps avant d'être totalement réchauffée. Sa fatigue avait beau être extrême, elle grelottait encore suffisamment pour être maintenue éveillée. Mais elle était sèche -mis à part les cheveux qu'elle avait pris soin de laisser à l'extérieur de son enveloppe de couverture- et le potage constituait un premier apport de chaleur et de nutriments qui allaient grandement faciliter son rétablissement.

Macabre écouta le petit discours de Elwëndrion sur l'attention dénuée d'intérêts qu'il portait à son peuple. Il était probablement sincère mais la petite captive ne connaissait que la sincérité d'une promesse visant à la faire souffrir, à l'enfermer ou à la tuer. Le seul bon sentiment qu'elle avait pu obtenir de son maître, c'était lorsqu'il lui permettait de passer quelques jours dans sa cellule pour se reposer à cause d'une fracture. Mais Don'dar était alors en colère car cela reportait ses engagements. S'il agissait ainsi, c'était parce qu'il n'avait aucune autre choix.
Une autre chose qui marqua l'esprit de la jeune elfe fut le principe de la juger. Mais la juger pour quoi ? Macabre n'avait jamais été confrontée à la justice et n'en comprenait pas vraiment le sens ni l'intérêt. Dans son monde, il n'y avait pas de justice. Il y avait ceux qui étaient assez forts pour s'en tirer et ceux qui se faisaient prendre et que l'on avait peu de chances de revoir un jour. Par miracle, Macabre avait jusque là fait partie de la première catégorie. Elle avait déjà été capturée, comme le montrait l'état de ses poignets, mais elle s'était toujours débrouillée pour en réchapper. Il y avait aussi la sentence que prononçait son maître en fonction de ses actions. Le mieux qu'elle pouvait espérer était une nuit complète de sommeil et un repas composé de pain moisi ou rassi avec un verre d'eau.

Comment ça "juger" ?

Et puis vous m'avez pas vu naître. J'suis née au Darshim, dans une cellule noire et humide. Il faisait froid et j'avais mal.


Propos sans doute très énigmatique pour le geôlier mais c'était tout ce dont Macabre se rappelait. Il s'agissait de son premier souvenir et il était des plus confus. C'était d'ailleurs la première fois qu'elle l'évoquait, ou même qu'elle se le remémorait. Il lui en restait sans doute davantage dans les tréfonds de sa mémoire mais elle n'avait pas vraiment d'intérêt à y porter son attention. En tout cas pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mar 11 Mar 2014 - 17:01

La jeune elfe toussa de nouveau avant de pouvoir répondre. Cette pauvre enfant avait décidément souffert de ces quelques jours, et même si encore une fois elle l'avait voulu, c'était probablement davantage qu'il n'avait voulu lui infliger. Mais ce qui était fait était fait, inutile d'y revenir. Après sa quinte de toux, la jeune esclave répondit de nouveau par une simple phrase. Mais qui cette fois ci semblait moins absolue. Elle croyait ce qu'elle voyait... Chose logique s'il en est, puisque chaque être ne jurait d'une chose que par sa propre expérience, ne pouvant le reste du temps que se baser sur la bonne foi de celles et ceux qui leur enseignait. Or, personne d'autre que son maitre n'avait dû la côtoyer depuis bien longtemps, et nul ne lui avait apprit quoi que se soit. Aussi se basait-elle sur ce qu'elle voyait, et ce qu'elle avait dû voir se limitait probablement à une infime partie des peuples et individus de cette terre. Il salua toutefois cette maigre réponse d'un signe de tête

«Voilà un raisonnement moins absolu. Tu admets que tu te base uniquement sur ce que tu as vu, ce qui sous entend la possibilité que ton jugement puisse être faussé dans l'éventualité où tu n'aurais pas vu tous les peuples. Je doute qu'une seule fois dans ta vie sous la tutelle de ton maitre tu ai pu apercevoir une des naïades peuplant les eaux du lac dans lequel tu as été plongée. Elles sont douces et attentionnées envers les créatures des eaux, et n'ont aucune envie de faire du mal, si toutefois on ne leur en fait pas, évidemment. Et d'ailleurs... que sais-tu de ton propre peuple? Celui qui t'a vu naitre, notre peuple, les hauts-elfes? Peux tu les juger sans les connaitre? Non, bien sûr. Tu te bases donc sur le peu que tu as vu. Je ne t'en blâme pas, je souhaite juste que tu reconnaisse que cela ne suffit guère... Tout comme mon propre jugement est probablement incomplet sur certains peuples.»

Le fait qu'il reconnaisse lui même faire des erreurs inciterait peut être la jeune elfe à comprendre que nul n'était infaillible. Mais en tous les cas, la question n'était certes pas là. Cette discussion était nécessaire mais pas la plus urgente, loin de là.
Roulée en boule dans son coin, son repas achevé, elle écoutait le seigneur haut-elfe expliquer ses actions. Elle aurait du mal à concevoir qu'on puise agir sans intérêt. Les sombres étaient réputés pour leur volonté de pouvoir, agissant toujours pour obtenir plus. La sympathie, la compassion, tout cela n'existait pas chez la plupart d'entre eux. Du moins était-ce ainsi qu'il les voyaient. On avait essayé de le convaincre qu'ils n'étaient pas si mauvais, mais après bien des récits et des faits ignobles, celui de l'état de la petite elfe ne faisait que le conforter dans son jugement. Lui aussi croyait ce qu'il voyait... Et il voyait une enfant de son peuple couverte de cicatrices à cause d'un de ces sombres.

Comment ça "juger" ?

Et puis vous m'avez pas vu naître. J'suis née au Darshim, dans une cellule noire et humide. Il faisait froid et j'avais mal.


Haussement de sourcil, puis soupir. Apparemment, au delà des cicatrices de son corps, la petite elfe avait perdu bien davantage. On pouvait assimiler cela à une forme d'embrigadement. Son maitre lui avait fait oublier qui elle était, d'où elle venait, qui était son peuple. Pourtant, à l'observer, aucun doute n'était permit. Refusait-elle simplement de le voir?
S'asseyant sur sa chaise et se penchant, le regard sur sa captive, les mains jointes, il resta ainsi quelques instants avant de reprendre. Il allait tout d'abord répondre à la question qui lui était posée.

«J'ignore si le peuple de ton maitre connait la justice. Mais chez les hauts-elfes, le vol est puni par la loi. Chaque cité est en droit de juger ceux qui ne respectent pas la loi, tout en respectant cette même loi. Un voleur... on ne porte jamais atteinte à sa vie, mais on peut le punir de diverses façons, jamais agréables. Mais pour que cela arrive, la victime du vol doit se plaindre au conseil régnant de la cité. Or je ne me suis pas plains pour le moment, et étant moi même du conseil, je peux aisément disposer de toi comme je l'entends. Pour le moment, je n'ai aucune envie de te livrer à notre justice, qui trancherait sans chercher à en savoir plus sur toi.»

Cette explication fournie, il laissa la petite esclave assimiler cela, le fait qu'il lui avait empêché bien plus qu'elle ne le croyait. Mais probablement moins qu'elle n'avait déjà subit avec son maitre.

«Née au Darshim, vraiment? Tu dois donc avoir quelques souvenirs de tes parents, qui sans nul doute étaient du même peuple que moi, à en juger par ton apparence. Je ne t'ai pas vue naître mais je peux en déduire déjà suffisamment. Peut être es-tu fille d'esclaves?  A moins... que tu n'ai oublié qui tu étais réellement.»

Cette dernière phrase était là pour aiguillé la pensée de la jeune esclave. Oui, elle a oublié qui elle était. Le tout était qu'elle le reconnaisse. Ensuite... il pourrait chercher à en savoir davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mar 11 Mar 2014 - 18:39

Pour toute réponse au long discours d'Elwëndrion sur la façon dont on construisait sa vision du monde, Macabre se contenta d'acquiescer d'un simple signe de tête. Elle n'avait pas d'exemples à l'esprit mais a priori rien ne s'opposait à ce qu'elle change un jour d'avis, même si pour l'heure elle restait très sceptique. Elle avait côtoyé trois races et leurs mélanges et pour l'instant elle avait le même point de vue sur chacune d'entre-elle, constatant également que l'association des sangs n'avait pas affecté les comportement à son égard.
Dans un silence, la petite elfe repensa au mois précédent et à celle qu'elle appelait Menhyt. Elle avait déjà rencontré deux naïades et il était vrai qu'elles ne lui avaient rien fait. Au contraire... Ressortant une de ses chevilles de sa boule de couverture, elle la posa devant elle et observa la cicatrice qui s'y trouvait. Il s'agissait d'une morsure de chien et la teinte rosée était le signe de la récence de la blessure. Elle se remémorait... La course poursuite, son saut dans le vide, l'eau qui l'écrasait et l'étouffait et puis la grande lumière bleue qui s'était approchée d'elle.

J'ai rencontré des naïades.
Elles sont bizarres...


Le terme n'était sans doute pas le plus approprié mais la pauvresse manquait de vocabulaire pour définir ce qu'elle avait pu observer. Avec ces créatures, elle avait découvert ce qu'était la curiosité la plus simple et la spontanéité. A leur manière, Lorillë et Elerinna avaient été spontanées. L'une en disant tout ce qui lui passait par la tête et l'autre en réagissant face à une situation. La gentillesse était un concept qu'elle n'avait pas encore intégré mais, après deux rencontres, elle commençait à se demander si elle n'allait pas catégoriser cette race comme inoffensive. Quoi que la curiosité puisse amener son lot de dangers...
Macabre rangea sa jambe plus rapidement qu'elle ne l'avait sortie.

...et elles se mêlent de tout.

Le mage expliqua à sa prisonnière silencieuse ce qu'était la justice sur ces terres et comment elle fonctionnait. C'était relativement simple... Un voleur, sa victime et le conseil... Elle concevait sans trop de mal la relation entre les deux, bien qu'elle n'ait connu jusque là qu'une organisation dépourvu de partie neutre (la victime se faisant justice elle-même). Elle ne connaissait évidemment pas la justice sombre, n'y ayant jamais été confrontée. L'elfe présentait la situation comme s'il avait voulu la préserver du jugement de ses pairs et la raison apparaissait clairement à ses yeux à la fin de son discours. Mais "en apprendre plus sur toi", pour elle cela signifiait "sur sa mission et son maître".

Vous perdez votre temps, j'vous ai dit que j'vous répondrai pas.

Un peu têtue sur ce coup-là mais c'était encore une histoire de point de vue qui, cette fois, faussait la compréhension qu'elle avait des propos tenus par son geôlier.
Les paroles qui suivirent ne récoltèrent en premier lieu qu'un froncement de sourcil plus marqué et plus persistant que ceux qu'elle avait fait jusqu'alors. Sa race, elle la connaissait. Son maître aurait eu du mal à lui faire croire qu'elle était humaine ou même sombre. Mais ses parents... Elle n'y avait jamais pensé. Elle força sa mémoire, essayant d'en trouver le souvenir. Mais aucune trace. Pas moyen de savoir qui ils étaient. Pourtant, elle était d'accord, elle avait bien dû être conçue.

Je les connais pas.

Soit ils étaient morts soit elle en avait été séparé. Son premier souvenir restait ce jour où, allongée dans la noirceur de sa cellule, elle avait été réveillée par la douleur de son corps et la voix de Don'dar qui s'adressait à elle. Il avait prononcé cette fameuse phrase qu'elle avait répété quelques jours plus tôt dans la bibliothèque du mage. Elle n'en savait pas plus sur elle.

A moins... que tu n'ai oublié qui tu étais réellement.

Cette phrase recueillit un nouveau froncement de sourcil. Comment ça, qui elle était réellement ?

Je n'étais rien d'autre avant d'être macabre.

La petite elfe ne considérait pas Macabre comme un nom et elle savait pertinemment qu'il n'était pas normal de pas en avoir mais c'était son maître qui choisissait tout ce qui la concernait. Il avait choisi cet adjectif pour la qualifier et en faire son prénom mais, comme tout ce qui venait de lui, elle le rejetait tout en étant forcé de l'accepter. Elle devait porter ses guenilles et en prendre soin et elle devait répondre à ce mot comme s'il était son propre nom. Si elle avait le choix... En fait elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle ferait car jamais elle ne l'aurait. Elle attendait le dénouement de sa vie, et rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 21 Mar 2014 - 17:39

Alors qu'il évoquait les autres peuples, et notamment les naïades, la jeune prisonnière acquiesça. Un premier pas vers l'acceptation. Le fait qu'elle ne croyait plus si dur comme fer en ce qu'elle savait, qu'elle admettait qu'elle pouvait se tromper, sans savoir si c'était le cas ou non et sur quoi elle pouvait se tromper. Toutefois, contrairement à ce qu'il pensait, elle disait avoir rencontré des naïades, et elle les jugeait... bizarres. Rien d'étonnant pour elle qui ne les avaient jamais vu. Lui en revanche avait davantage l'habitude. Quant au fait qu'elles se mêlent de tout, là encore c'était une méconnaissance.

«La bizarrerie vient probablement du fait qu'elles n'ont pas les mêmes coutumes, et que tu n'es guère habituée à les côtoyer. Mais il est vrai qu'elles sont parfois étrange dans leur manière d'être et de faire. Et le fait qu'elles se "mêlent de tout", n'est ni plus ni moins qu'une curiosité innocente qui les animent. Contrairement à bien d'autres peuples, les naïades sont curieuses, mais sans aucun autre intérêt que de satisfaire leur curiosité, justement. Ce qui peut, là encore, les rendre étranges à tes yeux.»

Il est vrai que comparé aux sombres, et mêmes aux elfes, une curiosité si dénuée d'intérêt était difficile à comprendre. Apparemment ce n'était pas la seule chose difficile à comprendre pour la petite elfe. Après qu'il lui eut expliqué son fonctionnement, et avancé qu'il ne la livrerait pas simplement parce qu'il voulait la connaitre, elle n'eut pour seule réponse qu'un nouveau refus. Il était vrai qu'il perdait beaucoup de temps à essayer de faire parler cette petite têtue, mais la patience était parfois maitre mot dans la vie d'Elwëndrion, alors...

Lorsqu'il évoqua les parents, elle fronça les sourcils. Concentrée, elle semblait chercher... quelque chose, qu'elle ne trouva manifestement pas. Elle annonça ne pas les connaitre. Sans doute avait-elle était arrachée à eux très jeune. Et là dessus, elle affirma ne rien avoir été avant d'être... macabre. Ce mot encore. Sans doute le surnom donné par son maitre, il n'y avait plus de doute. Et aucune chance de retrouver ses origines avec cela.

Mais là n'était pas la question en cet instant. Elle reprenait vie, peu à peu. Elle refusait encore le fait qu'elle était aux mains de quelqu'un qui voulait l'aider, mais c'était bien là le cas. Fineldor n'était pas avec elle, dans cette cellule au sous sol de sa vaste demeure, simplement pour le plaisir d'avoir une conversation avec elle. En fait, il avait toujours souhaité protéger son peuple. La seule idée que celle ci fut esclave des sombres le révoltait, et il comptait bien mettre un terme à cela. Mais encore une fois, ce n'était pas encore le temps pour cela.

«Bien. Si je suis ton raisonnement, tu ignore tout de ta vie avant d'être ce que tu es maintenant. Tu ne sais pas réellement d'où tu viens, qui sont tes parents, ni aucun autre détail. Toutefois, même si tu n'as pas choisi tout cela, je vais te poser une question simple. Sache que je ne te punirai pas quelle que soit ta réponse. Au pire, je ne serais pas en accord avec toi et nous en discuterons, rien de plus.»
 
Se levant de nouveau, il se mit dos à la cellule, les mains jointes. Levant le menton, il laissa un instant le silence planer avant de lancer sa question.

«La vie d'esclave que tu mène actuellement serait la seule que tu n'as jamais connue d'après toi. Mais je voudrais savoir, si on te proposait de changer pour une vie meilleure, où tu serais bien plus libre de tes actes, où personne ne te frapperai, et où tu serais en toute sécurité, tant que tu ne commettras aucun crime... Choisirais-tu cette nouvelle vie, ou préférerais-tu l'ancienne?»

Il marqua une nouvelle pause, bien plus longue. Le temps qu'elle assimile la question. Et qu'elle en pèse les sous entendus évidents.

«Réfléchis à cette question, et prend le temps nécessaire à y répondre.»
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 21 Mar 2014 - 22:47

Les propos d'Elwëndrion sur les naïades arracha une sorte de rire silencieux à la petite elfe. Enfin... Ce n'était pas vraiment un rire, ses lèvres ne s'étant jamais étiré pour former un sourire.

J'ai l'habitude de côtoyer personne.

Aux yeux de la pauvresse, tout le monde était étrange. Elle ne connaissait que le comportement de son maître qui l'humiliait et la battait pour son simple plaisir. Elle le haïssait et le craignait en même temps. Elle n'avait d'ailleurs peur de rien, même pas de la mort, du moment que cela venait de quelqu'un d'autre que lui. Il n'y avait guère que lui pour la faire trembler. Et, tandis qu'elle pouvait soutenir le regard de n'importe qui, elle fuyait celui de Don'dar et n'aurait su dire de quelle couleur étaient ses yeux. L'elfe serait sans doute surpris de voir de quelle manière l'aplomb imperturbable de sa prisonnière pouvait partir en poussière face au sombre. Cela démontrait bien l'instabilité mentale de la pauvre enfant dont son maître était à l'origine.

Après un petit moment, Macabre assista à une scène qui lui paru très étrange. Elwëndrion se leva, s'approcha puis tourna le dos à la porte et demeura là, comme s'il réfléchissait. Ce geste n'avait rien de prudent alors que se trouvait derrière lui une experte en matière de discrétion... et d'assassinat. Fort heureusement pour lui, elle était trop faible pour tenter quoi que ce soit. Elle était si fatiguée qu'elle tenait à peine debout et chaque quinte de toux lui tournait la tête. Et puis ça serait une vaine tentative. Elle se débarrasserait de l'elfe pour se retrouver face aux gardes. Elle n'était pas en état de courir ou encore d'utiliser la magie. Elle avait besoin de sommeil, de repos et de soins.

Et puis, Elwëndrion se remit à parler et plus il en disait, plus les sourcils de la petite elfe se fronçaient. Elle n'était pas sûre de bien entendre et de comprendre. Cela chamboulait un certain nombre d'idées préconçues ancrées profondément dans son esprit par Don'dar. L'expression de son visage traduisait autant l'incompréhension que le trouble qui l'assaillait. Son regard se perdait dans les méandres de la surface du sol et sa respiration s'accélérait. La mort... La mort avait toujours été la seule issue pour elle. Son maître avait fini par l'en convaincre au point qu'elle ne croyait pas qu'une autre solution soit possible. Elle n'avait aucun espoir et vivait dans l'ombre de Menhyt.
Et puis, jamais son maître n'accepterait de la laisser lui échapper. Elle était sienne, la chose qu'il avait façonnée. Le simple fait de songer qu'une autre issue soit possible était contre nature. Le message de l'elfe avait du mal à se frayer un chemin dans son esprit. La propagande de Don'dar barrait la route aux rayons de lumière qu'Elwëndrion projetait dans sa direction.

Le choix ?...

Cela aussi était nouveau pour elle. Jusque là, les choix de Macabre se résumait à la stratégie d'approche à adopter pour réussir sa mission. Elle n'avait jamais eu la moindre décision à prendre et n'avait jamais rêvé de rien. Elle n'était pas comme ceux qui avait connu la tendresse et l'amour. Elle n'avait jamais fait qu'attendre la mort et n'avait aucun désir propre, aucune aspiration. Alors lui parler de liberté de choisir... Il y avait de quoi la troubler.

Je... Non. Le choix j'l'ai pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Lun 24 Mar 2014 - 21:22

Alors elle ne côtoyait personne, d'après elle. C'était ainsi qu'elle voyait ses relations. Elle, son maître, et personne d'autre, probablement. Pourtant, elle avait probablement était en contact avec de nombreuses personnes de part son seul métier, si on pouvait qualifier cela de métier. Et l'avenir la mettrait probablement en relation avec bien d'autres individus. Pour le moment, elle semblait regarder les autres individus de ce monde avec un mélange de curiosité et de mépris, et une distance qu'il semblait difficile de combler, comme si elle n'appartenait pas à ces terres au même titre que les autres. Le haut-elfe préféra ne pas poursuivre sur ce sujet là. Du moins pour l'instant.

Lorsqu'il se leva et lui lança de manière imprévisible sa question, elle ne se laissa pas démonter, du moins ce fut ce que sa voix laissa paraître dans un premier temps. Le fait d'être dos à sa prisonnière n'avait rien d'une imprudence. Cela la forçait à l'observer sans pouvoir le voir réellement, contempler sa stature sans lire son visage, entendre sa voix sans pouvoir observer ses yeux. Quant à lui, il serait plus à même de juger sa réaction sur sa seule voix dans un premier temps, aussi préférait-il ne pas l'observait immédiatement. Sa voix prononça deux simple mots, une seule interrogation. Un choix... Elle semblait douter du fait que ce fut réellement un choix. L'était-ce? A elle d'en juger... et d'en décider, même si pour le moment, elle ne semblait pas s'y résigner.

Je... Non. Le choix j'l'ai pas.

Voilà bien la preuve de ce qu'il pensait. Elle raisonnait encore en tant qu'esclave. Ce qu'elle était au fond, mais même une esclave pouvait dans sa vie faire ses propres choix parfois. Surtout lorsque l'occasion s'y prêtait, comme maintenant. La méthode douce n'avait manifestement pas fait effet. Il allait devoir lui prouver qu'elle pouvait choisir. Se retournant rapidement et d'un mouvement fluide, le bas de sa longue robe se soulevant légèrement en une ondulation qui paraissait presque voulue, il fit de nouveau face à la petite esclave. Son regard s'était durcit, sans être réprobateur. Ce n'était pas de l'impatience ni de la colère, du moins pas à l'encontre de la petite elfe. Non, on eut davantage dit qu'il semblait mécontent des événements en eux même, sans qu'il ne le reproche à qui que se soit qui ne fut présent en cet instant en sa demeure. Il avait droit de décider ce qu'il voulait en ce lieu, pour peu qu'il n'enfreigne pas les lois de son peuple. Et ce n'était certainement pas le cas. Le menton relevé, le regard plongé dans les yeux de celle qui dit se nommer macabre, il reprit d'une voix forte, autoritaire et qui ne souffrait d'aucune protestation. La voix du seigneur qu'il était.

«Ce choix, tu l'as. Qu'il soit réel ou simplement imaginaire pour toi, tu as le droit de le faire. Parce que tu es un être pensant, doué d'intelligence et de la capacité de rêver, de choisir, de décider. Ne me parle pas de ton maître qui jamais ne tolérerai que tu fasse ce choix ou que tu partes. Ici, tu es chez moi, en ma demeure, et ton maître est à des centaines de kilomètres, incapable d'entendre ce que tu dis, encore moins de savoir ce que tu penses. Je suis celui qui décide ici, et je décide que tu as ce choix. Alors je te le redis encore une fois: que choisirais-tu?»

Debout devant la petite elfe qu'il dominait tant physiquement que par ses paroles, il s'attendait à ce qu'elle résiste bien sûr. Mais il avait été assez patient et attentionné comme cela. Il était temps de faire comprendre qui il était. Il était un seigneur haut-elfe règnant sur une partie de son peuple. Il était Fineldor Elwëndrion.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 6 Avr 2014 - 12:16

Fineldor ne se rendait pas compte de ce qu'il lui demandait. Vingt-cinq ans... Cela faisait vingt-cinq ans que l'enfant arrachée à sa terre avait été conditionnée pour servir loyalement son maître sans jamais penser à s'échapper ou, tout simplement, à ne pas rentrer. Cela avait été rendu nécessaire par l'activité à laquelle il la destinait. Elle avait déjà eu mille occasions de s'enfuir et de retourner parmi les siens mais jamais elle n'y avait pensé une seule seconde. Elwëndrion était le premier à inséminer cette idée dans son esprit.

La liberté. Pour Macabre, c'était une utopie si éloignée de sa réalité... Don'dar lui avait tant de fois laisser entendre que seule la mort la sauverait que, au lieu d'espérer la liberté, elle avait passé sa vie de captive à prier pour que l'on mette rapidement fin à ses jours. Toutefois, elle était incapable de se la donner elle-même. Une sécurité mise en place par son maître qui ne voulait pas que ses efforts pour la créer soient ruinés par sa propre créature.
A présent, liberté et asservissement luttaient dans l'esprit de la petite elfe qui était visiblement perturbée, comme si le simple fait de penser à l'affranchissement était un crime que son maître punirait sévèrement. Macabre s'agitait, torturée par un dilemme qu'elle ne savait pas résoudre. L'idée de ne plus avoir de chaînes était extrêmement séduisante bien qu'elle constitue en soi un péché mais elle n'avait en tête que l'idée qu'il fallait qu'elle rentre. Elle devait retourner auprès de Don'dar sans quoi il serait très en colère et viendrait la chercher. Il lui ferait mal pour la punir !

La torture mentale dura ainsi un moment, puis la petite elfe enroula ses bras autour de ses genoux et y plongea sa tête. Elle resta dans cette position une minute, peut-être deux, cherchant à se calmer. Lorsqu'elle se redressa, son visage exprimait la méfiance, la peur et la colère à la fois. Elle se leva, laissant une couverture dans son coin, et avança vers la porte. Elle avait un petit peu plus chaud mais il lui faudrait encore du temps pour se remettre. La soupe lui avait redonné un peu de forces mais elle restait très fatiguée.
Elle s'arrêta à deux pas des barreaux et vrilla son regard dans celui de l'elfe. Maigre, couverte de cicatrices et épuisée, sa volonté la rendait pourtant bien plus forte qu'il n'y paraissait. Pour mener une telle vie, elle en avait eu besoin.

Je hais mon maître autant qu'on peut haïr quelqu'un. Si je réclame la mort, c'est parce que c'est la seule chose qui peut me libérer. Quelque part, on peut dire que je voudrais être libre.
Mais vous êtes pas tout puissant. Vous pouvez prendre ce que vous voulez à mon maître, même n'importe quel autre de ses esclaves, ça lui fera pas grand chose. Mais pour moi, c'est pas quelques centaines de lieues qui l'empêcheraient de venir me reprendre. Je peux bien être dans un autre pays et servir un roi, c'est pas ça qui l'arrêterait. Je suis à lui et il refuse que je sois à n'importe qui d'autre. Il préférerait me tuer.
Ce n'est que de belles paroles.


Macabre fit demi-tour et retourna vers le coin de couverture qu'elle avait délaissé. Elle avait répondu à sa question tout en lui faisant savoir que le fait de vouloir ne suffirait pas à lui rendre la liberté. De toute manière, elle n'avait aucune raison de croire qu'il n'avait ne serait-ce que l'envie de la libérer. Elle gardait à l'esprit que peut-être cela n'était qu'une ruse pour lui soutirer de nouvelles informations. Et puis, qui lui disait qu'il ne voulait pas tout simplement la prendre à son service ? Ce n'était pas parce qu'il lui avait dit qu'il n'y avait pas d'esclaves dans son pays qu'elle le croyait.
Décidément, la jeune esclave n'avait plus aucun espoir ni aucun rêve, n'ayant de la vie qu'une vision des plus sombres et fatalistes.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 13 Avr 2014 - 22:13

Le discours du seigneur elfique n'avait pas laissé la petite esclave indifférente. Le regard perdu, elle semblait réfléchir. Comme si les paroles l'avait atteinte, l'avait fait douté. Pendant un long moment, elle resta immobile. Et lorsqu'elle bougea, ce fut pour se pelotonner dans son coin, les bras autour des genoux et la tête basse. L'avait-il bouleversé à ce point? La réaction finirait par venir. Il attendait devant la cellule, se demandant quelle serait la réaction.

Se redressant soudainement, la jeune elfe laissa tomber sa couverture. D'un pas décidé, le regard empli de colère, elle se dirigea vers l'entrée de la cellule, jusqu'à se tenir droite face à son geôlier. Ils restèrent ainsi un instant. Le seigneur haut-elfe, vêtu de sa superbe robe, le port noble et altier, une aura de majesté l'entourant. Et la petite esclave, maigre et couverte de cicatrices et de bleus, tremblant encore un peu, les cheveux sales. Mais le regard brûlant et décidé. Le seigneur contre l'esclave. Un tel duel n'était guère envisageable tant l'issu semblait évidente. Et pourtant, dans ce cas-là, il était bien difficile de deviner le vainqueur. Car si leur statut différait tant, leurs convictions, leur détermination était aussi forte chez l'une que chez l'autre. Les deux regards aussi sombres et décidés. Aucun ne se laisserait faire, et tous deux entendaient bien faire comprendre à l'autre ce qu'il pensait.

La jeune Macabre prit enfin la parole, expliquant à quel point elle haïssait son maitre, et a quel point la mort lui semblait enviable au regard de la douleur et des tortures qui l'attendait. Sur ce point, le haut-elfe ne pouvait que la comprendre. Puis elle expliqua que son maitre n'entendait pas la laisser partir et disparaitre ainsi. Il la chercherait, la traquerait ou qu'elle soit, et finirait par la reprendre. Nul endroit, pas même le service d'un roi ne la protégerait. Et que celui qui lui fasse face se sente tout puissant n'était qu'une grossière erreur selon elle, car son maitre arriverait quand même à la reprendre. Elle conclut par cette phrase déjà maintes fois prononcée: tout cela n'était que belles paroles.

Au fur et à mesure du discours, le regard de Fineldor s'embrasa encore davantage. Et lorsqu'elle eut fini et qu'elle reparti se réfugier dans son coin, il se redressa encore davantage, bien que cela ne parut guère possible. Si elle connaissait fort bien son maitre, et les cruautés dont il était capable, elle se trompait sur bien d'autres points. Le ton de sa réponse fut à la fois glacial et embrasé.

«Je ne crois pas t'avoir permis de me parler ainsi puis de retourner aussi simplement t'asseoir. Si j'avais été ton maitre, tu aurais été rossée pour l'exemple. Seulement, je ne suis pas ton maitre. Et tu n'es pas esclave ici.»

Il marqua une courte pause avant de reprendre.

«Tu crois que je me prends pour quelqu'un de tout puissant? Je ne suis pas tout puissant. Il est des individus qui le sont plus que moi, y comprit au sein de mon propre peuple. Mais que sais-tu de moi? Tu crois que ton maitre peut venir t'atteindre ici? Il n'est pas haut-elfe. Et aucun autre peuple ne peut venir en nos terres. Je suis sous la protection du roi de notre peuple. Et nul individu qui n'est pas haut-elfe ne mettra les pieds dans cette cité sans que nous n'en décidions. Je peux te garantir qu'aussi puissant que fut ton maitre, il ne pourra certainement pas venir te chercher tant que tu seras ici. N'en doute pas!»

Le ton s'était emporté, et lorsqu'il eut achevé sa petite tirade, le seigneur de la maison dut pousser un soupir pour s'apaiser un peu et reprendre son calme. Décidément, la petite esclave le poussait bien plus loin qu'il ne l'aurait pensé. Il reprit d'un ton plus calme.

«Si tu t'imagines que ce que je dis ne sont que belles paroles, tu te trompes très lourdement. Quand je dis que personne ne viendra te prendre ici, c'est la vérité. Quand je dis que tu peux choisir la liberté, c'est la vérité. Je peux au besoin faire en sorte que tu sois libre. C'est aussi vrai que tu hais ton maitre, cela je l'ai lu dans ton regard. Tu as confiance dans la colère de ton maitre. Tu peux avoir confiance dans la mienne, soit en sûre. Mais la différence, c'est que ma colère n'est pas contre toi. Maintenant, je te le répète encore une fois. Choisis! Et ne m'oblige pas à me répéter.»
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Lun 21 Avr 2014 - 10:08

Il fallait croire que le manque de codes sociaux chez la petite esclave était éprouvant pour ses interlocuteurs. Jusque là, son geôlier avait été des plus calmes mais son aplomb et sa froideur avaient eu raison de sa patience et il haussa le ton. Avant même d'avoir atteint sa place, Macabre s'était arrêtée, gardant le dos tourné à la porte de sa cellule. Elle ne savait pas vraiment sur quelle corde sensible elle avait appuyé mais il était clair que cela n'avait pas plu au seigneur. Pour l'heure, cela était complètement égal à la petite elfe. Elle n'avait jamais rien fait pour plaire aux autres, elle n'allait pas commencer aujourd'hui avec celui qui la tenait enfermée et qui l'avait rendue malade.
Décidément, Elwëndrion ne semblait pas comprendre sa situation. Lorsqu'elle disait qu'une simple frontière n'arrêterait pas son maître, elle ne mentait pas. Soudain, elle se retourna et se mit à son tour à crier.

Mais parce que vous croyez vraiment qu'il ferait la route lui-même ?! Vous allez acheter vos salades vous-même vous ?!
J'ai pu entrer ici. Il peut trouver quelqu'un pour faire pareil et me ramener à lui ! Vous croyez que je rentre juste pour le plaisir de me faire battre ?!


Le discours sur la liberté reprit tandis que Macabre toussait une nouvelle fois. Puis elle se prit la tête dans les mains et commença à tourner à droite à gauche dans sa cellule. Décidément, l'elfe était têtu et continuait de chambouler l'ordre des choses qui avaient été établi dans son esprit. Tout s'agitait et se bousculait à une vitesse... Bien sûr que la pauvresse voulait y croire mais c'était si difficile à concevoir après ces dernières 25 années qui représentaient toute sa vie... Et puis, elle connaissait suffisamment son maître pour savoir qu'il ne l'accepterait jamais. Même en prenant son affranchissement de force, elle ne serait jamais totalement libre.
Nouvel ultimatum d'Elwëndrion qui s'impatientait.

Vous avez pas les moyens de me faire peur. J'ai un maître c'est largement assez ! Et c'est le seul auquel j'obéirais de toute ma vie !

Et le seul à lui faire peur aussi... C'était sans doute la raison pour laquelle elle le servait avec tant de "loyauté" car, autrement, elle avait un caractère rebelle clairement affiché.
Quelques pas de plus. Macabre était au bord des larmes. Son état mental n'était pas des plus sains. Il était assez instable pour des raisons qui était encore assez obscures. Situation préexistante ou bien lien avec son passé et/ou ce que son maître lui avait fait subir, cela restait à déterminer.

Ouvrez la cage d'un animal sauvage, il s'en va en courant.

Une nouvelle image. Visiblement, il s'agissait là d'une façon de s'exprimer beaucoup plus parlante pour la petite esclave qui était bien incapable de traduire autrement les différentes émotions et idées qui la traversaient. Bien sûr, elle était l'animal sauvage, faisant partie de ceux qui ne font que regarder à travers les barreaux de leur prison en ne rêvant que d'une chose : pouvoir courir à volonté dans tous ces bois qu'ils ne pouvaient qu'observer. Ce rêve qui lui avait été interdit si longtemps et que l'elfe lui agitait à présent sous le nez comme une pomme qui semble inaccessible depuis le sol alors qu'une simple échelle réglerait le problème. Aussi tournait-elle comme cet animal sauvage, partagée entre cette envie de liberté et cette idée qui revenait de manière incessante :

J'ai pas le droit... J'ai pas le droit...

Soudain, Macabre s'arrêta devant le mur sur lequel se trouvait la porte et donna plusieurs coups avec la tranche de son poing avant d'éclater en sanglot et de se laisser glisser lentement au sol, une main toujours sur le mur et l'autre sur son visage. Elle avait poussé l'elfe à bout mais l'inverse était tout aussi vrai. C'était l'un des très rares sujets qui pouvaient l'ébranler. On pouvait la menacer de torture voire même de mort, cela lui était égal et elle restait impassible. Mais lui parler de liberté et la lui offrir avec tant d'insistance, même si elle n'avait aucune confiance dans celui qui se proposait de la lui donner, cela restait perturbant car cela à contresens de la structure rigide qui entourait son monde.
Les sanglots demeurèrent un petit moment avant que la petite elfe ne s'apaise finalement et reprenne d'une voix fatiguée.

Vous êtes qui pour croire qu'on voudrait pas quitter tout ça. Je vis mais c'est pas une vie. Depuis ma cellule, je vois que les pieds des passants et les oriflammes des bâtiments d'en face. Des fois, j'ai des rayons de lune mais jamais ceux du soleil. Quand il pleut et que les rigoles débordent, ça tombe chez moi. Je sors que pour obéir à mon maître qui veut que je vole, écoute ou tue. Si j'avais eu le choix, j'aurais pas tué... Ça me fait rien parce que j'ai appris. Mais je sais que j'aime pas ça.

A présent, Macabre était assise en boule, les bras repliés entre son torse et ses jambes, une épaule posée contre le mur. Elle se balançait d'avant en arrière en de légers mouvements semblables à ceux que feraient une mère pour apaiser son enfant. Elle essayait a priori de se calmer toute seule. La pauvre enfant avait certes le corps d'une adulte mais était loin de l'être par l'esprit. Bien sûr, son asservissement l'avait rendue plus que mature sur certains sujets mais il restait tant de choses qui lui étaient étrangers... A commencer par les émotions. Les sentiments partagés et la contrariété lui étaient jusqu'alors inconnus, tout autant que la confiance, la joie et l'amour sous toutes ses formes.
Quelques toux supplémentaires firent monter la fatigue qui cherchait à l'envahir depuis un moment. Sa tête, devenue bien lourde, tendait à tomber sur ses genoux. Un frisson de froid parcourut le haut de son dos et ses bras dont la peau se mua en chair de poule. Mais si tantôt ses tremblements empêchait l'enfant elfe de sombrer dans le sommeil, elle semblait s'être suffisamment réchauffée pour devenir incapable de lutter. Le froid saurait la réveiller lorsqu'il deviendrait plus fort que la fatigue.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 1 Juin 2014 - 18:38

Le haussement de ton du haut-elfe eut pour effet de stopper net sa captive. Droite, dos aux barreaux, elle sembla écouter une partie du discours de celui qui la retenait en ce moment. Mais bien loin d’être réceptive à ses paroles, elle n’y réagi pas vraiment de la manière la plus attendue. Faisant volte-face, elle se mit à hurler. Comme si elle ignorait sa situation, le fait qu’elle fut prisonnière d’un puissant. Comme si elle se croyait l’égal de celui qui lui faisait face. Encore une réaction qui ne fut pas pour plaire à Fineldor. Il écouta pourtant sans sourciller les propos de la petite elfe. Elle affirma haut et fort que si elle était entrée, n’importe qui envoyé par son maitre le pourrait. Pourtant, elle semblait oublier qu’on l’avait souvent laissé passer, et que la même erreur ne se reproduirait pas deux fois. Mais le seigneur haut-elfe ne broncha pas, le visage fermé. Lorsqu’il entreprit de la remettre face à sa possible liberté, elle se mit à marcher dans sa cellule sans but réel, se tenant la tête entre les mains. Malgré son doute qui augmentait de manière manifeste, elle réaffirma qu’elle n’avait qu’un seul maitre, qu’une seule personne était capable de lui faire peur. Pourtant, sa voix presque chevrotante tendait à dire le contraire. Une nouvelle image, une nouvelle métaphore. Elle se décrivait comme un animal sauvage, tournant en rond dans sa cage, et n’attendant que la première occasion pour s’enfuir. Elle semblait oublier que les animaux sauvages n’avaient pas de maitre. Et que leur bien le plus cher était cette liberté qu’elle refusait de prendre.

Ce fut alors l’explosion. Elle avait atteint sa limite. Se dirigeant brusquent vers le mur à côté de la porte, elle se mit à le marteler de son poing à plusieurs reprises avec violence. Une rage sans nom s’était emparée d’elle, le doute la rongeant sans cesse, vrillant son esprit au point de la perdre. Après avoir assené plusieurs coups, elle éclata en sanglots et se laissa glisser, la tête et le poing toujours appuyés contre le mur. Sa carapace si dure avait cédée, et c’était là l’un des aspects véritables de la petite elfe auquel il assistait. Il ne bougeait toujours pas, attendant, et laissant sa captive doucement se remettre de son chagrin. Après un moment de détresse, elle parvint à se calmer et à reprendre la parole, d’une voix chargée de fatigue. Elle lui décrivit ce qu’elle vivait depuis la cellule sombre où son maitre la retenait. Sa répugnance par rapport à ce qu’elle devait faire, ce qu’il la forçait à faire. Il écouta, sans bouger, alors que la petite elfe se roula en boule sur elle-même. Elle commença à se balancer doucement. Son esprit comme son corps étaient empreints de fatigue, et elle basculait doucement dans le monde des rêves.

Ayant écouté son discours, il savait qu’il avait eu raison au moins en partie depuis le début. La liberté, c’était bien ce qu’elle recherchait, d’une manière ou d’une autre. Pas nécessairement la même liberté que lui, mais elle en avait assez de ce qu’elle subissait, de celle qu’elle était. Et si elle refusait et s’obstinait encore, ce n’était pas par envie. Non, c’était plus une peur viscérale accompagné de la difficulté à se détacher de cette vie qui la hantait probablement depuis plusieurs décennies. Un individu n’est pas semblable à un vase ou une lame que l’on forge. Il faut plus que quelques coups de marteaux ou un tour de main pour remodeler la vie d’un être.

Après quelques instants d’observation, Fineldor fit signe au geôlier, lequel eut un instant d’hésitation. Devant le regard insistant de son seigneur, il se leva précipitamment et ouvrit la cellule. Le conseiller entra et entendit la porte se refermer derrière lui. A une distance désormais réduite de la petite elfe, il l’observa. Tous deux étaient maintenant face à face dans la même cellule. S’accroupissant à même le sol sans tenir compte de la poussière, il eut cette fois ci un ton plus doux et compatissant.

«J’ai conscience que ce que je te demande est difficile, probablement plus que je ne peux l’imaginer. Mais je ne le fais pas pour moi ou par plaisir. Si tu t’imagines que te torturer de la sorte me plait, tu te trompes. Tu pourrais me répondre que ce ne sont là que de belles paroles, mais je n’ai rien de plus à t’offrir en cet instant. Je sais que ces années ont dû te faire oublier ce que pouvait être la confiance. Toutefois tu viens de me montrer que ton existence actuelle ne te plaisait pas, que tu en souffrais. Je t’offre de changer de vie. D’échanger un maitre pour un protecteur. Je ne veux pas t’envoyer assassiner ou voler, espionner ou menacer. Je veux que tu deviennes ce que tu aurais toujours dû être, une jeune elfe libre, une de celles de mon peuple. Je ne te demande pas de me répondre immédiatement. Sans doute ne me crois tu pas davantage, et si tu me considère encore comme ton tortionnaire, alors venge toi en cet instant. Rien ne t’en empêche.»

Toujours accroupi, il observa la petite elfe épuisée. Sans doute avait-elle tout juste perçue ses paroles.

«Et si la force te manque, je peux attendre que tu sois reposée. Le temps n’a pas d’importance quand une vie est en jeu...»
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 1 Juin 2014 - 23:48

Contrairement à ce que le Seigneur pensait, Macabre l'entendait parfaitement et était en capacité de comprendre ce qu'il disait. Il fallait dire que le fait de le voir entrer dans sa cellule sans prévenir avait eu de quoi la réveiller un temps soit peu. Mais elle n'avait pas bougé pour autant. Elle était toujours recroquevillée au sol. Sa tête, comme trop lourde, était venue se poser contre le mur. Elle regardait avec ses petits yeux rouges et fatigués son interlocuteur qui lui parlait à présent d'une voix plus douce que toutes celles qu'elle avait pu entendre jusque là. Lorsqu'il eut fini et qu'il lui proposa de se venger de ce qu'il lui avait fait subir, elle resta immobile un instant encore. Puis elle entreprit de se lever avec peine, son corps ne lui obéissant qu'à contrecœur. Une fois debout, elle s'avança vers l'elfe d'un pas lent et s'arrêta à un demi pas de l'aspirant-prince sous le regard sans doute inquiet de ceux se trouvant à l'extérieur de la cellule. La petite elfe plongea son regard vide et fatigué dans celui de son geôlier. Cela sembla durer une éternité durant laquelle on n'aurait su dire si elle réfléchissait à ce qu'elle allait faire ou si elle en cherchait la force.
Et puis, Macabre bougea lentement son bras gauche pour le ramener devant elle. Elle en observa l'intérieur pendant un moment avant de finalement se baisser pour progressivement s'accroupir, imitant la posture d'Elwëndrion. Son bras se retrouvait alors posé sur ses genoux de telle sorte que son tatouage d'esclave était plus que largement visible. Elle resta dans cette position un petit moment, les yeux fixant toujours son poignet, avant de finalement rompre le silence qui s'était installé depuis quelques minutes maintenant.

Même de mon maître j'veux pas m'venger.

Voilà bien un des rares éléments de sa personnalité que Macabre possédait avant sa capture et qui n'avait pas été altéré par son servage. Elle avait beau vivre dans la violence d'aussi loin qu'elle se souvenait, la vengeance ne faisait pas partie de ses traits de caractères. Jamais elle n'avait eu envie de faire subir à ses tortionnaires ce qu'ils avaient bien pu lui faire endurer. Son seul souhait avait toujours été de faire en sorte que ça s'arrête, en s'échappant la plupart du temps. Il n'y avait guère qu'avec son maître où elle ne pouvait qu'attendre qu'il ait fini...
Le regard toujours baissé, la petite elfe posa ses genoux au sol et déplia ses pieds pour s'asseoir dessus. Ainsi installée, sa faible voix reprit une nouvelle fois.

J'veux juste plus avoir mal.

Les mots qu'Elwëndrion avait prononcé depuis qu'il était entré dans la cellule avaient apparemment eu beaucoup plus d'effets que tous ceux qu'il avait pu utiliser auparavant. Bien sûr, Macabre ne lui faisait pas plus confiance qu'avant mais elle n'avait rien à perdre... Alors pourquoi ne pas lui accorder le bénéfice du doute et voir si ça pouvait donner quelque chose ? Il était après tout le seul à s'être plus intéressé à elle qu'à son maître et à être touché par son sort au point de lui proposer la liberté.
C'était la première fois que la petite elfe acceptait d'accorder un quelconque crédit aux propos de quelqu'un. C'était un premier pas vers la confiance qu'il ne fallait pas manquer. Il allait de soi que, si cette tentative échouait, plus jamais elle ne réitérerait cette expérience. C'était une tentative qui allait à l'encontre de son endoctrinement et qu'elle osait pour la première fois. Elle ne s'imaginait pas une seconde si cela pouvait marcher ou pas. Et, si elle en avait fait le pari, elle aurait davantage penché pour l'option "ça ne marchera pas" afin de se préserver de toute déception.

Elle avait fait un pas. Les cartes étaient dans les mains du grand elfe à présent.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 13 Juin 2014 - 19:16

Malgré l'état de grande fatigue de la petite elfe, elle observait celui qui lui parlait. Ses yeux étaient rougis de fatigue. Depuis combien de temps n'avait-elle pas dormi paisiblement? Pourtant elle écouta sans bouger, jusqu'à la dernière phrase. Elle resta ainsi un court instant avant de se lever péniblement. Toutes ces épreuves l'avaient épuisée, elle était usée et luttait contre le sommeil qui devait s'insinuer en elle. Mais elle luttait malgré tout. S'avançant d'une démarche lente et hésitante, elle s'arrêta juste devant le haut-elfe. Lui n'avait pas bougé, l'observant d'un visage rassurant. Mais le geôlier et l'un des gardes présents à l'extérieur s'inquiétaient, à en juger par leur agitation, des plus inhabituelles pour un peuple comme le leur. Il fallait admettre que l'un des dernières phrases de leur seigneur avait eu de quoi les alarmer, ayant proposé à cette petite voleuse de venir se venger des tortures qu'elle avait subi. Pourtant, la jeune captive ne l'attaqua pas. Ils s'observèrent un moment dont on ne sut dire s'il était long ou court, tant l'instant en lui-même paraissait improbable.

Ouvrant lentement sa main, la petite elfe en observa l'intérieur, puis s'abaissa comme pour imiter Fineldor. Il comprit alors ce qu'elle regardait: l'étrange symbole présent sur son poignet. Probablement celui de son maitre, de son esclavage, de sa vie brisée de servitude, de tortures et de tristesse. Un symbole qui ne pourrait jamais s'effacer, mais qu'il avait le pouvoir de reléguer au passé, et non de le laisser au présent comme c'était le cas. Elle affirma ne pas vouloir se venger. Pas même de ce maitre duquel il ignorait tout, et pourtant il ne cessait de penser à celui-ci. Malgré toutes ces années, il semblait que la vengeance fut l’une des rares choses qu'elle n'avait pas voulu apprendre, qu'elle n'avait pas voulu adopter. Etait-ce là le signe qu'elle voulait s'attacher à ce qu'elle était vraiment? S'asseyant sur ses pieds, la voix chevrotante de fatigue, elle observait toujours sa main.

J'veux juste plus avoir mal.

Un signe de confiance. Une phrase anodine qui pourtant voulait dire tant. Un appel de détresse envers celui qui demandait sa confiance. Elle lui tendait la main hésitante à la recherche d'aide. Cette aide, il était disposé à la lui donner. Hochant lentement de la tête, le haut-elfe sentit intérieurement un soulagement. Il pensait avoir réussir à franchir cette sombre carapace.

«Si je t'offre la liberté, ce n'est pas pour souffrir de nouveau. Chaque être sur cette terre devrait pouvoir vivre sans souffrance autre que celles qu'il provoque lui-même. Celles que tu as subies ne sont que le résultat d'une injustice. Je ne peux réparer le passé, mais je peux t'offrir un avenir où tu ne souffriras pas sans que le responsable le paie. Je suis prêt à tout faire pour que jamais plus ton maitre ne te maltraite, que jamais plus personne ne puisse être désigné comme ton maitre.»

Il se releva doucement, observant l'enfant assise dans cette cellule, frêle, presque maladive, épuisée. Elle jouait probablement sa dernière carte, le dernier espoir qu'elle pouvait avoir d'un avenir autre que celui des fers et des tortures. Il ne pouvait pas la décevoir. Cela revenait à détruire l'existence de ce petit être encore si jeune.

«Je ne peux pas te garantir une existence sans malheurs, car nul ne sait de quoi l'avenir est fait. Mais aussi longtemps que je vivrais, je peux t'offrir ma protection contre toute personne souhaitant te faire du mal. Je peux t'offrir une vie où tu seras libre de faire et dire ce que tu souhaites tant que tu ne maltraite personne. Mais cela dépend de toi.»

Devant l'air hagard de sa captive, il eut un sourire compatissant.

«Mais peut être l'heure n'est-elle pas venue pour toi de me répondre. Tu es épuisée. Tu t'es montée forte, mais tu ne peux pas tout me cacher. Repose toi, dors en paix si tu le peux. Nous pouvons reprendre quand tu le voudras, tu n'auras qu'à me faire appeler...»

Attendant la réponse, Fineldor observa encore cette petite elfe. De voleuse, elle allait peut être devenir la protégée de son ancienne victime.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 13 Juin 2014 - 23:01

Un appel, oui. Un appel que Macabre n'avait pas vraiment cherché à lancer. Elle avait simplement dit ce qu'elle avait au fond du cœur. Bien sûr qu'elle voulait que tout ça s'arrête. Pourquoi en appellerait-elle à la mort sinon ? C'était la seule délivrance qui lui avait été promise. Alors évidemment la proposition du grand Seigneur avait de quoi faire rêver, même si elle semblait irréalisable. Elle n'avait rien à perdre de toute manière. S'il réussissait, même s'il la gardait en esclavage, ce serait toujours moins pire qu'avec Don'dar. S'il échouait, alors son maître serait si furieux qu'il ne manquerait pas de la tuer, et ce serait tout aussi bien à ses yeux.
Épuisée, Macabre écoutait tant bien que mal alors que ses paupières ne cherchaient qu'à se fermer. Elle leva une tête lourde vers l'elfe qui se tenait à présent debout devant elle. Elle le laissa finir et le suivi mollement du regard tandis qu'il sortait. Elle fixa la porte de la cellule un long moment avant de finalement réaliser qu'il était partit. Alors, elle se leva et traîna des pieds pour retourner dans son coin, comme si de lourds poids étaient accrochés à ses chevilles. Telle une petite fille, elle s'enveloppa dans sa couverture et s'installa pour dormir, recroquevillée à même le sol.

Le sommeil ne fut guère long à s'emparer d'elle. Chaque fois qu'un garde passait voir si elle était toujours là, il la trouvait dans la même position que la fois précédente, profondément endormie. Rien ne semblait pouvoir la réveiller, si ce n'était la clé tournant dans la serrure, une parole adressée à son encontre ou un regard malveillant posé sur elle et qui réveillerait son instinct de survie. Mais ses geôliers ne firent que parler entre eux. La seule chose dont ils se souciaient c'était qu'elle reste enfermée et leur regard n'avait rien de mauvais, malgré la méfiance et l'inquiétude qu'elle pouvait inspirer. Après tout, ce n'était qu'une enfant qui n'avait pas eu d'autres choix que de devenir ce qu'elle était. Si elle l'avait voulu, elle aurait pu tuer le maître des lieux tandis qu'il s'était mis à sa merci, tout comme elle aurait pu viser le cœur au lieu de l'épaule dans la bibliothèque.
Elle n'était pas méchante. Elle ne vivait simplement pas dans le même monde que les autres.

Après plusieurs heures, la porte s'ouvrit. Macabre se réveilla instantanément et se redressa. D'un regard encore fatigué mais méfiant, elle observa l'intrus s'approcher puis s'arrêter à bonne distance pour poser un petit plateau sur le sol et repartir d'un pas rapide. La petite elfe fixa le garde tandis qu'il verrouillait la porte avant de se tourner vers le fameux plateau. Il faisait presque nuit. Elle avait dormi pour ainsi dire toute la journée sans jamais se réveiller. Elle n'avait pas eu faim jusque là mais voir ce repas et sentir son fumet raviva immédiatement ses sens. Elle se pencha et s'étendit pour saisir le bord du plateau et le tirer à elle. C'était à nouveau une soupe dans laquelle flottait quelques morceaux de légumes pas complètement moulinés. Ce serait plus consistant que son précédent repas et ça aurait aussi le mérite de la réchauffer encore un peu.
Après avoir reniflé son écuelle, Macabre prit une nouvelle fois son temps pour manger. Le contenu était différent mais pas moins mauvais, quoi que le goût soit bien secondaire pour la pauvresse. Il lui fallut une vingtaine de minutes pour réussir à engloutir sa soupe. Puis elle posa le récipient avec le précédent et s'installa à nouveau pour dormir. Elle avait appris à se reposer dès elle en avait l'occasion, quitte à emmagasiner pour les semaines à venir. Mais il lui fallait avant tout rattraper les jours qu'elle avait dû passer dans l'eau. Elle pourrait ainsi dormir une nuit complète sans le moindre problème.

Mais cette nouvelle période de repos ne dura que peu de temps comparée à la première. Il faisait nuit lorsque la porte s'ouvrit à nouveau. Au son de la clé que l'on insérait dans la serrure, les yeux de la petite elfe s'ouvrirent et elle se redressa d'un seul mouvement en prenant appui sur ses mains, comme si l'intrusion l'avait surprise. Elle semblait déjà bien plus alerte que lorsqu'on lui avait apporté son dîner. Sans doute ce dernier avait-il eu quelque effet sur son organisme qui en avait absorbé la moindre petite parcelle de nutriment.
Sans bouger, l'enfant esclave observa celui qui venait de rentrer. Aidée par les rayons de la lune qui passaient à travers sa fenêtre et la bougie qu'il tenait à la main, il lui fut aisé de reconnaître Elwëndrion. Le regard toujours aussi inexpressif, elle pencha légèrement la tête sur le côté, se demandant ce qu'il pouvait bien le lui vouloir encore et ce qui avait pu le pousser à franchir directement la porte de sa cellule. Sans doute était-il venu chercher la réponse à sa question. Au moins n'avait-il pas faire réapparaître sa boule lumineuse qu'elle redoutait par ignorance et instinct.
Après tout, ombre et lumière ne font pas bon ménage.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 26 Juin 2014 - 21:01

Devant la mine épuisée de la petite elfe, le seigneur n'avait guère insisté. Après un dernier coup d'œil compatissant envers ce petit être auquel il commençait à s'attacher, il sorti. Les regards du geôlier et des gardes présents lui firent comprendre leur inquiétude lorsqu'il s'était offert à la prisonnière pour qu'elle se venge. Il avait balayé ces inquiétudes d'un signe de main, avant de leur adresser un sourire rassurant. Il avait confiance, et il tenait à leur faire comprendre. Pourtant, les trois regards qu'il vit lui firent comprendre qu'il en faudrait davantage. Qu'importait. La journée commençait à peine, et bien des soucis l’attendaient. Soupirant, il se disait qu'il aurait presque souhaité que le soir approche. Pour enfin pouvoir connaitre le dénouement de cette invraisemblable histoire. Il laissa tout de même quelques consignes, veillant à ce que l'on prenne soin de sa protégée et qu'on la nourrisse correctement. Protégée... Déjà en son esprit cette idée faisait son chemin. Il s'éloigna, l'air pensif, vers ses occupations quotidiennes.

Le soleil était déjà bien descendu lorsqu'enfin il rentra chez lui. Le conseil princier s'était réuni pour débattre encore une fois. Aux yeux du seigneur haut-elfe, la plupart de ces débats n'avait pas lieu d'être. Soit parce que la décision semblait on ne peut plus évidente, mais certains s'évertuaient malgré tout à la contester, par principe ou autre raison. Soit parce que le sujet lui-même n'avait pas lieu d'être. Il s'était donc contenté d'intervenir là où il l'estimait nécessaire, comme à son habitude, avec son franc parlé et son calme. Il avait provoqué l'énervement de quelques autres conseillers, mais les avaient ignorés ou s'était contenté de leur répondre sans agressivité à chacune de leur remarque. Malgré tout, ce genre d'exercice avait tendance à le fatiguer. C'est donc avec moins d'entrain qu'il revenait, mais il savait qu'autre chose l'attendait désormais, une affaire plus personnelle.

Entrant dans sa demeure, sa première inquiétude fut de savoir si la jeune elfe retenue dans ses geôles avait été bien traitée. On lui expliqua qu'elle avait dormi le plus clair de la journée, ne s'éveillant que pour se nourrir de la soupe qu'on lui avait fourni. Ce qui sembla satisfaire le maitre des lieux, à en juger par son sourire en coin. Il se rendit dans ses appartements, où il prit soin de se reposer quelque peu et de changer ses vêtements, avant de se restaurer lui aussi. Puis, sans trainer, il se rendit aux cellules. A son arrivée, le gardien se leva. Fineldor se saisit d'une bougie trônant dans son socle de métal, et lui fit signe d'ouvrir la cellule de la petite Macabre. Voyant le geôlier hésiter, il insista du regard, ce qui eut pour effet une précipitation immédiate.

L'enfant était endormie, pelotonnée dans sa couverture, toujours dans le coin de la cellule. Elle semblait moins tendue, plus apaisée que lors de leur première rencontre. Ce n'était bien sûr qu'une impression, mais le seigneur haut-elfe voulait croire qu'elle avait un fond de vérité, qu'un semblant de confiance commençait à s'installer entre eux. Deux êtres d'un même peuple, que tout semble dissocier, et qui se retrouver pourtant face à face, presque d'égal à égal, sans jugement ni mépris.

A peine la clé entra-t-elle dans la serrure qu'elle s'éveilla, alerte et sur ses gardes. Ses réflexes ne l’abandonneraient pas immédiatement. C'était compréhensible, elle avait dut passer maintes nuit à devoir veiller pour assurer sa survie. Comment pouvait-elle en cet instant se sentir en véritable sécurité, et oublier toutes ces années? Il en faudrait bien davantage. Aussi ne s'étonna-t-il pas de cette réaction, et n'en tint-il pas compte. Posant la bougie sur la petite table à l'entrée de la cellule, il fit signe au gardien de les laisser seuls. Celui-ci commençait à s'habituer aux excentricités de son maitre, aussi ferma-t-il la cellule avant de retourner à sa place, non sans garder un œil sur cette rencontre inquiétante pour lui.

Se tenant debout en face de la fenêtre, comme pour se laisser éclairer par les rayons de la lune, Fineldor observa un moment la petite Macabre. Cette jeune enfant, qui il y a quelques jours seulement, avait tenté de le voler. Désormais, il cherchait à la libérer de l'esclavage. Drôle de hasard.

«Je te souhaite le bonsoir. Je m'excuse de n'avoir pu venir plus tôt mais de nombreuses affaires demandaient mon attention. Ceci étant, j'ai cru comprendre que tu avais profité de ce temps pour te reposer. J'espère que tu te sens bien mieux que tu ne l'étais ce matin. Et j'espère que le repas qui t'a été amené te convenait. A vrai dire, j'ignore tes goûts, tout comme celui qui prépare la nourriture. Si tu as des envies particulières, et que nous pouvons les satisfaire...»

Il saisit l'une des chaises de la pièce, et s'installa dessus. Ce serait bien plus aisé ainsi.

«Mais je ne suis pas vraiment là pour parler de nourriture. Je voudrais que nous reparlions de notre discussion, si tu t'en souviens. Peut-être n'as-tu pas encore décidé. Je ne veux pas te brusquer, vraiment. Mais il semble que tu acceptes le fait que je puisse faire quelque chose pour toi. La décision t'appartient, mais j'entends bien ne pas te laisser ainsi.»

Le seigneur avait parlé. Il avait décidé d'agir, et peu de monde pourrait l'en empêcher. Il avait décidé de se charger de cette jeune enfant de son peuple, de prendre son destin en main. De la sortir des ténèbres de sa cellule pour la ramener à l'air libre parmi les siens. Il ne pouvait supporter de la voir ainsi dans l'ombre. Car après tout, ombre et lumière ne font pas bon ménage.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 29 Juin 2014 - 12:29

Macabre était en effet plus alerte qu'au petit matin. Quelques heures de sommeil sans interruption l'avaient reposée, la couverture l'avait réchauffée et le second repas fut très revigorant, bien qu'il pesait encore sur l'estomac de la pauvresse affamée depuis des années. Son état de santé restait toutefois assez médiocre. Elle toussait encore et ses quelques plaies au visage étaient infectées. Si son esprit était très fort, son corps n'était malheureusement pas en capacité de la suivre, fragilisé qu'il était par tous les mauvais traitements qu'elle avait subit. L'elfe ne pouvait en voir qu'une toute petite partie sur le visage les épaules et les bras de la petite esclave mais le reste de son corps était dans un état bien pire encore. Autant dire qu'il n'avait encore rien vu...

Macabre écouta le Seigneur elfe sans rien dire. Elle se contenta de le fixer des yeux, observant chacun de ses mouvements avec attention. Malgré la scène qui c'était déroulée le matin dans cette même pièce, elle restait sur ses gardes. La méfiance lui avait sauver la vie plus d'une fois et il y avait fort à parier qu'elle le resterait toujours. Cependant, la confiance pouvait encore être développée jusqu'à réduire sa vigilance à zéro pour certaines personnes. Cela avait déjà plus ou moins commencé avec Elwëndrion. Elle lui avait accordé un semblant de confiance en l'écoutant, en répondant à ses questions et en s'en approchant de si près, face à face et en plein jour. Elle voyait la proximité avec les autres comme un danger car elle se mettait à la portée d'un coup ou d'une arme. Bien que la question de la distance se pose moins face à un mage, elle respectait néanmoins un espace de sécurité d'un diamètre non négligeable.

Comme il l'avait fait le matin, l'elfe parla un bon moment pour finalement lui dire des choses qu'elle savait déjà pour avoir pu les constater ou les avoir vécues. Puis il s'enquit de ses goûts en matière de nourriture. Mais la petite Macabre n'avait pas ce genre de préoccupations. Certes, elle avait quelques aliments qu'elle n'aimait pas ou d'autres qu'elle appréciait davantage, mais lorsque l'on meurt de faim on ne peut se permettre de jouer les fines bouches. Alors elle mangeait ce qui lui tombait sous la main et sans faire de grimace. L'important était de se remplir le ventre.
Pour toute réponse, la jeune esclave inclina légèrement la tête sur le côté sans quitter le Seigneur des yeux.

Vint ensuite le sujet qu'elle attendait... Sa proposition de la libérer. Il fallait dire qu'il s'était montré tellement insistant pour obtenir l'information qu'il voulait concernant les désirs de la petite elfe qu'il n'était guère surprenant que le sujet revienne si vite sur le tapis.
Toutefois, Macabre se posait encore un certain nombre de questions autour de la démarche d'Elwëndrion. Quelles étaient ses motivations ? Pourquoi elle alors qu'ils étaient des centaines d'elfes dans son cas au Darshim et à Méridian ? Qu'allait-il lui demander en échange ? Mais les détails n'intéressaient guère la jeune esclave. Elle n'aborda qu'une seule question qui répondrait en partie à toutes les autres et que concernait le seul point qui l'inquiétait vraiment.

Je veux plus servir de maître. Ni vous ni un autre.

Dans ces quelques mots, Macabre répondait bien à la demande du Seigneur mais elle soulevait un autre point : elle ne concevait pas que l'on puisse vouloir l'aider par pure gentillesse ou bonté d'âme. Dans son esprit, Fineldor avait pour finalité de la prendre pour lui mais sans l'avouer. C'est en tout cas ce qu'un sombre aurait fait à sa place. Si dans tous les cas la petite elfe ne refuserait pas d'aide après avoir constaté que de toute façon les traitements du Seigneur étaient bien moins pires que ceux de son maître, elle voulait malgré tout éclaircir ce point d'ombre.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mer 16 Juil 2014 - 20:38

D’après ceux qui étaient restés dans la demeure, la jeune elfe avait dormi plusieurs heures, sans doute à demi rassurée par le lieu dans lequel elle se trouvait. Cela se voyait quelque peu à son état alerte et un peu éveillé. Mais son aspect physique était toujours médiocre. Frêle, les bras et le visage couverts de cicatrices, dont certaines semblaient s’infecter doucement. Elle toussait encore, restes de son séjour suite à son « interrogatoire ». Fineldor l’avait voulu doux, mais pourtant les séquelles étaient pires qu’il ne l’avait pensé. Sans doute faudrait-il envisager l’intervention d’une personne spécialisée dans la guérison, car si sa santé continuait à décliner ainsi, il y avait fort à parier qu’elle ne tiendrait pas longtemps. Toutefois, il fit pour le moment l’effort de mettre ces pensées de côté.

L’évocation de quelque goût culinaire ne sembla pas vraiment intéresser la petite Macabre, qui se contenta de pencher la tête sur le côté. Sans doute avait-elle oublié ce qu’étaient des préférences en termes de nourriture depuis son esclavage. Elle avait dû se contenter de ce qu’elle trouvait, faisant fi des affaires de goûts. Cela reviendrait sans doute avec le temps mais pour le moment, elle mangeait ce qu’on lui donnait, à en juger par l’état des bols de soupes qui lui avaient été amenés jusqu’alors. Il envisagerait bientôt de lui fournir de la nourriture plus consistante mais il fallait y aller progressivement. Donner trop à manger à une personne affamée pouvait entrainer plus de mal que de bien.

Puis revint la question de sa « libération ». Il l’évoqua rapidement, faisant comprendre que s’il ne voulait pas la brusquer, il n’avait pas non plus des semaines devant lui. Elle l’écouta, devant probablement s’attendre à ce que le sujet soit abordé. La preuve en fut sa réponse.

Je veux plus servir de maître. Ni vous ni un autre.

Il lui semblait avoir déjà abordé ce point, mais manifestement il n’avait pas été assez clair. Aucune importance, au final. Si c’était là le cout d’un accord, alors…

«Nous sommes au moins d’accord sur ce point-là. Je ne tiens pas à devenir ton maitre, mais ton protecteur. Quelle différence me diras-tu ? Un maitre a pleins pouvoir sur toi, il peut te traiter comme bon lui semble, te battre, te donner des ordres, t’enchainer, t’affamer. Tout ce que tu as pu subir jusqu’ici.»

S’il ne tenait pas à raviver de si mauvais souvenirs, il fallait en passer par là pour bien faire saisir la différence entre celui qui la possédait jusqu’alors, et celui qui entendait lui offrir la liberté. Elle se méfiait, à juste titre. Rares étaient les services rendus en ce monde sans contrepartie. Comment elle, qui avait vécu parmi les sombres pendant tant d’années, pouvait-elle concevoir un simple geste désintéressé ? Il fallait le lui faire comprendre.

«Ce que je souhaite devenir à ton égard, c’est un protecteur, non un maitre. Une personne qui sera chargée de te protéger de menaces extérieures. Mais aussi de favoriser ton retour à une liberté complète. Tu résideras probablement en cette demeure, mais sera libre de t’y déplacer comme tu voudras. Tu ne resteras pas cloitrée dans cette cellule. Tu pourras t’exprimer comme tu le souhaite, tu mangeras à ta faim, seras vêtue convenablement. Tu ne recevras ni ordre, ni mission dangereuse, car ce n’est pas là mon but. Mon but est qu’un jour tu puisses avoir ta propre demeure, ton propre métier, ta propre vie, sans dépendre de personne. Car que tu le veuilles ou non, tu es l’une des nôtres. Tu n’es plus, et tu n’as jamais été, du peuple de ton ancien maitre.»

Etrange révélation pour cette petite elfe dont le plus vieux souvenir remontait à la cellule humide où elle fut asservie. S’il avait pu retrouver d’où elle venait, sans doute ses proches auraient-ils pu lui rappeler quelque souvenir plus lointain encore, mais pour le moment il n’en savait guère plus. L’essentiel restait qu’elle saisisse le fait qu’il ne constituait en rien un nouveau maitre pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 17 Juil 2014 - 18:42

J'me suis jamais prise pour une sombre.

C'était bien là l'une des rares choses que son maître lui avait laissé. Il fallait dire qu'il aurait eu du mal à le lui cacher, ne serait-ce que de par la différence entre leurs apparences. De plus, n'importe qui aurait pu un jour lui faire entendre qu'elle était Haute elfe et alors elle aurait pu remettre en question tout ce que Don'dar avait pu lui dire jusque là. Et enfin, il aurait été bien incapable de masquer sa haine envers sa race, alors dire qu'elle était une des siens... Il avait donc choisi de ne lui mentir que sur ce qu'il pouvait maîtriser.
La seule chose qu'il n'avait pas été capable de lui prendre, c'était sa personnalité profonde. Le moins que l'on pouvait dire, c'était que Macabre était une force de caractère. Difficile à amadouer et plus encore à convaincre. Il n'avait pas été facile pour Don'dar de la dompter afin d'en faire sa chose. Devant l'esprit revêche de la jeune elfe, il n'avait pas hésité à laisser libre cours à sa vilenie et à ses vices les plus abjectes. Ce n'était pas sans raison qu'elle avait fini par perdre la mémoire... Il avait usé de tant de torture que la pauvre avait perdu nom et passé.
Mais tout cela, la petite esclave ne s'en souvenait pas non plus. Comme souvent dans ce genre de cas amnésique, l'objet du traumatisme avait été oublié avec le reste. Il n'y avait plus désormais que cet être privée de vie et aspirant à la mort, survivant entre les deux, qui ne connaissait plus rien, que la servitude. Fineldor, sans le dire, lui demandait de lui faire confiance pour obtenir sa liberté auprès de son maître et la lui rendre, ce dont elle était incapable. Ce qu'elle savait en revanche, c'est qu'elle ne vivrait pas bien longtemps encore sous la coupe du sombre. Soit il la tuerait à force de la rouer de coups, soit la malnutrition finirait par avoir raison de son corps affaiblit. S'il venait à refuser la requête du Seigneur elfe, il y avait fort à parier qu'elle ne verrait pas le jour suivant, ce qui était bien plus enviable que la perspective de devoir continuer à le servir. Mais si Elwëndrion réussissait, de ce qu'elle avait pu en voir, il la traiterait certainement bien mieux. Alors pourquoi refuser ?

Vous êtes différent ? Prouvez-le.

Macabre, qui n'avait guère l'habitude de parler, se lassait des beaux discours de son interlocuteur. Il n'y avait rien de plus convaincant à ses yeux que les actes et il était tant qu'il passe de la théorie à la pratique. Elle avait vrillé son regard dans celui du grand Seigneur et attendait patiemment de voir s'il allait parler encore ou agir et, s'il agissait, de voir ce qu'il allait faire. Ainsi posté en attente, elle faisait une fois de plus preuve de plus d'aplomb que la plupart des jeunes de son âge.
Dommage que son corps ne suive pas... Affaiblie par les mauvais traitements qu'elle subissait depuis des années et par le coup supplémentaire que l'elfe avait porté à sa santé déjà fragile, le comportement de la petite esclave détonnait avec son physique. Cet être si frêle ne semblait pas pouvoir faire le poids face à la moindre bourrasque et elle toussait encore par moment. Cela gâchait un peu son jeu de regard impassible et imperturbable.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 18 Juil 2014 - 21:06

Après le petit discours du haut-elfe, la première affirmation de la prisonnière fut qu’elle ne s’était jamais prise pour une sombre. Etrange déclaration, mais tout du moins rassurante : si elle ne se souvenait pas d’où elle venait ni qui elle était, au moins savait elle qu’elle n’était pas du même sang, du même peuple que son ancien maitre. Si les sombres n’étaient pas tous des abominations, ils excellaient malgré tout dans l’art de la corruption, de la manipulation, des intrigues, des assassinats et de bien d’autres pratiques douteuses. Le fait que la petite elfe sache qu’elle n’était pas des leurs prouvait, en soit, qu’elle n’était pas totalement corrompue. L’espoir demeurait.

Elle s’abstint du moindre commentaire sur la différence entre un maitre et un protecteur. Tout ce qu’il lui avait proposé, expliqué, avancé, semblait n’avoir servi à rien ou presque. En apparence du moins. Car il y avait fort à parier qu’en réalité, elle avait emmagasiné au moins une partie, si ce n’est la quasi-totalité des informations. De là à les comprendre en revanche… elle ne goûtait guère aux belles paroles, elle l’avait dit elle-même.

Vous êtes différent ? Prouvez-le.

Une phrase empreinte de provocation. Lassée des discours de celui qui lui faisait face, elle avait décidé de renverser la situation. Ce n’était plus elle qui devait choisir et réfléchir, mais c’était désormais lui. Situation embarrassante s’il en était. Et si Fineldor garda son calme en apparence, c’est parce qu’il avait appris à dissimuler au mieux son ressenti. Intérieurement, il était plutôt partagé entre divers sentiments.
De la gêne d’abord. C’était évident. Comment cette petite esclave pouvait elle lui tenir ainsi tête, sans même se soucier de ce qui pourrait arriver ? Il commençait à s’y acclimater mais un semblant de gêne perdurait. De la colère. Oui il était un peu en colère contre cette enfant qui lui parlait comme une enfant ignorant les consignes de ses parents. Il savait faire montre de beaucoup de patience, mais à toujours vouloir le provoquer, elle risquait un nouvel emportement. Et puis également de l’amusement. Au fond, elle était courageuse, à moins que ce ne soit de l’inconscience. Elle savait ce qu’elle voulait, et ne lâchait pas le morceau. Têtue et obstinée, allant droit au but et n’aimant pas tergiverser pour rien. Un peu comme lui à son âge finalement. Il ne put retenir un sourire à cette pensée. Toujours assis sur sa chaise, il se retint même de rigoler.

«Tu veux une preuve ? Une preuve que tout ce que je dis n’est pas que belle parole pas vrai ? Tu as raison… J’ai peut-être trop parlé, moi qui d’habitude n’aime pas les longs discours pour rien dire. Mais… j’avoue que tu me pose une petite colle. Une preuve ? Qu’est-ce que je pourrais te donner comme preuve.»

Il se leva, se dirigea vers la porte, et fit signe au geôlier d’ouvrir. Prenant les clés dans la main, maintenant la porte ouverte, il fit signe à Macabre.

«Puisque tu désires des preuves, je vais essayer de t’en donner. La première, la voici. Tu as assez dormi ici. Suis-moi.»

Le geôlier quelque peu affolé tenta de ramener son maitre à la raison. Un regard suffit au seigneur pour rappeler son serviteur à son rôle. Il était seul à décider. Et s’il devait y avoir des conséquences, il les assumerait. Mal à l’aise, l’elfe retourna s’asseoir non sans regarder la petite prisonnière du coin de l’œil. Espérant qu’elle ne commettra pas d’impair en profitant de la folie passagère de son maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 20 Juil 2014 - 10:39

Macabre ne sut pas vraiment comment interpréter ce sourire. Elle ne se doutait pas un seul instant de ce qu'il venait de se passer dans l'esprit du Seigneur elfe, ignorant que son attitude surprenait, agaçait et amusait. Elle se croyait si loin de son monde qu'il était parfaitement impossible d'imaginer une ressemblance entre eux, même si celle-ci faisait référence au passé. Elvëa était une petite fille joyeuse, insouciante et qui n'avait pas la langue dans sa poche (ce qui était attendrissant chez une si jeune enfant). Ce dernier trait était bien tout ce qu'il restait à Macabre. Un trait propre aux grandes familles elfes ? Qui sait...

Lorsque Elwëndrion se leva et se dirigea vers la porte en lui demandant de le suivre, la petite esclave eut un moment de flottement. Etait-il sérieux ? Il la faisait sortir ? Son serviteur n'avait pas l'air très content de l'attitude de son maître. Elle resta quelques secondes à l'observer, la tête légèrement tournée vers le côté, signe de son étonnement et de ses doutes quant à la façon dont elle devait interpréter ses propos et à la réalité de ce qu'il était en train de faire. Puis, voyant que la porte restait ouverte et que l'elfe l'attendait toujours, elle se leva prestement, saisit ses vêtements encore humides au passage et le sortit à la suite du Seigneur. Ses frusques serrés contre elle dans ses bras, le corps toujours cintré à la poitrine par une couverture qui lui faisait une curieuse robe, elle marchait dans les pas d'Elwëndrion en regardant de tous côtés, comme à demie affolée, réagissant au moindre bruit, dévisageant le moindre individu que leur trajet croisait. Elle avançait à la vue de tous et en compagnie du maître des lieux. Elle qui avait toujours dû vivre cachée et que l'on cachait du monde, elle ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait.
Alors que toutes ces étranges sensations et idées traversaient l'esprit de la petite elfe, elle poursuivait le plan mental du domaine qu'elle avait entamé depuis son premier repérage des lieux. Il prenait progressivement forme, les grandes lignes du bâtiment se dessinant dans son esprit. Elle pouvait d'ores et déjà être lâchée dans la maison, elle saurait s'y retrouver sans le moindre mal, même sans avoir encore pu visiter toutes les pièces.

Après un moment qui lui sembla somme toute un peu long, Elwëndrion s'arrêta devant une porte, l'ouvrit et lui présenta la pièce qui se trouvait derrière comme étant sa chambre. Avec méfiance, Macabre s'avança, redoublant de prudence tandis qu'elle passait devant l'elfe pour entrer. Elle découvrit alors les lieux, s'arrêtant en constatant qu'il s'agissait d'une vraie chambre et pas d'une nouvelle cellule. Il y avait des fenêtre sans barreaux que l'on pouvait ouvrir et un lit avec des oreillers et des couvertures pour se protéger du froid.
Après avoir fait une petite inspection des lieux, ouvrant les placards et les tiroirs, passant les mains dans les ombres pour s'assurer que personne ne s'y trouvait, Macabre se retourna vers l'elfe qui se tenait toujours sur le pas de la porte. Jusque là, elle n'avait vu aucun piège mais les doutes persistaient... La force de l'habitude. Elle vrilla son regard dans celui du Seigneur, plissant les paupières, semblant sonder son esprit à travers ses pupilles. Jouait-il à un nouveau jeu de dupes ? Qu'avait-il derrière la tête ?
Mais la petite elfe n'y vit rien. Elle ne retrouvait pas dans ses yeux ce qu'elle avait déjà pu voir dans ceux de son maître. Elle n'était pas capable de définir ce qu'elle cherchait tant... Elle n'utilisait pas de mots. Elle vivait à travers des instincts, des impressions... Et des actes.

Sans lâcher les vêtements de son maître, Macabre repassa devant Elwëndrion, presque sans le voir, et repartit. D'un pas calme mais déterminé, elle avança à travers les méandres de la grande demeure, guettant les bruits de pas du maître des lieux qui la suivait. Elle lui fit retraverser une partie des couloirs qu'ils venaient de parcourir. Elle l'emmena dehors, dans les jardins. Elle avança encore, jusqu'à arriver derrière la cellule où elle avait été enfermée. Elle avait trouvé le lieu sans aucun mal, comme si elle avait toujours vécu ici... Elle repéra un amas de buissons à quelques mètres. Elle s'en approcha, se pencha et plongea la main dedans. Elle en ressortit le livre qu'elle avait dérobé quelques jours plus tôt et qu'elle avait jeté depuis sa geôle juste avant qu'elle ne soit mise dans l'eau. Elle se retourna et le tendit à Elwëndrion.

Il avait fait un geste (a priori réel et désintéressé), elle en faisait un. Il ne lui avait jamais demandé ce qu'elle était venu voler, elle le lui donnait.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 25 Juil 2014 - 14:25

La première "preuve" que décida d'apporter le maitre des lieux sembla surprendre la jeune prisonnière. Elle hésita un moment, penchant la tête sur le côté, observant celui qui l'avait retenue si longtemps, qui l'avait soumise à rude épreuve, que ce soit par sa torture ou par ses propos. Elle avait vu son monde se bouleverser en si peu de temps. Et maintenant, il lui proposait de sortir aussi simplement. Quoi de plus normal qu'elle eut des doutes, surtout après tant d'années de souffrance ou les "grands" n'étaient là que pour tourmenter les personnes comme elle. Fineldor n'en tint pas compte. Il avait déjà passé tant de temps à s'occuper d'elle, à tenter de la convaincre, de lui faire comprendre qu'il y avait d'autres voies, d'autres vies. Il sentait qu'il y avait un changement, certes léger et subtil, mais existant, dans le comportement et les pensées de la petite elfe. Peut-être parviendrait-il enfin à la convaincre que ses actes et propos n'étaient pas de vaines paroles ni des histoires, mais bien des promesses qu'il entendait tenir.

Après cette hésitation, et voyant que la porte ne s'était toujours pas refermée, la petite macabre se saisie de ses frusques, qu'elle serra contre elle. Puis, toujours vêtue de sa couverture, elle s'avança avec méfiance, comme si elle ne savait comment réagir. Le haut-elfe lui adressa un sourire qui se voulait rassurant, mais il savait bien qu'il en faudrait davantage pour véritablement l'apaiser. Une fois qu'ils furent sortis des geôles, ils passèrent par plusieurs couloirs et devant diverses pièces. Partout sur le trajet, les habitants de la vaste demeure observaient ces deux individus si différents, si dissociables, marcher ensembles. Le maitre des lieux, vêtu de sa superbe et de son aura, de son calme et de son influence, suivi par une pauvre esclave affaiblie et maigre, vêtue d'une simple couverture et serrant des frusques contre elle, en jetant des regards méfiants, presque apeurés autour d'elle et à tous ceux qu'elle croisait. Equipage ô combien improbable en cette demeure, et pourtant c'était bien le cas.

Après avoir parcouru un petit trajet, ils finirent par arriver devant une porte de bois légèrement ouvragée. L'ouvrant d'un simple geste, le seigneur haut-elfe s'écarta et fit signe de la main à celle qui le suivait, lui faisant comprendre qu'elle pouvait entrer. L'intérieur était une chambre qui devait paraitre vaste pour la petite Macabre. Un lit confortable, un petit bureau avec le nécessaire d'écriture, une petite table et trois chaises, une grande armoire, une petite commode... Tout ce qu'il fallait pour vivre convenablement. Les fenêtres, dépourvues de barreaux, comportaient de longs rideaux de tissu fin, qui flottaient à la moindre brise. La vue était d'ailleurs plutôt jolie, donnant sur l'une des parties du jardin, avec en fond le lac qui bordait la demeure. Un lieu qui aurait convenu à bien des personnes. Mais celle qui se voyait offrir cette chambre n'était pas habituée à ce genre d'offre. Toujours méfiante, elle se tourna vers le maitre des lieux, et plissant les yeux, sembla chercher à comprendre ce qui motivait ce geste. A dire vrai, lui-même ne le savait pas. Il avait simplement considéré que c'était l'une des meilleures manières de lui faire preuve de sa sincérité. De plus, continuer à la retenir en cellule ne lui convenait guère, aussi était-il prêt à prendre le risque de la laisser en un endroit où elle serait libre de ses actes. Il en assumerait les conséquences, espérant simplement que cela ne le toucherait que lui, et non les autres résidants de la demeure

Après quelques minutes passées à sonder son regard, la petite Macabre se remit en route, quittant la chambre. Quelque peu étonné, Fineldor ne sut si c'était là un refus, une réaction normale ou autre chose. Il fallait dire que depuis qu'il l'avait rencontrée, elle avait fait preuve d'attitudes bien étranges, probablement dues à ses habitudes en tant qu'esclave. Mais ne souhaitant pas la contrarier, il se contenta de la suivre. Elle serrait toujours ses loques contre elle. Comme si elle ne parvenait pas à s'en détacher. Comme si c'était là le seul vestige de son passé auquel elle s'attachait. Prenant les différents couloirs sans difficultés, elle le mena vers l'extérieur comme si sa demeure était la sienne. Il était surprenant de voir combien elle s'était rapidement habituée à une si vaste maison, là où certains mettaient des mois voire des années à simplement trouver le chemin du salon. Un excellent sens de l'orientation et une très bonne mémoire... Fineldor espérait que ceux-ci ne se retourneraient pas contre lui. Il ne pouvait s'empêcher d'admirer certains talents de cette pauvre enfant.

Parvenus à l'extérieur, elle contourna une partie de la demeure, jusqu'à arriver juste sous la fenêtre de son ancienne cellule. Déposant les frusques sur le sol, elle plongea les mains à l'intérieur d'un épais buisson... dont elle ressorti un ouvrage. Puis, sans plus d'explication, elle le tendit vers le seigneur-haut elfe. Celui-ci ne comprenait pas vraiment le geste. C'était une sorte de cadeau, d'offrande ou quelque chose s'y assimilant. Mais qu'était donc ce livre pour qu'elle le lui offre? D'où venait-il? Prenant l'ouvrage dans les mains en signe d'acceptation, il prit le temps de déchiffrer la couverture. Ecrite en sombre. Etrange coïncidence... Une jeune esclave, au service d'un sombre, se retrouvait dans sa bibliothèque. Et désormais, elle lui offrait un ouvrage de la même origine que celle de son maitre. Tournant l'ouvrage, ses doutes finirent de se dissiper lorsqu'il repéra la marque caractéristique qu'il faisait apposer sur les ouvrages de sa propre collection. Un sourire rassurant se dessina sur ses lèvres.

«Je suppose qu'il s'agit là de l'objet que tu étais venu dérober. J'ignore pourquoi tu me le rends, mais je considère cela comme un cadeau très précieux de ta part, et le signe que tu me fais confiance. C'est en quelque sorte l'objet qui est à l'origine de notre rencontre. Sans son existence, jamais tu ne serais venue ici.»

Prenant l'ouvrage sous un bras, il fit un signe protecteur de l'autre envers la petite elfe.

«Dois-je donc comprendre que tu acceptes mon offre?»
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Sam 26 Juil 2014 - 11:40

Elwëndrion regarda un moment le livre comme s'il l'étudiait. Macabre se demandait si oui ou non il allait le reconnaître. Il fallait dire qu'il en avait tellement... Sans doute plus que le nombre de noms qu'on avait déjà pu lui donner à retenir. Elle n'était certes pas en capacité de tous les citer mais leur simple écoute suffisait à lui rappeler la mission qui lui était associée. Alors, oui. Le Haut-elfe avait sans doute besoin d'examiner son propre livre avant de l'identifier.
La petite elfe ne savait que bien peu de choses sur ce bouquin. Elle reconnaissait le type de caractères qui parcourraient les pages et savait qu'il traitait de magie. Voilà à quoi se résumait sa connaissance et, même si elle l'avait eu plus longtemps entre les mains, elle n'aurait pu en apprendre davantage. Elle savait identifier l'alphabet sombre et le distinguer de l'humain et de l'elfique mais elle ne savait lire aucune langue du monde connu. Ce livre était donc un objet comme les autres à ses yeux.

Je suppose qu'il s'agit là de l'objet que tu étais venu dérober. J'ignore pourquoi tu me le rends, mais je considère cela comme un cadeau très précieux de ta part, et le signe que tu me fais confiance. C'est en quelque sorte l'objet qui est à l'origine de notre rencontre. Sans son existence, jamais tu ne serais venue ici.

Oui... Enfin... C'était une façon de voir les choses. Mais ce n'est pas pour ça qu'elle le lui rendait. Ou en tout cas, pas seulement.

Celui qui le veut est beaucoup plus puissant que mon maître. Si vous l'avez, vous aurez d'jà plus de chance qu'il vous écoute.

Don'dar avait une telle haine envers leur race qu'il y avait en effet peu de chances que, sans cet objet, il ne le laisse rester chez lui plus de deux minutes. Si le Haut-elfe avait été de plus basse extraction, son maître aurait même pu aller jusqu'à le tuer. Mais, si le sombre était colérique, il tenait à sa vie et il ne faisait pas le poids politiquement face à un haut conseiller elfique. Son propre supérieur ne l'aurait pas couvert s'il devait provoquer la colère des Hauts-elfes.
Si Elwëndrion avait le livre, il n'était pas garanti que Don'dar accepte de laisser lui échapper son chose mais au moins il aurait un atout supplémentaire dans la négociation car son commanditaire était déjà peu satisfait de ses services alors s'il devait échouer sur ce vol...

Macabre regarda d'un drôle d’œil le grand Seigneur faire un signe à son intention. Elle n'avait jamais vu personne agir de la sorte, et encore moins avec elle. Elle ne savait d'ailleurs pas comment elle devait l'interpréter et ce qu'elle devait faire en réponse. Mais devait-elle seulement y répondre ?

Dois-je donc comprendre que tu acceptes mon offre ?

On aurait dit une phrase de Don'dar, mais en plus joliment formulée. Macabre avait pu quelques fois assister à la conclusion d'un marché, tapie dans une ombre, observant les faits et gestes du client de son maître, guettant le moindre indice lui signifiant qu'il allait s'en prendre à lui. (C'était tout de même un comble... Haïr à ce point quelqu'un mais le protéger avec tant de docilité.) Alors, à la manière d'un négociateur achevant de conclure un accord, la petite elfe tendit une main vers le Haut-elfe tout en gardant son corps à distance. Elle n'aimait guère la proximité d'autres individus -par manque d'habitude- et n'était que peu habituée au contact physique en dehors des coups qu'elle recevait ou donnait. De plus, elle se méfiait toujours du Seigneur et de son peuple.
Bref, une main vers Elwëndrion, le haut du corps tendu vers l'arrière, elle attendait qu'il la lui serre afin de pouvoir rapidement se reculer d'un pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 3 Aoû 2014 - 15:46

Apparemment, l'ouvrage qu'elle lui avait tendu était bien celui qu'elle avait tenté de dérobé. Mais contrairement à ce que Fineldor avait cru, ce n'était pas simplement une marque de confiance.

Celui qui le veut est beaucoup plus puissant que mon maître. Si vous l'avez, vous aurez d'jà plus de chance qu'il vous écoute.

Ainsi, ce livre permettrait en quelques sortes de pouvoir exercer une pression sur son maitre et celui qui l'avait commandité. Et qui sait, peut être rendre sa libération plus simple? En tous les cas, il tenait également à y voir le signe qu'elle acceptait de pouvoir se détacher de son maitre, de pouvoir envisager son existence autrement qu'en simple esclave de ce sombre.

Lorsqu'il l'interrogea sur son acceptation ou non de son "offre", il s'attendit à une réponse simple. Un mot, peut-être quelques mots. Un simple "oui" ne l'aurait pas étonné. Au lieu de quoi, la frêle petite elfe lui tendit une main, tout en restant droite et tendue. Comme si cette main tendue symbolisait la conclusion de leur accord, mais que pour autant elle ne tenait pas tant que ça à être approchée par le haut-elfe. Il l'avait remarqué depuis le début, la proximité d'autres individus la dérangeait, et dès que quelqu'un s'approchait trop, elle faisait en sorte de s'éloigner ou de faire comprendre à l'intrus qu'il n'était certainement pas le bienvenu, et qu'elle ferait le nécessaire pour qu'il n'approche pas davantage. Cette main tendue, si maladroite soit-elle, était le signe d'une évolution, minime certes, mais existante néanmoins. Le haut-elfe eut un sourire en coin. Encore une autre preuve qu'il avait probablement fait le bon choix, et que tout espoir n'était pas perdu. S'agenouillant devant la petite Macabre, il tendit lui-même sa main et la serra contre celle de la jeune esclave. Il ne sera que peu, et pas très longtemps, comprenant qu'elle pourrait mal l'interpréter et le prendre, mais il s'assura néanmoins qu'elle comprenait que c'était davantage qu'une poignée de main. Si c'était là sa manière de conclure leur accord et d'affirmer le nouveau lien qui les liait, cela lui convenait.

«Considère désormais que tu es sous ma protection. Et je te promets de tout faire pour que bientôt, ton maitre n'ait plus aucun droit sur toi, quel qu'il soit. Mais pour le moment, il va me falloir m'occuper de toi.»

Se relevant, il eut un moment d'attente, observant cette jeune elfe tellement curieuse. Au fond, il ne savait pas trop ce qui l'avait poussé à faire ça. Le saurait-il un jour? Peut être... Quelle importance? Il avait toujours considéré son devoir comme étant de protéger les siens. N'était-ce pas ce qu'il faisait, en libérant cette jeune enfant de sa captivité? Mais plus qu'un devoir, ce qu'il avait fait, il considérait que c'était nécessaire. Se retournant, il reprit la direction de la maison, non sans attendre que la petite elfe le suive.

«Viens. Je pense que nous allons avoir beaucoup à faire dans les jours à venir.»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Alerte ! Intrus !
» les intrus
» Un intrus dans mes parterres de fleurs
» /!\ Alerte au piratage
» ALERTE ! VACCIN TUEUR OBLIGATOIRE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: L'Ouest :: Principauté de Fildor :: Karreliën-
Sauter vers: