AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maélyne Nobledragon

avatar

Féminin Messages : 297
Expérience : 0

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]   Ven 3 Jan 2014 - 15:02

Fiche de Maélyne Nobledragon

  • Nom/Prénom: Maélyne Nobledragon
  • Âge: 20 ans
  • Sexe: Féminin
  • Race: Humain
  • Ecole magique: Pyromancie
  • Métier: Princesse d’Archiadia, Ambassadrice du Royaume.


  • Possessions:

    Ces possessions personnelles ne sont finalement pas très glorieuses... Maélyne a grandi dans un univers plutôt riche, dans un grand château, entourée d'or et de pierres précieuses. Mais tout cela ne lui appartient pas. Les rares objets qu'elle possède réellement sont les suivants : une petite dague, un calepin de voyage en cuir avec des gravures représentant ses parents. Un collier en argent présentant un pendentif avec un ornement possédant en son centre une pierre précieuse.

  • Description physique:

    Humaine... Cela résume que trop bien l'apparence de la jeune femme. Les codes génétiques sont respectés. Une taille moyenne, bien plus petite qu'un humain de sexe mâle. Possédant des formes attrayantes, une longue chevelure dorée qui lui descend en cascade de manière ondulée jusqu'à ses hanches. Cachant aussi une partie de son visage. Un visage qui reflète la beauté qu'elle a hérité de sa mère, affichant une jeunesse encore fragile. La jeune femme possède des yeux verts qui reflètent parfois, -lorsque le soleil se couche- de fines teintes de jaune. L'on ne peut rien observer de particulier chez elle si ce n'est une tâche de naissance en forme de cœur renversé sur son épaule droite ainsi qu'un tatouage lavable qu'elle renouvelle à chaque fois sur sa cheville gauche. Ce dessin est une de ses fiertés, car elle le porte depuis maintenant plus de dix années et représente ce qu'il y a de plus chère pour elle. L'amour, sous forme de deux roses dont les tiges s'entrelacent. Ce fut sa mère qui le lui dessina pour la première fois, lui souhaitant un futur amour sincère et réciproque.

  • Description psychologique :

    Tout au long de son enfance et de son adolescence, Maélyne reçut une éducation stricte. Elle se devait de respecter les règles, d’être polie, respectueuse envers tout autre personne. Rare étaient les moments où elle pouvait se libérer pour un peu respirer. Et lorsque cela arriva, la jeune femme en profita, s’amusant, riant aux éclats, jouant avec tout ce qu’elle trouva. En gros, cette jeune femme était du genre gentil, qui respecte les règles et les traditions mais qui s’énerve très facilement lorsqu’on s’attaque à des personnes qui lui sont chères. Bien évidemment, il y eut un moment où Maélyne rebutait toute autorité mais cela lui passa assez vite. Une fois adulte, la jeune femme avait un peu plus de libertés, elle parcouru alors souvent la ville en compagnie de sa garde pour s’en aller rencontrer le peuple. Mais il fallait savoir que cette jeune femme rêvait de tout autre chose. Son esprit s’envolait souvent, s’imaginant vivre des aventures. Elle acquit alors un sens du danger… quasi inexistant, se faufilant sous la surveillance de ses gardes pour s’aventurer seule dans les montagnes qui bordaient le domaine royal ou pour aller longer la rivière.

  • Histoire:


… : La Naissance :…

    Alors qu'une tempête de neige ravageait la cité d'Archiadia, une des pires que l'homme ne connut. Une femme, allongée sur son lit, hurlait à n'en plus finir. La douleur qui s'emparait d'elle était si intense et si désagréable que tout un château pouvait la ressentir. Les différents domestiques étaient sur le qui-vive. Bassine d'eau, alcool, serviettes, tout le matériel indispensable à un accouchement qui se déroule en pleine nuit, par un temps glacial.

    Le feu de cheminée de la chambre était souvent nourrit pour offrir une chaleur suffisante pour l'enfant qui allait naître. Il fallut à cette femme un courage immense pour supporter les deux heures qui suivirent. Dégoulinant de sueur suite à la forte chaleur et à l’effort qu’elle dû offrir. Et enfin, alors que la Dame essoufflée priait les dieux, des cris de joies s'entendirent. L’on voyait enfin la tête de l’enfant. Les sages-femmes mirent alors tout en œuvre pour soulager la future mère. Poussant sur son ventre pour l’aider à extirper l’enfant. Une fois que la tête et les bras furent sortit, une des soignantes n’hésita pas à tirer l’enfant.

    Le Roi arriva ensuite dans la pièce à l’appel d’un domestique. Il assista au premier bain de l’enfant, des étoiles plein les yeux. Il se dirigea ensuite vers cette femme qui avait tant souffert et la félicita.

    « Ma Reine, le jour où j’aurais autant de courage que vous, je serais l’homme parfait. » Lui dit-il alors qu’il déposait un baiser sur son front.

    Elëanor était si émue qu’elle ne put retenir ses larmes. L’enfant fut nettoyé puis donné à la Reine qui n’hésita pas à la contempler.

    « Notre fille, je te présente notre fille, Maélyne. » Les domestiques quittèrent la pièce pour donner plus d’intimité au couple Royal. Allant annoncer la nouvelle au reste du château. Ordonnant aux gardes d’allumer les feux. Mais également quérir les frères de la jeune princesse.

    Frères qui coururent l’un après l’autre vers la chambre Royale. Chacun son tour passa au chevet de leur mère, admirant le nouvel enfant, félicitant leur mère et surtout vérifier l’état de santé de la Reine. Elle n’était plus toute jeune et cet accouchement aurait pu lui être fatal.

    Le Roi, Albéric Nobledragon, déjà père de trois fils, venait donc d'avoir une fille.

    Plusieurs feux furent allumés, répandus dans toute la cité annonçant ainsi, la naissance de la Princesse. Le peuple festoya une bonne partie de la nuit, buvant ainsi plusieurs dizaine de tonneaux d’alcool, les réchauffant par la même occasion. Le Roi fit de même avec ses nombreux invités et ses autres enfants. Pendant ce temps, Maélyne fut choyée par les domestiques pendant que la Reine se reposait. Un repos qu’elle avait si bien méritée.


… : L’enfance :…

    La princesse grandissait bien. Elle n’avait aucun problème de santé malgré le rude hiver qu’elle dût supporter lors de ses tout premiers mois. On pouvait remarquer beaucoup de joie de vivre chez cet enfant. On pouvait donc aisément deviner qu’elle grandissait dans une famille qui lui donnait beaucoup d’amour. Surprotégée fortement par son père et ses grands frères, rien de bien grave ne pouvait arriver à la petite.

    D’ailleurs parlons un peu de sa famille. Le premier né se nommait Adalric. Le premier prince et donc le premier successeur et héritier du trône. Cet homme, car oui, il venait d’être un homme âgé de 18 années à la naissance de la cadette, était brave, courageux, respectueux et gentil. Il fera un bon Roi, un Roi qui se préoccupera de son peuple. Le second fils fut nommé Eadwin. Ce frère était différent des autres, paresseux, s’abonnant aux fêtes et aux tavernes. Il reçut plusieurs fois les foudres de son père mais il développa néanmoins une bonne maîtrise de l’épée et s’engagea dans l’armée pour finalement la diriger. Le dernier fils, Théodran, n’avait que quelques années de plus que la petite Maélyne. Il développa un don pour la lecture et pour l’écriture, passant ainsi toutes ses journées dans la grande bibliothèque Royale. Son avenir était déjà tout tracé. Albéric fera de lui un des meilleurs conseiller, scribe, professeur ou encore linguiste. Vous l’aurez compris, Albéric souhaitait que ses enfants prennent chacun un chemin différent. Adalric en politique, Eadwin en chevalerie, Théodran dans les arts de l’écriture, il ne restait donc plus qu’à diriger Maélyne.

    Ce fut la magie que les parents de la petite dernière choisirent. Durant les premières années de sa vie, Maélyne ne se souciait de rien et ne faisait qu’apprendre et s’épanouir.

    Pendant ce temps, le Roi et la Reine firent la chasse aux professeurs, refusant que leur fille soit envoyée loin d’eux dans une école. Il leur fallait un professeur touche à tout, sachant lui apprendre à lire, à écrire, mais également la magie et les règles de la noblesse. Ce fut au bout de la cinquième année de vie de la petite que leur choix s’arrêta enfin sur un Haut-elfe. Un mage manipulant la pyromancie. Eldaryon Manïthil devint donc le professeur de Maélyne.

    La petite fille venait de fêter ses six années. Il était temps pour elle de commencer à apprendre plusieurs choses, comme lire, écrire, la géographie, l’histoire de son peuple ou encore la pyromancie. Ce fut donc durant un jour d’hiver que la première rencontre se fit.

    Maélyne s’amusait à courir dans les couloirs lorsque soudain, elle se heurta à quelque chose. Tombée sur le sol, la petite releva la tête et vit un homme bizarre. Grand, élégant, au visage fermé et strict.

    « Veillez m’excuser. » Dit-elle d’une petite voix fragile et tremblante.

    « Relevez-vous princesse. » Lui répondit-il

    Il lui demanda ensuite de la suivre, la petite ne savait pas vraiment quoi faire. Devait-elle le faire alors qu’elle ne le connaissait même pas ? Après tout, elle était dans le château, rien ne pouvait lui arriver. Elle suivit donc cet homme, qui la conduisit dans la salle du trône. Salle où attendaient deux personnes, ses parents. C’est donc ainsi que la petite fille se retrouva devant son père et sa mère. Elle regarda le sol, pensant qu’elle allait se faire gronder pour avoir heurté l’homme. Mais il n'en fut rien. Albéric lui demanda de s’approcher, la prit dans ses bras pour finalement l’installer sur ses genoux.

    «Maélyne, je te présente Eldaryon. Il sera ton professeur pour les 15 années à venir. Je te demanderais donc de le respecter et d’écouter ce qu’il te dira. Il t’enseignera tout ce que tu as à savoir et en plus, tu pourras apprendre à utiliser la magie. »

    Il n’en fallut pas plus pour que le visage de la petite s’illumine de joie. Ah, la magie ! Elle adorait ça ! Il arrivait que quelques mages passent par la capitale, le Roi fit toujours en sorte de les inviter au château pour éblouir les yeux de sa petite princesse. C’est donc ainsi qu’elle s’intéressa à la magie mais elle était loin de s’imaginer que son père lui accorderait l’autorisation de l’apprendre.

    Maélyne était impatiente, elle voulait commencer tout de suite ! Mais l’euphorie tomba bien vite lorsqu’elle s’installa dans la grande bibliothèque. Le haut-elfe n’était pas très chaleureux.

    «Il te faudra du temps avant de comprendre à manipuler la magie, Princesse. Il te faudra d’abord apprendre à lire, puis à écrire, et ensuite seulement nous pourrons commencer à essayer de comprendre ce qu’est la magie, d’où elle vient, comment la comprendre, la ressentir, et ensuite la manipuler.»

    Il marqua une pause, Maélyne ne cacha pas sa déception mais elle était persuadée qu’elle y arriverait, la magie, elle adorait ça, et rien au monde ne l’empêcherait d’un jour devenir mage.


… : Le début de l’adolescence :…

    Cela faisait maintenant six années que la petite Maélyne avait rejoint les bancs de l’école. Tant de choses avaient changé. La jeune princesse développait une beauté qui grandissait de jour en jour. Elle voyait de moins en moins ses frères, partis en mission politique, ou militaire. Théodran quant à lui était parti se perfectionner dans différentes écoles chez les Haut-elfes. Maélyne était donc la seule enfant à rester au château, ce qui la rendait bien triste parfois. Au point de ne plus s’intéresser à grand-chose.

    Le Roi, face à son désarroi, prit la décision de faire venir les enfants de ses châtelains au château. La première rencontre fut difficile. Maélyne n’avait pas l’habitude d’être avec des enfants de son âge, mais très vite elle s’intégra. Ses amis venaient ainsi plusieurs fois par semaine au château, du moins ceux qui ne vivaient pas trop loin. Parmi eux se trouvait un garçon, à peine plus âgé qu’elle qui se nommait Liam de Valhardy. Il était le fils du Seigneur de Valhardy, châtellenie sous autorité directe du Roi. Ces deux-là devinrent inséparables, jouant à toutes sortes de jeux, faisant des bêtises à n’en plus finir, mais au moins Maélyne avait retrouvé le sourire.

    La petite princesse lui montra tout ce qu'elle avait appris avec son professeur. Manipulant le feu, certes de manière hésitante. Elle était encore loin du niveau qu’elle visait. Mais néanmoins elle arrivait à enflammer de petits objets combustibles. Mais ses gestes devaient encore se perfectionner. Cela n’empêchait pas que le jeune garçon fut émerveillé.

    Alors qu’elle était en cours avec Eldaryon, celui-ci l’invita à le suivre. Ils partirent ensemble près de la rivière dans une petite plaine. L’elfe n’avait jamais réellement montré tout ce qu’il s’avait faire avec sa magie. Il était donc l’heure de prouver à la jeune fillette qu’il arriverait à lui enseigner bien des choses.

    Se concentrant et en murmurant maintes formules, un mur de feu jaillit soudain de terre. Calcinant tout sur son passage. Maélyne tomba à la renverse tellement elle était effrayée. Ce n’était pas la même magie qu’elle avait pour habitude de voir, on était loin des artistes de rues qui manipulaient de petites flammes en espérant ramasser une petite pièce. Des larmes commençaient à monter, lorsque son maître s’arrêta. Le résultat était terriblement triste. Le sol était noir, encore plus noir que la nuit.

    «Il est nécessaire que vous sachiez que la magie n’est pas un jeu. Elle n’est pas source de joie, de bonheur ou même d’amusement. Elle est source de malheur, de tristesse et de destruction. Il vous faudra donc apprendre à arrêter de vous pavaner devant vos amis. La magie c’est du sérieux Princesse.»
    Alors que la jeune adolescente était encore à terre, en larmes, elle comprit la leçon et plus jamais, elle n'utiliserait la magie pour épater les autres. Elle revit Liam, celui-ci voulait absolument revoir quelques tours mais Maélyne refusa, ce qui a eu pour effet d’énerver et de vexer le jeune garçon. Il partit et ne voulut plus jamais revoir Maélyne.


… : La fin de l’adolescence :…

    Maélyne approcha de son 18eme anniversaire. Le temps passa si vite. Elle avait appris à lire, à écrire, ainsi que la géographie globale de Nûmendor. Elle avait également appris à parler un peu l’elfique mais sans prétendre au bilinguisme. Elle apprit également ses droits et ses devoirs envers le peuple, les codes éthiques de la noblesse, les échanges commerciaux et pour finir la pyromancie. Domaine où elle avait fait d’énormes progrès et qu’elle maîtrisait bien plus qu’auparavant. Il était d’ailleurs l’heure de prouver ses connaissances à son père, le Roi.

    Un père qui s’était fait de plus en plus absent. Vieillissant, il avait atteint un âge ou l’éducation de ses enfants n’était plus une priorité. Secondé par des conseillers, il passait la plupart de son temps dans son bureau. Accordant le soin d’accomplir certaines tâches Royales à son premier fils, Adalric, qui lui s’occupait de rencontrer le peuple et de partir en déplacement. Mais le Roi n’oubliait pas sa fille, sa seule et unique fille qui approchait de l’âge adulte.

    Elle eut tout de même une discussion sérieuse avec son père. Une discussion qui portait sur le mariage. Les traditions voulaient qu’on puise marier une jeune fille dès ses premières règles, qui correspondaient à la majorité sexuelle et donc ces jeunes filles pouvaient enfanter. Mais le Roi n’aimait pas cette pratique, du moins, il ne voulait pas faire subir cela à sa fille. Préférant attendre l’âge adulte. A l’âge de quinze années, Maélyne discutait avec son père, elle réussissait à lui faire promettre qu’elle pourrait elle-même choisir son époux.

    Deux années passèrent. Il était l’heure, de prouver à son père qu’elle a été une bonne élève. Une excellente élève même et qu’il n’avait pas payé son professeur en vain. La démonstration commença alors par la lecture d’un texte ancien, diplomatique, plutôt difficile à lire. Elle s’exerça ensuite à répondre à cette fameuse lettre, prouvant qu’elle savait manipuler l’écriture et la langue. Par la suite, Maélyne s’accorda une pause. La suite de la démonstration se fit par la lecture d’un texte en elfique, un texte simple, écrit par un enfant.

    Les cartes firent alors leur apparition, prouvant au Roi qu’elle connaissait non seulement la géographie du Royaume mais aussi son histoire. Elle se permit même de prouver qu’elle connaissait bien plus que les territoires Royaux. Vinrent ensuite les codes de la noblesse, les droits et les devoirs envers le peuple et ainsi de suite.

    Alors que Maélyne pensait terminer, elle ramassa ses affaires pour s’en aller. Le Roi l’interpella.

    «Je sais sans nul doute que tes connaissances sont bien plus vastes, mais je n’ai pas fait venir un professeur d’aussi loin pour t’apprendre ce que nous aurions pu t’apprendre nous-mêmes. Qu’en est-il de ta maîtrise de la magie ?»

    La princesse s’arrêta net, elle aurait espéré éviter cette démonstration. Elle regarda alors son maître qui la regardait aussi. L’encourageant du regard.

    «Permettez-moi alors de vous montrer mes capacités à l’extérieur du château mon père. Et cela, uniquement pour éviter le moindre accident. »

    Le Roi accepta, suivit sa fille pour rejoindre les jardins. Elle démontra ses pouvoirs magiques en manipulant le feu comme si elle manipulait de simples vêtements. Le Roi fut content, ne dit point mot puis s’en alla. Maélyne quant à elle fut soulagée d’avoir réussi ses nombreuses démonstrations. Eldaryon approcha alors d’elle et lui chuchota.

    « Vous êtes douée princesse, jamais je n’aurais cru que vous développeriez une telle maîtrise de la magie. »


… : L’âge adulte :…

    Les deux années qui suivirent furent certainement les deux années les plus chargées qu’elle a connue. Commençons donc par vous raconter le jour de l’anniversaire de la Princesse. Dix-huit années n’était pas un âge anodin, non loin de là. Elle était enfin considérée comme une adulte, prête à de nombreuses choses et notamment à quelque chose qui lui tenait à cœur, le mariage. Une grande fête fut organisée, un bal fut donné, de nombreux amis, des nobles et d’invités virent de tout le royaume pour célébrer l’âge adulte de Maélyne.

    Quelle ne fut pas sa surprise de retrouver son ami d’enfance, Liam. Ami qui l’avait lâchement abandonné suite à son refus de jouer avec la magie. Toujours fils de châtelain, il avait rejoint les rangs de l’armée dès son plus jeune âge.

    Il était d’ailleurs en voie de devenir chevalier. Reconnu par le Roi pour sa bravoure. Même si Maélyne voulait l’ignorer, c’était plus fort qu’elle, il fallait qu’elle lui parle. Malheureusement celui-ci était déjà fort occupé, non seulement par sa famille qui était fière de lui, mais aussi par de nombreuses filles, bien trop attirées par sa beauté. La jeune femme laissa donc tomber ses nombreuses tentatives et se prêta à la fête.

    La nuit était tombée depuis longtemps et il était l’heure pour les invités de retrouver leurs chambres. La princesse fit de même, arborant les couloirs du château. Quelle ne fut pas sa surprise de croiser Liam. En train d’appâter une autre fille qui lui tiendrait compagnie pour la nuit. La jeune femme baissa alors les yeux, préférant continuer son chemin sans dire un mot. Elle entendit néanmoins les deux personnes pouffer une fois qu’elle était passée. Ce qui eut pour effet de l’attrister puis de l’énerver. Elle se retourna alors, en colère.

    «Comment osez-vous, non seulement vous permettre de tels actes sous mon toit, mais également de vous moquer de ma personne. »

    La jeune femme s’approcha d’eux, invoquant une boule de feu dans sa main droite. Pris de panique les deux invités ne se firent pas prier et détalèrent.

    « Qu’ai-je donc fait ? » Se dit-elle alors qu’elle fit disparaître sa boule de feu au creux de sa main.

    C’est en courant que Maélyne rejoignit sa chambre, pleurant toutes les larmes de son corps allongée sur son lit. Le lendemain, la jeune femme savait qu’elle aurait des problèmes. Et ce fut le cas. Bien évidemment Liam se plaignit auprès de son père puis auprès du Roi. Ce qui eut pour effet de créer des tensions. Maélyne fut donc convoquée pour s’expliquer. Elle commença par s’excuser et expliqua son acte.

    « Mais, nous n’avons à aucun moment rit de vous, ma Dame ! » finit par dire le futur chevalier, ce qui eut pour effet d’énerver la jeune femme. Fort heureusement le Roi calma le jeu en se levant.

    « Je vous ai accueilli au sein de mon château, j’ai mis à votre disposition une chambre ainsi que des femmes pour vous distraire. Et vous avez tout de même osé batifoler avec une femme dans le couloir du château. » Le Roi était-il en train de défendre sa fille ?

    « De là à menacer à l’aide de la magie, je ne cautionne pas ! » Finit-il par dire. Maélyne regarda alors à nouveau le sol. Albéric décida alors de s’entretenir seul, en premier lieu avec son châtelain, pour ensuite s’entretenir avec sa fille.

    « Tu me déçoit ! Mais tu ne peux même pas imaginer à quel point ! Il faut que tu saches que ce n’est pas parce que je suis le Roi que je ne dois pas respecter mes vassaux.»

    Maélyne ne savait plus où se mettre.

    « Fort heureusement, j’ai pu éviter le pire, mais il te faudra t’excuser publiquement. »

    Il fallut attendre le lendemain, lors du repas du soir pour entendre les excuses prononcés par la princesse à l’encontre du fils du châtelain. Cet homme, aussi beau soit-il ne comprenait donc pas ce que ressentait la jeune femme ? Lui qui l’avait abandonnée plusieurs années auparavant, l’ignorait encore totalement alors qu’elle était devenue une femme ?

    « Il n’est pas comme vous le pensez, Princesse. » Entendit-elle.

    La jeune femme reconnut la voix de son ancien professeur. Professeur qui était devenu maître de la jeune femme, elle qui souhaitait encore se perfectionner dans l’art de manipuler la magie.

    Maélyne ne répondit point, préférant oublier l’amitié qu’elle avait eue avec Liam, l’effaçant de sa mémoire et oublier ce qui s’était passé la veille. A la fin du repas la jeune femme s’excusa et rejoignit sa chambre, un peu à la hâte. Elle aurait voulu rejoindre son lit, son balcon, son endroit où elle se sentait en sécurité.

    Malheureusement on la rattrapa. C’était Liam, qui venait s’excuser à son tour pour avoir engendré la colère du Roi à l’encontre de sa fille. La jeune femme accepta ses excuses puis tourna les talons. Mais le jeune homme ne voulait pas en rester là. Appelant la princesse par son prénom et non son titre, il l’attrapa par le bras et décida de l’enlacer. S’excusant encore une fois de ce qu’il s’était passé mais également pour l’avoir abandonné plusieurs années auparavant. Maélyne était outrée par ce geste qu’il avait osé faire. Croyait-il pouvoir la convaincre comme cela ? La traitant de la même manière que toutes les autres dévergondées qu’il fréquentait ? Certainement pas ! Pourtant, même énervée, elle se sentait si bien au creux de ses bras.

    « Je dois vous laisser. Vos excuses sont acceptées. Je vous souhaite de tout cœur, gloire et honneur. » Dit-elle avant de regagner sa chambre.

    Il fallut donc attendre plus de deux ans pour que ces deux personnes ne se recroisent. L’homme allait enfin être sacré chevalier suite à ses nombreuses preuves au combat. Maélyne se devait d’être présente. Une fête fut organisée, un bal entraîna la jeune femme dans de nombreuses danses. Le seigneur de Valhardy et le Roi se parlèrent dans leur coin avant de convoquer leur enfant respectif.

    « Ma fille, tu arrives à un âge où tu te dois de respecter les plus anciennes traditions. Il te faut te marier. » Maélyne ne s’y attendait pas, ce fut une nouvelle qu’elle accueillit plutôt froidement.

    « Mais père, vous m’aviez promis… » Commença-t-elle par dire. Il était vrai que durant le jeune âge de la Dame, son père lui avait promis qu’elle pourrait elle-même choisir son époux.

    « Ma fille, tu mets trop de temps, je ne peux t’accorder ce souhait. Tu épouseras donc le fils de mon Châtelain. »

    « Mais mon père, je dois bientôt m’en aller. Vous m’avez confié la mission de me rendre dans les différentes ambassades pour améliorer le commerce extérieur. »

    « Je sais, le mariage se fera donc dès ton retour. Maintenant, va, tu dois te préparer à partir.»
    C’est donc ainsi, que la Princesse apprit que le châtelain en question n’était autre que le seigneur de Valhardy, père de son ancien ami d’enfance. Maélyne ne savait pas quoi ressentir. Il était si beau, si charismatique, mais serait-t-il un bon époux ?

    Son voyage arrivait à grand pas, en attendant elle évitera Liam au maximum, n’osant affronter son regard. Le mariage devait encore intéresser l’autre partit avant d’être déclaré officiellement prévu.


Hors-Jeu

  • Comment trouvez-vous le forum? Pas mal, pas mal x)
  • Comment trouvez-vous le design? Euh... le graphiste est quand même doué, non? *sifflote*
  • Comment avez-vous connu le forum? *réfléchit* J'ai du le créer durant un jour de pluie.
  • Crédit de l'avatar et de la signature? Crédit


_________________
Le temps, loin d’enrichir l'être, accumule les déceptions et les échecs.


Dernière édition par Maélyne Nobledragon le Ven 21 Fév 2014 - 22:37, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne Nobledragon

avatar

Féminin Messages : 297
Expérience : 0

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]   Sam 4 Jan 2014 - 12:26

Fiche terminée!

_________________
Le temps, loin d’enrichir l'être, accumule les déceptions et les échecs.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna

avatar

Féminin Messages : 84
Expérience : 75
Age : 29

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 317 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]   Sam 4 Jan 2014 - 22:49

Alors alors !

Tout d'abord, très belle fiche. Belle mise en page et tout et tout !
Pour ce qui est du fond, l'histoire est correcte et s'intègre parfaitement au BG.
Juste deux petites remarques :
- C'est dommage de ne pas avoir choisi un prénom pour le fameux ami d'enfance. Tu veux peut-être laissé le choix à la personne qui choisira ce PNJ, mais cela peut prendre du temps, aussi ne serait-il pas préférable de lui trouver un nom à ce Coco ?

- Il me semble que le mariage chez les nobles est possible à partir du moment ou la fille a ses premières règles. (Soit au plus tard ses 15 ans dirons nous pour être large). Donc Maélyne aurait pu être "mariable" bien plus tôt. Or tu dis que c'est à partir de ses 18 ans qu'elle est en âge de se marier. (Personnellement ça me semble un peu tard mais bon c'est juste mon avis. Je ne te demande donc pas de changer.)


Par contre sur la forme faut revoir quelques petites choses pour que ta fiche soit parfaite. D'abord une petite relecture s'impose à mon avis. Il y a quand même des fautes par-ci par-là

Il y a également un problème avec l'utilisation des temps. Par moment c'est un peu dur à suivre, tu passes du présent au passé la virgule suivante. Il faudrait donc relire ta fiche (à voix haute c'est plus facile) pour remettre un peu d'ordre dans tout ça. Et puis ça permettra de gommer certaines redondance.
Un petit exemple pour te montrer les différents problèmes :

Citation :
Il lui demanda ensuite de la suivre, la petite ne savait pas vraiment quoi faire. Devait-elle le faire alors qu’elle ne le connaissait même pas ? Après tout, elle est dans le château, rien ne pourrait lui arriver. Elle suivit donc cet homme, qui la conduisit dans la salle du trône. Sale où attendaient deux personnes, ses parents. C’est donc ainsi que la petite fille se retrouva devant son père et sa mère. Elle regarda le sol, pensant qu’elle allait se faire gronder pour avoir heurté l’homme. Mais il en fut rien. Albéric lui demanda de s’approcher, la prit dans ses bras pour finalement l’installer sur ses genoux.

Tu commences ton paragraphe par du passé, tu passes ensuite à du présent ("elle est dans le château") pour retomber sur du passé la virgule suivante. Tu dis ensutie qu'elle entre dans une salle ou l'attendent ses parents.... et la phrase d'après ne sers à dire qu'elle se retrouve donc devant sa mère et son père (ça c'est mon problème de redondance). La phrase ne sert pas à grand chose. Ensuite il manque la négation dans ta phrase "Il n'en fut rien".

Autre exemple :
Citation :
"Il te faudra d’abord apprendre à lire, puis à écrire, et ensuite seulement nous pourrons commencer à essayer de comprendre ce qu’est la magie..."
"Maélyne ne cacha pas sa déception mais elle était persuadée qu’elle y arriva"

Peut-être que tu peux simplement dire "..nous pourrons commencer à apprendre ce qu'est la Magie..." . Plutôt que mettre toute cette série de verbe à la suite Very Happy
Pour la conjugaison faut vraiment faire attention. Tu passes du l'imparfait (était) au passé simple (arriva). Ce dernier ne s'utilise quasiment jamais en narration. Du moins c'est rare. Il faudrait relire ta fiche en voyant si à la place de ce fameux a tu ne peux pas mettre plutôt un ait. Comme dans cette phrase : "Son voyage arrivait à grand pas, en attendant elle éviterait cet homme qui serait (bientôt) son futur époux."

Bref ce doit être pour la plupart des fautes d'inattention. Donc avant de valider ta fiche j'aimerai que tu fasses juste une petite relecture pour la rendre parfaite Very Happy

Si tu as besoin d'un coup de main pour cette correction n'hésite pas  flower 
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne Nobledragon

avatar

Féminin Messages : 297
Expérience : 0

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 20 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]   Dim 5 Jan 2014 - 16:38

Voilà, j'ai relu (avec de l'aide Razz) et j'ai rajouté quelques petits morceaux et donné un nom à l'ami d'enfance.

_________________
Le temps, loin d’enrichir l'être, accumule les déceptions et les échecs.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna

avatar

Féminin Messages : 84
Expérience : 75
Age : 29

Feuille de personnage
Personnage:
Âge: 317 ans
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]   Dim 5 Jan 2014 - 16:50

Il y a encore quelques problèmes dans l'utilisation du passé simple mais dans l'ensemble ça me va donc....


N'oublie pas...

De créer ton inventaire ici
De créer ton journal ici

Voici quelques liens qui te seront utiles :

Demande de RP's
Questions et Suggestions

Je te souhaites donc une excellente aventure sur Nûmendor!
Revenir en haut Aller en bas
Masque

avatar

Masculin Messages : 291
Expérience : 0

Feuille de personnage
Personnage:
Âge:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]   Lun 6 Jan 2014 - 9:56

Inutile de te souhaiter la bienvenue n'est-ce pas ?  Smile 
Très belle fiche en passant, et j'aime assez ton histoire.

Donc tu sais comment ça marche, tu peux commencer à RP sans faire référence à tes sorts jusqu'à leur validation.

Et donc, à ce propos, tu disposes d'un niveau mage. Tu peux donc avoir :
- 3 sorts de niveau novice
- 3 sorts de niveau apprenti ou moins
- 3 sorts de niveau mage ou moins

Pour créer tes sorts tu peux toujours t'aider des sujets qui se trouvent ici.

Bonne création  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maélyne Nobledragon ~ Princesse d'Archiadia ~ Pyromancienne [Elé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» o0o Présentation de Céline Delma o0o
» La fée Lyne [créature]
» POPPY-LYNE ☎ Allez Allez ! Remuez-vous ! Si le Bon Dieu vous a donné une paire de nibards, c’est pour les secouer !
» Vianney au petit déjeuner avec sa chérie [Pv Laurélyne]
» Vianney Revient avec sa chérie [Pv Laurélyne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nûmendor :: jjjj :: Répertoire des habitants :: Registre des Personnages :: Validation de Sorts-
Sauter vers: