AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 9 Jan 2014 - 21:31

Accoutrée d'une sorte de tunique et d'une veste à capuchon qu'elle avait chipé tandis qu'ils séchaient dans un coin de jardin, Macabre prit la direction de la grande ville qui se trouvait au bord du lac. Elle n'avait même pris la peine de retirer l'équipement usé de son maître. Elle devait seulement passer inaperçue... Une fois de retour au Darshim, elle avait tout intérêt à revêtir ses frusques habituelles. Mais pour l'heure, on dirait presque une adolescente elfe tout ce qu'il y a de plus normal, si l'on passe sur son teint maladif, ses joues creusées par la faim et ses yeux rougis de fatigue.
Karreliën. La pauvresse avait du mal à prononcer ce nom aussi bien que les autochtones. Elle les trouvait d'ailleurs très étranges... Elle était censé être de leur race mais tous la dépassaient sans mal d'une demie-tête. Leurs habits étaient de facture très différente de ses frusques et de leur cuisine s'échappait une drôle d'odeur. Elle n'aurait su dire si elle trouvait ça agréable ou non. Les mensonges que son Maître avait proférés sur ce peuple pour supprimer toute curiosité de son esclave à leur égard avaient fait leur effet sur l'esprit asservi de Macabre. Elle rentrerait sans avoir rien appris d'eux, et encore moins d'elle-même.

La maison de sa cible n'était guère très difficile à trouver. Une baraque cossue entourée d'un grand jardin et donnant sur le lac : il n'y en avait pas dix mille. Arrivée sur place, la petite elfe eut la surprise de voir les gens entrer et sortir de là sans que personne ne les en empêche. Pas de gardes en uniforme, pas de veilleurs perchés sur leur haute tour, pas de maître chien dont le cabot reste à l'affût de toute odeur suspecte. Mais qu'est-ce que c'était que cette mission ? Un piège ? Une farce ?!
Toutefois, Macabre n'avait pas vraiment le temps de tergiverser. Don'dar lui avait donné un délai qui lui permettait seulement d'accomplir sa mission. Elle n'aurait pas de marge et la sanction de manquerait pas de tomber si elle arrivait en retard ne serait-ce que d'une demie-journée. Alors la jeune elfe s'avança vers l'étrange demeure aux portes grandes ouvertes et se contenta de suivre le chemin emprunté par les visiteurs. Elle trouverait peut-être son objectif au passage.
Le visage couvert par le capuchon, personne ne semblait vraiment prêter attention à elle. Tout juste jetait-on un regard sur sa frêle silhouette qu'on en détournait les yeux. Son attitude et son apparence ne semblaient pas éveiller la méfiance. Au contraire, elle avait la nette impression qu'on l'évitait... "Tant mieux" se disait-elle, ignorant l'aversion de son peuple envers la maladie et tous ses signes.

Traversant la maison, Macabre observa chaque détail. Son esprit prenait note de l'emplacement de toutes les salles, de toutes les portes, de toutes les fenêtres accessibles à sa vue. Elle était toujours étonnée de n'apercevoir aucun garde dans une telle demeure. Il fallait croire que son propriétaire était bien imprudent, ou alors totalement inconscient.
Finalement, la petite elfe arriva dans une grande salle pleine de livres. Elle s'arrêta après en avoir franchit le seuil. D'aucun aurait pu penser qu'elle était émerveillé en voyant son regard faire le tour de la pièce mais elle ne faisait que chercher... Le livre qu'elle cherchait était peut-être ici, mais comment savoir où le trouver ?
Macabre commença alors à errer entre les rangées d'étagère. Peut-être que l'une d'elles se démarquerait des autres à ses yeux. Son regard parcourra à nouveau chaque pan de la bibliothèque avec plus d'attention, cherchant quelque chose qui lui était familier. Son Maître lui avait décrit le livre qu'elle devait récupérer. Une couverture rouge sang avec un symbole semblable à celui qui ornait l'intérieur de son poignet gauche sur la première de couverture.

C'était le comble d'envoyer une illettrée chercher un livre dans une immense bibliothèque. Pourtant, le regard aiguisé de la voleuse finit par repérer une étagère qui contenait quelques ouvrages que nul autre aurait trouvés moins attrayant que les autres. Les couleurs des couvertures étaient sombres et morbides, faisant penser à la mort et au désespoir. Macabre chercha des yeux le dos d'un livre qui semblait comme couvert de sang encore frais. Il n'y en avait pas beaucoup correspondant à une telle description. Elle en retira légèrement certains pour trouver celui qui portait le fameux symbole. Et il finit par lui apparaître.
Le voler, maintenant ? Non. Trop de monde et avec la lumière du jour elle aurait du mal à s'échapper en utilisant les ombres. Il valait mieux attendre la nuit. Alors Macabre plaça le livre à un endroit stratégique de l'étagère pour être en mesure de le retrouver sans même y voir et elle quitta les lieux, effectuant un dernier repérage sur le chemin du retour. Qui sait, il y aurait peut-être des gardes une fois la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 9 Jan 2014 - 22:20

La nuit était tombée sur le monde des mortels.
Perchée dans un arbre, Macabre observait la maison qu'elle avait visitée plus tôt dans la journée. A priori, il n'y avait toujours pas de gardes. C'était incompréhensible pour l'esclave de sombre qui n'avait connu que méfiance toute sa vie. Les puissants elfes de la nuit ne pouvaient pas concevoir de laisser leur maison sans surveillance, les Hommes avaient aussi des gardes et des milices... Où étaient ceux des Hauts elfes ?

Après un moment, alors que le ciel était noir, la petite elfe se décida enfin à descendre de son arbre. Pour l'heure, il n'y avait apparemment aucun danger mais elle restait sur ses gardes. Tout semblait mort dans la maison. S'il y avait un garde en veille, elle le saurait bien vite.
Le visage toujours caché par un capuchon, elle n'avait pas jugé bon de se décharger des vêtements elfiques. Après tout, si elle devait passer les portes de la ville plus tard dans la soirée, elle en aurait besoin.

Sans difficulté, Macabre retrouva le chemin qu'elle avait emprunté alors qu'elle suivait les visiteurs de la bibliothèque. Tous ses sens étaient aux aguets. Son ouïe cherchait à dépasser les bruits de la nuit pour détecter tout son qui n'y avait pas sa place. Ses yeux tentaient de capter chaque parcelle de lumière lui permettant de se repérer davantage. Son odorat s'était imprégné de toutes les odeurs qui entouraient la demeure et était désormais capable de discerner une nuance étrangère. Sa magie était comme chargée, prête à l'emploi en cas de besoin.
Elle avait pu réchapper à tant de mort, ce n'était pas des elfes imprudents qui allaient l'arrêter !

A présent, Macabre progressait en silence dans les murs de la maison. Elle reconnaissait les couloirs qu'elle avait traversés et les portes maintenant fermées devant lesquelles elle était passée. Tandis qu'elle s'approchait d'un pas sourd vers la bibliothèque, elle continuait de guetter les alentours, s'attendant à une embuscade à tout moment. Elle ignorait qu'il n'y avait en réalité aucun danger...
Et puis, un grincement de porte dans un des couloirs sur sa droite. Une brève invocation proférée derrière une colonne et la jeune esclave disparut dans une ombre. Elle resta immobile tandis qu'une lueur approchait dans sa direction. La lumière et les bruits de pas discrets continuèrent de se rapprocher jusqu'à laisser apercevoir la silhouette d'un homme tenant une bougie à la main. Il était en tenu de nuit et semblait assez mal réveillé. Une petite soif ou une envie pressante ? Macabre ne le quitta pas du regard tandis qu'il passait à plusieurs pas de là, semblant ne l'avoir même pas vu. Après un moment, il tourna dans un nouveau couloir. La lumière et les pas qui avaient accéléré les battements de cœur de la jeune elfe s'apaisèrent à mesure qu'ils s'éloignaient. Finalement, elle fit un pas en avant, rompant ainsi son sortilège.
Elle reprit enfin son avancée vers la bibliothèque qu'elle ne tarderait pas à atteindre et rien n'entraverait à nouveau sa route jusqu'à ce qu'elle arrive devant les portes, closes elles aussi.

Essayant de faire le moins de bruit possible, elle actionna le mécanisme du loquet et se heurta à un léger contre-temps : c'était fermé à clef. "De mieux en mieux !" se dit-elle. Elle fit alors pousser ses griffes d'ombre et commença à forcer la serrure tandis qu'elle jurait sur ce branquignole qui bouclait ses bouquins mais pas sa maison !! Un instant plus tard, Macabre ouvrit la porte, entra et referma soigneusement derrière elle.
Bien, elle était entrée. Prendre le livre était un jeu d'enfant. Sans mal, Macabre retrouva ce recoin au fond de la bibliothèque et le livre qu'elle avait placé sur la troisième étagère en partant du haut, contre la paroi de gauche. D'une main experte, elle s'en saisit sans un bruit et le dissimula sous sa cuirasse usée.
Il n'y avait plus qu'à espérer que le retour serait aussi aisé que l'arrivée.


Dernière édition par Macabre le Dim 12 Jan 2014 - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 12 Jan 2014 - 19:07

La journée avait été des plus chargée. Ces dernières semaines, le conseil était en plein effervescence du fait des récents événements. Fineldor avait lui-même dû travailler, discuter, argumenter sur bien des sujets variés. Son temps libre avait été fortement réduit, de telle sorte qu'il ne pouvait plus vraiment profiter de ses propres plaisirs. Mais il le devait à son peuple, après tout. Toutefois, il savait que la journée à venir serait bien plus calme. Le conseil s'était accordé deux jours de trêve, afin que ses membres puissent prendre un minimum de repos. Si la principauté n'était certes pas laissée sans gestion, il fallait tout de même que certains puissent se reposer.

Mais l'elfe magicien se sentait assez reposé à son goût. Il avait bien des choses à faire, mais il estimait aussi que certaines activités lui manquaient. En cette journée si chargée, nombre des siens étaient venus consulter son savoir. Sa bibliothèque était ouverte à qui le désirait, pour peu qu'il n'abima ni ne vola le moindre ouvrage. Lui n'avait pas pu profiter de ce plaisir. Alors, après quelques heures de repos, il avait décidé de rejoindre son bureau, avec quelques ouvrages. La nuit était belle, et il prenait un grand plaisir à être assis là, au calme, loin des intrigues pour un moment seulement. Il avait choisi un livre d'histoire, traitant de l'évolution de sa contrée de Fildor. Il avait toujours prit grand plaisir à élargir son savoir, mais sur ce sujet-là il en savait déjà beaucoup. Ce qui ne l'empêchait pas de lire davantage encore.

Cela devait faire une heure à peine qu'il était là, à profiter. Et puis quelque chose lui sembla... anormal. Il n'aurait su dire quoi ni pourquoi. Mais il pressentait que quelque chose n'allait pas. Était-ce ces rumeurs qu'on lui avait dit, sur une elfe étrange qui était entrée dans la cité? Non, probablement pas... C'était quelque chose de plus proche, et de plus éloigné en même temps. Mais quoi?

Contrarié par ce sentiment, le seigneur haut-elfe poussa un long soupir. Ses cheveux très légèrement désordonnés, il portait une robe grise et blanche. Fermant délicatement l'ouvrage qu'il posa sur le bureau, il se recula un instant, le regard dans le vide. Il espérait ainsi se débarrasser de cette impression, mais rien n'y fit.  Ce fut alors qu'il entendit du bruit. C'était infime, mais quelqu'un marchait dans le couloir. Se levant, il ouvrit la porte de son bureau, et observa. Une lueur s’avançait dans le couloir. Qui donc pouvait être debout à cette heure? Attendant là où il était, Fineldor patienta, jusqu'à apercevoir l'un de ses conseillers personnels, qui s'en allait vers sa chambre. Une petite insomnie? Peut-être bien, après tout. Cela n'avait rien d'anormal. Satisfait, l'elfe se dit qu'étant proche de sa grande bibliothèque, il pouvait en profiter pour aller chercher quelques ouvrages. Après tout, il aimait avoir de quoi lire sans avoir à se déplacer plusieurs fois. Arrivant devant les portes, il voulu l'ouvrir... Sauf que la porte était déjà ouverte. Déjà ouverte? Un oubli peut être? Haussant les épaules, il entra malgré tout. Et là il sentit. C'était infime mais... Oui, quelqu'un était là, quelque part, et pas n'importe qui. Avançant très doucement dans la direction qu'il croyait la bonne, il écouta avec le plus d'attention possible. Qui était-ce donc? Un voleur? Mais comment était-il donc entré?

Certains voleurs s'intéressent à l'or, d'autres aux bijoux, pierres précieuses, d'autres encore aux artefacts magiques. Mais Fineldor n'avait guère ce genre de choses. Pourtant, il possédait un autre trésor, très différent. Son savoir, ses ouvrages, pouvaient être précieux en bien des circonstances. Et c'était là manifestement que l'intrus avait pénétré. Car de nuit, nul n'était autorisé à entrer en sa bibliothèque, si ce n'était lui-même. Intrus qui avait commis là une grave erreur. La grande porte était la seule issue possible. Toutefois, Fineldor prit ses précautions. Il referma la porte délicatement. Prêt à user de sa magie contre l'intrus, il attendit alors. Qu'il se montre seulement... Le seigneur elfe lui ferait passer le goût du vol!
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 12 Jan 2014 - 21:49

Tout le dos de Macabre se tendit lorsqu'elle entendit la porte à l'autre bout de la bibliothèque s'ouvrir puis se refermer. Aucun bruit de pas ne suivi... La petite elfe ne pouvait l'affirmer mais son instinct lui prédisait les ennuis. Il fallait dire que jusque là ça avait été bien trop facile.
Peut-être l'intrus se déplaçait-il furtivement ? Elle n'avait pas vraiment envie de le débusquer, simplement de sortir. Toutefois, mieux valait ne pas courir de risques... Les yeux de la jeune esclave se grisèrent, manifestation assez discrète de l'utilisation du sort de vision nocturne, puis elle prit la direction de l'entrée, guettant avec tous ses sens la présence d'un intrus. Chaque changement d'allée était une possible embuscade à emprunter avec une grande prudence. Mais elle les passa sans encombres et ne tarda pas à apercevoir la porte et surtout l'elfe qui se tenait devant. Pour l'heure, il restait immobile, semblant guetter le moindre mouvement dans les ténèbres.

Macabre était étonnamment calme pour quelqu'un dans ce genre de situation. Son sang froid tenait au fait que sa vie n'avait que peu d'importance et que ce n'était pas son premier traquenard. Déjà une multitude de plans s’échafaudait dans sa tête. Elle n'avait plus qu'à choisir le bon.
Mettre le feu ? Si le mec ne bougeait pas, soit elle se rendait, soit elle y restait.
L'étourdir ? Elle aurait intérêt à être rapide dans ce cas car ce sort n'était pas encore des plus efficaces à son niveau...
Renverser une étagère ? Elle avait moyen de le bloquer sous l'une d'elles mais elle avait intérêt à ne pas rater son coup.

Bon, pas de temps à perdre. Il fallait se mettre au travail, trouver le moyen de l'attirer. Macabre s'enfonça à nouveau dans les rayonnages à la recherche d'une étagère ou deux qu'elle serait en mesure de faire tomber sans trop de mal, et sans se faire mal.

Un court moment passa... lorsque soudain, un grand bruit retentit dans la pièce, accompagné d'un cri. Macabre était allongée sur le sol, recouverte de livres. Au-dessus d'elle, une étagère qui avait commencé à tomber n'était retenue que de manière bancale par le rayonnage d'en face. Elle ne tomberait pas plus bas car ici l'allée était plus étroite qu'ailleurs. Le meuble était bloqué d'une part par l'étagère derrière elle était trop lourdement chargée pour reculer et par celle sur laquelle elle était appuyée qui était adossée à un mur. Endroit judicieusement choisi...
Des bruits de pas s'approchèrent avec prudence tandis que la jeune elfe faisait mine d'être inconsciente, assommée par un bon gros bouquin tombé depuis le haut de l'étagère ou un coin du meuble qu'elle se serait pris alors qu'il tombait. Elle attendit patiemment que le piège se referme sur le "garde de la bibliothèque". Elle attendit qu'il s'approche, s'approche encore... Car que ce soit pour l'aider ou la capturer, il fallait bien qu'il s'approche. Et, lorsqu'il fut penché au dessus d'elle, elle se redressa soudainement et planta ses griffes dans son épaule. Aussitôt, elle se leva et partit en courant vers la sortie. Elle avait intérêt à faire vite car les dormeurs avaient dû entendre tout ça et seraient vite sur place.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mer 29 Jan 2014 - 11:45

Le maitre des lieux n'avait décidément pas imaginé cela. Lui qui avait espéré pouvoir avoir un moment de calme, destiné à profiter de ce qui lui plaisait, se retrouvait à devoir guetter un intrus parvenu dans sa bibliothèque. Cela faisait déjà un petit moment qu'il guettait, en alerte. Il y eut alors un grand vacarme. Le genre de bruit qu'il connaissait. Une étagère venait d'être renversée. En plus de venir perturber son repos, l'individu avait le toupet de venir abîmer ses ouvrages. Il risquait de le payer très cher!

Avançant d'un pas plutôt décidé, pour ne pas dire excédé, l'elfe n'en était pas pour autant imprudent. Prêt à user de sa magie et de son astuce pour éviter la moindre embuscade, il n'entendait pas se laisser bêtement piéger. Empruntant l'allée principale pour plus de sureté, il observa de droite et de gauche, tout en se dirigeant vers l'origine du vacarme. Endroit où il finit par arriver. Une étagère avait effectivement chuté, retenue en équilibre par celle d'en face dans la travée. La plupart des ouvrages étaient sur le sol. Mais ils n'étaient pas seuls. Sous lesdits ouvrages, une elfe était étalée sur le sol. Malgré la pénombre ambiante, il n'était pas dur de voir que quelque chose n'allait pas avec elle. Son apparence était des plus... inhabituelle. Et elle semblait bien étourdie, avec seulement quelques bouquins. Était-elle l'intrus qu'il recherchait? Mais pourquoi une elfe voudrait-elle voler ce à quoi elle pourrait avoir librement accès? Méfiant, Fineldor se pencha vers elle... tout en se tenant prêt à riposter, au cas où.

Son instinct avait vu juste. A peine se fut-il penché que l'elfe se redressa, et planta ce qui semblait être des griffes dans son épaule, déchirant le tissu de sa robe. Un être non habitué aurait hurlé pendant que l'intruse s'enfuyait. Lui avait jadis été formé pour être dans l'armée. S'il ne résistait certes pas à toutes les douleurs, une simple comme celle-ci lui valut une simple grimace. La petite elfe (car elle semblait en effet bien petite et frêle) bondit et se précipita vers la sortie. Mais Fineldor ne l'entendait pas ainsi. Sortant du rayonnage à sa suite, ignorant la douleur, il cria quelques mots en tendant la main vers l'entrée. La grande porte de la bibliothèque s'entoura quelques instants d'un faible halo, avant de se mettre à briller d'une vive lumière. Cela ne neutraliserait certes en aucun cas l'intruse, mais suffirait probablement à la surprendre un court instant. Amplement suffisant.

Avançant d'un pas rapide vers l'intruse, Fineldor prit le temps d'invoquer un second sort des plus simples. Une petite boule lumineuse apparu dans sa main, mais celle-ci suffisait à éclairer une bonne partie de la bibliothèque, révélant celle qui l'avait assaillie. Petite et frêle comme il l'avait vue, enveloppée dans une vieille cape, ou quelque chose y ressemblant, ses cheveux semblaient ternes et sans éclats. Son corps presque maigre arborait une couleur étrange, grisâtre comme il n'en avait jamais vu chez les siens. Il ne pouvait pas encore voir son visage, car elle était encore dos à lui. Mais cela ne l'empêcha pas de prendre la parole d'une voix puissante, portée par l’immensité de la salle.

« J'ignore qui vous êtes et ce que vous souhaitiez faire en ce lieu. Mais je vous demande de vous arrêter et de vous tourner vers moi sur le champ. En cas de refus, je me verrais contraint d'utiliser des méthodes plus... radicales. Vous ne pouvez plus sortir d'ici, la porte est désormais verrouillée, et moi seul peut l'ouvrir! »

Cette dernière phrase était bien évidemment fausse. Mais quelle importance, du moment que sa petite intruse le croyait. Du moins était-ce dans l’intérêt de chacun...
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 30 Jan 2014 - 19:08

Macabre s'arrêta en voyant la lumière entourer la porte, manquant au passage de déraper et de s'étaler sur le sol lisse de la bibliothèque. Elle regarda la magie opérer, les sourcils froncés. Elle ne connaissait que très peu les magies autres que celles habituellement manipulées par les sombres, aussi ne comprenait-elle pas ce qui était en train de se passer.
Derrière elle, les pas de l'elfe se rapprochaient. Visiblement, son attaque n'avait pas suffit à le mettre hors course. D'une voix forte, il l'invectiva, sinon de se rendre, en tout cas de s'arrêter, lui faisant savoir que de toute manière elle ne pouvait plus partir. Macabre savait qu'il n'y avait d'autre issue que cette porte.
A présent, la pièce était remplie d'une lumière dont l'enfant esclave ne percevait pas toute l'origine. Elle se retourna à demi en direction de l'elfe de sorte qu'elle pouvait l'apercevoir du coin de l’œil tandis que son visage restait dans l'ombre de sa capuche. Elle jeta un œil sur cette boule de lumière qui flottait dans sa main et qui semblait à présent éclairer toute la salle. Puis elle se retourna à nouveau vers la porte. Elle ne connaissait rien à sa magie mais elle n'était pas assez naïve pour le croire sur parole. Semblant examiner le pan de bois avec attention, elle s'approcha d'un pas prudent, par prudence mais aussi pour que son "hôte" ne réagisse pas trop brutalement à son égard (ou en tout cas, pas tout de suite). Elle s'arrêta à bonne distance et tenta de faire pousser une griffe afin de lui faire atteindre la grande bulle de magie qui rayonnait devant elle. Mais les griffes ne poussèrent même pas. A peine elles apparaissaient qu'elles semblaient s'évaporer aussi aisément qu'un coup de vent balaierait un nuage de poussière.

Macabre se retourna alors complètement vers le magicien pour mieux l'observer. La tête baissée, sa capuche masquait encore une partie de son visage. Elle restait vigilante, ne sachant pas ce qui l'attendait exactement. D'habitude, on ne cherchait pas à lui parler, juste à la capturer ou à la tuer. En ça, cet elfe était différent de ses dernières victimes. Toutefois, les mises en garde de son maître lui intimait la plus grande méfiance.
Nouveau coup d’œil sur la boule de lumière. Elle n'aimait pas cette magie... L'opposition entre leurs pouvoirs avait de quoi lui déplaire, d'autant qu'apparemment l'elfe maîtrisait la magie bien mieux qu'elle. Mais à quel point ?
Soudain, un nuage noir semblant émaner de la jeune fille elle-même tenta d'envahir la pièce mais sans succès. Il fut aussitôt repoussé par les rayons de la sphère lumineuse. Macabre évalua rapidement ses autres possibilités. Il était toujours hors de question d'utiliser le feu dans cette salle pleine de bouquins et, si une blessure à l'épaule n'avait pas arrêté l'elfe, il y avait peu de chances que sa faible kataramancie y parvienne... Pas suffisamment pour lui permettre de s'enfuir maintenant en tout cas. La jeune esclave pouvait être tenace mais pas suicidaire. Il lui faudrait attendre une nouvelle occasion pour s'enfuir.

Résignée, elle laissa tomber sa capuche sur ses épaules, laissant son visage apparaître. Ses traits creusés confirmaient la maigreur que l'elfe avait déjà pu percevoir à travers ses vêtements. Ses yeux étaient cernés et rouges de fatigue. Sa lèvre et son arcade achevaient de se cicatriser. Son sourcil était d'ailleurs coupé par deux cicatrices et une légère entaille avait marqué sa joue il y avait plusieurs années. Son regard était inexpressif, à l'exception d'une pointe de contrariété -due au fait d'être coincée- mais aussi de méfiance envers le maître des lieux. Les dents serrées, sa respiration était profonde et rapide. Elle attendait de voir ce qu'il allait faire. Si elle n'était pas entraînée au combat de front, elle se tenait prête à riposter au moindre signe d'animosité.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 31 Jan 2014 - 22:16

La jeune elfe vit sa course stoppée nette par l'aura lumineuse de la porte. Apparemment le petit subterfuge fit son effet. Toujours dissimulée sous sa capuche, l'intruse se tourna partiellement de sorte à conserver à la fois la porte et le haut-elfe en vue, lequel s’avançait d'un pas des plus calmes. Lorsqu'elle tendit une main vers la grande porte de la bibliothèque, Fineldor ne laissa rien paraitre. Si intérieurement, il s'inquiétait légèrement du fait qu'elle puisse tenter d'ouvrir, et auquel cas réaliser la supercherie, son visage n'en fut absolument pas marqué. Il était habitué aux conseils et aux discours de la politique, dans lesquels les trop fortes émotions pouvaient conduire à bien des aléas. Aussi avait-il apprit à adopter des traits et un ton des plus neutres... Sans pour autant cesser de ressentir ses émotions en son intérieur.

La jeune fuyarde garda la main un instant tendue, avant de la rétracter vers elle. Une hésitation due à la lumière? Possible. Mais peu importait la raison. Elle se tourna alors vers lui, bien droite et immobile. Le seigneur haut-elfe s'arrêta à quelque distance d'elle, suffisamment pour qu'elle ne puisse pas se jeter sur lui sans qu'il puisse réagir. Ils s’observèrent ainsi un court instant. Même si elle avait le visage masqué, Fineldor pu la détailler un peu mieux. Elle était vêtu très pauvrement, c'était presque intolérable pour une enfant comme elle. Son corps semblait vraiment frêle, comme si elle n'avait plus mangé depuis longtemps. Y avait-il donc autant de misère en cette cité qu'il avait toujours voulu défendre et protéger? Voilà bien un sujet qu'il faudrait aborder avec le prochain prince... Voir peut être décider lui même si la charge lui revenait.

Un nuage sombre se dégagea soudain de la jeune elfe. Cela ne dura qu'un court instant avant qu'il ne fut comme dissipé par la puissante lumière ambiante. Toutefois, le mage avait suffisamment étudié les secrets de la magie pour savoir de quoi il s'agissait. De l'adélomancie. A faible niveau certes. Mais elle utilisait la magie des ombres. Qui était donc cette jeune elfe à l'allure de mendiante, qui s'était introduite ici sans raison apparente et qui maitrisait une magie si particulière?

Les deux mains frêles se portèrent sur la capuche, et d'un mouvement sec, elle la fit retomber en arrière. Le visage désormais visible à la lumière de sa sphère procura un frisson au seigneur des lieux. Des yeux rougis aux nombreux cernes, le visage parsemé de plusieurs cicatrices, la peau tirée par la fatigue et la malnutrition, le regard inexpressif, si ce n'était un léger mécontentement, probablement du fait de l'échec de son infiltration. Cette enfant avait tout d'une mendiante des plus pauvres, du moins dans l'apparence. Mais que faisait-elle ici? Ce n'était pas ces ouvrages qui lui auraient donné à se nourrir...

La surprise intérieure passée (son visage étant resté de marbre), le haut-elfe s’avança de deux pas et releva un peu sa lumière vers la petite intruse, comme pour mieux l'examiner. Il la dévisagea un instant. Elle semblait le défier, debout bien droite et pourtant si maigre. Avait-il fait quelque chose contre elle? Lui qui protégeait les siens du mieux possible. Après un moment de silence, il finit par décider de tenter d'en savoir plus.

« Voilà une intruse bien téméraire. Puis-je savoir ce qui peut bien t'amener ici en cette heure si tardive? A voir ton accoutrement, tu n'es guère d'ici. Car tu aurais alors su que n'importe qui peut accéder à ce lieu en pleine journée pour peu qu'il soit de notre peuple. »

A vrai dire, il se demandait encore si celle qui lui faisait face était une enfant de son peuple. Démunie et maltraitée comme elle l'était, elle ressemblait davantage à une esclave qu'à autre chose. Or les esclaves n'avaient pas cours chez les hauts-elfes. La maltraitance n'était certes pas inexistante mais tout de même...

« Peut être pourrions-nous commencer par savoir qui tu es. Quel est ton nom? Et d'où tu viens comme ça? Je te conseille de me répondre. Je suis certes plutôt patient, mais je n'apprécie guère d'être interrompu par des intrus. Toutefois, tu n'auras rien à craindre de moi tant que tu me répondras, et que tu te tiendras tranquille. »

La voix était calme et posée. Mais le ton, bien que neutre, était certes autoritaire. Fineldor avait depuis longtemps était habitué à commander. Et il savait faire usage d'autorité sans paraitre tyrannique ou emporté. Ça ne suffirait peut être pas à la faire parler, mais elle comprendrait à qui elle avait affaire. Elle comprendrait que le seigneur haut-elfe et membre du haut conseil princier n'était pas du genre à négocier avec les voleurs et les mendiants qui s'introduisaient chez lui, surtout si ceux-ci lui tenaient tête.


Dernière édition par Fineldor Elwëndrion le Mar 4 Fév 2014 - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Sam 1 Fév 2014 - 17:33

Macabre resta impassible alors que l'elfe l'observait. Elle en faisait d'ailleurs tout autant pour évaluer son adversaire. On pouvait dire que les deux mages ne vivaient pas dans le même monde. Celui-là semblait en pleine santé et ne manquer de rien. Il était propre, bien en chair et bien vêtu. S'il avait été guerrier, elle aurait eu une chance de gagner dans un combat direct mais il l'empêchait d'utiliser sa magie principale. De toute façon, même contre un mage, elle n'utiliserait pas la force. Son état ne lui donnait pas l'avantage en la matière. En revanche, elle était parfaitement capable de tuer en un coup. Elle n'était pas venu pour ça mais son maître ne manquerait pas de lui faire part de son mécontentement si elle arrivait en retard à leur rendez-vous et sa côte déjà fragile céderait sans aucun doute cette fois.

Lorsque l'elfe avança, elle n'eut pas de réaction. Ce qui ne fut pas le cas quand la boule de lumière approcha à son tour. Macabre recula instantanément d'un pas, fronçant les sourcils. Qu'est-ce qu'il allait encore faire avec sa magie ?! Mais elle ne pouvait reculer davantage à cause du sort sur la porte. Elle plia alors les genoux, se tenant prête à bondir sur le côté si jamais la sphère approchait de trop près. Mais elle s'arrêta à quelques mètres d'elle et resta immobile. Seule la voix de l'elfe lui fit décrocher des yeux l'objet de sa méfiance pour se tourner vers le mage. A ses mots, ses sourcils se froncèrent encore davantage et elle pencha légèrement la tête sur le côté, signe de son interrogation. En effet, aux yeux de la petite intruse, l'attitude du maître des lieux étaient des plus étranges. L'autorité de son ton ne l'impressionnait pas mais ses questions étaient surprenantes. Son nom ? D'où elle venait ? Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ? Et puis il parlait comme si elle allait lui faire confiance et le croire sur parole. Personne n'avait jamais eu de bienveillance à son égard et ça ne changerait pas de si tôt.
Manque de chance pour le mage, Don'dar avait bien "dressé" son esclave car il avait fait en sorte que si jamais elle était capturée elle ne révèle jamais son lien avec lui. C'était encré dans son esprit aussi fermement que les marques de fer rouge dans la chair de ses pieds. Elle était prête à mourir dans le mutisme, ce qui ne serait pour elle qu'une délivrance, la seule issue à sa situation selon ce que son maître avait voulu qu'elle croit.
Macabre resta immobile alors que l'elfe attendait des réponses qui n'arriveraient jamais. La pauvre enfant ne pensait même pas aux réponses, seules ses interrogations emplissaient son esprit.

Les réflexions de la jeune elfe furent perturbées par un bruit dans son dos qui lui fit très sensiblement tourner la tête. Un mécanisme de porte... Pas celui de la bibliothèque, mais plus lointain. D'autres suivirent, ainsi que des pas et des voix. On avait entendu un grand bruit et des cris. On se demandait ce qu'il se passait, si le maître allait bien. Peut-être y avait-il des hommes en arme dans le lot, ce qui compliquait la tâche de Macabre. Parmi les échanges, la jeune fille perçut un nom qu'elle supposa être celui de l'homme qui se tenait face à elle. Elle releva à nouveau son regard vide vers le mage et répéta ce mot d'une voix faible comme pour mémoriser son nom et son visage.

Elwëndrion.

Le mutisme qui lui était imposé et dont elle s'était habituée rendait sa voix rauque et sèche, sans la moindre intonation, comme si elle n'avait jamais été travaillée. Macabre était un fantôme, un être vivant bien loin de la vie réelle, ignorant que sa propre vie était si différente de celle des autres esclaves de sombre.
La prononciation était plutôt médiocre. Il fallait dire que la sonorité lui était totalement étrangère. Elle avait l'habitude des noms rêches et saccadés des elfes de la nuit, pas des sons mélodieux des hauts-elfes. S'il lui était resté un fragment de mémoire, ce nom lui aurait peut-être parlé. Seulement, tout, jusqu'à la façon de parler et de se vêtir des elfes, lui était étranger.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mar 4 Fév 2014 - 20:53

Comme le haut-elfe s'y attendait, la petite intruse fut bien loin de répondre à ses questions. La sphère lumineuse avait semblé lui faire un peu peur, mais pas suffisamment, pas davantage que le ton plein d'autorité. Une têtue. Et qui manifestement avait bien des choses à cacher. Elle n'était probablement pas venue ici de sa pleine initiative. Qu'est-ce qu'une simple enfant aussi pauvrement vêtue pouvait venir chercher d'intéressant pour elle dans une bibliothèque? Si elle avait agis pour elle-même, il y avait fort à parier que la cuisine et des vêtements auraient été les premières cibles. Pas les livres. Elle devait travailler pour quelqu'un, mais qui? Elle ne voulait déjà pas dire son propre nom, alors de là à évoquer celui de son employeur...

Des bruits de pas venant de l'autre côté de la porte firent comprendre que le raffut avait réveillé d'autres personnes dans la maison. Bien qu'étant seigneur de ces lieux, Fineldor ne vivait pas seul, loin de là. Plusieurs individus, que les autres peuples auraient appelés "domestiques" ou "servants" demeuraient ici. Lui les voyaient davantage comme des personnes chargées de diverses tâches. Alors qu'il menait la politique de la cité, l'un était chargé de l'intendance de la maison, l'autre s'occupait des plats et de nourrir ceux présents, un autre veillait à la sécurité de certains endroits. Une simple répartition des différentes activités. Il était au-dessus des autres, certes. Mais chacun était libre de partir quand bon lui semblait. Il ne retenait personne. A ses yeux, les forcer à le « servir » était le meilleur moyen pour qu’ils le haïssent, et finisse par aider ses ennemis.

Ce fut alors que la petite intruse prononça un unique mot. Sa voix était comme... rouillée. Rauque, sèche, presque forcée, et ne convenant pas du tout à l'aspect de l'enfant. Comme si elle n'avait plus parlé depuis des années. Sans parler de cette prononciation ô combien maladroite et dissonante. On eut dit qu'elle n'avait jamais parlé cette langue. Était-elle de son peuple? Tout cela était plus qu'intriguant. Ce qui le fut encore plus était que ce seul mot, c'était son nom. Pourquoi? Elle venait de l'entendre, et elle ne prononçait rien d'autre que ce nom. Une raison particulière?

Se penchant subitement pour mettre son visage au niveau de la petite elfe, Fineldor l'observa un instant, les yeux dans les yeux. Ses cheveux sombres relevaient d’autant plus ses deux yeux verts, qui toisaient cette invitée forcée. Elle était pâle et semblait fatiguée. Ses traits tirés, ses cicatrices... Et pourtant, cette petite vagabonde, aussi misérable soit-elle, lui tenait tête. A lui, Fineldor Elwëndrion. Il pouvait être raisonnable un moment. Il n'en restait pas moins orgueilleux.

« Puisque apparemment, tu ne daigne guère répondre à mes questions, il semble que je vais devoir procéder autrement. Ne t'inquiète pas, je finirais par savoir pourquoi tu étais ici. Ce n'est qu'une question de temps. Mais je vais tout de même commencé par faire preuve de bonne volonté. Ce nom d'Elwëndrion, sache que c'est le mien. Maintenant, peut être voudras tu me dire pourquoi tu l'as prononcé sans autre raison. Et surtout qui t’emploie. Oui, je sais que tu n'es pas venue ici d'une simple envie. Ne cherche pas à me mentir. Je peux être très patient sur certaines choses... Mais je ne suis pas stupide ni naïf.»

Comme pour faire comprendre qu'il ne plaisantait pas, il approcha légèrement sa main, la sphère lumineuse toujours dans celle-ci. Puis il se releva aussi rapidement qu'il s'était penché, et fit un pas de côté, comme pour mieux visualiser la petite elfe, et prendre de la hauteur vis à vis d'elle. La sphère lumineuse dans la main proche d'elle, il lui adressa un regard hautain.

« Alors, souhaite-tu parler un peu, et me dire autre chose que mon propre nom? Ou devrais-je faire preuve de plus de... persuasion à ton encontre?»

Il commença alors à marcher autour de la jeune elfe, faisant le tour lentement, d’un pas souple, presque glissant. Elle finirait par parler. Ce n’était qu’une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mer 5 Fév 2014 - 17:44

Elwëndrion, c'était donc bien lui. Il était le grand maître des lieux et tous ces gens derrière la porte étaient les siens. Macabre ne pensait pas un instant qu'elles pouvaient être de sa famille. Comme pour son maître et bon nombre de ses victimes, il devait s'agir de gardes et de serviteurs. Peut-être une épouse dans le lot mais rien de plus. Le reste, la pauvresse n'avait jamais eu l'occasion de s'y confronter.
L'elfe était maintenant tout proche de la petite intruse. Il se baissa pour se mettre à son niveau, démarche qui n'était pas des moindres car elle faisait une tête de moins que lui. Les yeux de Macabre s'attardaient autant sur le visage de l'Elwëndrion que sur la sphère lumineuse qui était -à ses yeux- à la limite de frôler son visage. Elle n'avait pas vraiment peur, seul son maître pouvant réellement l'atteindre, mais elle avait énormément de méfiance. L'elfe mêlait menaces et paroles mielleuses auxquelles elle ne croyait pas, se donnant un air supérieur et plein d'assurance. Mais les mots étaient des sons, le ton du bruit et le regard du vide. Elle percevait tous ces détails et les interprétait sans les comprendre. Elle connaissait la violence, oui. La colère et la haine, aussi. La peur, chez elle et dans le regard des autres. Et puis l'agonie. Le reste soit était trop compliqué pour son maigre esprit soit la dépassait totalement. Alors le petit jeu de l'elfe était comme un coup d'épée dans l'eau.
Il était si proche... Elle aurait pu le tuer si elle l'avait voulu. Elle pratiquait la magie mais un nuage de ténèbres ne lui servait pas qu'à détourner l'attention. Elle pouvait en profiter pour désarmer, assommer voire tuer son adversaire qui était devenu aveugle. Avec des griffes, ou même sans... Il suffisait de connaître quelques points vitaux. Mais Macabre ne voulait pas le tuer. Elle le regretterait sans doute bientôt.

Il voulait savoir beaucoup de choses. Son nom, celui de son maître, pourquoi elle était là. Et il faisait comme s'il savait quoi que ce soit. Qu'elle n'était pas venu ici de son initiative... Cela lui semblait être une évidence. Elle ne voyait pas vraiment de raisons d'avoir fait tout ce chemin sinon.
L'elfe commença à lui tourner autour, prenant soin de rapprocher très momentanément la lumière d'elle. Visiblement, il avait compris qu'elle y portait beaucoup d'attention et il en jouait. Macabre tournait très peu la tête, suivant la progression d'Elwëndrion des yeux tant qu'il restait dans son champ de vision, puis aux bruits de pas lorsqu'il passait dans son dos. S'il se rapprochait ou modifiait un temps soit peu sa façon de marcher, elle se retournerait aussitôt. Elle connaissait cette méthode qui consistait à marcher dans le dos de quelqu'un. Pendant qu'on ne voit plus l'autre, on s'imagine bon nombre de choses et on développe une certaine peur. Chez certains, c'étaient très impressionnant, pour d'autres moins. L'elfette faisait partie de la deuxième catégorie.
Dans le discours de l'elfe, il n'y a qu'une chose qu'elle avait compris : il lui en ferait baver si elle ne lui répondait pas. Voilà enfin quelque chose qu'elle connaissait bien ! Mais qui n'avait rien de réjouissant.
Un mot cependant avait davantage attiré son attention que les autres.

Emploie ?...

Ce mot semblait la surprendre un peu. On employait quelqu'un de capable et de compétent. On s'attardait sur son état de santé pour juger de sa valeur. Et ledit employé se faisait payer de manière à pouvoir vivre a minima, si ce n'était plus. Macabre n'avait rien d'une voleuse de haut vol ou même d'une mercenaire. Elle n'était pas en santé et son maître lui répétait assez souvent qu'elle n'était bonne à rien. Non, on ne pouvait pas l'employer.

Elle n'existe pas. Elle est une ombre. Elle est un bras armé qui sort de l'ombre. Ainsi, macabre est le destin réservé à ceux qui la rencontre.

Voilà, c'était ça qu'elle était. Et c'était ce qui lui avait valu son pseudonyme. Ces mots ne semblaient pas venir d'elle. Ils étaient récités et pas improvisés. Ces mots étaient un souvenir, son premier dans cette vie. Elle les avait entendus alors qu'il faisait noir et qu'elle avait mal. C'était tout ce qu'elle savait d'elle car c'était ce pour quoi son maître l'avait "créée".

Y'a des questions sans réponse, et d'autres... Faites aboyer un chien qu'a une muselière.

Réponse très énigmatique... Mais ce n'était pas voulu. Macabre ne parlait que peu souvent, et jamais sur des sujets autres que son "travail". Exprimer une idée aussi complexe n'était pas évident et un chien muselé était la meilleure image qui lui était venu à l'esprit pour exprimer le fait qu'elle ne pouvait pas répondre. Consciemment ou non, ce n'était pas une question d'envie mais d'emprise. A sa place, d'autres auraient cherché à passer un accord , que ce soit de manière claire ou par suggestion, mais ce n'était pas ce qu'elle semblait faire. Quoi qu'il puisse avoir, il n'avait rien qui puisse l'intéresser au point qu'elle risque la privation et le fouet à son retour.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 6 Fév 2014 - 18:41

Têtue. Obstinée. Énigmatique. Voilà bien quelques mots qui pouvaient définir celle qui se tenait là, debout, dans sa propre demeure. D'un aspect peu engageant, maladif, des vêtements en très mauvais état, une maigreur presque alarmante, des cicatrices et des traces de coups. Pourtant, elle restait têtue, ne voulant rien dire. Du moins, rien qu'il n'eut voulu savoir. Pas de nom, d'endroit, rien. Simplement une phrase qui se voulait philosophique sans doute. Elle se disait une ombre. Car c'était bien d'elle qu'elle parlait. Une ombre oui, qui semblait ne pas vouloir connaitre la lumière apparemment. Elle prétendait que ceux qui la rencontrait n'en réchappait pas. Des menaces? Peu probable. Toutefois... Par mesure de précaution, le mage entama une discrète invocation tout en poursuivant son chemin. Il enveloppa son cou et une partie de son torse d'un sort de protection. Si elle était tentée de le poignarder, elle serait probablement surprise. Mais ne l'avait-elle pas déjà fait? A cette idée, son épaule percée le lança. Une mauvaise blessure, quoique pas profonde. Il allait devoir en prendre soin rapidement. Et elle avait surement remarqué sa faiblesse.

« Puisque tu t'entête à ne rien vouloir me dire, te prétendant comme un chien muselé, je vais donc devoir agir. Tu ne pourras pas dire que je ne t'ai pas laissé le choix.»

Il alla vers la porte, sans être un seul instant de dos à la petite elfe, et d'un mouvement bref, tourna la porte dans la poignée. Trois autres elfes entrèrent alors. L'un, vêtu d'une robe de nuit, s'enquit immédiatement de l'état du maitre des lieux, lequel le rassura, tout en demandant qu'on lui amène de quoi panser sa blessure. Les deux autres étaient armés d'épées et d'armures légères, et s'approchèrent rapidement de la petite elfe. Fineldor les stoppa d'un mouvement de la main avant de revenir devant son intruse. Son visage était dénué de toute sourire, d'une neutralité parfaite qui faisait comprendre combien la situation l'énervait.

« C'est là ta dernière chance.»

Elle n'émit aucun son. Poussant un long soupir, le mage fit signe aux deux soldats, qui pointèrent leurs lames vers elle, et lui firent signe d'avancer. Elle devait probablement se dire qu'elle se débarrasserait aisément de ces deux là avec ses sorts. Mais il ne lui laissa pas le temps de le penser bien longtemps.

« Je vais accompagner tes gardiens jusqu'à ta cellule, dans laquelle tu seras solidement enfermée. Ensuite, j'irais m'occuper de quelques affaires, et reviendrai m'occuper de toi au petit matin. Ne t'en déplaise, je ne tolère pas le vol, ni la destruction, et encore moins ton agression contre moi. Je suis donc dans mon bon droit, et déciderait de ta sentence dès demain.»

Le ton ne laissait guère de doute sur le fait que ladite sentence risquait d'être sévère. Les gardiens aiguillèrent la petite elfe, qui après une petite résistance fut contrainte d'avancer, bien encadrée. Le chemin fut rapide, un petit couloir, un escalier, et un autre couloir, avant d'arriver dans des geôles. Celles-ci ne comptaient que quatre cellules, ce qui était au fond assez peu. De plus, elles étaient bien aménagées, bien loin des prisons militaires: peu ou pas d'humidité, de vrais lits (et non de simples paillasses), une table et au moins une chaise par cellule, et un bon espace. La porte était suffisamment épaisse, et les barreaux suffisamment peu espacés pour éviter une évasion. Quant aux murs... au vu de leur solidité, il aurait fallu un sacré tremblement de terre pour qu'ils s'effondrent. Un elfe au visage plutôt grave et sérieux montait la garde. Les gardes guidèrent l'intruse jusqu'à la première cellule, et l'y poussèrent, avant de refermer la porte à clé. Quant au gardien, il effectua une brève incantation sur la serrure. Fineldor vint alors se poster face aux barreaux et à celle qui jusqu'alors l'avait défié.

« Te voilà désormais enfermée dans mon palais. Profite de cette nuit... Car demain, je te ferais parler, soit en sûre.»

Il attendit de voir si sa prisonnière avait encore un mot à dire. Peut-être accepterait-elle de parler désormais?
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 6 Fév 2014 - 22:24

Lorsque l'elfe ouvrit la porte, Macabre se retourna soudainement et vit les deux gardes entrer et s'approcher d'elle juste avant que Elwëndrion ne les arrête d'un simple geste. Il proféra une dernière menace mais la jeune esclave ne comprit pas. S'entêter ? Mais elle venait de lui pourtant de lui répondre ! Ça ne lui suffisait encore pas ?! A moins qu'il n'ait fait que jouer un jeu... Elle avait eu raison de ne pas écouter ses belles paroles, il n'était pas différent des autres. Tout cela, ce n'était qu'une excuse pour s'en prendre à elle, voilà ce que c'était.
Fineldor se disait patient mais là... il ne l'était pas assez.

Il lui laissait une dernière chance disait-il... Avec deux hommes en arme et la main à l'épée pour témoin. Alors Macabre ne dit rien, se refermant complètement sur elle-même. Son regard prit un tout autre sens car ce n'était plus de la méfiance qui se traduisait dans son regard mais du mépris. Encore un qui se croyait tout puissant. Pendant que l'esclave ruminait sa colère, les deux gardes attendaient derrière elle qu'elle daigne avancer, comme si elle allait se laisser capturer sans broncher. Toutefois, le mage les accompagnant, ses possibilités d'échappatoire étaient très limitées. L'essentiel de ses capacités reposaient sur la magie de l'ombre, magie dont elle était privée sous la lumière de l'elfe. Deux pointes d'épées vinrent lui titiller le dos, la contraignant à faire un premier pas vers la sortie. Alors qu'elle passait à la hauteur de l'elfe, elle ruminait à voix basse.

Pour vu que la sentence soit la fin...

La fin, oui. La mort, c'était tout ce qu'elle pouvait espérer de la vie. La clé de sa liberté.
Cette phrase n'était pas destinée à Elwëndrion. Il n'y avait pas de message, ou bien il n'était pas conscient. Seule l'enfant qu'elle avait été pouvait jeter une telle bouée à la mer. Mais cette enfant, elle ne s'en souvenait même pas.

Devant la bibliothèque se tenaient trois autres elfes qui regardèrent la petite esclave passer avec un œil un peu hagard. Jamais ils n'avaient rien vu de tel. Ils étaient aussi surpris et abasourdis qu'avait pu l'être leur maître mais eux ne pouvaient s'en cacher aussi bien que lui.
Macabre suivit le chemin indiqué par sa garde rapprochée et entra dans la cellule désignée. La porte se referma sur elle tandis qu'elle découvrait le luxe qui régnait dans ces lieux. Rien à voir avec l'endroit où elle vivait chez son maître. Pas de lézarde sur les murs, pas d'infiltration d'eau, pas de sol en terre battue, pas de courant d'air froid... Le sol et les murs étaient sains, il y avait du mobilier, la fenêtre avait des carreaux et elle avait même vue sur le lac. Il faisait auberge avec porte scellée en prime ?
Après son rapide coup d’œil sur la pièce, la prisonnière se retourna vers son geôlier.

C'est une prison ça ?...
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Sam 8 Fév 2014 - 12:08

Lors du trajet jusqu'aux geôles, elle ne prononça qu'une seule et unique phrase. Mais celle-ci, loin d'être habituelle, eut de quoi surprendre Fineldor et les deux elfes qui guidaient la prisonnière. En temps normal, les prisonniers avaient deux réactions. Certains criaient grâce, cherchant à justifier leurs actes, à dénoncer un de leurs acolytes ou à trouver une excuse pour se sortir des ennuis. La petite elfe avait certes démontré qu'elle n'était pas de ceux là. Trop fière, trop entêtée... Et forte. Le magicien pouvait bien lui reconnaitre cela. La seconde réaction typique était des insultes et des gestes obscènes, pour défier le geôlier, montrer sa fureur et sa force face à celui qui entendait l’enfermer. Montrer qu’il serait plus difficile d’être brisé qu’il ne le croyait. Mais là encore la réaction n’était pas celle attendue. Non, au lieu de tout cela, elle prononça une simple phrase, signe de résignation. Une phrase qui traduisait son envie d’en finir... définitivement. Prit au dépourvu, le mage elfe eut un léger moment d’étonnement, qu’il se força à masquer au plus vite. Pourtant, elle l’avait surement remarqué. Peu importait.

Une fois dans sa cellule, la petite elfe contempla un instant ce lieu qui allait l’accueillir pour la nuit. Fineldor se doutait qu’elle serait étonnée devant l’aspect des geôles, surtout à en juger par l’accoutrement. Et cela ne manqua pas, à en juger par sa question pleine d’étonnement, qui pourtant n’attendait certes pas de réponse. D’un sourire, il jugea bon malgré tout de lui en fournir une.

« Oui c’est une prison. Du moins telle que je la conçois chez moi. J’en déduis par ton étonnement que tu as été habituée à d’autres geôles, moins... accueillantes. Je ne suis guère surpris, tant pour ton habitude que ton dépaysement. Toutefois, j’estime que la prison n’est qu’une punition temporaire et qu’elle ne doit venir que parmi les derniers recours. Je t’ai laissé plusieurs occasions de l’éviter. Maintenant, tu devras y demeurer pour la nuit. Mais à ton regard, il semblerait que cela ne te déplaise pas tellement.»


Un sourire de satisfaction s’étira sur ses lèvres. Il la tenait, et qu’elle le veuille ou non elle passerait la nuit ici. Mieux, elle ne s’attendait probablement pas à cela, ce qui la rendrait peut être plus loquace. Peut être.

« Maintenant que tu es ici, je te laisse le temps de réfléchir à ce que je t’ai demandé. Si tu as autre chose à dire, dis le. Autrement, je te laisserai pour la nuit. Pas seule bien sûr, tu n’y pense pas. Outre la personne que tu as vu à l’entrée, un autre mage comme moi sera chargé de veiller sur cette même entrée, ce qui limitera toutes tes possibilités. Demain, j’entends à ce que tu me dise ce que je veux savoir. Je ne t’en demande pas tant, et suit prêt à te récompenser sur ce que tu me diras. A en juger par ton aspect, je doute que ton employeur, ton maitre, ou appelle le comme tu voudras, te récompense autrement qu’en te dédaignant. Mais une haut-elfe mérite davantage que cela... Pense-y.»

Toujours posté face à la cellule, le mage haut-elfe toisa sa prisonnière un instant. Allait-elle croire ses paroles ? Peut être... Mais rien n’était moins sûr. Elle avait fait preuve d’obstination jusqu’ici, ainsi que d’une extrême méfiance. Il y avait fort à parier qu’elle continuerait, même après son étonnement présent. Le visage neutre, le regard désormais dans le vide, bien droit dans sa robe grise, dont l’épaule à demi-déchirée dénotait fortement avec l’élégance de la tenue, il avait tout du noble seigneur qu’il était. Du moins essayait-il de s’en convaincre. Il voulait veiller sur les siens, ceux de sa principauté. Il s’estimait suffisamment digne et capable pour cela. Mais si on apprenait qu’une simple vagabonde, novice en magie noire, était entrée chez lui et avait réussi à le blesser, avant de le berner et de résister à toutes ses questions... Non seulement cela le contrariait à l’idée que cette jeune elfe puisse continuer à souffrir et subir, mais en plus il pouvait y perdre plus qu’il n’y paraissait. Cela lui déplaisait, mais il allait devoir utiliser des méthodes très persuasives. Tournant les talons, Fineldor se dirigea vers la sortie du couloir, sa sphère toujours en main. Il s’arrêta sur le seuil, juste pour prononcer ces quelques mots.

« Au fait, j’’espère que tu sais nager et que tu aime l’eau. Autrement, profite de ta dernière nuit au sec. Bonne nuit.»
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Sam 8 Fév 2014 - 13:59

Le mage avait raison, elle saurait parfaitement s’accommoder d'une telle geôle. Pour elle, se retrouver ici, même enfermée, était loin d'être une punition. C'était même mieux que de dormir dehors, ce qui était déjà un luxe pour elle étant donné l'endroit où on la faisait dormir habituellement. Elle ne s'était d'ailleurs jamais arrêté dans une auberge. Pour ne pas être suivie d'une part, pour ne pas attirer l'attention aussi, et puis elle aurait dû s'enfuir au petit jour pour ne pas avoir à payer car elle n'avait rien. Alors cette cellule, elle aurait pu y vivre sans le moindre problème.

A présent qu'elle était enfermée, voilà que l'elfe lui proposait de la récompenser pour toute information qu'elle pourrait lui apporter. Mais que pourrait-il bien avoir qui l'intéresserait ? De l'argent ? Qu'est-ce qu'elle en ferait ?... A manger ? Cela ne lui ferait du bien qu'un temps et de toute façon elle se méfiait de leur nourriture. Des vêtements ? Son maître ne supporterait pas de la voir porter autre chose que ce qu'il lui avait si généreusement donné, même si elle lui disait avoir volé sa tenue. Des soins ? Don'dar le remarquerait tout de suite. Et puis elle espérait qu'un jour, en lui brisant une nouvelle côte, il finisse par la tuer par accident en lui perforant un poumon. De toute façon, quoi qu'il lui propose, elle ne pourrait jamais lui parler. Son maître saurait et le lui ferait douloureusement payer. Alors elle finit par lui répondre :

Vous n'avez rien qui m'intéresse.

Sa voix rauque associée à son petit corps frêle était vraiment surprenante et terrifiante à la fois.
Alors que l'elfe quittait les lieux, il lui donna un petit indice sur le programme du lendemain. De l'eau ? Quelques hypothèses de torture lui vinrent à l'esprit. Peut-être allait-il la forcer à boire jusqu'à ce que son corps n'en puisse plus. A moins qu'il ne lui plonge la tête dans un tonneau d'eau et ne l'en sortir qu'une fois qu'elle était à la limite de se noyer. Toujours était-il qu'elle avait intérêt à mettre le bouquin qu'elle avait sur elle à l'abri avant le levé du soleil si elle n'avait pas réussi à s'évader d'ici-là.
Une fois le maître des lieux partit avec ses deux hommes en arme, le gardien de la prison vint se planter devant la porte pour observer sa jeune prisonnière. Macabre en fit tout autant, mais son regard à elle était à la fois vide et dérangeant. Bien que solide, le garde finit par céder au bout d'un moment. Ca ne l'empêcherait évidemment pas de faire quelques rondes durant la nuit mais au moins ça lui ferait passer l'envie de rester trop longtemps.

Le début de la nuit ne fut pas forcément de tout repos pour le Haut-elfe qui la gardait. Elle passa au moins une heure à examiner les lieux. Il passa plusieurs fois pour vérifier qu'elle n’abîmait rien et qu'elle n'était pas en train de s'évader. Lors d'une énième visite motivée par le fait que l'on entendait plus rien depuis un moment, il craignit qu'elle ait filé. Il appela alors le mage qui gardait l'entrée afin qu'il dissipe tout sortilège d'ombre. Ne la voyant toujours pas, il leur fallu entrer mais ils restèrent devant la porte, empêchant toute sortie. C'est alors qu'ils virent la tête de l'enfant sortir du lit sous lequel elle s'était accroché. Elle était si petite et maigre qu'elle avait pu s'y dissimuler sans problème. Plus tard, ils durent à nouveau intervenir après avoir entendu des bruits étranges, comme du verre que l'on griffait. En arrivent devant les lieux, ils constatèrent que toute la cellule était emplie d'une nuage noir. Une boule lumineuse dissipa le sort en quelques instants, comme dans la bibliothèque. Ils découvrirent alors leur captive assise au pied de la fenêtre, la capuche rabattue. La fumée noire continuait de s'échapper d'elle mais ne parvenait plus à se disperser dans la pièce. Constatant que sa magie était à nouveau devenue inefficace, Macabre interrompit son sort et releva son regard vide vers ses geôliers.
Bien. Donc le mage de lumière restait effectivement avec le gardien. Il avait mis à néant sa tentative d'évasion et là il avait bien failli la surprendre en train de dissimuler le livre qu'elle avait volé en le jetant dans un buisson par le carreau de la fenêtre qu'elle avait décroché grâce à ses griffes. Elle avait pu remettre le carreau en place juste à temps. Elle ne pouvait guère faire plus. Les barreaux derrière la fenêtre étaient trop serrés pour lui permettre de sortir par là. Elle avait également essayé de forcer la serrure avec une de ses griffes mais sans succès. Ils avaient apparemment usé de magie là aussi. Elle n'avait donc plus d'autres alternatives que d'attendre que le jour se lève, ce qui ne tarderait pas... Macabre s'allongea là où elle se trouvait. Elle avait l'habitude de dormir à même le sol ou sur une branche d'arbre, le lit était trop mou pour elle. Elle dormit à point fermé durant les deux ou trois petites heures qui la séparait du levé de soleil. Rien ne semblait pouvoir la réveiller, pas même les rondes du gardien qui passait régulièrement. Mais chaque fois, il la trouvait exactement au même endroit et dans la même position, allongée sur le côté. Il n'y eut que le bruit de la clé tournant dans la serrure pour lui faire ouvrir les yeux. Aussitôt, la petite elfe se redressa, tel un cadavre. Assise contre le mur, une jambe pliée contre elle et la seconde contre le sol, les yeux à moitié dissimulés sous sa capuche, elle observait la porte, attendant de voir Elwëndrion entrer.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mer 12 Fév 2014 - 14:21

Après avoir quitté sa prisonnière, Fineldor se dirigea vers son bureau, faisant signe à son conseiller Elondar de l'accompagner. La pièce regroupait de nombreuses affaires diverses. Les papiers avec les différentes notes des conseils princiers, des différents incidents et problèmes de la cité, les rapports extérieurs et une foule d'autres informations, prenait la presque totalité du meuble au centre. Un petit encrier et une plume était posé dans le coin. Bien sûr, une bibliothèque était présente sur le mur à droite, et sur le mur de gauche, une étagère avec divers objets, parmi lesquels quelques bandages et une sacoche à herbes. S'asseyant, le haut-elfe saisit le contenu de la sacoche et en sortit quelques plantes. Il hésita un instant, comme cherchant à déterminer si c'était bien là la bonne. Comprenant son hésitation, Elondar hocha affirmativement de la tête. Il avait été formé à l'utilisation des plantes aux vertus bénéfiques, et avait quelques notions d'alchimie. Le seigneur tendit donc les feuilles à son conseiller, lequel les broya via un petit mortier avant de les appliquer sur la plaie, et de lui faire un bandage. Ce n'aurait peut être pas été nécessaire certes. Mais Fineldor n'avait aucun proche maitrisant une magie curative, et encore moins quelqu'un capable de déterminer les effets à long terme du sort utilisé pour lui faire cette blessure. Dans le doute, il avait donc dû utiliser des plantes aux vertus formidables... et qui coutaient assez chères!

Repensant à tout ce qui s'était passé, il s'interrogeait. Pas tellement sur les raisons de tout cela. Non, il réfléchissait plutôt à l'avenir. Qu'allait-il faire? Déjà, tenter de forcer la jeune elfe à parler. Et après? Si elle gardait le silence? Il devrait finalement évoquer tout cela au conseil et aux autorités, ce qui ne lui plaisait guère. Et dans le cas où elle venait à parler... Il entendait faire en sorte que la misère dont elle souffrait ne dure pas .Une fois le bandage achevé, il remercia Elondar, et lui conseilla d'aller se coucher. Lui-même ne tarda pas à trouver le sommeil, tout en pensant au lendemain.

Ce fut d'assez bonne heure que Fineldor Elwendrion revint aux cellules. Lorsqu'il croisa les deux gardiens, ceux-ci avaient des yeux plutôt fatigués. Étonné, il leur demanda des explications. Et lorsqu'il sut ce qui s'était passé, il dut se rendre à l'évidence: la petite elfe serait dur à raisonner. Malgré tout, il fit ouvrir la cellule, ayant pris soin avant d'utiliser un sort de protection et de se faire éclairer par une petite sphère de lumière. Sa prisonnière, assise sur le sol, semblait attendre patiemment. Vêtu de bleu et d'argent, le seigneur haut-elfe se tenait bien droit devant elle. Les deux gardes de la veille vinrent se poster de chaque côté de la prisonnière alors qu'il parlait.

« Mes amis m'ont appris que la nuit ne fut guère de tout repos. Tu m'incite donc à mettre mes menaces à exécution.»

Ils la guidèrent comme ils l'avaient fait pour la mener jusqu'ici. Elle retraversa le vaste couloir, puis sortit de la maison, pour être menée au travers des jardins jusqu'au lac. S'échapper n'était guère possible: si l'intérieur la restreignait du fait des murs, la partie du jardin choisie était démunie de buisson ou d'arbres, offrant ainsi une visibilité quasi parfaite pour un sort ou une flèche. Elle fut ainsi contrainte de suivre jusque sur les berges du lac, où une corde était attachée à un poteau, suspendue au dessus de l'eau, et une petite goulotte juste à côté. Les deux gardes enroulèrent la corde autour de son corps, et elle ne put guère résister avec sa maigre force. Fineldor la toisa de haut. Il devait bien lui faire comprendre qu'il n'aurait guère de pitié tant qu'il n'aurait pas ce qu'il voulait.

«Puisque tu refuses de parler, nous allons donc devoir t'y forcer. Voici la première étape.»

Les deux gardes saisirent la jeune elfe, et avant qu'elle n'ait pu réagir, elle fut jetée dans l'eau. Incapable de nagée, elle ne fut retenue à la surface que par la corde qui la suspendait. Un des deux gardes monta alors vers la goulotte. Elle ne vit guère plus, si ce n'est que des gouttes se mirent alors à tomber sur son front, à intervalles réguliers. Juste assez pour l'empêcher de laisser son esprit vagabonder.

« Ce petit tour peut te paraitre anodin. Mais il est pourtant des plus efficaces sur bien des gens. Sans les blesser, il est capable de délier bien des langues. Je vais donc te répéter encore une fois mes questions. Je veux savoir qui tu es, d'où tu viens, qui t'envoie et ce que tu es venue chercher. Une fois que j'aurais ces informations, j'envisagerai de nouveau ce que je souhaite faire de toi. Il ne tient donc qu'à toi de te libérer de cela.»

Bien droit, les mains dans le dos, le seigneur et conseiller princier, dans toute sa splendeur, fit comprendre à sa prisonnière qu'on ne plaisantait pas avec lui. Cette méthode était bien la plus douce qu'il connaissait, et pourtant elle était déjà bien insupportable. La corde était solide, impossible qu'elle puisse s'en libérer. Si elle ne parlait pas, la suite promettait d'être bien moins agréable. Elle parlerait. Ce n'était qu'une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 13 Fév 2014 - 12:51

Macabre s'était levée et avait suivi le groupe sans rien dire et sans opposer de réelle résistance. Avec la magie de lumière, elle ne pouvait jouer d’aucunes ruses dont elle avait l'habitude d'user pour se défaire de gardes un peu trop collant. Elle pouvait très aisément rivaliser avec un guerrier expérimenté dans le noir ou enveloppée de ténèbres. En pleine lumière, elle devrait combattre de front et une meurtrière n’était pas entraînée pour cela. Elle n'avait d'autre choix que d'obéir à ce que lui demandaient ses geôliers, que cela lui plaise ou non.
Elle fut donc conduite jusqu'aux rives du lac où elle fut soigneusement ficelée. Les hauts-elfes n'eurent aucun mal à maîtriser les gesticulations générées par les faibles muscles de leur prisonnière. Une fois installée dans l'eau, elle attendit la suite des événements. Elle observa l’elfe monter sur la goulotte et des gouttes d’eau se mirent à tomber sur sa tête de manière régulière. Puis le garde redescendit et il ne se passa plus rien. Il semblait bien qu'on ne lui en ferait pas subir davantage. Elle allait simplement rester ainsi dans l'eau avec des gouttes d'eau qui venait lui picorer la tête à un rythme régulier.
Le regard toujours inexpressif, Macabre inclina légèrement la tête sur le côté, un peu désappointée. Il était vrai que les méthodes plus "douces" de Fineldor lui étaient totalement étrangères et ne constituaient rien d’insurmontable à première vue. Si elle en avait été capable, elle aurait probablement sourit. On n'y avait jamais été de main morte avec elle, les nombreuses marques sur son corps en étaient la preuve. Elle ne voyait pas encore comment cette situation pouvait finir par la forcer à parler.

Une fois installée, Elwëndrion commença à lui reposer les mêmes questions que la veille, lui faisant comprendre qu'elle avait tout intérêt à parler. Décidément, soit il n’avait toujours pas compris, soit il souhaitait tout simplement garder cette excuse pour continuer à agir sur elle tel qu'il l'avait prévu... Alors pourquoi lui parlerait-elle ? Elle ne pourrait que lui répéter ce qu’elle lui avait déjà dit et ça lui avait déjà valu de passer une nuit enfermée. Et de toute manière, ça n’apporterait rien de plus à la situation. Alors elle était bien décidée à ne plus prononcer un mot. Ce n'était pas comme si elle n'en avait pas l'habitude mais comme de toute façon il n'entendait pas ce qu'elle disait, ça ne servait à rien de s'égosiller. Elle resta donc un long moment sans bouger et sans rien dire, attendant de voir s'il allait réagir et comment.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 13 Fév 2014 - 22:23

Alors que la jeune prisonnière commençait à subir l'épreuve, Fineldor fit comprendre aux siens qu'il n'était plus guère nécessaire de patienter ici. Chacun avait de nombreuses tâches à effectuer. Lui-même avait bien des choses à faire, mais il avait veiller à se faire apporter une partie des documents, ainsi que quelques ouvrages. Alors que la petite elfe, toujours aussi indifférente que la veille, toisa son geôlier sans prononcer le moindre mot, il alla s'asseoir sur un banc non loin, ses écrits et documents posés à côté de lui. Mais il ne les ouvrit pas pour le moment. Au lieu de ça, il observa un moment sa prisonnière, avant de laisser son regard vagabonder.

Le lac Neniell s'étendait devant lui. Vaste étendue aux eaux claires et limpides, il était une des représentations de beauté de la nature. C'était également le lieu de résidence du peuple des naïades, auxquelles il avait eu plusieurs fois affaire, et avec qui il s'entendait à merveille. L'idée de cette petite voleuse baignée ainsi dans les eaux du lac lui donna une légère impression de souillure, qu'il écarta bien vite de son esprit. Son regard vogua un moment avant de venir se poser sur cette partie de son jardin. Très vaste et assez dégagée, elle regroupait un ensemble de fleurs aux couleurs variées, de petits arbustes, et de plantes délicates. Le tout dégageait un mélange de couleurs et d'odeurs agréables, dont il aimait profiter en temps normal. Hélas, la raison de sa présence ici semblait perturber cette agréable sensation. Poussant un long soupir résigné, il ne put empêcher son regard de revenir sur la petite elfe. Qui n'avait toujours pas bougé, et continuait de le toiser, murée dans son silence.

Il comprit qu'il n'en tirerait rien sur un aussi court délai. Alors il saisit le premier document, et commença à le lire. Le temps ferait son affaire. Le soleil poursuivit sa course dans le ciel. Le seigneur haut-elfe accomplissait son travail, prenant connaissances des nouvelles de la cité. La plupart étaient assez quelconques: traitements des réserves, quelques soucis sur certains bâtiments, la gestion des repas, bref du quotidien. Il y avait bien quelques sujets plus délicats mais rien d'insurmontable ou de bien important. Au fond, le quotidien. Par instants, il interrompait son travail, se saisissant de tel ou tel ouvrage, lisait quelques dizaines de pages. A d'autres instants, il se levait et aller se promener un moment dans son jardin, comme pour embrasser cette paix environnante dont la nature pouvait si bien profiter, et dont lui se sentait privé. Mais au fond, il l'acceptait. Ne l'avait-il pas voulu même?

Le soleil commençait à se coucher derrière les frondaisons. La nuit venait. Comme convenu, un garde vint prendre le relais du seigneur des lieux. Lequel contemplait sa prisonnière l'air presque navré. Elle n'avait rien dit, n'avait même pas esquissait un geste pour tenter d'apaiser la situation. Têtue... au point d'en être stupide. Secouant la tête, le haut conseiller Fineldor Elwëndrion prit la direction de sa demeure, laissant la petite elfe si frêle dans le lac, soumise à la lente et régulière chute des gouttes d'eaux.

Le lendemain matin, le soleil se levait à peine. La nuit avait été paisible pour lui. Malgré les événements des deux jours précédents, il était parvenu à trouver le sommeil. Toutefois, les affaires devaient reprendre dès aujourd'hui. Il n'aurait plus la "liberté" de contempler sa prisonnière toute la journée. Son rôle de conseiller exigeait sa présence, surtout en ces temps troublés. Alors il devrait se contenter de passages, laissant la garde à certains des siens. Qu'importait. Il n'allait pas passer son existence à surveiller cette petite imbécile bornée.

Il alla donc vérifier l'état de la prisonnière. La nuit avait sans doute était froide dans les eaux, à en juger par les tremblements du petit corps. Mais elle n'avait pas dit le moindre mot, et semblait toujours aussi entêtée. Soupirant de nouveau, il alla s'asseoir en face d'elle. Son ton se fit cette fois plus amicale, tout en restant ferme.

« Écoute... Je pense que ton entêtement est absurde. Tu as tout à y perdre, alors que de simples réponses te feraient tout gagner. Je suis prêt à te libérer des chaînes qui te retiennent, à t'offrir la clé, si seulement tu me disais ce que je voulais savoir. Mais si tu ne le veux pas, je ne peux rien faire pour toi que de continuer à te laisser là.»

Lorsque le silence répondit à ses paroles, il comprit qu'il n'y avait rien à faire. Se relevant, il tourna le dos au lac, et se dirigea vers le palais princier. Malgré tous ces événements, il espérait au fond qu'elle répondrait. Non qu'il pardonnerait. Il voulait simplement savoir.

Trois autres jours s'écoulèrent. Les affaires courantes de la cité étaient traitées à chaque conseil, l'élection princière restant cependant dans tous les esprits. Mais elle n'était pas immédiate, et on ne pouvait se permettre de délaisser la cité et la principauté sous ce seul prétexte. Les jours se suivaient, les conseils et diverses affaires se succédaient. Le seigneur Fineldor Elwëndrion remplissait sa tâche du mieux possible, et s'en sortait à merveille. Il fallait dire qu'il avait appris ces dernières années à répondre au mieux et à gérer les situations délicates. Toutefois, lorsqu'il rentrait dans sa demeure, il ne pouvait s'empêcher de faire un petit détour par le lac. Là où une petite elfe, toujours attachée, refusait de répondre. Dès la deuxième nuit, il avait préféré interrompre la chute des gouttes, pour lui permettre quelques heures de sommeil. Mais tout recommençait rapidement le lendemain. Et pourtant, la volonté ne faiblissait pas. Il lui répétait ses questions et ce qu'elle avait à y gagner. Elle restait de marbre. Elle faisait preuve d'une incroyable résistance. Mais qui au final ne la mènerait nulle part.

Le matin du cinquième jour, il fit comme à l'accoutumé son petit détour vers les berges du lac. Vêtu de bleu et de gris, une superbe tunique valant probablement une bonne somme, il se dirigea à pas lents vers sa destination, profitant de l'éveil de la nature. Lorsqu'il arriva sur les abords du lac, sa petite prisonnière était toujours là. Prise par le froid, visiblement épuisée... Et toujours muette. S'asseyant avec un long soupir, le haut-elfe joignit ses deux mains, et observa la jeune elfe droit dans les yeux. Allait-il devoir encore se répéter?
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 14 Fév 2014 - 16:25

Elwëndrion avait attendu toute la journée devant la petite elfe qu’elle daigne enfin répondre. Il avait fait sa vie comme si de rien était, comme si elle n’avait pas été là, attachée dans le lac avec de l’eau jusqu’aux épaules. C’était presque vexant de voir son tortionnaire se foutre complètement de ce qu’il faisait endurer à sa prisonnière. On aurait dit que cela n’avait pas d’intérêt à ses yeux.
Le soir, il céda sa place à un garde et ne revint que le lendemain, frais et pimpant, pour lui reposer les mêmes questions que la veille. Elle avait passé la nuit dans l’eau et, si le garde n’était déjà pas très réchauffé d’avoir passé la nuit dehors, elle tremblotait de tout son petit être. Elle commençait seulement à comprendre en quoi consistait sa torture. L’empêcher de dormir et la geler, lentement. C’était encore plus vicieux que tout ce qu’elle avait pu subir et elle le détestait pour ça.

Quatre jours... Elle passa ainsi quatre jours ainsi, ficelée dans la flotte, incapable de s'enfuir. Le temps était devenu une éternité. Tout ce qu'elle voyait, c'est qu'elle était fatiguée et qu'elle avait froid. Les nuits étaient très fraîches et le maigre soleil de Mereth ne suffisait pas à la réchauffer la journée. Sa peau était encore plus pâle qu’auparavant et ses lèvres s’étaient voilées d’une couleur bleutée. Ses dents claquaient et elle ne sentait plus ses mains et ses pieds. Elle tombait de sommeil. Seuls ses tremblements et les gouttes tombant sur sa tête la tenaient éveillée. Lorsque l'on fermait la goulotte, le froid avait quelque chose de soporifique. Elle avait manqué de s'endormir à plusieurs reprises mais respirer de l'eau suffisait largement à lui faire rouvrir les yeux. Le plus souvent, elle se relevait toute seule mais l'entrave de ses liens avait forcé son garde à intervenir cette nuit pour lui venir en aide.
Elwëndrion passait tous les jours pour lui poser les mêmes questions et lui balancer les mêmes salades. Il avait eu la "gentillesse" de faire arrêter la goulotte pour la nuit, comme si cela pouvait changer quoi que ce soit à la vision qu'elle avait de lui et à sa coopération. Ce matin-là, il s'assit en face d'elle et l'observa une énième fois. Il semblait espérer qu'elle allait enfin répondre sans avoir à l’interroger. Bien sûr, il pouvait toujours rêver. Avec le temps, le regard inexpressif de Macabre s'était lentement mué en colère. Elle n'avait certes mal nulle part mais son état mental s'était détérioré, la fatigue aidant beaucoup. Alors que l'elfe s'apprêtait à reposer ses questions, la jeune elfe perdit patience l'espace d'une petite seconde en prenant les devants.

Je veux savoir qui tu es, d'où tu viens, pour qui tu travailles et ce que tu es venu chercher. Réponds-moi et je ferais tout ce que je peux pour t'aider.

Les mâchoires de la jeune elfe se scellèrent de nouveau. Elle n'avait toujours pas l'intention de répondre. Elle ne croyait pas à ses promesses. Ce n'était que de veines paroles à ses oreilles. Elle était incapable de comprendre le point de vue de l’elfe pas plus que de s’imaginer qu’il puisse réellement vouloir l’aider. Qui le ferait et pourquoi ? Le fait d’être de la même race ne représentait rien à ses yeux. De toute manière, personne ne pouvait l’aider. Seule la mort avait le pouvoir de la délivrer et elle viendrait de ses ennemis ou de son maître.
Alors qu’elle s’entêtait encore, le garde vint rouvrir la goulotte et l’eau recommença à tomber sur la tête de la petite elfe. C’était glacé. Cela faisait comme une petite aiguille de givre qui venait se ficher dans sa peau provoquant une série de frissons le long de sa colonne vertébrale. La sensation était des plus désagréables et irritantes. A fleur de peau, Macabre sembla soudain comme exploser, crachant tout son venin au visage de son tortionnaire.

Non ! NON !!! Je vous répondrais pas ! Je vous ai dit, je vous ai dit ce que j'étais mais vous voulez pas de mes réponses !! Les méthodes sont pas les mêmes mais vous êtes comme les autres !! Vous voulez juste m’en faire baver ! Vous faites comme si vous compreniez pas pour me mettre là et m’empêcher de dormir ! Mais j’parie que vous vous dormez comme un loir dans votre palais ! Vous avez même pas d’remord, c’est jouissif pour vous !
Et puis vos belles paroles, vous pouvez vous les garder ! J’y crois pas !! Vous aurez rien de moi !! Mais ça vous le savez déjà parce que vous savez qu’une esclave n’a pas intérêt à trahir son maître ! Mais c’est tellement bon de s’en prendre à une esclave. PAS VRAI ?!!!!


A force d’hurler, la gorge de Macabre s’était rapidement fragilisée. L’irritation soudaine provoqua une très sévère quinte de toux avant qu’elle ait pu finir de déverser toute sa colère. Elle venait d’ouvrir la porte au mal qui se préparait lentement en elle depuis qu'elle était contrainte de passer ses journées trempée de la tête aux pieds. La maladie la saisissait et elle n’avait pas vraiment de quoi lui tenir tête. On ne l’avait certes pas laissée sans manger, bien qu’elle n’ait pas accepté d’avaler grand-chose, mais son état de fatigue et l’hypothermie avaient rapidement eu raison de ses quelques défenses immunitaires. Ce n’était pas des plus agréables comme mort mais au moins elle pourrait enfin arriver.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Dim 16 Fév 2014 - 14:45

La petite elfe apparaissait comme encore plus fragile qu'elle ne l'avait été le jour où il l'avait découverte dans sa demeure. Plus pâle, les lèvres bleutées, agitée de tremblements, probablement dus au froid. Il s'en voulait d'agir ainsi. C'était cruel, et il le savait. S'il s'était s'agit d'un humain, d'un sombre, d'un nain, ou même d'un des siens adulte et aux intentions malsaines, il n'aurait eu aucune pitié. La mort, certains individus ne la méritait même pas tant cette sentence était trop douce, et une telle supplique avait l'avantage de les faire souffrir sans leur donner cette libération. Mais cette petite elfe, transi de froid...  elle ne méritait pas cela.

Il n'attendit que quelques secondes avant d'entendre la voix de sa prisonnière. C'était d'autant plus étonnant qu'il ne s'y attendait pas du tout. Elle répéta les questions qu'il avait lui-même énoncé chaque jour jusqu'alors. Elle savait ce qu'il attendait d'elle, c'en était bien là la preuve. A peine eut-elle fini qu'elle se tut à nouveau. Mais son regard, chargé de colère, en disait long. Elle le détestait pour ce qu'il faisait. C'était légitime, après tout. Elle ne devait pas comprendre la finalité, elle ne voyait que l'instant présent. Celui qui était alors chargé de la surveiller retourna en amont de la petite goulotte, et l'eau se remit à tomber par petites gouttes, comme chaque matin. Ce fut apparemment l'élément déclencheur qui la fit exploser.

Elle cracha tout son fiel. Le conspuant pour ce qu'il était, et ce qu'il faisait. Lui jetant à la figure le fait qu'il dormait dans son palais, et elle ne dormait même pas. Que ses belles paroles n'y feraient rien. Qu'elle ne le croyait tout simplement pas, et qu'il n’obtiendrait rien d'elle. Pourtant, sans le vouloir, elle lui donna une information précieuse, quoiqu'il puisse facilement la deviner. Elle était une esclave. Et si elle ne parlait pas, c'était par ordre de son maitre. Voilà qui en disait long...

Elle ne put finir de déverser sa haine, une toux violente, probablement due au froid et à l'état de fragilité de la petite elfe venant l'interrompre. Mais elle avait parlé. Même si ce n'était pas la manière dont il l'aurait espéré. Tournant la tête vers le "garde", Fineldor lui fit un petit signe. Quelques instants après, les gouttes cessèrent de tomber.

« Contrairement à ce que tu crois, je comprends parfaitement ta colère. Et c'est bien toi, et non moi, qui te trompe le plus lourdement au sujet de l'autre. Tu imagine que tout ce que je dis ne sont que paroles enjôlées et mensonges? Je suis attristé, mais pas vraiment étonné, que tu le penses. Sache toutefois qu'en dépit de ta colère, tu as dis assez pour qu'au moins je consente à ne pas poursuivre ainsi...»

Les deux hauts-elfes qui l'avaient jusqu'alors escortée tirèrent sur la corde, et la firent émerger de l'eau. Son état était déplorable, bien plus que le seigneur des lieux n'avait pu l'imaginer. Elle était complétement transi de froid, mais surtout certaines de ses cicatrices n'avaient guère appréciées l'expérience, et des risques d'infection étaient visible. D'un signe, il la fit ramenée sur la terre ferme, où elle fut enveloppée dans une couverture, tout en restant attachée malgré tout.

« Je vois bien que cela a assez duré pour le moment. Mon but n'est certainement pas ta mort.»

Le petit groupe revint vers la vaste demeure, et y entra. La jeune esclave, manifestement vidée de ses forces, fut portée par l'un de ses escorteurs. Ils retournèrent dans les cellules, et elle y fut à nouveau déposée. Sur le lit avait été ajouté de chaudes couvertures. Une fois allongée, elle fut détachée, puis la porte fut fermée, Finelor debout de l'autre côté.

« Tu constateras par toi même que si je punis, je ne le fais jamais par colère mais par intérêt. Et que je peux aussi récompenser. Tu te dis esclave, envoyée par ton maitre dans un but bien précis. Sache qu'ici, il n'y a pas d'esclave. J'en déduis donc que tu viens de bien loin. Et que tu as autant à apprendre sur moi que moi sur toi.»

Une petite écuelle, contenant une soupe chaude et un morceau de pain, fut glissée à la prisonnière.

« Mange donc. Ensuite, nous pourrons peut être discuter. Ne t'inquiète pas, ce n'est pas empoisonné. Si j'avais voulu te tuer, je l'aurais déjà fait il y a bien longtemps.»

Assis sur une chaise en face de la cellule, le seigneur haut-elfe, drapé dans sa superbe robe, se sentait plus apaisé. Elle avait commencé à parler. Il ne savait guère plus de choses, mais au moins, elle avait parlé.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Lun 17 Fév 2014 - 19:11

Alors que la quinte de toux de la petite elfe s'atténuait, ses oreilles perçurent la voix de l'elfe qui cherchait à la détromper (sans grand succès, bien évidemment). Toutefois, la dernière phrase de son geôlier eut le mérite de l’interpeller. Elle releva les yeux vers la berge et fronça les sourcils. Elle en avait dit assez ? Mais elle n'avait rien dit... Qu'est-ce qui méritait dans ses paroles que ses tourments s'arrêtent ? Cela lui échappait complètement. Elle se serait davantage attendue à voir son supplice amplifié à cause des propos insultants et outranciers qu'elle avait proférés.
Mais force était de constater qu'il tenait effectivement parole puisqu’on la tira sur ses liens et qu’on la ramena sur la berge. Incapable de tenir debout, Macabre se laissa choir sur le sol. On l'enveloppa dans une couverture, ce qui valut un second froncement de sourcils d'incompréhension. Elwëndrion approcha et se pencha sur elle.

« Je vois bien que cela a assez duré pour le moment. Mon but n'est certainement pas ta mort.»

C'aurait été trop beau...

L'un des gardes souleva son petit corps grelottant et la ramena dans sa cellule. Là, elle fut libérée des liens qui ne l'avaient pas quittée depuis 4 jours. Ses poignets étaient entamés par le chanvre contre lequel elle avait évidemment essayé de se débattre. Le garde eut un regard que la pauvre esclave ne put décrire puis il sortit, refermant derrière lui. Trempée sur ce lit, Macabre savait qu'elle n'arriverait pas à se réchauffer comme ça. Tandis qu'Elwëndrion lui expliquait quelle serait la suite des événements, elle entreprit de se lever avec faiblesse et retira une première couche de vêtements, ceux qu'elle avait piqués sur un étendoir en chemin. Elle les laissa traîner négligemment au sol dans un grand bruit de linge mouillé. Puis elle se dirigea vers un coin de la pièce, tirant derrière elle une des couvertures qui se trouvaient sur le lit. De là où il était, Elwëndrion ne pouvait la voir et elle put achever de se déshabiller à l'abri des regards. Elle n'était pas pudique mais elle avait malgré tout quelques notions de pudeurs. Elle savait ce qu'un corps nu pouvait inspirer, bien que le sien soit totalement repoussant.
Après quelques instants, Macabre reparut, vêtue simplement de la couverture dont elle s'était ceinturée la poitrine. Elle essora ensuite ses vêtements d'esclave, ceux que sont maître lui avait donné, et elle les étendit avec soin sur les montants du lit.

Ainsi vêtue, son geôlier pouvait en distinguer un peu plus sur son état de santé général. La maigreur se distinguait bien mieux avec les épaules et les bras mis à nu. Plusieurs cicatrices étaient également visibles. Dans son dos, on distinguait une partie des marques laissées par les nombreux coups de fouets qu'elle avait reçus. Une épée était venue entailler son bras droit tandis que deux flèches s'étaient plantées dans son épaule droite et son avant-bras gauche. Cette dernière avait d'ailleurs percé de part en part et avait causé quelques dégâts nerveux en chemin puisque le majeur et l'annulaire de cette main étaient insensibilisés. Un peu plus bas, à l'intérieur du poignet gauche, on pouvait voir un tatouage noir en forme de cercle. Il contenait un symbole sombre, marque de son état d'asservissement.

Macabre tourna la tête vers la porte tandis qu'Elwëndrion lui commandait de manger. Il était vrai qu'elle n'avait pas avalé grand chose ces derniers jours et une soupe chaude lui ferait sans doute du bien... Son maître lui avait intimé l'ordre de ne rien avaler d'ici mais il fallait bien qu'elle se nourrisse un minimum et qu'elle se réchauffe.
Encore tremblotante et méfiante, elle s'approcha de la porte et prit ce qu'on lui offrait avant de s'éloigner, lançant un regard sans émotion à l'elfe qui se tenait de l'autre côté du pan de bois. Elle posa l'écuelle par terre dans un coin de la pièce. Puis elle alla chercher une seconde couverture et commença une petite installation de son cru. Le tissu ainsi disposé, elle ne sentirait pas le froid du sol de pierre, pas plus que celui des murs. Elle vint ensuite s'asseoir dans son petit îlot de chaleur et rabattit les coins de la couverture sur ses épaules. Bien emmitouflée, elle n'avait plus que les bras qui dépassaient. Elle saisit le bol posé devant elle et commença à en renifler le contenu, comme pour s'assurer qu'il n'y avait pas un ingrédient anormal à l'intérieur. Elle avait déjà eu plusieurs poisons en main et saurait les reconnaître à l'odeur. Elle ne croyait toujours pas cet Elwëndrion et n'avait pas de raisons de le faire après tout. Il l'avait sortie de l'eau, c'était bien joli mais ça ne voulait rien dire. Cela faisait peut-être partie de son plan.
Le coin où était installée la petite esclave n'était pas pile en face de la porte, comme si le fait d'être épiée la dérangeait. L'elfe pouvait la voir, bien sûr, mais avec moins de facilité que si elle avait été devant lui. Après s'être assuré que son plat était mangeable, elle commença à tremper ses lèvres bleutées dans la soupe. C'était un peu trop chaud... Alors, elle reposa l'écuelle et découpa un morceau de pain qu'elle trempa dans le potage. Après l'avoir un peu imbibé, elle l'engloutit. Elle ne semblait plus du tout faire attention au riche elfe qui se tenait devant la porte.

Y'a pas d'esclaves ici ?

Quoi que...
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Lun 17 Fév 2014 - 21:52

Apparemment, elle ne comprenait pas qu'on prenne ainsi soin d'elle. A en juger par ses froncements de sourcils et ses regards, elle se méfiait toujours. Quoi d'étonnant, venant d'une esclave qu'on avait probablement maltraité de bien des manières? Et lui avait dû en rajouter pour la faire parler. Cela n'avait qu'à demi fonctionné puisque la seule information qu'il avait obtenue avait été involontaire. Mais enfin... Lorsque Fineldor évoqua le fait qu'il ne voulait pas la voir mourir, elle s'en désola presque. A croire que son maitre était réellement des plus cruels. Impardonnable.

Arrivée dans sa cellule, la petite esclave, toujours méfiante, rechigna à s'allonger sur le lit. Elle commença à retirer une partie de ses vêtements trempés. Saisissant une des couvertures, elle s'en enveloppa et alla se camper dans un coin. Le seigneur haut-elfe n'eut guère de mal à comprendre, et se retourna à moitié. Elle avait quitté son champ de vision, mais il pouvait continuer à parler clairement, sans avoir à hausser la voix. Après qu'il eut entendu les vêtements mouillés choir sur le sol, il se retourna et vit la jeune elfe vêtue de seules couvertures, dévoilant ses épaules et ses bras. Alors qu'elle étendait une partie de ses vêtements, en bien triste état, il ne put s'empêcher de détailler les marques sur la peau nue de la si jeune elfe. Des zébrures, mais aussi des cicatrices venant clairement de lames et des marques de flèches. Elle avait souffert et de nombreuses fois subit la blessure d'une arme. Loin de la ménager, son maitre semblait l'envoyer dans des missions bien périlleuses. Et ne semblait guère accorder d'importance au fait qu'elle puisse en mourir. Ce qui, paradoxalement, semblait être le souhait de son esclave. En revanche, il y avait une dernière marque, un tatouage manifestement. La marque de son maitre, ou de l'organisation de son maitre, probablement. Le haut-elfe prit soin de l'imprimer dans sa mémoire, et chercherait dans ses ouvrages si une quelconque mention d'un tel symbole pouvait être trouvée.

Lorsqu'il fut question de manger, la jeune haut-elfe encore tremblotante s'approcha avec méfiance du bol, qu'elle saisit et l'emmena dans son coin. Saisissant une autre couverture, elle s’emmitoufla du mieux possible, puis renifla la soupe, comme pour y déceler un poison quelconque. Elle n'avait toujours pas confiance, et cela se comprenait tellement. Comment, après de pareils traitements, pouvait-elle avoir confiance en qui que ce soit? Qui plus est, la notion de "maitre" ou de "seigneur" ne devait avoir à ses yeux que le sens de celui qui dirigeait les esclaves, et en disposait comme il le désirait. Elle ne pouvait pas imaginer qu'un seigneur pouvait faire preuve de bienveillance parfois...

Trempant ses petites lèvres encore bleutées dans le bouillon, elle le trouva manifestement trop chaud. Passer ainsi du froid des eaux limpides du lac à la chaleur d'une soupe tout juste sortie des cuisines était sans doute un peu trop. Aussi préféra-t-elle saisir le pain dont elle rompit un morceau, et qu'elle imbiba dans le potage, avant de l'engloutir. Un sourire se dessina sur les lèvres de Fineldor. Au moins la faim ne la rongerait pas.

Y'a pas d'esclaves ici ?

Réaction attendue, bien évidemment. Une esclave si maltraitée devait être aux mains d'un maitre qui disposait de très nombreux esclaves. Son univers devait être entouré d'esclaves, et il est possible que pour elle, il n'y eut rien d'autre au monde que les maitres et les esclaves. Comment le lui reprocher? Impensable. Le sourire de Fineldor Elwëndrion en cet instant fut plus celui d'un protecteur que d'un maitre ou d'un seigneur. Même s'il voulait la rassurer, c'était bien vrai, ce sourire-là vint naturellement, sans qu'il le veuille. Et parce qu'il ne l'avait pas voulu, il n'en fut que plus sincère. Le visage détendu, les longs cheveux sombres tombant jusque sur ses épaules, le haut-elfe, dans toute sa superbe, se redressa lentement. Il comprit qu'il y avait énormément à expliquer. Son ton fut celui d'un enseignant plus que d'un geôlier. De celui qui apprend les connaissances, mais qui ne les imposent pas.

« Il n'y a effectivement aucun esclave en ma demeure, et je doute qu'il n'y en ait le moindre dans la cité. Vois-tu, chaque personne ici est libre. Je n'ai forcé personne. Chacun est libre de me servir. Et par servir, je n'entends pas obéir à mes ordres sous peine d'un quelconque supplice. Non, chacun suit mes directives bien évidemment, mais aucune punition physique ne l'attend s'il manque à ses devoirs. En revanche, ceux qui font leur travail sont rémunérés pour cela, et une partie d'entre eux est même logée et nourrie dans ma propre maison. Si l'un d'eux souhaite partir, il en est libre. Pour peu que l'on respecte les codes de notre peuple et de la civilisation, nul n'a à craindre d'un châtiment sévère. Ce qui, il me semble, n'est pas ton cas...»


Se rasseyant, Fineldor Elwëndrion reprit place face à la cellule, observant sa petite prisonnière. Il doutait qu'elle dise tout ce qu'il voulait si facilement. Elle était têtue, méfiante et craintive. L'épreuve qu'il lui avait fait subir n'avait rien fait pour la rassurer. S'il avait espéré qu'elle la ferait parler, elle s'était révélée d'une incroyable résistance. Et au final, c'était un peu lui qui avait flanché, n'ayant pas supporté de la voir ainsi maltraitée. Bien sûr, il n'avait rien laissé paraitre, faisant croire que s'il l'avait retiré de l'eau, ce n'était que pour la récompenser de ce qu'elle avait révélé, si maigre que ce fut. Haut-conseiller princier, habitué aux rouages de la politique, ayant vécu de nombreux combats, et la grande bataille de Noldoa, Fineldor Elwëndrion savait masquer ses intentions, agir avec fermeté et vigueur lorsqu'il le fallait, faire croire que ses actes n'étaient guidés que par la logique. En tous les cas, le résultat restait pour l'instant très maigre. Mais peut être la différence de condition entre son peuple et son maitre l'inciterait-elle à en dire un peu.

« J'ignore toujours qui est ton maitre, et où il vit, puisque tu ne désires pas me le dire. Toutefois, à en juger par les cicatrices qui parsèment ton corps, ce n'est certes pas quelqu'un de notre peuple. Et certainement pas l'un des peuples de la sylve, qui ignorent tout de l'esclavage. Un nain? J'ignore beaucoup de ce peuple, je ne sais s'ils ont des esclaves. Un sombre peut-être? Eux font grand commerce d'esclavage, cela ne me surprendrait guère. Ils se plaisent à les utiliser pour toutes les tâches qu'ils dédaignent, de la simple cuisine aux missions périlleuses, en passant par les combats d'arènes ou l'acheminement du courrier. A moins qu'il ne s'agisse d'un de ces barbares d'humains, ignorant tout du raffinement et traitant nos existences avec mépris. Pour eux, nous n'avons pas plus de valeur que des animaux, bon à être chassés ou élevés.»


Il avait pris un regard faussement égaré, comme s'il pensait à haute voix. En réalité, il n'en était rien. Il parlait ainsi volontairement, espérant arriver à quelque chose. Et si sa dernière phrase était plus nuancée dans son esprit, il ne le dit pas. Mais au fond, il se posait réellement une question. Comment avait-elle pu être ainsi arrachée de son peuple? Et d'où venait-elle? Qui était-elle réellement?
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Mar 18 Fév 2014 - 19:22

Alors que Macabre mâchait son morceau de pain, son regard retomba sur l'écuelle. Il était vrai que cela changeait du pain moisi que son maître daignait lui donner. Elle avait toutefois eu l'occasion de goûter aux denrées qu'elle avait pu trouver dans la jungle, dans la forêt ou dans la réserve d'un quelconque bâtiment. Ce qu'on lui avait servi ne lui rappelait aucun aliment connu, soit qu'ils étaient différents soit que la préparation en avait suffisamment altéré le goût pour que ses papilles ne sachent pas les distinguer. Malgré le regard curieux qu'elle portait sur le contenu de son bol, elle semblait apprécier et elle trempa un nouveau morceau de pain.

Elwëndrion avait commencé à lui expliquer en long en large et en travers quelque chose qui pouvait se résumer en : "non, il n'y a pas d'esclave ici". La petite elfe ne comprenait pas tout de ce qu'il disait. Il employait parfois des mots très savants dont elle ne maîtrisait pas toujours le sens. Elle comprenait la signification de l'ensemble plus par déduction que par savoir.
Lorsqu'il aborda le sujet des châtiments sévères, Macabre releva les yeux vers l'elfe puis jeta un œil à la cicatrice de son avant-bras avant de reprendre son repas. C'était étrange qu'il en fasse la remarque. Certes elle avait plus de cicatrices que les autres esclaves de Don'dar mais tout de même, ces marques n'avaient rien d'exceptionnelles pour une esclave (à ses yeux tout du moins). S'en suivit un long monologue de l'elfe qui évoquait les différentes races qui peuplaient Numendor. Il lui sembla qu'il insistait particulièrement sur les sombres, mais peut-être n'était-ce qu'une impression. En revanche, Elwëndrion avait l'air de ne pas aimer du tout les humains.

Y'a moins d'esclaves chez les humains que chez les sombres.

Une nouvelle bouchée de pain fut engloutie. La toute jeune elfe semblait parler en connaissance de cause. Il était de notoriété publique que l'esclavage était très courant au sein du peuple de la nuit mais elle avait pu le constater par elle-même. Tout noble digne de ce nom avait au moins un esclave, puis autant qu'il pouvait en entretenir.
Toutefois, la remarque de Macabre avait le mérite de contredire la pensée d'Elwëndrion. Lui qui semblait détester davantage les Hommes que les Sombres, mettant en avant le manque de considération pour la vie des Haut-elfes, elle les présentait comme moins méprisables que les elfes de la nuit qui brassaient davantage d'âmes dans leur impénétrable jungle. Mais elle n'avait pas tous les a priori de son geôlier sur la question. Elle n'avait rien contre telle ou telle race car elle n'avait rien vu qu'il lui permette de définir plus de bonté ou de malveillance d'un côté ou de l'autre. Elle détestait des individus précis sans distinguer leur couleur de peau ou la forme de leurs oreilles.

Toutes les races se valent pour moi.

A un grand discours de l'elfe, la petite prisonnière ne répondait que quelques mots. Elle n'avait pas son éloquence. Elle n'avait pas l'habitude de parler, ni qu'on lui adresse la parole d'ailleurs... En général, on ne la voyait pas, soit qu'on ne voulait pas la voir soit qu'elle se dissimulait dans l'ombre. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle était censé répondre à ses grandes tirades. Non pas que ça la perturbe, elle n'avait aucune notion en matière de relations humaines après tout.
Pour la première fois, Macabre prit un peu le temps de détailler son geôlier. Il était propre et tout bien vêtu. Elle avait compris qu'elle se trouvait chez lui et il s'agissait à coup sûr d'un homme important pour avoir une si grande maison avec des cellules comme un palais et des gardes à son service. Un coup d’œil sur ce qui l'entourait en disait long sur les questions qui pouvaient traverser sa tête.

Vous êtes quoi ? Le maître de la cité ?

Quitte à rester bloquer dans cette cellule avec un bavard pour lui tenir compagnie, autant en apprendre un peu plus sur le bonhomme.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Jeu 20 Fév 2014 - 19:42

Il avait su attirer ne serait-ce qu'un simple instant l'attention de la petite esclave. Parler d'elle, et des châtiments qu'elle avait subi, dont les traces étaient encore visibles. Elle avait relevé les yeux en entendant cela, avant d'observer un cours instant ladite cicatrice. Ce fut très bref avant qu'elle ne retourne à son repas. Une maigre satisfaction mais un début malgré tout. Il pouvait y ajouter le fait qu'elle semblait apprécier sincèrement le repas chaud qu'elle s'était vue servir. Y trempant volontiers chaque morceau de pain, elle semblait le déguster comme on apprécie une bonne viande. Guère étonnant, les esclaves étant le plus souvent nourri avec le strict minimum, et de mauvaise qualité de surcroit. Cette simple soupe devait presque faire office de banquet pour elle.

Après avoir évoqué sa vision des esclaves et ses hypothèses à haute voix, il eut plaisir à entendre encore une fois celle de la jeune elfe. Laquelle affirma de son ton froid et neutre que les sombres étaient davantage friands d'esclaves que ne l'était les humains. Il ignorait comment elle pouvait le savoir. Il ignorait même si elle le savait réellement, et en doutait fortement. Sans doute était-ce son point de vue, de ce qu'elle avait vue. Mais comment pouvait-on être si sûr alors que l'on était esclave? Les seigneurs pouvaient voir l'ensemble d'une société, les esclaves, étant tout en bas de l'échelle, n'en avaient qu'une maigre vision. Impossible donc de se fier à cette déclaration. Toutefois, il pensait pouvoir en déduire autre chose.

La phrase suivante fut plutôt... étrange. Elle affirmait considérdf l’ensemble des peuples comme égaux. Tous se valaient selon elle. Lui n'était certainement pas d'accord avec une telle déclaration, et s'empressa d'y répondre. Son ton n'était pas emporté, ne recelait aucune colère. Mais il était empreint de noblesse et de gravité, comme pour montrer au petit enfant l'erreur qu'il avait fait.

«C'est une grave erreur que de croire que chaque peuple de cette terre en vaut un autre. Nous sommes bien différents des autres races. Chacune à ses caractéristiques, ses défauts et ses qualités. Nous sommes supérieurs à la plupart d'entre elles, et peu méritent notre estime. Les humains, par exemple, ne sont que des brutes au cerveau vide, incapable de saisir la beauté d'une œuvre, quelle qu'elle soit. Ils tuent, pillent et détruisent sais raison apparente, sinon pour leur propre satisfaction. Ils se déchirent entre eux et se massacrent sous simple prétexte que l'un avait mis un pied dans le domaine de l'autre, sans faire appel à la moindre justice. Des incultes, bien au-dessous de tous les autres.»

Réalisant qu'il était debout, le seigneur haut-elfe se rassit. Il remarqua alors que sa petite spectatrice le dévisageait et le détaillait, comme si elle remarquait pour la première fois qui il était et comment il était vêtu. Ce sentiment fut d'autant plus renforcé par la question qui suivie. Le maitre de la cité? Elle ignorait beaucoup du fonctionnement des hauts-elfes apparemment. En fait, elle semblait ignorer à peu près tout, ce qui était étonnant. Mais l'heure n'était pas à un cours de politique, certainement pas. Secouant la tête, Fineldor Elwëndrion, seigneur certes mais non maitre des siens, eut un sourire quelque peu amusé.

«Le maitre? Non, bien sûr que non. Je ne suis le maitre de personne à vrai dire, car un maitre dirige des esclaves et asservit un peuple. Ici, on ne parle pas de maitre, si ce n'est en éducation, lorsqu’un maitre enseigne à son élève. Non, considère plutôt que je suis quelqu'un ayant du pouvoir politique, si tu sais ce que c'est. En somme, je peux donner des conseils sur ce qu'il faut faire pour notre peuple, du moins dans cette cité et sur la terre qu'elle dirige. Au-dessus de moi, il y a le seigneur de la cité, celui qui gouverne. Et encore au-dessus, celui qui règne sur tous les nôtres. C'est un peu compliqué pour quelqu'un comme toi qui ne connais pas notre système. Alors dis-toi simplement que j'ai du pouvoir et des richesses.»

Réfléchissant rapidement, il y vit là une opportunité évidente d'en savoir plus sur sa jeune prisonnière.

«Ton maitre aussi est puissant, je suppose? Il dirige une ville peut être?»

Peu de chance qu'elle réponde directement. Mais à chaque refus de réponse, elle dévoilait un peu plus d'elle-même. Il suffisait d'être patient...
Revenir en haut Aller en bas
Macabre

avatar

Féminin Messages : 124
Expérience : 380
Age : 30

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 73 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Ven 21 Fév 2014 - 18:56

Effectivement, Fineldor détestait les humains et le prouvait une fois encore. Macabre n'avait pas ses a priori. La façon dont elle avait côtoyé les Hommes n'était pas différente de ses contacts avec les autres races. Certes, eux aussi s'en étaient pris à elle mais elle n'avait fait que les espionner, les voler et les tuer, alors c'était sans doute justifié. Toutefois, il semblait qu'elle ait du mal à s'exprimer de manière claire et elle voulut rectifier ce que son geôlier avait interprété de ses paroles.

Toutes les races font du mal aux autres.

Une petite quinte de toux vint ponctuer sa phrase.
Ce n'était que son point de vue certes, mais c'était le seul qu'elle connaissait et il était né de l'expérience. Il avait donc le mérite d'être valable. Elle n'avait jamais rencontré de nains mais elle connaissait les elfes de la nuit et les humains de toutes les terres. Et le jour où elle rencontrait les Hauts-elfes pour la première fois, ils se révélaient n'être guère mieux lotis que les autres. Les méthodes étaient différentes mais le mal était là. Macabre grelottait encore de froid, elle était épuisée tandis que les plaies sur son visage n'avaient pu se refermer à cause de l'eau et lui faisaient mal. Oui, toutes les races pouvaient la faire souffrir, alors aucune ne se distinguait des autres dans son esprit.

Elwëndrion répondit à sa question avec un amusement que la petite prisonnière ne comprit pas. Qu'avait-elle bien pu dire de si drôle ? Elle écouta toutefois. Encore une fois, il parla longtemps pour répondre à une simple question. Elle compris grosso modo qu'il n'était pas le responsable de la ville mais qu'il s'agissait tout de même de quelqu'un d'important. L'elfe prenait grand soin de ne pas utiliser les dénominations officielles des titres des différents dirigeants qu'il citait, ce que sa prisonnière ne comprit pas mais sans s'interroger sur la question.
Elwëndrion lui retourna ses questions pour les tourner vers son maître et la réaction de Macabre fut instantané. Tout son corps sembla se recroqueviller sur lui-même tandis que son regard se portait à nouveau sur son bol. Elle n'avait pas le droit de lui répondre, son maître le lui avait interdit. Si elle parlait, il finirait par le savoir et ça retomberait sur elle. Certes, elle pouvait mentir, l'elfe n'aurait aucun moyen de vérifier ses dires, mais la jeune esclave ne savait pas faire cela. Elle était honnête et préférait encore ne rien dire plutôt que de souiller sa bouche de parjures.

Pendant un moment, Macabre resta sans rien dire et sans rien faire. A côté de son bol, il ne restait qu'un petit bout de pain. Une dernière bouchée et ce serait fini. Avec une délicatesse surprenante, elle s'en saisit pour venir le tremper dans la soupe avant de le porter à ses lèvres. Puis, estimant que le liquide avait dû suffisamment refroidir, elle prit le bol dans ses mains et but une gorgée. Puis deux. Elle reposa ensuite son écuelle et conserva le silence encore de longues secondes. Elle se disait qu'elle ne pouvait pas répondre à ses questions mais elle pouvait lui dire autre chose... Sans avoir à mentir.

Chez les sombres, y'a un Triumvir. Trois mages qui commandent tous les autres. En dessous, y'a les aristos qui jouent à qui aura le plus de pouvoir. Ils s'battent sans arrêt pour ça et tous les coups sont permis. On respecte que les puissants et les p'tits sont écrasés... Kof kof !
Les plus forts vivent dans des grandes maisons gardées, pleine d'esclaves et de trésors. C'est pas facile d'y entrer...


Macabre reprit son bol dans les mains avant d'être prise d'une forte quinte de toux qui la força à reposer l'objet avant de tout renverser.
Revenir en haut Aller en bas
http://club.ados.fr/idyle-ideale/photo/
Fineldor Elwëndrion

avatar

Masculin Messages : 332
Expérience : 340
Age : 29
Localisation : Vers Marseille

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 185 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   Lun 24 Fév 2014 - 18:32

Le point de vue qu'elle avait des races dans leur ensemble semblait ancré pour elle. Acquit et irréfutable, comme une vérité qu'on ne pouvait nier. Et pour ponctuer cela, elle l'expliqua à nouveau. Du moins se contenta-t-elle d'ajouter une simple phrase, qui en disait long. Toutes les races font du mal aux autres... Grossière erreur que celle là. Un point de vue bien étriqué. Une quinte de toux vint finir la phrase. La petite elfe ne s'était pas encore remise de sa terrible expérience. Mais au fond, elle l'avait un peu voulue. Elle avait eu bien des occasions de l'éviter ou de l'écourter et n'en avait pas tenu compte. Qu'importe, c'était fini. Il allait maintenant falloir la faire parler. Tout en lui apprenant un peu plus que ce qu'elle savait.

«Il est un peu facile de déclarer que toutes les races font du mal aux autres. Tout d'abord, pour déclarer cela, il faudrait pouvoir connaitre toutes les races. Ce n'est déjà pas mon cas, je doute que ce soit le tien. Ensuite, ton jugement est hâtif. On peut certes considérer un individu qui nuirait à toutes les autres races. Mais un peuple dans son ensemble ne peut être considéré par un seul. A ce moment là, on doit donc voir quelles sont les décisions politiques des meneurs. Pour ma part, il est des peuples auxquels je ne nuirais pas, aussi longtemps qu'ils ne me nuisent pas, bien sûr. La survie est élémentaire, je ne peux me laisser faire, mais pour ces peuples je les vois mal me nuire. Il n'est pas non plus dans mes habitudes de faire du mal aux miens, sauf si cela est nécessaire.»

Cette dernière phrase faisait clairement allusion à ce qu'avait subit la prisonnière.
Lorsque vint l'allusion au maitre de la petite esclave, celle ci eut une réaction immédiate. Se recroquevillant dans son coin, comme voulant se faire la plus petite possible, elle baissa le regard sur son bol. Plus un mot ne sortit alors de sa bouche. Ses yeux fixaient le bouillon, ses bras et ses jambes repliées contre elle, comme terrorisée. Il se doutait que son maitre lui avait fait subir de terribles châtiments. Il semblait que les souvenirs de ceux ci étaient plus fort que le seigneur haut-elfe ne l'avait cru. Réalisant qu'il avait fauté, il garda au coin de son esprit de ne plus poser de questions aussi directes. Lui qui avait l'habitude de manoeuvrer habilement avec les conseillers, avait agi comme un simple d'esprit. Il ne mentait jamais, certes, mais savait malgré tout poser les bonnes questions de la bonne manière. Du moins était-ce le cas d'habitude. Mais la petite elfe, pelotonnée dans son coin, ne faisait pas partie de ses interlocuteurs habituels, loin de là. Toujours assis, Fineldor se contenta d'observer, ses mains toujours jointes par l'extrémité de ses doigts, son sourire se voulant désormais plus rassurant qu'amusé.

Après un long moment, l'esclave se saisit très lentement du dernier petit bout de pain, et le trempa avec délicatesse dans la soupe, avant de le porter à ses lèvres. Puis elle se saisit de son bol, sans pour autant vraiment se détendre, et avala lentement deux gorgées, avant de reposer le bol. De longues secondes de silence suivirent ce premier mouvement. Elle semblait réfléchir à que dire... ou peut être essayait-elle simplement de se ressaisir.

Elle expliqua alors l'organisation politique globale des sombres. Les triumvirs, les nobles, les plus forts écrasant les plus faibles. Il en avait déjà entendu parler. Vaguement. Le territoire sombre était bien loin, et il n'avait guère d'intérêt de s'y rendre. Tout juste échangeait-il quelques messages, parfois, lorsque c'était nécessaire. La dernière phrase explicative semblait contenir un sous entendu flagrant. Les plus puissants des sombres faisaient fortement garder leur maison, pleines de trésors, et dans lesquelles entrer sembler très compliqué. Sans doute une petite provocation?

Lorsque la jeune elfe voulu de nouveau boire dans l'écuelle, une nouvelle quinte de toux la pris, et elle dû la reposer avant de renverser son repas. Patientant jusqu'à ce que sa toux se calme, Fineldor observa encore, comme impassible. Puis il entreprit de "répondre".

«Si les puissants sombres possèdent tant de trésors, pense tu que notre peuple n'en détient pas? Ils sont juste de nature différentes, ou garder en des lieux différents, voilà tout. Quant à garder nos maisons, justement... Certains parmi nous le font. Moi, j'estime que tout personne de mon peuple a droit de pouvoir consulter le savoir dont je dispose. Mais ta venue me fait réétudier cette vision, évidemment. Toutefois, je n'ai pas à craindre qu'on me vole en cette cité. Pourquoi? Parce que si le voleur réside ici, je le saurais plus rapidement qu'il ne le croit. C'est aussi simple que cela. Evidemment je ne m'attendais pas à une esclave venant de chez les sombres...»

Il adressa un regard entendu à la petite elfe.

«Car c'est bien de chez les sombres que tu viens. Oh je n'ai aucun mérite de l'avoir découvert puisque tu ne me l'as pas vraiment caché, n'est ce pas? J'ignore encore pourquoi et par qui tu as été envoyée. Mais tu réponds déjà à certaines de mes questions. Ce qui vaut donc que je te traite convenablement.»

Le haut-elfe se redressa sur son siège

«Tu peux si tu le désires me poser la question qui te plait me concernant. De mon côté je vais veiller à ce qu'on te guérisse dans les plus brefs délais de cette vilaine toux, et qu'on t'apporte de quoi te restaurer comme il se doit. Si tu désires te reposer, dis le. Nous pourrons reprendre notre conversation plus tard. Qui je n'en doute pas, serra très bénéfique pour nous deux...»

Pour lui, en tout cas, elle le serait sans l'ombre d'un doute.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alerte ! Intrus(e) ! [PV Fifi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alerte ! Intrus !
» les intrus
» Un intrus dans mes parterres de fleurs
» /!\ Alerte au piratage
» ALERTE ! VACCIN TUEUR OBLIGATOIRE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: L'Ouest :: Principauté de Fildor :: Karreliën-
Sauter vers: